Revue de Presse du 22 mai 2018

Pourquoi la justice est importante pour la sécurité
La sécurité dépend de bien plus que le déploiement des forces armées. Les institutions judiciaires ou quasi judiciaires efficaces sont un moyen important pour désamorcer les conflits sociaux et fournir un moyen de contrôle l’utilisation de la force coercitive part l’état. Centre d’études stratégiques de l’Afrique

Le Burundi adopte la réforme qui renforce les pouvoirs de Nkurunziza
Les Burundais ont sans surprise largement approuvé par référendum une réforme de la Constitution qui pourrait permettre au président Pierre Nkurunziza de rester en poste jusqu’en 2034, selon les résultats provisoires annoncés lundi. Le oui en faveur de cette révision constitutionnelle a obtenu 73,2% des voix contre 19,3% au non, a indiqué le président de la Commission électorale (Ceni), Pierre-Claver Ndayicariye. Ces résultats avaient été par avance dénoncés par l’opposition, qui estime que le référendum s’est tenu dans un climat de peur et a été marqué par des fraudes. Ces chiffres n’incluent pas la diaspora, mais celle-ci ne représente que 0,27% des votants. Les résultats définitifs doivent être validés dans un délai de neuf jours par la Cour constitutionnelle. TV5

Guinée: Ibrahima Kassory Fofana nommé Premier ministre
Cinq jours après la démission du Premier ministre Mamadi Youla et de son gouvernement, le président guinéen Alpha Condé a nommé un nouveau chef du gouvernement en la personne de Ibrahima Kassory Fofana. Economiste de formation, Kassory Fofana est une personnalité bien connue des Guinéens. Haut fonctionnaire au ministère de la Coopération internationale et au ministère du Plan dans les années 1980 et 1990, Kassory Fofana entre pour la première fois au gouvernement en 1996 à la faveur de la nomination de Sidya Touré au poste de Premier ministre. C’était au lendemain d’une mutinerie d’une partie de l’armée, les 2 et 3 février 1996. Il occupa alors le poste du Budget et de la Restructuration du secteur parapublic. Il y restera deux ans avant de devenir un tout-puissant ministre de l’Economie et des Finances par la grâce du général Lansana Conté. RFI

Le Zimbabwe candidat pour réintégrer le Commonwealth
Le Zimbabwe qui tente de mettre fin à son isolement sur la scène internationale depuis la chute de Robert Mugabe a fait acte de candidature pour réintégrer le Commonwealth, a annoncé lundi l’organisation. Robert Mugabe avait claqué la porte en 2003 de ce forum des pays anciennement colonisés par le Royaume-Uni, qui avait suspendu le Zimbabwe en raison du scrutin présidentiel de 2003, marqué par des violences et des accusations de fraudes. Le pays est devenu de plus en plus isolé à partir des années 1990 au sein de la communauté internationale, en raison de la dérive autoritaire de son ex-président, au pouvoir de 1980 à la fin 2017, quand il fut renversé, à 93 ans, par un coup de force de l’armée et de son propre parti. Slate

Burkina: HRW dénonce des abus de l’armée dans la lutte antiterroriste
Les forces de sécurité burkinabè ont commis des « exécutions extrajudiciaires », des « mauvais traitements »  et des « arrestations arbitraires » sur des suspects lors d’opérations antiterroristes entre 2017 et 2018, a dénoncé lundi Human Rights Watch (HRW). « L’insécurité croissante au Burkina Faso a conduit à des crimes terribles commis tant par des groupes armés islamistes que par des membres des forces de sécurité de l’Etat », a affirmé dans un communiqué la directrice de HRW pour la région du Sahel, Corinne Dufka. Dans un rapport intitulé « le jour, nous avons peur de l’armée, et la nuit des jihadistes », HRW cite des témoins qui ont identifié « des membres des forces de sécurité du Burkina Faso dans au moins 14 exécutions sommaires présumées » et « déclaré que quatre autres hommes sont morts de sévères mauvais traitements présumés en détention ». Slate

RDC : sept tués et onze blessés dans l’attaque d’un village du Kasaï
Sept personnes ont été tuées et onze blessées dans la nuit de dimanche à lundi dans un village du Kasaï, au centre de la République démocratique du Congo, théâtre des violences récurrentes entre communautés, a indiqué lundi à l’AFP un responsable local. « Des hommes armés proches du chef de groupement Kalamba Dilondo ont fait incursion cette nuit dans le village de Matopolo et ont tué sept personnes à l’aide des fusils de chasse calibre 12 », a déclaré à l’AFP l’administrateur du territoire de Mweka, Jacob Pembelongo. Jeune Afrique

RDC : dix civils tués dans une attaque des rebelles ADF
Dix civils ont été tués dans la nuit de dimanche à lundi par des présumés rebelles ougandais des forces démocratiques alliées (ADF) dans le territoire de Beni, dans l’est de la République démocratique du Congo, selon des sources concordantes. « Les ADF ont attaqué la cité de Mbau (…), dix civils ont été tués par balle et 2 autres blessés », a déclaré à l’AFP Jonas Kibwana, administrateur du territoire de Beni où est situé Mbau dans la province du Nord-Kivu. « Les ADF ont fait incursion à Magboko, ils ont pillé les pharmacies et boutiques. Quand ils ont vu nos éléments s’approcher pour riposter, ils ont commencé à tirer. Ce matin, nous déplorons la mort de dix civils et une camionnette incendiée », a déclaré de son côté à l’AFP le capitaine Mak Hazukay, porte-parole de l’armée dans le région. Jeune Afrique

RDC : Des habitants en colère contre l’armée après un nouveau massacre de civils
Dix civils ont été tués à Beni dans une attaque attribuée aux rebelles ougandais ADF, près d’une position de l’armée, un nouveau massacre qui suscite lundi la colère des habitants reprochant aux militaires de ne pas assurer leur sécurité dans cette région déchirée de l’est de la République démocratique du Congo. Dans la nuit de dimanche à lundi, « les ADF ont attaqué la cité de Mbau (…), dix civils ont été tués par balle et 2 autres blessés », a déclaré à l’AFP Jonas Kibwana, administrateur du territoire de Beni où est situé Mbau dans la province du Nord-Kivu (est). Les rebelles des Forces démocratiques alliées (ADF) « ont fait incursion à Magboko, ils ont pillé les pharmacies et boutiques. Quand ils ont vu nos éléments s’approcher pour riposter, ils ont commencé à tirer. Ce matin, nous déplorons la mort de 10 civils », a déclaré à l’AFP le capitaine Mak Hazukay, porte-parole de l’armée dans le région. TV5

RDC: les habitants sceptiques sur la lutte contre l’insécurité à Kinshasa
Bientôt une semaine depuis l’annonce par la police nationale des mesures de sécurisation de la population dans la ville de Kinshasa. Mais les Kinois sont sceptiques. Pour la plupart d’entre eux, aucun signe de ces mesures pour combattre l’insécurité n’est perceptible dans la capitale de la RDC. « Je n’ai pas encore senti l’impact de cette mesure ». Mademoiselle Mbuyi Mbenga n’a constaté aucun changement, elle qui compte dans son entourage des victimes d’enlèvements à bord des véhicules baptisés «Ketch» : « Ma mère et ma sœur se sont déjà fait kidnapper. Une de mes petites sœurs s’est fait kidnapper à la veille de sa défense de mémoire. Dans  mon entourage il y a plus de cinq personnes ». RFI

L’Union africaine veut établir un observatoire sur la migration pour endiguer la migration illégale
Lundi, le Conseil de paix et de sécurité de l’Union africaine (UA) a approuvé une proposition visant à établir un Observatoire de la migration africaine afin d’endiguer la migration illégale. Dans un communiqué de presse, l’UA a déclaré que l’Observatoire aura pour mission de collecter des informations, d’assurer les échanges d’informations et la coordination entre les pays africains pour comprendre, anticiper et agir sur les problèmes de migration et soutenir les initiatives continentales en vue d’endiguer la migration illégale. L’Observatoire de la migration africaine travaillera en particulier avec les initiatives comme le Centre opérationnel régional (ROC) basé à Khartoum au Soudan afin de renforcer la collaboration et le partage de renseignements et combattre les activités criminelles liées à la migration. Xinhua

Soudan du Sud: laborieuses, les négociations sont prolongées
Les négociations en vue d’un nouvel accord de paix ont été prolongées jusqu’à ce mardi 22 mai. Depuis cinq jours, les représentants du gouvernement, de 28 partis politiques et de la société civile sont réunis à Addis Abeba, sous l’égide de l’organisation régionale, l’Igad. Ils tentent de relancer un viel accord et mettre fin à cinq ans de guerre civile qui ont provoqué une véritable crise humanitaire. Les belligérants du conflit sud-soudanais jouent les prolongations. Ils avaient jusqu’à ce soir pour trouver un accord ou risquer des sanctions de l’Union africaine. Mais pour l’instant, il semble qu’il y ait peu de progrès. Les différents partis ne sont parvenus qu’à un seul accord sur les dix points de litige qui sont discutés. Celui du cantonnement des combattants sur le terrain qu’ils appartiennent à l’armée régulière ou aux différents groupes armés. RFI

Burkina: HRW dénonce des abus de l’armée dans la lutte antiterroriste
Les forces de sécurité burkinabè ont commis des « exécutions extrajudiciaires », des « mauvais traitements » et des « arrestations arbitraires » sur des suspects lors d’opérations antiterroristes entre 2017 et 2018, a dénoncé lundi Human Rights Watch (HRW). « L’insécurité croissante au Burkina Faso a conduit à des crimes terribles commis tant par des groupes armés islamistes que par des membres des forces de sécurité de l’Etat », a affirmé dans un communiqué la directrice de HRW pour la région du Sahel, Corinne Dufka. Dans un rapport intitulé « le jour, nous avons peur de l’armée, et la nuit des jihadistes », HRW cite des témoins qui ont identifié « des membres des forces de sécurité du Burkina Faso dans au moins 14 exécutions sommaires présumées » et « déclaré que quatre autres hommes sont morts de sévères mauvais traitements présumés en détention ». TV5

Diamants au Zimbabwe : Robert Mugabe de nouveau convoqué le 23 mai 
Une commission du parlement zimbabwéen a de nouveau convoqué lundi l’ancien président zimbabwéen Robert Mugabe à se prononcer mercredi sur la « disparition » de milliards de dollars de revenus tirés de la vente de diamants. Selon une note du Parlement, M. Mugabe a été convoqué le 23 mai mais M. Mugabe n’a pas fait savoir s’il comptait répondre à la citation de la commission parlementaire des Mines et de l’Énergie. M. Mugabe, 94 ans, dont la santé est fragile, avait déjà été convoqué en avril mais l’audition avait été annulée. Jeune Afrique

Gambie : la tuerie qui pourrait envoyer Yahya Jammeh devant les juges
C’était une nuit chaude et laiteuse. La pleine lune se reflétait sur les flots, laissant voir les embarcations de pêche au large des côtes gambiennes. Martin Kyere se serrait avec ses camarades dans une pirogue à moteur. Après avoir économisé en vendant des chaussures dans son Ghana natal, il avait décidé de prendre la route de l’Europe, partageant son destin avec 55 migrants ghanéens, nigérians, sénégalais, ivoiriens et togolais. Après avoir quitté la plage de Saly-Mbour, au Sénégal, les migrants avaient rendez-vous avec un navire de passeurs au large de Banjul, capitale de la Gambie. Après plusieurs tours près du lieu de rendez-vous, ils accostèrent sur une plage où la police les arrêta. « Nous avons longtemps cru qu’ils allaient nous déporter », raconte Martin Kyere. Un sort qui aurait été préférable à celui qu’ils allaient subir. Le Monde

l’insécurité chronique au Sahel
Avec plusieurs incidents armés ces derniers jours. Tout d’abord, au Mali, au moins 12 personnes ont été tuées samedi à Boulikessi, localité située à la frontière avec le Burkina Faso. La presse malienne évoque une bavure de l’armée après la mort d’un soldat malien. Ses frères d’armes auraient répliqué en tirant sur des civils. Non, affirment pour leur part les autorités maliennes, citées notamment par le site d’information Maliweb : « lors d’une patrouille de sécurisation de la foire hebdomadaire de Boulikessi, des soldats ont été accrochés par des terroristes. » Bilan : un soldat malien a été tué, douze terroristes neutralisés, et des motos et des vélos appartenant aux terroristes ont été détruits. RFI



Photo: Adam Jones