Revue de Presse du 24 août 2016

Des hélicoptères américains de combats entre en action à Syrte, en Libye
Le porte-parole du commandement des forces américaines en Afrique indique que des hélicoptères AH-1W SuperCobra des Marines ont rejoint les opérations à Syrte, ancien fief des jihadistes, où les forces gouvernementales libyennes mènent une offensive depuis mi-mai. Des hélicoptères AH-1W SuperCobra des Marines sont, selon le capitaine de corvette Anthony Falvo, entrés en action. « Les Cobras apportent de nouvelles capacités pour les bombardements de précision », a-t-il indiqué à l’AFP. « Cela nous donne un peu plus de flexibilité ». Ces hélicoptères SuperCobras sont stationnés sur l’USS Wasp, un navire d’assaut amphibie qui croise en Méditerranée. Des avions Harrier, à décollage vertical, partent également de ce bâtiment pour mener des frappes sur Syrte. VOA

Soudan : l’ex-vice-président sud-soudanais Riek Machar accueilli à Karthoum pour des « soins médicaux immédiats »
L’ex-rebelle et ancien vice-président sud-soudanais Riek Machar, en fuite depuis quelques semaines, est arrivé à Khartoum pour « des soins médicaux », a annoncé ce mardi 22 août le gouvernement soudanais dans un communiqué. Riek Machar avait d’abord trouvé refuge en RDC après des affrontements meurtriers entre ses partisans et ceux du président Salva Kiir début juillet à Djouba. À la suite de ces événements il a été remplacé par Taban Deng Gai, également ex-rebelle, au poste de vice-président. « Le Soudan a accueilli Riek Machar pour des raisons humanitaires et des soins médicaux », a déclaré le porte-parole du gouvernement Ahmed Bilal dans le communiqué. Jeune Afrique

Accord pétrolier prolongé entre le Soudan et le Soudan du Sud
Le Soudan et le Soudan du Sud se sont mis d’accord mardi pour proroger un accord pétrolier mais sans s’entendre dans l’immédiat sur ses termes financiers, selon des responsables. Lorsque le Soudan du Sud a fait sécession du Soudan en 2011, ce nouveau pays a accepté de payer à Khartoum une redevance pour l’utilisation des structures pétrolières et des pipelines du Soudan afin d’exporter son pétrole. « Les deux parties ont convenu de prolonger l’accord pétrolier devant expirer avant la fin de l’année », affirme un communiqué conjoint publié mardi. VOA

Nigeria: Shekau, le chef de Boko Haram, est-il blessé ou mort?
L’armée nigériane annonce que le chef de Boko Haram est gravement blessé. Abubakar Shekau aurait été visé par des bombardements qui a également fait plusieurs morts. L’armée nigériane parle d’un raid sans précédent et spectaculaire. L’armée nigériane a annoncé, ce mardi 23 août au matin, en lettres capitales sur son compte Twitter : plusieurs officiers de Boko Haram ont été tués dans un raid aérien et le chef du groupe terroriste, Abubakar Shekau, est très gravement blessé. Les mots utilisés sèment le doute car l’armée parle de blessure mortelle. RFI

En visite au Nigeria, Kerry confirme à Buhari le soutien des Etats-Unis
John Kerry était en déplacement mardi 23 août au Nigeria. Muhammadu Buhari, le chef d’Etat nigérian et le secrétaire d’Etat américain ont fait un tour d’horizon des dossiers brûlants à Abuja : la crise économique frappant le géant pétrolier, la lutte contre Boko Haram, mais aussi le renforcement de la coopération entre les deux pays. Pour sa troisième visite en deux ans, John Kerry est venu confirmer au président Muhammadu Buhari que le Nigeria était bien une priorité pour les Etats-Unis. La situation dans le delta du Niger et l’impact de la chute de la production de pétrole sur l’économie nigériane étaient notamment au menu de leur échange. RFI

John Kerry met en garde l’armée nigériane contre les répressions
Le secrétaire d’Etat américain John Kerry, en visite mardi dans le nord du Nigeria, a félicité l’armée nigériane dans sa lutte contre Boko Haram, mais aussi mis en garde contre les abus contre les droits de l’Homme. « La répression entraîne la défiance, elle entraîne le mépris et engendre des terroristes » a déclaré John Kerry dans son discours, alors qu’il rendait visite au sultan de Sokoto, autorité locale et religieuse dans l’extrême nord du Nigeria. « Votre pays a récupéré le contrôle d’une grande partie de son territoire », a souligné le secrétaire d’Etat mais pour un combat « efficace » contre la « violence extrême », « l’armée doit renforcer son engagement envers les valeurs que défendent cette région et le Nigeria dans son ensemble: l’intégrité, la bonne gouvernance, l’éducation, la compassion, la sécurité et le respect des droits de l’Homme ». TV5

Washington sanctionne les fils de Joseph Kony
Le Trésor américain a annoncé des sanctions financières contre deux fils de Joseph Kony, le leader recherché de l’Armée de Résistance du Seigneur (LRA), pour leurs exactions en République centrafricaine, selon un communiqué. Les avoirs aux Etats-Unis de Salim et Ali Kony, fils de Joseph Kony, qui faisait déjà lui-même l’objet de sanctions, ont été gelés et il est interdit à tout ressortissant américain de faire des affaires avec eux. « Nos initiatives, qui ciblent les finances de la LRA et de ses leaders tout en combattant leur participation au commerce illicite de l’ivoire, entrent dans le cadre de l’effort international concerté pour lutter contre la violence en République centrafricaine », indique John Smith, directeur intérimaire de l’antenne du Trésor chargée des sanctions financières (Ofac). VOA

RD Congo : l’appel à une « ville morte » partiellement suivi à Kinshasa
L’opposition congolaise a encouragé la population à observer une « journée ville morte » ce mardi 22 août sur l’ensemble du territoire. La recommandation a été partiellement suivie à Kinshasa et ignorée dans d’autres grandes villes du pays, selon des journalistes de l’AFP. À Kinshasa, à la mi-journée, des habitants constatent une circulation étonnamment fluide. « J’ai relié Kitambo magasin à la gare centrale en sept minutes, alors que d’habitude je mets au moins 30 minutes », explique Firmin Luzitu, un chauffeur de taxi. Au grand marché de Kinshasa, deux magasins sur cinq ont ouvert, mais les vendeurs se plaignent de la rareté des clients. « Nous ne vendons pas. Il n’y a pas d’acheteurs », proteste une vendeuse de poissons. Jeune Afrique

Dialogue en RDC : Tshisekedi, Kamerhe, Katumbi, Kengo… qui participe aux travaux préparatoires ?
Comme annoncé et malgré la journée ville morte décrétée par le « Rassemblement » de l’opposition congolaise, les travaux préparatoires du dialogue politique ont démarré mardi à Kinshasa. Non sans la présence de certains opposants au régime du président Joseph Kabila. Presque neuf mois après sa convocation par le président Joseph Kabila, le dialogue politique débute enfin en RD Congo. En tout cas, mardi 23 mars, la cérémonie de lancement officiel de ces pourparlers, qui n’en sont pour l’instant qu’au stade des travaux du comité préparatoire, a eu lieu dans la grande salle de l’hôtel Béatrice, avenue Isiro, à quelques mètres du grand boulevard du 30-Juin, à Kinshasa. Jeune Afrique

Protéger le personnel humanitaire contre les violences sexuelles
Selon un nouveau rapport, 16 pour cent seulement des organisations d’aide humanitaire ont des politiques appropriées pour gérer les affaires d’agressions sexuelles contre leur personnel et un cas de sévices sexuels sur 10 est rapporté et correctement traité. Le rapport, réalisé dans le cadre de la campagne Report the Abuse, est le fruit d’une enquête menée auprès de 92 organisations d’aide humanitaire, incluant des agences des Nations Unies et des ONG. Il a recueilli des témoignages au sujet de 77 cas de violences sexuelles, commises pour la plupart par des membres du personnel sur leurs collègues. IRIN

L’offensive diplomatique du Maroc en Afrique
L’Afrique, pour le Maroc, est « bien davantage qu’une appartenance géographique et des liens historiques ». L’Afrique est « le prolongement naturel et la profondeur stratégique du Maroc ». Prononcé le 20 août, jour de fête nationale, le discours de Mohammed VI intervient dans une intense séquence diplomatique où le roi du Maroc tente de s’imposer comme un leader africain dans la droite ligne de la politique menée depuis quinze ans en direction du continent. Aide au développement, présence économique, coopération sécuritaire et religieuse : l’offensive est tous azimuts. Le Monde

Tunisie: l’armée recrute les chômeurs
En Tunisie pour faire face au chômage des jeunes et lutter contre le terrorisme, l’armée et la police recrutent de plus en plus des jeunes. Des campagnes publicitaire et de communication ont lieu régulièrement pour inciter les jeunes à s’enrôler. Leur moyenne d’âge varie entre 18 et 25 ans. Des jeunes hommes au chômage pour la plupart depuis plusieurs mois. Au sud de la capitaleTunis et comme dans le reste du pays, le chômage touche en majorité les jeunes. Peu importe leur niveau d’études, qu’ils soient diplômé ou non. Certains décident alors de s’enrôler dans l’armée ou dans la police. BBC

La souveraineté au cœur de la contestation des jeunesses africaines
Dans plusieurs pays africains, l’opposition institutionnelle est soit muselée, soit discréditée, soit encore dépassée à force de ne jamais renouveler son personnel ni ses idées. Or une nouvelle « opposition » émerge, née de cette absence d’alternative politique crédible face à des régimes qui se sclérosent. Voilà ce que Y’en a marre (Sénégal), Balai citoyen (ou Cibal, Burkina Faso), Filimbi ou la Lucha (Congo-Kinshasa) représentent pour l’Afrique actuelle. La jeunesse de culture urbaine s’est structurée dans plusieurs pays comme une force sociale. Elle s’érige en agrégateur du ras-le-bol collectif des populations désireuses de profonds changements de leurs conditions de vie.  Le Monde

En Algérie, le burkini est «une négociation entre la femme et la société»
C’est une polémique qui a secoué l’été français, assombri par l’attentat de Nice le 14 juillet. Faut-il bannir le burkini des plages de l’Hexagone? Des élus municipaux du sud de la France, à Cannes, Nice ou Mandelieu, ont déjà fait ce choix. Aussi appelé hidjab, le burkini est un justaucorps en lycra assorti d’un pantalon, d’une petite robe et d’une cagoule recouvrant la tête et le cou. Les décrets municipaux interdisent son port au motif d’un risque de trouble à l’ordre public et d’atteinte à la laïcité. Un débat difficile, comme l’explique Henri Tincq sur Slate.fr. «Sans doute enfin faut-il s’interroger sur la progression de cet islam « salafiste », même dans sa variable « piétiste » ou non-violente, qui entend s’ériger en « contre-société » moderne, contester les valeurs et les mœurs du monde occidental et démocratique. Un islam radical qui déteste les principes d’une liberté confondue systématiquement avec la licence et qui fait mine d’ignorer, ou de ne pas comprendre, les aspirations et les campagnes en faveur de l’émancipation et de l’égalité des femmes», écrit Henri Tincq, tout en dénonçant l’hystérisation du débat religieux en France, «symptôme d’une société française malade de l’islam». Slate



Photo: Adam Jones