Revue de Presse du 23 octobre 2017

Des dizaines de policiers égyptiens tués
Au moins 53 policiers ont été tués en Egypte dans une embuscade tendue par les islamistes, à 200 kilomètres du Caire, la capitale. L’attaque a été revendiquée par le groupe extrémiste Hasm, qui est issu des Frères musulmans. C’est l’une des attaques les plus meurtrières depuis le début, en 2013, d’une série d’attentats terroristes contre les forces de sécurité. Vendredi, un convoi des forces égyptiennes a été visé par des tirs de roquettes. Le ministère égyptien de l’Intérieur a indiqué que 13 combattants ont été tués dans les rangs du groupe extrémiste Hasm, qui a revendiqué l’attaque. BBC

Nigeria : Maiduguri, théâtre d’un triple attentat-suicide
Trois kamikazes se sont fait exploser dans la soirée du dimanche 22 octobre à Maiduguri, capitale de l’Etat du Borno au Nigeria. Plusieurs sources sécuritaires font état de treize morts et plus d’une dizaine de blessés. « Une première femme a déclenché sa ceinture explosive à 21 h 45 devant un petit restaurant de rue, a rapporté une source militaire sous couvert d’anonymat. Quelques minutes plus tard, une autre femme a explosé dans le même quartier, juste devant l’entrée du camp de déplacés. La troisième femme, dont la ceinture n’a pas totalement fonctionné, n’a pas fait de victime. Le Monde

Huit morts après l’explosion d’une mine au passage d’un minibus en Somalie 
Au moins 8 personnes ont été tuées et six blessées dimanche quand une mine a explosé au passage d’un minibus dans le sud de la Somalie, selon un responsable de la sécurité locale, Ibrahim Abdulle. L’explosion a eu lieu à environ 30 kilomètres au nord de la capitale, Mogadiscio. Selon des habitants de la région, la route, qui passe par un territoire contrôlé par les shebab liés à Al-Qaïda, est rarement utilisée en raison de craintes pour la sécurité. « Il y a un risque significatif à emprunter cette route, mais le chauffeur avait insisté pour l’utiliser », a déclaré, un habitant, Moalim Mohamed Ise. VOA

Somalie: l’attentat de Mogadiscio met en lumière la fragilité du gouvernement
L’attentat au camion piégé du 14 octobre à Mogadiscio, le plus meurtrier de l’histoire de la Somalie avec au moins 358 morts, a mis en relief la fragilité du gouvernement fédéral somalien, estiment les analystes. Désorganisation et corruption rampante au sein des forces de sécurité, défiance entre le pouvoir central et les États fédérés: cet attentat montre la capacité des insurgés islamistes shebab à profiter des failles du gouvernement de Mogadiscio dans la guerre asymétrique qu’il leur mène. Les shebab ont-ils gagné en puissance? TV5

Nikki Haley en Afrique pour revoir les conditions de l’aide américaine
Nikki Haley, l’ambassadrice américaine aux Nations unies, est en Afrique jusqu’au 28 octobre. Elle se rend en Ethiopie, au Soudan du Sud et en République démocratique du Congo où elle doit rencontrer des réfugiés, la société civile, les casques bleus mais aussi les dirigeants de ces pays. C’est la première fois qu’un officiel américain de haut-rang se rend en Afrique depuis l’arrivée de l’administration Trump au pouvoir en janvier dernier. L’agenda de Nikki Haley est clair : taper du poing sur la table et revoir les conditions de l’aide américaine pour le continent. RFI

Visite des ambassadeurs du Conseil de sécurité au QG de la force G5 Sahel
Les ambassadeurs du Conseil de sécurité de l’ONU ont visité dimanche le poste de commandement de la force antijihadiste du G5 Sahel, à Sévaré, au Mali. Cette force conjointe, formée de soldats du Mali, du Niger, du Tchad, du Burkina Faso et de Mauritanie, doit lancer sa première opération à la fin du mois. Sévaré est à une dizaine de kilomètres à l’est de Mopti, chef-lieu de la région du même nom, dans le centre du Mali où la situation sécuritaire s’est nettement dégradée ces derniers mois. VOA

Maroc et « argent du haschich » : Rabat rappelle son ambassadeur en Algérie
Le Maroc a annoncé samedi avoir décidé du rappel pour consultation de son ambassadeur à Alger, en réaction à des déclarations du ministre algérien des Affaires étrangères, Abdelkader Messahel, accusant des entreprises marocaines de « blanchir l’argent du haschich » en Afrique. Qualifiant dans un communiqué les déclarations de M. Messahel de « gravissimes », le ministère marocain des Affaires étrangères a également indiqué avoir convoqué vendredi soir le chargé d’affaires de l?ambassade d?Algérie pour lui faire part du « caractère irresponsable, voire enfantin » des propos visés. Intervenant la veille à Alger lors de l’université d’été du Forum des chefs d’entreprise, le chef de la diplomatie algérienne a évoqué la montée en puissance des investissements marocains sur le continent au cours des dernières années, et la rivalité entre voisins maghrébins dans ce domaine. Jeune Afrique

Le Maroc « blanchit l’argent du haschich » en Afrique ? Twitter s’en amuse
Alors qu’Alger a accusé Rabat de « blanchir l’argent du haschich » via ses entreprises comme la compagnie aérienne Royal Air Maroc, les internautes ont pris le parti d’en rire. « Pablo Escobar était un client fidèle de la RAM [Royal Air Maroc, la compagnie publique marocaine, NDLR], et ça tout le monde le sait. » Au lendemain des propos du ministre des Affaires étrangères algérien Abdelkader Messahel accusant des entreprises marocaines de « blanchir l’argent du haschich » en Afrique, les internautes ont choisi l’humour pour réagir. Avec le hashtag #tweetcommemessahel, Marocains et Algériens rivalisent d’imagination. Petit florilège. France 24

Centrafrique : Antonio Guterres attendu pour une première visite aux Casques bleus
Le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, est attendu mardi en Centrafrique, où les violences ont redoublé ces deniers mois dans les provinces, au moment où le mandat des 12.500 Casques bleus de la Minusca déployés dans le pays est sur le point d’être renouvelé. « C’est un peu un geste de solidarité, pour être ce jour-là avec les forces de maintien de la paix dans un des environnements les plus dangereux », a-t-il expliqué dans un entretien à l’AFP et Radio France Internationale (RFI). Cette visite en Centrafrique – « une crise dramatique mais une crise oubliée » -, sera sa première visite à une mission de maintien de la paix depuis sa prise de fonctions le 1er janvier. Elle intervient dans un contexte financier délicat pour l’ONU, avec une forte pression du président américain Donald Trump pour des coupes budgétaires au sein de l’organisation internationale et certaines de ses missions de paix. Jeune Afrique

Elections locales en Algérie: l’opposition accuse le pouvoir de multiplier les entraves
Plusieurs partis d’opposition algériens ont dénoncé le rejet « arbitraire » de nombre de leurs listes pour les élections municipales et départementales du 23 novembre, accusant le pouvoir de vouloir faire main basse sur les assemblées locales. Des laïcs du Rassemblement pour la culture et la démocratie (RCD), aux formations islamistes -dont le Mouvement de la société pour la paix (MSP)-, en passant par le Front des forces socialistes (FFS, gauche), plus vieux parti d’opposition: tous ont fait état auprès de l’AFP de candidatures ou listes invalidées pour des motifs jugés futiles ou fallacieux. En premier lieu, disent-ils, les préfectures, chargées de réceptionner les dossiers, sont allées au-delà des dispositions du code électoral qui interdit d’être candidat en cas de « condamnation définitive » ayant entraîné une « privation de liberté ». TV5

L’OMS annule la nomination de Mugabe comme ambassadeur de bonne volonté
Le patron de l’Organisation mondiale de la santé a annoncé avoir annulé dimanche la nomination du président du Zimbabwe, Robert Mugabe, comme ambassadeur de bonne volonté de l’OMS, tentant de mettre fin à la polémique. « Au cours des derniers jours, j’ai réfléchi à la nomination de son excellence le président Robert Mugabe comme ambassadeur de bonne volonté de l’OMS (…) en Afrique. En conséquence, j’ai décidé d’annuler cette nomination », a écrit dans un communiqué le directeur général de l’OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus, ancien ministre éthiopien des Affaires étrangères. Le choix du président Mugabe annoncé cette semaine par le directeur général de l’OMS avait provoqué une levée de boucliers d’ONG dénonçant l’effondrement du système de santé zimbabwéen sous le régime Mugabe, mais aussi de pays comme les Etats-Unis, la Grande-Bretagne et le Canada. TV5

Algérie: recrudescence des migrations vers l’Europe
L’agence européenne Frontex a annoncé la semaine dernière que le nombre de migrants arrivés du Maghreb et de Turquie était en augmentation en 2017. Cette augmentation des départs concerne aussi l’Algérie, où l’Etat avait pourtant pris des mesures en 2008 pour réduire les départs. Impossible de savoir quel est leur nombre exact. Mais ils sont beaucoup plus nombreux que les années précédentes. Ces deux derniers mois, l’armée algérienne a arrêté plus de 1 500 personnes à bord de barques qui tentaient de se rendre en Europe par la mer. C’est plus qu’au court de toute l’année 2015. RFI

Plus d’un milliard de personnes «invisibles» faute d’identité
Ils sont plus de 1,1 milliard dans le monde sans existence officielle, faute de preuve d’identité. Privés de services de santé et d’éducation, les plus jeunes sont aussi victimes des pires violences, déplorent les organisations internationales. Parmi ces « personnes invisibles » qui vivent essentiellement en Afrique et en Asie, plus d’un tiers sont des enfants dont la naissance n’a pas été enregistrée, a récemment déploré la Banque mondiale dans le cadre de son programme baptisé ID4D (Identification for Development). Le problème est particulièrement criant dans les zones géographiques touchées par la pauvreté, la discrimination, les épidémies ou les conflits armés. « Les causes sont multiples », souligne Vyjayanti Desai, qui dirige l’ID4D. Dans les pays en développement, dit-elle, l’une des principales raisons est la distance séparant les personnes des services de l’État. La Presse



Photo: Adam Jones