Revue de Presse du 24 mai 2016

Dialogue en RDC : la société civile rejette la liste des participants
L’incertitude de plus en plus grande autour de la tenue du dialogue en République démocratique du Congo. La société civile a rejeté la liste des participants choisis par la médiation menée par l’ancien Premier ministre du Togo, Edem Kodjo, également ancien secrétaire général de l’OUA, actuelle Union africaine. Nouvelle menace sur la tenue du dialogue politique en République démocratique du Congo. À peine l’identité des participants dévoilée, la société civile dit non. Elle dénonce surtout la présence de politiques sur la liste de ses membres. Sur celle-ci figure notamment la députée Juliette Mugholé, membre du parti politique MSR, mais aussi dirigeante d’une ONG. Elle aurait d’ailleurs été choisie, selon sa formation politique, pour sa fonction de responsable d’Ong, plutôt que pour sa casquette politique. Toujours est-il que la société rejette cette liste. Africa News

Vers une refonte de l’accord d’Arusha préconise International Crisis Group
« Un an après le début de la crise déclenchée par la candidature du président Pierre Nkurunziza à un troisième mandat, la situation au Burundi reste critique » affirme ICG dans son dernier rapport « Anatomie du troisième mandat », c’est l’intitulé du rapport de International Crisis Group (ICG) qui décortique le bilan de la situation depuis le déclenchement de la crise en avril 2015. De l’afflux des réfugiés, de la continuité de la confrontation armée entre les groupes inconnus et les forces gouvernementales, de la dégradation de la situation socio-économique, ICG brosse un tableau sombre d’un pays endeuillé par une crise sans précédent. Au delà du constant, ICG a formulé des recommendations à l’endroit de plusieures parties prenantes dans la crise qui sécoue le Burundi. ICG propose donc des voies de sortie. VOA

Au moins 3 morts dans les affrontements entre police et manifestants au Kenya
Au moins trois civils ont été tués lundi dans l’ouest du Kenya lors d’affrontements entre la police et des manifestants de l’opposition réclamant la dissolution de la Commission électorale en amont de la présidentielle du 8 août 2017, a annoncé mardi la police kényane. Deux personnes ont été tuées par balle à Siaya, où les forces anti-émeute, selon un communiqué de la police, ont tiré « pour se défendre » face à « une foule utilisant des lance-pierres ». Vingt-neuf policiers ont été blessés, a ajouté la police. A Kisumu, ville acquise à l’opposition, une personne est décédée d’une blessure à la tête provoquée par une chute alors qu’elle fuyait les gaz lacrymogènes lancés par les policiers. VOA

Et si les pilotes du vol MS804 étaient morts avant d’avoir pu envoyer un SOS?
Quatre jours après le crash au-dessus de la Méditerranée du vol MS804, qui devait relier Paris au Caire dans la nuit du 18 au 19 mai, l’incertitude demeure. Les premiers débris ont été repérés sur l’eau, mais aucune piste – défaillance technique, humaine ou acte terroriste – n’est privilégiée par les enquêteurs pour le moment. À lire aussi: Un acte terroriste contre le vol MS804 validerait un scénario noir craint par les autorités La publication d’un document sur les dernières informations envoyées par l’A320 quelques minutes avant son crash ont cependant apporté de nouvelles données: une série de dysfonctionnements, dont une panne du système anti-givrage d’une fenêtre du cockpit, de la fumée dans les toilettes, de la fumée dans la soute électronique et une panne d’un pilote automatique, ont affecté l’avion juste avant la catastrophe. Slate

Le Sommet mondial sur l’action humanitaire décodé
Par définition, un sommet se doit de compter des chefs d’État parmi ses participants. Sur les 193 États membres des Nations Unies, combien seront présents ? Moins le grade du représentant d’un gouvernement est élevé, moins ledit gouvernement prend le sommet au sérieux. Si les pays en voie de développement envoient leur président ou leur Premier ministre alors que les pays les plus riches et les plus puissants ne mandatent que de simples vice-ministres, c’est qu’ils ne sont pas dans le même état d’esprit. Pour l’instant, à ce que nous ont dit les organisateurs, 60 chefs d’État ou de gouvernement seront présents, sur les 175 pays participants. Ce chiffre peut-il encore augmenter ? De nombreux invités ne manquent-ils pas à l’appel ? Et combien d’entre eux seront des têtes d’affiche, sachant que ni M. Poutine ni M. Obama n’y participeront ? Le sommet de Paris sur le climat a atteint un score d’environ 150. Étant donné les récents évènements en Turquie, de rigoureuses mesures de sécurité seront mises en place et les hôtes et les organisateurs seront soulagés si la conférence se termine sans incident. IRIN

Mali: deux attaques menées dans la région de Tombouctou
Week-end meurtrier dans la région de Tombouctou, au nord du Mali. Deux attaques ont été menées samedi soir et dimanche 22 mai sur l’axe entre Goundam et Tombouctou. La première attaque a eu lieu samedi soir, vers 22h30, à une vingtaine de kilomètres de Goundam, en direction de Tombouctou. Selon le colonel Maïga de la direction d’information de l’armée, des hommes armés, arrivés à bord d’au moins deux véhicules, ont attaqué des soldats maliens qui sécurisaient une base logistique de Soega-Satom, une entreprise en bâtiment affiliée au groupe français Vinci. Aucun personnel ne se trouvait sur place, d’après le colonel, qui estime que ce sont les militaires eux-mêmes qui étaient visés. Un soldat a été tué. Quatre blessés ont été évacués vers Tombouctou. RFI

Tunisie. Le tour de passe-passe d’Ennahda
“Ennahda, parti laïc ? Soyons sérieux…”, doute le site tunisien Businessnews. Lors de son 10e congrès, qui se tenait à Tunis du 20 au 22 mai, Ennahda a ainsi voté la séparation entre ses activités politiques et religieuses. Le premier parti tunisien en termes de nombre de députés se définit désormais comme “civil” et démocratique, l’islam devenant un “référent”. Courrier International

Libye: l’UE va former des garde-côtes à la lutte contre les passeurs
Les chefs de la diplomatie de l’UE ont donné leur feu vert lundi à l’élargissement du mandat de la mission navale de lutte contre les passeurs de migrants au large de la Libye « Sophia » pour y inclure la formation des garde-côtes libyens. « Nous avons reçu une lettre » du Premier ministre du gouvernement d’unité nationale soutenu par la communauté internationale, Fayez el-Sarraj, « nous invitant à contribuer à l’entraînement des garde-côtes libyens et on y répondra très rapidement », a expliqué la chef de la diplomatie européenne, Federica Mogherini. « On a décidé aujourd’hui de procéder à la planification opérationnelle » pour pouvoir commencer « le plus vite possible » cette formation, dont peu de détails sont connus, a ajouté Mme Mogherini, à l’issue d’une réunion des 28 ministres européens des Affaires étrangères à Bruxelles. TV5

Nigeria: Boko Haram l’enlève pour en faire une kamikaze, elle s’échappe
«Tu vas accomplir l’œuvre de Dieu», lui a chuchoté le combattant de Boko Haram sur la banquette arrière, juste avant qu’elle ne parvienne à échapper à ses ravisseurs. Khadija Ibrahim, une Nigériane de 30 ans, est persuadée d’avoir été enlevée pour jouer les kamikazes. C’est à la demande du gouverneur de l’Etat de Kano, Umar Ganduje, que Khadija a décrit dimanche devant la presse comment elle a réussi deux jours plus tôt à s’enfuir après avoir été enlevée et droguée par deux rebelles islamistes qui menaçaient de la transformer en bombe humaine. Le récit de cette mère de trois enfants confirme l’hypothèse selon laquelle les femmes kamikazes utilisées par Boko Haram ne sont pas consentantes. Depuis l’été 2014, le groupe islamiste a multiplié les attaques contre les cibles vulnérables, comme les marchés ou les lieux publics. Liberation

Ouganda: la police accuse l’armée congolaise d’avoir tué 4 de ses agents
La police ougandaise a accusé lundi l’armée congolaise d’avoir tué quatre de ses agents sur le lac Albert, qui marque une partie de la frontière entre les deux pays. « Quatre de nos officiers (de police, ndlr) ont été pris pour cible et tués par l’armée de République démocratique du Congo samedi soir alors qu’ils répondaient à un appel concernant des activités de pêche illégale sur la partie ougandaise du lac Albert », a déclaré à l’AFP le commandant de la police locale, Denis Namuwoza. « Les troupes congolaises ont confisqué notre bateau et les pistolets, et ont emmené les corps à Beni (dans le nord-est de la RDC, ndlr) », a-t-il ajouté. Il était toutefois impossible dans l’immédiat de vérifier de source indépendante l’identité des hommes armés. TV5

Somalie : les obstacles s’accumulent sur la route des élections
Les élections en Somalie auront-elles lieu en août, comme prévu ? Jeudi 19 mai, la délégation du Conseil de sécurité des Nations unies est repartie de Mogadiscio sans obtenir de réponse. Mi-2015, Hassan Cheikh Mohamoud, élu en 2012 président d’un Etat croupion, avait prévenu : les conditions sécuritaires et politiques rendent impossible la tenue d’une élection permettant aux 10 millions de Somaliens de participer au scrutin. Le Monde

Impasse politique en Guinée-Bissau, gangrenée par le trafic de cocaïne
Institutions à l’arrêt, crise au sommet de l’Etat. Depuis le 12 mai, la Guinée-Bissau est dans l’impasse. Le président José Mario Vaz, élu en 2014, a relevé de ses fonctions l’ensemble de son gouvernement, y compris Carlos Correia, son premier ministre. Une décision qui intervient huit mois à peine après la destitution du précédent chef de l’exécutif, Domingos Simoes Pereira. « Nous sommes vraiment préoccupés par l’impasse qui continue en Guinée-Bissau et crée une situation difficile pour la population parce que, avec le blocage, il est difficile pour les partenaires de la Guinée-Bissau de travailler avec le gouvernement, a déclaré Mohamed Ibn Chambas, directeur du bureau des Nations unies pour l’Afrique de l’Ouest et le Sahel. Les leaders politiques doivent travailler ensemble, dans le consensus, et engager un dialogue pour stabiliser le pays. » Le Monde

Secteur minier: Liberia et Guinée enquêtent sur des accusations de corruption
Le Liberia et la Guinée ont ouvert des enquêtes après la récente mise en cause par l’ONG britannique Global Witness de membres ou proches du pouvoir dans ces pays voisins pour corruption autour de contrats miniers, selon des responsables à Monrovia et Conakry. Dans un rapport de 44 pages publié le 11 mai et intitulé « The Deceivers » (« Les imposteurs »), Global Witness détaille des opérations menées par des responsables de la compagnie minière britannique Sable Mining pour obtenir ou sécuriser des permis au Liberia et en Guinée. A la suite des allégations de Global Witness, le Parlement libérien a décidé le 20 mai, à l’unanimité, la création d’une commission spéciale indépendante d’enquête sur ce dossier, a déclaré lundi à l’AFP un porte-parole du Parlement, Isaac Redd. TV5

Angola : l’eau potable, une denrée rare à Luanda
À Luanda, les vendeurs d’eau approvisionnent les habitants des différents quartiers en eau potable. Un produit qui vaut de l’or et pour lequel ils doivent parcourir de grandes distances. Plus de 6,3 millions d’Angolais n’ont pas accès à l’eau potable. Même s’ils en ont à leur disposition, ils doivent faire face à des pénuries, très fréquentes dans le pays. Ils s’en remettent donc aux vendeurs d’eau, comme Adriano, avec tous les risques que cela pourrait comporter. “C’est difficile, il n’y a pas de voyage facile. Nous devons nous réveiller tôt le matin, aller à la recherche d’un endroit propre où il y a de l’eau courante propre. Nous achetons l’eau dans ces endroits et nous allons la revendre en ville”, avoue ce vendeur d’eau ambulant. Africa News



Photo: Adam Jones