Revue de Presse du 25 avril 2017

RDC: le camp de Kabila disqualifie la Cenco
Le porte-parole de la majorité présidentielle en République démocratique du Congo, Alain Atundu, a déclaré que la Conférence épiscopale des évêques du Congo (CENCO) n’est plus crédible pour conduire les négociations entre le pouvoir et l’opposition. L’église catholique avait déploré vendredi la nomination du Premier ministre Bruno Tshibala estimant que c’est une entorse à l’esprit de l’accord de la Saint Sylvestre destiné à sortir le pays de la crise politique dans laquelle il est plongé. Pour le camp de Joseph Kabila, cette déclaration de l’épiscopat est partisane et elle disqualifie la Cenco. BBC

RDC : Kinshasa dévoile une vidéo présentée comme celle de l’assassinat des experts de l’ONU
Le gouvernement et la police de RDC ont montré ce lundi à la presse une vidéo présentée comme celle de l’assassinat de Michael Sharp et de Zaida Catalan, deux experts de l’ONU tués en mars au Kasaï, dans le centre du pays. « C’est à titre pédagogique » que cette vidéo d’au moins cinq minutes a été dévoilée, ce 24 avril, à plusieurs responsables de presse à Kinshasa, selon Ivan Vangu, conseiller au ministère congolais de la Communication et des médias. Selon l’AFP, qui a visionné ladite vidéo, on y voit un homme et une femme blancs, qui correspondent au signalement des deux experts onusiens, l’Américain Michael Sharp et la Suédo-chilienne Zaida Catalan. Ils sont entourés par sept personnes parlant tshiluba, la langue dominante au Kasaï, coiffés de bandeaux rouges et armés de machettes, de bâtons, et pour l’un, d’un fusil hors d’âge. Jeune Afrique

RDC: Félix Tshisekedi se dit disposé à rencontrer Joseph Kabila
Le Rassemblement dit être disposé à rencontrer le président Joseph Kabila pour finaliser l’arrangement particulier en ce qui concerne notamment la nomination du Premier ministre. Ce regroupement de l’opposition l’a fait savoir lors d’un meeting à Kinshasa dans le cadre de la journée du 24 avril, commémorant le discours d’ouverture démocratique prononcé par le maréchal Mobutu. «Le Rassemblement reste disposé à rencontrer Monsieur Joseph Kabila pour discuter de points restés pendants ; à savoir: la nomination du Premier ministre, la présidence du Conseil de suivi de l’accord et la décrispation politique», a déclaré le président du Rassemblement, Felix Tshilombo Tshisekedi, devant de nombreux militants. Radio Okapi

Washington compte sur la France pour continuer ses opérations au Sahel
Le secrétaire américain à la défense, Jim Mattis, s’est rendu, dimanche 23 avril, à Djibouti, où il a notamment souhaité que la France continue à mener le combat contre les réseaux extrémistes au Sahel. Les Français « ont toujours prouvé qu’ils étaient là quand il fallait faire face » aux réseaux extrémistes, a déclaré M. Mattis lors d’un point presse sur la seule base militaire américaine du continent africain. « Je n’ai pas de doute que les Français continueront de prendre les meilleures décisions pour leur propre intérêt, et que les terroristes n’auront pas à se réjouir de ces décisions » après l’élection (présidentielle en France), a déclaré M. Mattis lors d’un point de presse à Djibouti. Le Monde

Les élections générales fixées au 23 août en Angola
Le Conseil de la République angolais, dirigé par le président José Eduardo dos Santos, a fixé au 23 août prochain la date des élections générales qui doivent marquer la fin du règne de trente-huit ans du chef de l’Etat sortant à la tête du pays. « Sur proposition du président de la République (…) le Conseil de la République a approuvé lundi la date du 23 août pour la tenue des élections générales en Angola », a déclaré le porte-parole du Conseil, le procureur général de la République, Joao Maria de Sousa, lors d’une conférence de presse radiodiffusée. VOA

Trois militaires tués dans l’explosion d’une mine au Cameroun
Trois militaires camerounais participant à la guerre contre les islamistes de Boko Haram au nord du Cameroun ont été tués lundi et cinq autres blessés dans l’explosion d’une mine. « Un véhicule militaire transportant des soldats de la Force multinationale mixte (FMM) a sauté sur une mine ce matin (lundi) vers Mora (ndr: commune à l’extrême nord du Cameroun proche du Nigeria) », a rapporté sous couvert d’anonymat une source sécuritaire. « Trois militaires sont morts et cinq autres ont été blessés », a-t-il ajouté. L’incident et le bilan a été confirmé à l’AFP par une seconde source sécuritaire. VOA

La dernière monarchie absolue d’Afrique veut interdire le divorce
C’est un pays complètement anachronique et dont la population vit dans une pauvreté dramatique. Le Swaziland, dirigé par le roi Mswati III, est la dernière monarchie absolue d’Afrique doublée d’une terrible dictature. Ce petit Etat d’Afrique australe a un PIB qui se chiffre seulement à 4,4 milliards de dollars, et quasiment deux tiers de la population vit sous le seuil de pauvreté. C’est également le pays où les habitants ont l’une des plus faibles espérances de vie au monde – 49,7 ans – à cause de la prévalence du Sida qui dépasse les 25%: un triste record mondial. Slate

Libye: Mandat d’arrêt de la CPI contre l’ex-chef de la sécurité de Kadhafi
La Cour pénale internationale (CPI) a rendu public lundi un mandat d’arrêt lancé contre l’ex-chef de la sécurité du défunt leader libyen Mouammar Kadhafi, l’accusant de crimes de guerre et de crimes contre l’humanité lors du soulèvement contre le régime en 2011. Le mandat, qui date de 2013 mais était scellé, accuse Al-Touhami Khaled de quatre chefs de crimes contre l’humanité (emprisonnement, torture, persécution et autres actes inhumains) et de trois chefs de crimes de guerre (torture, traitements cruels et atteintes à la dignité de la personne) qui auraient été commis entre février et août 2011, « afin d’écraser par tous les moyens l’opposition politique au régime de Kadhafi », selon le mandat de la Cour, basée à La Haye. La Libre

Sahara occidental : vis-à-vis tendu sur la « ligne de front » à Guerguerat
Au sud de Guerguerat, au milieu du no man’s land qui sépare les postes-frontières marocains et mauritaniens, cela fait trois mois que les soldats du Front polisario et les militaires marocains se font face, l’arme au pied. […] C’est ici que, depuis six mois, militaires marocains et soldats du Front Polisario se font face l’arme au pied, les premiers sur le mur de défense, les seconds dans la zone tampon, sous l’œil vigilant des bérets bleus de la Mission des Nations unies pour l’organisation d’un référendum au Sahara occidental (Minurso). Un vis-à-vis à portée de fusil, qui est sans doute le plus proche et le plus tendu depuis l’instauration du cessez-le-feu, en 1991. Tout commence un jour d’août 2016, quand une entreprise privée de travaux publics marocaine entreprend de bitumer les 3 800 m de piste qui relient Guerguerat au poste mauritanien du PK 55. Aux autorités de Nouakchott, qui s’en inquiètent, celles de Rabat expliquent qu’il ne s’agit en aucun cas d’occuper la zone, encore moins de l’annexer, mais de mettre un terme à une aberration. Jeune Afrique

Algérie: l’ambassadeur du Maroc convoqué
L’ambassadeur du Maroc en Algérie a été convoqué par le gouvernement algérien à la suite des accusations de Rabat contre Alger concernant l’expulsion d’un groupe de réfugiés syriens. Selon un communiqué, le ministère algérien des Affaires étrangères a convoqué dimanche l’ambassadeur du Maroc pour lui signifier « le rejet catégorique » par Alger des accusations portées par Rabat sur l’expulsion de dizaines de Syriens vers la frontière du royaume. Les autorités marocaines ont accusé l’Algérie d’avoir autorisé les Syriens à atteindre la zone frontalière et de les avoir forcés à quitter le territoire algérien. BBC

Cameroun : le correspondant de RFI Ahmed Abba condamné à 10 ans de prison
Le correspondant de RFI au Cameroun, Ahmed Abba, a été condamné lundi à 10 ans de prison par le tribunal militaire de Yaoundé. La radio s’est dite « consternée » par cette décision « incompréhensible », mettant à mal « la liberté d’informer. Le correspondant de RFI au Cameroun, Ahmed Abba, a été condamné lundi 24 avril à 10 ans de prison ferme pour « non-dénonciation d’actes de terrorisme et blanchiment d’actes de terrorisme » par le tribunal militaire de Yaoundé. Le journaliste est condamné à « 10 ans de prison ferme avec mandat d’arrêt à l’audience (…) et à verser 55 726 325 francs CFA » (environ 85 000 euros), a déclaré le président du tribunal, précisant qu’il pourrait faire cinq ans de prison supplémentaires en cas de non-paiement de l’amende. France 24

Deux ans de crise au Burundi sans issue en perspective
Un pouvoir radicalisé, une opposition affaiblie et une communauté internationale divisée: deux ans après le début d’une crise politique majeure, le Burundi est plus que jamais dans l’impasse. L’annonce le 25 avril 2015 de la décision du président Pierre Nkurunziza de briguer un troisième mandat controversé avait déclenché un vaste mouvement de contestation populaire, sévèrement réprimé, et plongé le pays dans la crise. En deux ans, les violences et exécutions extrajudiciaires ont fait entre 500 morts selon l’ONU, 2.000 selon les ONG, et poussé 400.000 Burundais à l’exil. « La crise est derrière nous, la sécurité est assurée, la paix est revenue au Burundi et tout le monde vaque à ses occupations », assure pourtant le premier vice-président, Gaston Sindimwo, résumant la position officielle depuis plusieurs mois. TV5

Qui est Guus Kouwenhoven, condamné pour « crimes de guerre » au Liberia ?
C’est un homme d’affaires que la justice des Pays-Bas a condamné à dix-neuf ans de prison pour « complicité de crimes de guerre » et « trafic d’armes ». Les « intérêts professionnels » de Guus Kouwenhoven « étaient étroitement liés aux intérêts politiques, financiers et privés » de l’ancien président du Liberia, Charles Taylor, a déclaré la cour d’appel de Den Bosch, vendredi 21 avril : « Il utilisait les entreprises de bois précieux pour importer, entreposer et distribuer des armes au Liberia. » Le Monde

Le sous-équipement et la corruption, freins à la croissance de l’Afrique subsaharienne
De toutes les régions du monde, l’Afrique subsaharienne se place dernière en matière d’infrastructures. Un mal récurrent que les experts de la Banque mondiale ont tenté d’analyser dans la dernière édition du rapport « Africa Pulse », paru mercredi 19 avril. 2016 a été une année noire pour les économies d’Afrique subsaharienne : la région a enregistré son plus faible taux de croissance depuis plus de deux décennies. Un léger rebond serait à prévoir pour 2017 (+2,6 %), selon les auteurs du rapport. Mais cette croissance, à peine supérieure à la croissance démographique, ne suffira pas à envisager cette année une réduction de la pauvreté à l’échelle de la région. Le Monde



Photo: Adam Jones