Revue de Presse du 23 février 2018

Soudan du Sud: une commission de l’ONU veut des poursuites pour crimes contre l’humanité
Un total de 41 hauts responsables sud-soudanais ont été identifiés en vue de poursuites pour crimes contre l’humanité et crimes de guerre, a annoncé vendredi une Commission onusienne des droits de l’Homme, évoquant des viols et meurtres à caractère ethnique perpétrés dans ce pays en guerre depuis décembre 2013. Dans des termes d’une dureté rarement constatée de la part de l’ONU depuis le début de ce conflit dévastateur, la Commission onusienne des droits de l’Homme pour le Soudan du Sud a tiré à boulets rouges aussi bien sur les forces fidèles au président Salva Kiir que sur celles loyales au chef rebelle et ancien vice-président Riek Machar. BFM TV

Nigeria : incompréhension à Dapchi, après l’attaque d’une école par Boko Haram
Les familles des dizaines de jeunes filles, disparues lundi dans le nord-est du Nigeria, reçoivent des informations contradictoires des autorités. Le gouverneur de l’État de Yobe avait affirmé qu’elles avaient été libérées mais a dû démentir. Les nouvelles sont contradictoires et la confusion totale, après la disparition, lundi 19 février, de dizaines de jeunes filles, introuvables depuis que des jihadistes de Boko Haram ont mené un raid sur la ville de Dapchi, dans le nord-est du Nigeria. France 24

Législatives à Djibouti : les électeurs se préparent à élire leurs députés
Les Djiboutiens se rendent aux urnes ce vendredi pour renouveler les 65 députés qui siégeront à l’Assemblée nationale. Sans surprise, l’Union pour la majorité présidentielle (UMP), le parti au pouvoir, fait figure de grand favori, face à une opposition en quête d’union, contrairement au scrutin de 2013. Après treize jours de campagne officielle, les Djiboutiens se rendent aux urnes ce vendredi 23 février, pour renouveler les 65 députés qui siégeront pour cinq ans sur les bancs de l’Assemblée nationale. Sans surprise, l’Union pour la majorité présidentielle (UMP) du président Ismaël Omar Guelleh, fait figure de grande favorite, face à une opposition qui, contrairement au scrutin de 2013, part en ordre dispersé. Difficile, dans ces conditions, d’imaginer qu’elle puisse faire mieux que les dix députés élus lors de la dernière législature. Jeune Afrique

Des sanctions contre des proches de Kabila
La Suisse a pris des sanctions contre 14 personnalités proches du président Joseph Kabila soupçonnées d’avoir commis des violations des droits de l’homme et d’avoir entravé le processus démocratique en République démocratique du Congo. Parmi les personnalités sanctionnées par la Suisse figurent des hommes politiques. On peut notamment citer Lambert Mende, le ministre de l’information et porte-parole du gouvernement. La Suisse lui reproche de mener une politique répressive contre les médias. Ramazani Shadari et Evariste Boshab, deux anciens ministres de l’intérieur, sont également concernés. Ils sont accusés d’avoir orchestré la répression contre l’opposition. BBC

Afrique du Sud : la pire épidémie de listériose
Selon le gouvernement sud-africain, 172 personnes sont décédées au cours des 13 derniers mois de la listériose, une infection d’origine alimentaire. L’Afrique du Sud fait face à la pire épidémie de la maladie, dont 915 cas ont été confirmés depuis janvier 2017. Il s’agit de la pire épidémie de listériose jamais enregistrée dans le monde, selon l’Organisation mondiale de la santé. La listériose est une maladie infectieuse qui se transmet le plus souvent à l’homme par l’intermédiaire d’aliments contaminés. BBC

Israël: 750 migrants africains menacés d’expulsion en grève de la faim
Près de 800 personnes ont manifesté ce jeudi matin dans le sud d’Israël, essentiellement des migrants originaires d’Erythrée et du Soudan menacés d’expulsion par le gouvernement. L’exécutif israélien entend refouler près de 40 000 Africains entrés illégalement sur le territoire. Il leur propose un départ dit « volontaire » vers un autre pays ou une incarcération pour une durée indéterminée. La manifestation a eu lieu devant la prison de Saharonim, à la frontière égyptienne. C’est là qu’ont été incarcérées depuis mardi 20 février les 18 premières personnes à être arrêtées dans le cadre de la mise en place de ce plan. En solidarité, près de 750 migrants ont entamé une grève de la faim. RFI

Paul Biya aurait dépensé 182 millions de dollars en voyages privés
Alors que le président camerounais Paul Biya déclare gagner 271 dollars par mois, il aurait dépenser plus de 182 millions de dollars en voyages privés sur ces 35 dernières années. C’est ce que dénonce un consortium de journalistes. Selon une enquête menée par le consortium de journalistes OCCRP, le président camerounais a passé trois fois plus de temps à partir en voyages privés plutôt qu’officiels. Le salaire mensuel officiel de Biya est modeste avec seulement 271 $, plus les primes, mais il voyage et vit à l’étranger dans le luxe. Selon le politologue camerounais Achille Mbembe, personne ne sait vraiment ce qu’il fait lors de ses fréquents voyages à Genève, bien que les spéculations varient entre traitements hospitaliers et virées shopping. VOA

L’Angola de l’après Sabimbi
Il y a 26 ans, jour pour jour, Jonas Malheiro Savimbi était abattu d’une quinzaine de balles, à une dizaine de kilomètres de la Zambie. L’homme avait incarné les 27 ans de lutte, de résistance contre le colonisateur et finalement d’opposition armée contre le régime de l’après indépendance en Angola. Depuis son décès, le 22 février 2002, bien des choses ont changé au pays. A la tête de l’Angola, trône depuis le 24 septembre 2017, Joao Manuel Gonçalves Lourenço. Le nouveau président a été élu à l’issue des élections générales organisées en raison de la maladie de José Eduardo Santos, 38 ans au pouvoir, du même parti, le Mouvement populaire pour la libération de l’Angola (MPLA) qui règne en Angola depuis 1974. VOA

La population en débandade suite aux affrontements dans l’Est de la RDC
Les affrontements entre l’armée congolaise et des rebelles musulmans ougandais des ADF ont provoqué jeudi le déplacement des habitants d’une localité de l’est de la République démocratique du Congo, a-t-on appris de sources locales. Depuis 15h00 (13h00 GMT), les affrontements opposent les rebelles des Forces démocratiques alliées (ADF) à l’armée congolaise à Mbau, a rapporté à l’AFP Teddy Kataliko, un responsable de la société civile du territoire de Beni dans le Nord-Kivu. « Les habitants sont en débandade », les uns se dirigent vers Oicha (nord) et d’autres vers la ville de Beni (sud), a-t-il ajouté. VOA

Les Seychelles créent une vaste réserve maritime
Le gouvernement des Seychelles a annoncé jeudi la création d’une vaste zone de protection marine au sein de l’archipel, dans l’océan indien, pour préserver ses eaux, essentielles au développement de son économie. Cette réserve, d’une superficie de 210.000 km² – soit approximativement 15% de la Zone économique exclusive (ZEE) seychelloise – s’inscrit dans le cadre du concept d' »économie bleue », dans lequel les Seychelles, très dépendantes de la pêche et du tourisme, veulent baser leur avenir. « Notre océan engendre des opportunités de développement, mais aussi des responsabilités », a déclaré le ministre seychellois de l’Environnement, Didier Dogley. « Notre océan est central à notre développement et au futur des générations à venir. » Slate

Afrique de l’Ouest: G5 Sahel – Une conférence des donateurs demain à Bruxelles
La rencontre, qui regroupera le 23 février, une vingtaine de chefs d’Etat et de gouvernement, a pour but de renforcer le soutien à la force conjointe, constituée notamment du Mali, du Niger, du Burkina Faso, de la Mauritanie et du Tchad. Les dirigeants européens se rassembleront à cette occasion pour un sommet informel de l’Union européenne(UE) programmé l’après-midi et une dizaine de ministres des Affaires étrangères, dont ceux du Sénégal, d’Arabie saoudite, de Tunisie, du Maroc ou de Norvège. Le chef de l’Etat français, Emmanuel Macron, très engagé dans le dossier, et la chancelière allemande, Angela Merkel, seront aux côtés des chefs d’Etat du G5 Sahel. allAfrica

Corruption en Afrique : comment se place votre pays dans le classement de Transparency ?
Depuis 1995, Transparency International établit un classement de l’ensemble des pays selon l’indice de perception de la corruption (IPC). Le constat dressé dans son rapport 2017 est sans ambiguïté : « La majorité des pays font peu ou pas de progrès pour mettre fin à la corruption ». Et la majeure partie des pays africains sont très mal classés. En 2017, le continent africain reste la région la plus mal classée en terme de perception de la corruption, avec un score de 32, sur une échelle de 100. Les deux pays les plus mal classés par Transparency International sont africains : le Soudan du Sud et la Somalie. Et le premier pays d’Afrique subsaharienne à apparaître dans le classement est à la 34e place, sur 180 pays : le Botswana. Viennent ensuite les Seychelles (36e), le Cap-Vert et le Rwanda (respectivement 47e et 48e), avant la Namibie (53e) et le Sénégal (66e). Jeune Afrique

Cameroun : le chef du principal parti d’opposition déclare forfait pour la prochaine présidentielle
John Fru Ndi, le leader du Social Democratic Front (SDF), premier parti d’opposition au Cameroun, a décidé jeudi de ne pas se présenter à la prochaine élection présidentielle prévue en octobre. M. Fru Ndi, âgé de près de 77 ans (en juillet) a décidé de concrétiser sa promesse de « passer le flambeau », devant près de 2.000 délégués et invités réunis en congrès à Bamenda, sa ville natale dans le Nord-Ouest. « Je ne me présenterai pas ma candidature. J’ai décidé de céder ma place à mes jeunes cadets dans le parti », a-t-il déclaré, « Je me tiens ici pour dire clairement que je passe le flambeau à la personne que vous allez choisi ». Xinua



Photo: Adam Jones