Revue de Presse du 23 octobre 2018

Les conflits non résolus en Afrique, un facteur clé de l’insécurité alimentaire
Les conflits en Afrique continuent d’apporter une contribution majeure aux problèmes de sécurité alimentaire du continent. Les violences continues perturbent l’agriculture, les moyens de subsistance et le fonctionnement des marchés, affaiblissant la résilience des ménages face à la sécheresse et à d’autres pressions. Les conflits limitent également les mouvements, empêchant certaines communautés d’accéder à l’aide humanitaire. Les trois quarts des Africains sont en situation d’insécurité alimentaire aiguë, en état de crise ou d’urgence – plus de 107 millions sur un total de 143 millions – vivent dans des pays touchés par un conflit. Centre d’études stratégiques de l’Afrique

Cameroun : le président Paul Biya officiellement réélu pour un septième mandat consécutif
Le président Paul Biya, à la tête du Cameroun depuis 1982, a officiellement remporté l’élection présidentielle du 7 octobre avec 71,28 % des voix, a annoncé le Conseil constitutionnel. Paul Biya, qui briguait à 85 ans un septième mandat présidentiel consécutif à la tête du Cameroun, a été réélu avec 71,28 % des suffrages exprimés, a annoncé lundi le Conseil constitutionnel. Maurice Kamto, candidat de l’opposition qui avait revendiqué la victoire au lendemain du scrutin du 7 octobre, est deuxième avec 14,23 % des votes, a précisé le président du Conseil constitutionnel, Clément Atangana lors de la proclamation officielle des résultats à Yaoundé, retransmise à la télévision d’État. Cabral Libii arrive en troisième place avec 6,28 %. Plusieurs candidats de l’opposition avaient dénoncé des fraudes électorales. France 24

Le gouvernement éthiopien et les rebelles de l’ONLF font la paix en Érythrée
Le gouvernement éthiopien a annoncé lundi 22 octobre avoir conclu un accord de paix avec un groupe de rebelles séparatistes du sud-est du pays, mettant officiellement un terme à plus de trois décennies d’insurrection dans la région Somali de l’Éthiopie. Fondé en 1984, le Front national de libération de l’Ogaden (ONLF) réclame plus d’autonomie, voire la sécession, pour la région de l’Éthiopie peuplée principalement par des membres de l’ethnie somali. L’accord a été signé dimanche soir dans la capitale érythréenne Asmara, où le ministre éthiopien des Affaires étrangères Workneh Gebeyehu et le vice-président de la région Somali Mustafa Omer ont rencontré des représentants de l’ONLF.  Jeune Afrique

Kenya: Raila Odinga nommé haut-représentant de l’Union africaine
L’ancien opposant kényan Raila Odinga a été nommé haut-représentant de l’Union africaine pour le développement des infrastructures. C’est ce qu’a annoncé samedi 20 octobre Moussa Faki Mahamat, le président de la commission de l’UA. Cette nomination vient confirmer des rumeurs qui couraient dans le pays depuis la poignée de main entre Raila Odinga et Uhuru Kenyatta en mars dernier, poignée de main qui avait mis fin à des mois de tensions entre les deux hommes et leurs soutiens suite aux deux élections présidentielles de 2017. RFI

Le Burkina Faso dépassé par la flambée des attaques jihadistes
S’il n’y a eu aucune victime lors de l’attaque d’une gendarmerie dans le nord du Burkina Faso la semaine dernière, c’est parce que les gendarmes, surpassés en nombre, ont fui, permettant à un nombre inconnu de détenus de s’échapper. Cette attaque à Djibo, chef-lieu du nord du pays, région en proie à une guérilla jihadiste d’intensité croissante, est survenue quelques heures après l’arrivée à Ouagadougou du ministre français des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian. C’était la deuxième visite de M. Le Drian cette année, alors que la sécurité se dégrade. Le gouvernement semble impuissant face aux attaques répétées depuis le premier trimestre 2015. Ouagadougou, la capitale, a été frappée à trois reprises. TV5

Djibouti: plusieurs arrestations dans le parti d’opposition Model
A Djibouti, 5 membres du parti d’opposition Model ont été incarcérés avant d’être remis en liberté provisoire dimanche soir. Ces interpellations font suite à l’ouverture d’une école au sein du mouvement afin de former les militants. Les autorités accusent le Model d’avoir ouvert un établissement scolaire sans autorisation. « Former un citoyen c’est construire une nation. » Voilà le mantra de l’école interne du Model inaugurée le 12 octobre. « C’est une structure réservée à nos membres majeurs, sans aucuns frais et destinée à former les citoyens », explique Kadar Abdi Ibrahim, le secrétaire général du mouvement. Mais cette ouverture n’a pas été du goût des autorités. Vendredi, 5 membres du Model, dont plusieurs hauts cadres, ont été arrêtés. Selon une source judiciaire, l’école du parti serait illégale, car elle aurait été ouverte sans aucune autorisation. RFI

Comores: de nouveaux éléments sur l’identité des insurgés
Alors que la vie a repris son cours à Anjouan après les violents affrontements, le président Azali Assoumani est arrivé sur l’île lundi soir. Il y avait envoyé, depuis jeudi dernier, le ministre de la Défense et celui de l’Education, originaire du quartier même où se sont déroulés les échanges de tirs, pour tenter de négocier la reddition des civils armés qui avaient déjà pris la fuite selon la population sur place. Mais les autorités sont bien décidées à retrouver les armes lourdes utilisées. Elles en ont récupéré une infime partie hier. RFI

Election au Cameroun: les leçons du scrutin
Le président Paul Biya, 85 ans, dont 35 au pouvoir, est réélu pour un septième mandat avec 71,28 % des voix. Le Conseil constitutionnel a proclamé ce lundi les résultats officiels de la présidentielle du 7 octobre. Pour le RDPC au pouvoir, la victoire éclatante du président Paul Biya est celle d’une confiance renouvelée. Mais, avant même la proclamation, les opposants ont rejeté ces résultats, parlant « de résultats fabriqués », d’« élection volée ». Indépendamment de ces contestations, il y a tout de même quelques enseignements que l’on peut déjà retenir. Dont celui de la recomposition du paysage politique et de la mobilisation. Cette présidentielle a suscité un intérêt inédit auprès d’une large partie de la population.  RFI

Prolongation du recensement électoral à Bissau
Le recensement électoral en Guinée-Bissau, dont la fin était prévue le 20 octobre, a été prolongé d’un mois, une extension qui devrait entraîner un report des élections législatives du 18 novembre, a annoncé la ministre de l’Administration territoriale. « Maintenant la date limite d’inscription des électeurs sera le 20 novembre », a affirmé la ministre, Ester Fernandes. « Le gouvernement a suivi la loi électorale qui donne 60 jours pour le recensement. Nous avons 30 jours pour respecter ce délai, ce serait alors 60 jours ». Après la prolongation du recensement jusqu’au 20 novembre, deux jours au-delà de la date prévue pour les législatives, « il restera à connaître la nouvelle date des élections législatives », a ajouté la ministre, laissant entendre que le scrutin serait reporté. VOA

Guterres plaide pour un rôle politique accru de l’ONU en Centrafrique
Le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, plaide pour un rôle accru des Nations unies en Centrafrique dans la perspective d’élections en 2020/2021, dans un rapport remis récemment aux 15 membres du Conseil de sécurité. « Les Nations unies, en particulier la Minusca (force de Casques bleus), devraient avoir un rôle plus important dans le processus de paix », juge-t-il. « Au vu du contexte actuel, certaines de ses missions doivent être renforcées, comme son soutien politique au processus de paix et à la stratégie sécuritaire », précise Antonio Guterres. « Deux nouvelles tâches sont recommandées: un soutien logistique à la défense nationale et aux forces de sécurité, et au processus électoral ».  VOA

RDC: l’armée nationale impuissante face aux rebelles
Selon les FARDC, les forces armées congolaises, ce sont les rebelles des Forces démocratiques alliées (ADF) qui sont à l’origine des attaques du week-end dernier. « Nous venons de ramasser onze corps de civils tués à Matete », au nord de Beni après l’attaque des rebelles, »où quinze personnes sont portées disparues, parmi lesquelles dix enfants, dont l’âge varie entre cinq et dix ans », a déclaré à l’AFP le colonel Safari Kazingufu, chef de la police de la ville de Beni. Selon lui, le bilan pourrait être plus élevé. Car des habitants auraient « vu les corps de deux hommes en tenue militaire » dans le quartier où l’attaque a eu lieu. Ce lundi matin, une autre attaque, imputée cette fois aux Maï-Maï, a également eu lieu à Beni et ses environs. Une situation qui a poussé l’armée à engager des manœuvres de grande envergure pour retrouver les assaillants.  Deutsche Welle

Machine à voter en RDC : l’UDPS de Félix Tshisekedi fait-elle désormais bande à part ?
Les récents propos de responsables de l’UDPS laissent entendre que le principal parti de l’opposition serait désormais prêt à prendre part aux élections du 23 décembre, malgré le maintien de la controversée machine à voter. Qu’en est-il vraiment ? Pour l’instant, Félix Tshisekedi ne pipe mot. La polémique ne cesse pourtant d’enfler à Kinshasa depuis la récente sortie médiatique de certains de ses lieutenants sur le recours à la machine à voter pour les élections à venir en RDC, le 23 décembre. Jusqu’ici, l’opposition a toujours appelé à l’abandon de cet engin. Mais il n’est plus certain que cette position soit entièrement partagée au sein de l’Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS).  Jeune Afrique

La résidence de Lambert Mende attaquée à la grenade
Les résidences de Lambert Mende, le porte-parole du gouvernement congolais et celle d’Alain Atundu, le porte-parole de la Majorité présidentielle ont été attaquées à la grenade dans la nuit de dimanche à lundi. Les deux personnalités disent avoir été prises pour cibles par un groupe d’assaillants non encore identifiés. Dans les deux cas, il n’y a pas de blessés, ni de morts. Ecoutez Lambert Mende, le porte-parole du gouvernement congolais.  BBC

Darfour: l’émissaire de l’ONU-UA réclame des « mesures sévères » contre un chef rebelle
L’émissaire de l’ONU et de l’Union africaine pour le Soudan, Jeremiah Kingsley Mamabolo, a réclamé lundi au Conseil de sécurité de prendre des « mesures sévères » contre le chef rebelle Abdul Wahid al-Nour, qui « préfère le conflit armé à la cessation des hostilités ». « Tous les efforts pour que le dirigeant de l’Armée de libération du Soudan (SLA), Abdul Wahid al-Nour, fasse partie du processus de paix ont échoué jusqu’à présent », a indiqué le responsable en se félicitant d’une situation « relativement calme et pacifique » au Darfour, à part dans quelques poches dans la zone de Jebel Marra « où des affrontements armés se poursuivent entre les forces gouvernementales et rebelles ». « J’exhorte le Conseil à passer à une action sévère contre le chef de la SLA car toutes les informations convergent pour dire qu’il préfère le conflit armé à la cessation des hostilités et à un processus politique », a ajouté Jeremiah Kingsley Mamabolo, lors d’une liaison vidéo à l’occasion d’une réunion publique du Conseil de sécurité sur la situation au Darfour.

Madagascar: 52 détenus en préventive morts en 2017, selon Amnesty International
Cinquante-deux personnes sont mortes en détention préventive à Madagascar en 2017, en raison d’une paralysie de son système judiciaire, a annoncé mardi Amnesty International. Selon l’ONG, 55% de la population carcérale de la grande île de l’océan Indien, soit quelque 11.000 personnes, attendaient d’être toujours jugés en octobre 2018, bien que nombre d’entre elles ne soient confrontées qu’à des accusations de crimes mineurs. « Les conditions misérables dans lesquelles les personnes en détention préventive sont maintenues constituent clairement un traitement cruel, inhumain et dégradant », peut-on lire dans le rapport intitulé « Puni pour être pauvre » et qui se fonde sur des visites effectuées dans neuf établissements pénitentiaires. TV5

Maroc : plongée au cœur d’OCP, l’empire des phosphates
En dix ans, l’Office chérifien des phosphates s’est métamorphosé en géant des engrais. Face aux Chinois, aux Américains et aux Saoudiens, il vise aujourd’hui la place de numéro un mondial, sans oublier d’appuyer la stratégie du royaume partout où il le peut. De la recherche scientifique au développement du Sahara. Au sortir d’une interminable énumération, sourire aux lèvres, Brahim Ramdani pointe du doigt un rond-point à travers la fenêtre conducteur : « Cette fontaine aussi, nous l’avons offerte à la ville. » Le résumé de la visite guidée du directeur des opérations des mines de Khouribga est assez simple : ici, chaque rue, chaque terrain, chaque bâtiment est l’œuvre de l’Office chérifien des phosphates (OCP). Chaque pierre, chaque grain de sable sans doute fut un jour déplacé par OCP. Jeune Afrique



Photo: Adam Jones