Revue de Presse du 22 décembre 2017

Soudan du Sud: un nouveau cessez-le-feu entrera en vigueur dimanche
Les belligérants de la guerre civile qui frappe le Soudan du Sud ont réussi à se mettre d’accord, jeudi : les armes cesseront de parler à compter du dimanche 24 décembre à 00h01. Le texte de 18 pages signé à Addis Abeba sous l’égide de l’IGAD (Autorité intergouvernementale sur le développement) comprend aussi la protection des civils et l’accès total des humanitaires aux zones de conflit. Depuis quatre ans, la guerre a fait des dizaines de milliers de morts et plus de 4 millions de déplacés internes et de réfugiés dans les pays voisins. Après 96 heures de négociations serrées, les représentants des partis politiques et mouvements armés étaient satisfaits. Mais ce n’est qu’un début. RFI

Nigeria : dix membres d’équipage d’un bateau enlevés
L’incident a eu lieu le 14 décembre 2017. Un cargo porte-container est attaqué par six pirates, selon le Bureau maritime International (IMB). L’agence privée de surveillance des routes maritimes Sea Guardian a indiqué que depuis le début de cette année 56 marins ont été enlevés au large du Delta du Niger. L’enlèvement des 10 derniers portent leur nombre à 66. Un rapport du Bureau Maritime International publié mi-octobre dernier souligne que 121 incidents dans les mers internationales ont été recensés en 2017. Il s’agit des tirs, des tentatives d’enlèvements et des détournements de bateau pour ce qui est de cette année. BBC

Gel des avoirs de Jammeh aux Etats-Unis
Les biens de l’ancien président gambien Yahya Jammeh aux Etats-Unis ont été saisis, selon un communiqué du département du Trésor et du département d’Etat. Selon la déclaration rendue publique par le Bureau de contrôle des avoirs étrangers du département du Trésor américain, l’ancien Président gambien s’est rendu coupable « des antécédents de violations graves des droits de l’homme et de corruption », durant son règne de 22 ans. Il est accusé d’avoir pillé au moins 50 millions de dollars de fonds publics avant de quitter le pouvoir en janvier dernier. BBC

Cameroun: le correspondant de RFI Ahmed Abba est libérable
Notre collègue Ahmed Abba, correspondant de RFI en langue haoussa au Cameroun, est libérable. Le tribunal militaire de Yaoundé l’a acquitté ce jeudi matin de blanchiment de produit d’un acte terroriste, mais condamné à 24 mois de prison pour non-dénonciation. Ahmed Abba a déjà passé 29 mois en prison. Il avait été arrêté en juillet 2015 à Maroua dans l’Extrême-Nord du Cameroun, où il couvrait la situation de crise liée à Boko Haram. RFI

Emmanuel Macron au Niger pour soutenir Barkhane et le G5 Sahel avant Noël
Le président français Emmanuel Macron se rendra au Niger en fin de journée, ce vendredi 22 décembre. Au programme, une rencontre avec le président Mahamadou Issoufou et une visite des troupes de Barkhane. C’est la dernière destination étrangère de l’année pour le chef de l’Etat français. Emmanuel Macron passera 20 heures au Niger, ce vendredi entre la base aérienne projetée de Niamey et le palais présidentiel. Cette visite sera orientée vers deux axes principaux. D’abord, le défi sécuritaire et migratoire. Emmanuel Macron devrait souligner la bonne coopération entre la France et le Niger qui a permis de freiner les réseaux de passeurs transitant par le pays. RFI

L’armée ougandaise attaque des camps d’un groupe rebelle en RDC
L’armée ougandaise (UPDF) a annoncé avoir lancé vendredi des attaques contre des camps, dans l’est de la RDC, de rebelles ougandais musulmans du groupe Allied Defence Forces (ADF) accusés d’avoir tué 14 casques bleus début décembre dans cette région. Les ADF « prévoyaient de mener des actions hostiles contre l’Ouganda », a expliqué l’UPDF dans un communiqué, disant se baser sur des « informations partagées entre l’Ouganda et la République démocratique du Congo (RDC) ». « Par mesure préventive, l’UPDF a cet après-midi (vendredi) conduit des attaques contre leurs camps dans l’est de la RDC », a ajouté l’armée ougandaise. VOA

Barkhane, G5 Sahel : Macron au Niger pour réaffirmer sa stratégie
Emmanuel Macron est au Niger, vendredi et samedi, pour saluer les troupes françaises engagées depuis trois ans dans une opération Barkhane, dont le bilan reste mitigé. Entretien avec Roland Marchal, spécialiste des conflits en Afrique sub-saharienne. À écouter l’Élysée, l’opération Barkhane menée au Sahel est une priorité. En se rendant au Niger, vendredi 22 et samedi 23 décembre, où il fêtera Noël avec quelques heures d’avance en compagnie des forces françaises, le président de la République, Emmanuel Macron, compte marquer son soutien aux soldats tricolores. Il lancera aussi « un signal politique fort adressé à un partenaire engagé aujourd’hui sur tous les fronts et avec qui la France a une relation de confiance particulièrement solide », explique son entourage. France 24

Libye: la France fait pression pour des élections au printemps
La France, très engagée dans la recherche d’une solution politique en Libye, a pressé jeudi les camps rivaux de s’entendre au plus vite pour organiser des élections au printemps alors que le pays reste plongé dans le chaos. « Ce calendrier est la solution politique indispensable à la Libye. Il faut maintenant (le mettre en oeuvre) avec la plus grande célérité », a martelé le chef de la diplomatie française Jean-Yves Le Drian venu rencontrer les deux principaux protagonistes de la crise à Tripoli et Benghazi (est). « Quand je dis printemps, je dis printemps », a-t-il insisté, en notant que c’était aussi le calendrier de l’émissaire spécial de l’ONU pour la Libye, Ghassan Salamé. TV5

En Libye, des mafieux nigérians impliqués dans l’exploitation des migrants
Après la diffusion par CNN d’une vidéo montrant un marché d’esclaves en Libye, de nombreux chefs d’Etat africains ont montré du doigt ce pays, dénonçant le racisme et les crimes envers leurs « frères ». Mais pour ceux revenus de l’enfer, si les Libyens tirent effectivement profit du trafic de migrants, les clandestins sont aussi la proie des groupes mafieux subsahariens sur place, notamment nigérians. Daniel* était étudiant lorsqu’il s’est laissé convaincre par un réseau de passeurs de rejoindre l’Europe. « En deux semaines, tu seras en Italie », lui avaient promis ses contacts. Début décembre, ce Nigérian de 28 ans était rapatrié à Benin City, sa ville d’origine, après dix mois de séquestrations, de violences, de travaux forcés, les jambes lacérées par les brûlures de fils électriques. « Nous avons été trompés. C’était un piège. Ceux qui nous ont fait ça sont les mêmes qui nous promettent l’Europe », confie-t-il, la gorge nouée, entouré de ses compagnons de désillusion. Le Monde

Exploitation des migrants: passeurs nigérians et criminels libyens « main dans la main »
De nombreux chefs d’Etat africains ont récemment montré du doigt la Libye, dénonçant le racisme et les crimes envers leurs « frères ». Mais pour ceux revenus de l’enfer, si les Libyens tirent profit de ce « business des migrants », les clandestins sont aussi la proie des groupes mafieux sub-sahariens sur place, et notamment nigérians. Daniel – tous les prénoms de cet article ont été modifiés pour des raisons de sécurité – était étudiant lorsqu’il s’est laissé convaincre par un réseau de passeurs de rejoindre l’Europe. « En deux semaines, tu seras en Italie », lui avaient promis ses contacts. Début décembre, ce jeune nigérian de 28 ans était rapatrié vers Bénin City, sa ville d’origine après 10 mois de séquestrations, de violences, de travaux forcés, les jambes lacérées par les brûlures de fils électriques. Slate

Gabon: un ancien bras droit d’Ali Bongo poursuivi en France pour « corruption »
Maixent Accrombessi, l’influent ex-directeur de cabinet du président du Gabon Ali Bongo Ondimba, a été mis en examen à Paris en novembre, soupçonné d’avoir perçu illégalement de l’argent d’une entreprise française, a appris vendredi l’AFP de source judiciaire. Ce proche du président avait fait l’objet, dans cette affaire, d’une interpellation retentissante à Paris le 4 août 2015. Mais il avait dû être relâché après quelques heures de garde à vue en raison de son immunité diplomatique. Le président Bongo avait dénoncé une tentative « d’humilier le Gabon ». TV5

En Mauritanie, brandir l’ancien drapeau est une « incitation à la rébellion »
Cinq opposants mauritaniens ont été condamnés, jeudi 21 décembre, à trois mois de prison avec sursis après avoir participé à une marche pendant laquelle avait été brandi l’ancien drapeau national, relate l’AFP. Ces opposants avaient été arrêtés samedi lors d’une marche à Nouakchott organisée par le « G8 », une coalition de partis, d’organisations et de syndicats formée pour s’opposer à la révision constitutionnelle, finalement adoptée lors d’un référendum controversé le 5 août. Les prévenus ont comparu jeudi en « flagrant délit » devant un tribunal correctionnel de Nouakchott pour « violence contre la force publique », mais cette juridiction a requalifié le chef d’accusation en « incitation à la rébellion », a indiqué à l’AFP la source judiciaire. « Les cinq ont été condamnés à trois mois de prison avec sursis et ont été remis en liberté dans la soirée », a affirmé cette source. Le parquet avait requis trois mois de prison ferme. Le Monde

Nomination du nouvel ambassadeur de Mauritanie au Maroc : début de la fin des tensions entre les deux pays ?
22 décembre 2017 à 14h58 Par Jeune Afrique Partager Tweeter Share Envoyer La brouille diplomatique entre Rabat et Nouakchott serait-elle sur le point de se terminer ? La décision de Mohamed Ould Abdelaziz de nommer un ambassadeur à Rabat, poste laissé vacant ces cinq dernières années, indique un pas de plus vers le réchauffement de relations entre les deux pays. Mohammed Lemine Ould Abeye a été nommé mercredi ambassadeur de Mauritanie à Rabat par le président Mohamed Ould Abdelaziz. Le Maroc doit encore accepter les lettres de créance du diplomate, mais cette seule annonce marque un important pas de plus dans le timide réchauffement diplomatique en cours entre les deux pays. Jeune Afrique

Près de 1000 militaires quittent l’Armée ivoirienne.
Près d’un millier de militaires ivoiriens recevront chacun 15 millions de FCFA (23.000 euros) dans le cadre du plan de départ volontaire de l’armée en pleine restructuration pour diminuer ses effectifs pléthoriques. Une cérémonie de remise symbolique des premiers chèques a eu lieu jeudi au siège de l’Etat-major des armées. D’ici 3 ans, 4000 hommes devraient quitter l’armée ivoirienne. En Côte d’Ivoire, 70 % des effectifs sont des sous-officiers ce qui n’est pas conforme aux normes internationales selon le ministre en charge de la défense. BBC

La Russie construira une centrale nucléaire au Soudan
La Russie a signé un accord en vue de la construction d’une centrale nucléaire au Soudan, a annoncé le conglomérat nucléaire russe Rosatom, vendredi 22 décembre, un mois après une rencontre entre le président soudanais Omar Al-Bachir et Vladimir Poutine. L’accord a été signé jeudi à Khartoum par Rosatom Overseas, une branche de Rosatom, et le ministère soudanais des ressources hydrauliques, de l’irrigation et de l’électricité, a précisé la compagnie nucléaire publique russe dans un communiqué. « Dans le cadre de l’étude de faisabilité du projet de construction d’une centrale nucléaire, le choix du site sera examiné et les paramètres clés seront définis », dont le calendrier et le financement, est-il indiqué sans autre détail. « Le développement de la technologie nucléaire permettra au Soudan de faire face à son problème de sécurité énergétique. Il s’agit d’un projet stratégique qui déterminera la nature des relations entre nos deux pays pendant longtemps », s’est félicité Rosatom. Le Monde

 



Photo: Adam Jones