Revue de Presse du 23 juillet 2018

Tchad: 18 morts dans une attaque de Boko Haram sur le lac Tchad
Dix-huit personnes ont été tuées jeudi soir du côté tchadien du lac Tchad par des hommes identifiés comme appartenant au groupe jihadiste Boko Haram, a-t-on appris dimanche de source sécuritaire. « Les éléments de Boko Haram ont attaqué un village au sud de Daboua », une sous-préfecture du lac Tchad non loin du Niger, « jeudi vers 21H00 » (20H00 GMT) et ont « égorgé 18 personnes, blessé deux autres et enlevé 10 femmes », a indiqué à l’AFP cette même source. Samedi soir, l’armée nigérienne avait annoncé avoir tué « dix terroristes », après avoir repoussé une attaque d’une de ses positions par Boko Haram jeudi vers 23H00 (22H00 GMT), dans le sud-est du Niger. Slate

Niger: dix « terroristes » de Boko Haram tués dans le sud-est
L’armée du Niger a annoncé samedi avoir tué « dix terroristes », après avoir repoussé une attaque d’une de ses positions par le groupe jihadiste Boko Haram dans le sud-est du pays, proche du Nigeria. « Dans la nuit du jeudi 19 juillet au vendredi 20 juillet aux environs de 23H00 (22H00 GMT), la position militaire de Baroua a été attaquée par le groupe terroriste Boko Haram. Le bilan provisoire est: côté ami, un militaire décédé et deux blessés, côté ennemi dix terroristes tués suite à la réaction rigoureuse de nos forces », précise le ministère nigérien de la Défense dans un communiqué lu samedi soir à la télévision d’Etat. « Les opérations de ratissage engagées par nos forces de défense et de sécurité sont en cours », assure le ministère. TV5

La force conjointe du G5 Sahel, nouveau mythe de Sisyphe ?
Une certaine urgence entourait la première visite officielle d’un président français en Mauritanie, début juillet 2018, depuis la venue de Jacques Chirac en 1997. « La France conserve sa vocation africaine », avait alors déclaré ce dernier. Ces paroles auraient tout autant pu être prononcées par Emmanuel Macron, chef des armées d’un pays qui a réinvesti militairement la région sahélienne au cours de la dernière décennie. La crise malienne qui a vu un agrégat de groupes djihadistes gouverner les régions nord du pays en a été le catalyseur. En soutenant à bout de bras la force conjointe du G5 Sahel (FC-G5S) depuis son lancement officiel, en juillet 2017, le chef de l’État français s’inscrit indéniablement dans les pas de son prédécesseur. Le Point

Présidentielle au Zimbabwe: l’écart de resserre entre Mnangagwa et Chamisa
L’écart se resserre entre le président sortant Emmerson Mnangagwa et le leader de l’opposition Nelson Chamisa. Les deux hommes ne sont plus qu’à trois points d’écart dans les intentions de vote, selon un récent sondage. Les élections harmonisées (niveau local, parlementaire et national) auront lieu le 30 juillet au Zimbabwe. Les rassemblements politiques et les opérations de porte-à-porte se multiplient au Zimbabwe, à une semaine du scrutin national. Celui-ci s’annonce serré : selon un récent sondage, l’opposition zimbabwéenne menée par le MDC récolte 37% des intentions de vote, contre 40% pour la Zanu-PF. RFI

Comores : qui a voulu tuer le vice-président Abdou Moustoidrane ?
Un des vice-présidents des Comores a échappé dans la nuit de samedi à dimanche, à une attaque à l’arme automatique qui a visé son véhicule sur l‘île d’Anjouan. Les auteurs ne sont pas encore identifiés. Un mauvais signe à quelque huit jours du référendum constitutionnel très contesté. Un voyage chez les siens qui se serait transformé en un retour vers les ancêtres pour Abdou Moustoidrane. Originaire d’Anjouan, l’un des vice-présidents des Comores se rendait dans son village natal de Sima, à la pointe ouest de l‘île ce samedi 21 juillet. Africa News

Un magistrat équato-guinéen meurt en détention
Jose Esono Ndong Bidang, un magistrat détenu depuis mardi au commissariat central de Malabo, la capitale de la Guinée Equatoriale, est décédé samedi. Après son arrestation, il aurait dit aux policiers qu’il ne se sentait pas bien et qu’il voulait voir un médecin, selon son neveu. Jose Esono Ndong Bidang a été conduit dans une clinique privée, où le médecin lui a dit qu’il devait être hospitalisé. BBC

Onze taximen tués en Afrique du Sud
Des hommes armés ont tué 11 chauffeurs de taxi dans une embuscade, dans la province de Gauteng, située dans le nord de l’Afrique du Sud, selon la police sud-africaine. Les victimes se rendaient à Johannesburg, samedi soir, lorsque leur minibus a été mis à feu et à sang. Quatre autres personnes ont été grièvement blessées dans l’attaque. BBC

Le PDCI fait le ménage dans ses rangs
Le parti de l’ancien président ivoirien Henri Konan Bédié a exclu 17 militants qu’il reproche d’avoir pris part, lundi dernier, à l’assemblée constitutive du RHDP-Parti unifié avec des formations membres de la majorité présidentielle. Le PDCI avait demandé à ses militants de ne pas prendre part à la création du RHDP-Parti unifié, avec le RDR du chef de l’Etat, Alassane Ouattara, et d’autres petites formations. Lors d’une conférence de presse, dimanche, à Abidjan, Maurice Kakou Guikahué, le secrétaire exécutif du PDCI, a rendu publique l’exclusion de ses camarades. BBC

Référendum constitutionnel aux Comores: climat de campagne tendu
A une semaine jour pour jour du référendum visant à changer la Constitution des Comores, le climat de campagne est tendu. Un des vice-présidents des Comores a échappé dans la nuit de samedi à dimanche à une attaque à l’arme automatique. Le président Azali Assoumani a invité ses opposants à faire campagne pour le « non » » et leur a donné rendez-vous dans les urnes. Un processus biaisé d’avance, répondent-ils, criant à la mascarade en l’absence de Cour constitutionnelle. Ils mènent donc une autre campagne : ne pas reconnaître ni participer au moindre scrutin sans cette cour arbitrale. Autant dire une cause perdue d’avance puisque rien n’empêchera le référendum lundi prochain, laissant un boulevard à la mouvance présidentielle et au chef de l’Etat lui-même, présents dans chaque région de l’archipel. RFI

Trois soldats lynchés par une foule en colère en Ouganda
Trois soldats ougandais ont été lynchés par une foule en colère près de la frontière avec la République démocratique du Congo, après avoir été accusés d’être des criminels par la population locale, ont annoncé dimanche la police et un fonctionnaire régional. « Trois de nos soldats ont été tués par une foule et des enquêtes sont en cours pour établir les circonstances dans lesquelles ils ont été tués », a déclaré à l’AFP le fonctionnaire local, Peter Debele. « Trois armes à feu ont été récupérées sur les lieux de l’attaque et huit personnes ont été arrêtées en connexion avec l’assassinat des soldats », a-t-il ajouté. VOA

Chine-Sénégal : de nouveaux accords
Ces nouveaux textes ont été signés pour renforcer les liens économiques entre les deux pays. La signature des accords a eu lieu à l’occasion de la visite d’Etat qu’effectue le président chinois Xi Jinping, ce weekend, à Dakar. Lors d’un point de presse, samedi soir, le président sénégalais, Macky Sall, a déclaré avoir eu avec son homologue chinois des entretiens sur la coopération bilatérale, les relations sino-africaines et « l’actualité internationale ». Ces échanges ont abouti à la signature de 10 accords, dans les domaines de la justice, de la coopération économique et technique, des infrastructures, de la valorisation du capital humain et de l’aviation civile. BBC

Les présidents sénégalais et chinois inaugurent une arène de lutte à Dakar
Les présidents sénégalais et chinois ont inauguré dimanche à Dakar une arène de lutte, sport très populaire dans le pays, financée par Pékin, au deuxième et dernier jour de la visite au Sénégal du dirigeant chinois en tournée africaine, ont constaté des journalistes de l’AFP. Le dirigeant chinois Xi Jinping a symboliquement remis dimanche matin à son homologue sénégalais Macky Sall les clefs de l’arène nationale de lutte de Pikine (banlieue de Dakar), lors d’une cérémonie marquée par une chorégraphie de lutteurs. Les deux dirigeants ne se sont pas exprimés. La nouvelle infrastructure, construite en 28 mois par des entreprises chinoises, financée par la Chine pour un montant de 32 milliards de FCFA (48,7 millions d’euros), est d’une capacité de plus de 20.000 places. VOA

RDC : le dernier coup de poker de Kabila
Joseph Kabila semble enfin avoir trouvé sa stratégie en vue de la présidentielle de décembre : former une vaste coalition pour conserver l’essentiel du pouvoir – même après son départ. La pratique perdure dans certaines contrées reculées de la RD Congo. Autour du feu de bois, à la tombée de la nuit, les grands-parents racontent aux enfants de brèves histoires féeriques. Ces « contes de chez nous », souvent non écrits, peignent toujours le lion en roi incontesté de la forêt. Mais ce souverain est parfois trop prévisible, manipulable et naïf, au point de mettre son règne en péril. Tantôt il est pris de court par la ruse du lièvre, tantôt il est piégé par la malice de l’antilope. Jeune Afrique



Photo: Adam Jones