Revue de Presse du 24 août 2018

RDCongo: Ebola a franchi les lignes rebelles (OMS)
L’épidémie de fièvre hémorragique Ebola qui sévit dans l’est de la République démocratique du Congo (RDC) a franchi les lignes rebelles, un scénario que tous « redoutaient », a annoncé vendredi l’Organisation mondiale de la santé (OMS). Un cas confirmé et un cas présumé ont été recensés dans la ville d’Oicha, située dans le nord de la province du Nord-Kivu, a déclaré le directeur général adjoint de l’OMS, en charge des réponses d’urgence, Peter Salama, lors d’une conférence de presse à Genève. Oicha n’est pas contrôlée par les rebelles mais le territoire qui entoure la ville est sous l’emprise des rebelles ougandais des Forces démocratiques alliées (ADF), responsables présumés du massacre de plusieurs centaines de civils depuis 2014. TV5

RDC: quatre morts dans des violences dans la ville-frontière de Kasumbalesa
Quatre personnes ont été tuées jeudi dans des violences à Kasumbalesa, ville-frontière entre la République démocratique du Congo et la Zambie, a indiqué une source locale. En marge de ces troubles, des chauffeurs-routiers étrangers attendant de passer en Zambie ont été braqués par des manifestants qui leur ont extorqué de l’argent, selon une lettre professionnelle. Dans la nuit de mercredi à jeudi, deux personnes ont été tuées lors d’un cambriolage par des bandits armés et une troisième dans une dispute familiale, selon le bourgmestre, Zacharie Kilonge. Dans la matinée, un quatrième civil a été tué dans des heurts entre la population et la police, selon cette même source. « Les habitants de Kasumbalesa en colère sont descendus dans la rue pour dénoncer ces tueries », selon radio Okapi. La Libre

Les Congolais dans l’attente de la liste provisoire des candidats à la présidentielle 
Les Congolais attendent a publication de la liste provisoire des candidats aux élections prévues le 23 décembre en République démocratique du Congo, les yeux tournés vers la commission électorale qui maintient le suspense. « Les travaux de délibération pour les candidatures aux législatives nationales et à l’élection présidentielle entamés le lundi 20 août 2018 se sont poursuivis normalement jusque jeudi 23 août 2018 à 23h10 », indique un bref communiqué de la commission électorale nationale indépendante (Ceni). VOA

Six militaires tués dans une attaque en Libye
Des hommes armés ont tué jeudi six militaires lors d’une attaque contre un check-point et un bâtiment attenant dans la localité de Zliten en Libye, des violences qui illustrent l’insécurité persistante dans ce pays miné par les luttes au pouvoir. L’attaque a visé « la Force des opérations spéciales du ministère de l’Intérieur au barrage de sécurité de Wadi Kaam », à Zliten, à 170 km à l’est de la capitale libyenne Tripoli, a indiqué Moftah Ahmadi, maire de la localité. Selon un nouveau bilan communiqué à l’AFP par une source du ministère de l’Intérieur relevant du gouvernement d’union nationale (GNA), six militaires ont péri dans l’attaque après que deux blessés ont succombé. Un septième a été blessé. Aucun civil n’a été touché dans l’attaque, a-t-elle ajouté sous le couvert de l’anonymat. Les forces de sécurité ont ensuite procédé au ratissage de la zone « pour vérifier qu’il n’y avait plus de menace terroriste ». Slate

Violents combats entre l’armée camerounaise et des séparatistes
De violents combats entre l’armée au Cameroun et les séparatistes anglophones ont été signalés dans le nord-ouest du pays. Selon les habitants de la ville d’Esu, la fusillade a duré six heures. Les séparatistes se sont saisis d’armes automatiques d’un contingent de soldats camerounais lors d’une embuscade et les bureaux du conseil municipal de la localité auraient été incendiés. BBC

Gabon: l’opposition se divise sur la participation aux élections
Au Gabon, l’opposition confirme sa fracture en deux camps. Le premier dirigé par Jean Ping et celui-ci ne veut pas participer aux élections législatives et locales jumelées du 6 octobre prochain. Le second camp est celui des opposants qui ont accepté de participer à ces élections. Symbole emblématique de cette division de l’opposition gabonaise : la sortie hier de l’ancien Premier ministre Jean Eyeghe Ndong, sénateur et principal soutien de Jean Ping. « Mes chers compatriotes, ma position est claire : comme pour les législatives, je ne saurais prendre part aux élections locales annoncées pour le 6 octobre », a-t-il déclaré le 23 août. RFI

Éthiopie: Abiy Ahmed présente ses réformes à une délégation du Congrès américain
Le Premier ministre éthiopien Abiy Ahmed a rencontré jeudi une délégation du Congrès des États-Unis à Addis-Abeba. Les échanges ont tourné autour des questions de coopération bilatérales et régionales entreprises par le Premier ministre éthiopien depuis son accession au gouvernement en avril dernier. La délégation dirigée par Chris Smith, membre du Congrès, aurait promis de continuer à soutenir les différents processus en cours. Chris Smith est co-auteur d’une résolution sur les droits de l’homme, adoptée contre le gouvernement éthiopien en avril dernier. Africa News

Tchad: nouvelle attaque rebelle dans le nord, démentie par le gouvernement
Le gouvernement tchadien nie avoir subi une nouvelle attaque des rebelles, le 21 août, dans la région de Kouri Bougri à l’extrême nord-est du pays. Le Tchad répondait à un communiqué de la rébellion diffusé le lendemain qui affirme avoir attaqué la localité de Tarbou, dans cette zone des mines d’or déjà attaquée une première fois le 11 août. Le groupe rebelle du Conseil du commandement militaire pour le salut de la République (CCMSR), créé en Libye en 2016, affirme que les militaires tchadiens ont pris la fuite. RFI

L’ex-chef de la police inculpé devant une cour martiale en Ouganda
L’ancien chef de la police ougandaise, le puissant général Kale Kayihura, a été inculpé vendredi par un tribunal militaire qui l’accuse notamment d’avoir armé un groupe criminel et permis l’enlèvement de réfugiés. Kale Kayihura, 62 ans, a plaidé non coupable devant ce tribunal à Kampala. Il avait été limogé en mars de son poste de chef de la police ougandaise par le président Yoweri Museveni, puis arrêté en juin. Le procureur militaire reproche notamment à l’ex-chef de la police d’avoir permis que soient fournies des armes et munitions à un célèbre gang opérant parmi les moto-taxis de la capitale Kampala. VOA

Présidentielle au Ghana : l’ex-président John Dramani Mahama candidat à la primaire de son parti
L’ex-président ghanéen John Dramani Mahama a annoncé jeudi sa candidature pour représenter le parti de l’opposition, le National democratic congress (NDC), à la prochaine élection présidentielle prévue en 2020. « J’ai soumis ma lettre au secrétaire général du National democratic congress (NDC), confirmant ma décision de briguer la direction du parti pour nous mener vers la victoire en 2020 », a annoncé l’ancien chef d’État sur les réseaux sociaux. John Dramani Mahama, âgé de 59 ans, a promis de porter le Ghana plus haut « en modernisant la société et en dynamisant une économique délabrée ». « J’ai le devoir envers Dieu et mon pays de ramener notre grand parti au gouvernement pour redresser les torts du passé et mettre fin au mécontentement actuel du peuple », a-t-il écrit. Jeune Afrique

Maroc : l’Espagne renvoie 116 migrants entrés à Ceuta illégalement
L’Espagne a renvoyé le 23 août vers le Maroc les migrants africains entrés clandestinement la veille dans l’enclave espagnole de Ceuta. Une expulsion collective et rapide, aussitôt dénoncée par des défenseurs des droits humains. « Les 116 migrants subsahariens entrés (mercredi 22 août) en Espagne de manière illégale à travers la frontière de Ceuta ont été réadmis par le Maroc », a annoncé la préfecture de Ceuta dans un communiqué du 24 août. Cette opération se base sur « la réactivation » d’un accord bilatéral conclu il y a vingt-six ans par l’Espagne et le Maroc, a souligné la préfecture. Une porte-parole du ministère espagnol de l’Intérieur a défendu « la légalité » de « cette expulsion », en assurant que « toutes les conditions requises par la loi espagnole sur les étrangers avaient été remplies ».  Jeune Afrique

Faux départ pour le recensement électoral pour les législatives et la présidentielle en Guinée-Bissau
Les autorités bissau-guinéennes ont officiellement lancé un recensement électoral en prévision des scrutins législatif et présidentiel prévus en 2018 et 2019 mais n’ont pu enregistrer aucun électeur, le matériel électronique prévu à cet effet n’ayant pas été livré à temps par le Nigeria et le Timor Oriental. « Nous avons pas encore reçu les kits qui doivent venir du Nigeria à cause d’un problème logistique. Mais dans quelques jours tout rentrera dans l’ordre, le recensement pourra effectivement démarrer », a assuré le Premier ministre Aristide Gomes, sans préciser de date. Outre le Nigeria, le Timor Occidental et le Cap-Vert doivent également fournir à la Guinée Bissau des kits qui permettent d’enregistrer et de photographier les électeurs et d’imprimer leurs cartes, le tout en trois minutes, selon les autorités. VOA



Photo: Adam Jones