Revue de Presse du 22 août 2017

Libye: l’ancien Premier ministre Ali Zeidan enlevé
L’ancien Premier ministre libyen Ali Zeidan a été kidnappé, il y a huit jours, et c’est ce lundi que l’information a été rendue publique. Personne ne sait pourquoi l’ancien Premier ministre a été kidnappé. Les sources officielles, y compris le bureau du Premier ministre, n’ont donné aucune information. Seuls les membres de sa famille et ses amis ont accepté de parler à la BBC. M. Zeidan avait déjà été brièvement enlevé par une milice en 2013 à Tripoli alors qu’il était encore Premier ministre. BBC

Angola: pour son dernier meeting, l’Unita dénonce déjà des irrégularités
Après le MPLA et la Casa-Ce, c’est l’Unita qui tenait lundi 21 août son dernier grand meeting de campagne à Luanda, la capitale angolaise. Des milliers de militants étaient réunis pour écouter Isaias Samakuva, leur leader et candidat à la présidence de la République. A la tribune, il a dénoncé des irrégularités et a appelé la population à ne pas se laisser intimider par le MPLA, son rival historique. RFI

Angola: le ras-le-bol des oubliés du système dos Santos
La plupart n’ont la carte d’aucun parti, ils n’en auraient d’ailleurs pas les moyens. Mais tout au long de la campagne pour les élections générales angolaises mercredi, ils ont grossi les rangs des rassemblements de l’opposition avec un seul mot d’ordre à la bouche: « changer ». Adolescents précipités hors de l’école sans y avoir appris un métier, jeunes diplômés exclus du marché du travail ou quadragénaires licenciés pour cause de crise économique, ces hommes et femmes sont les très nombreux oubliés de l’Angola du président José Eduardo dos Santos. Jean Domingo est un de ceux-là. Dans un terrain vague poussiéreux de la capitale Luanda, il vient d’entendre le réquisitoire au vitriol du chef de l’Unita (Union nationale pour l’indépendance totale de l’Angola), Isaias Samakuva, contre le régime. Il votera pour lui au élections générales de mercredi. TV5

Gabon : l’opposant Maganga Moussavou, vice-président
Deux personnalités de l’opposition figurent parmi les 8 entrées. Il s’agit de Pierre-Claver Maganga Moussavou, nommé vice- président de la République .Le chef du parti Social Démocrate (PDS) a été plusieurs fois ministre sous le défunt président Omar Bongo Odimba. Son fils, Biendi Maganga Moussavou reste Ministre des PME (Petites et Moyennes Entreprises). BBC

Buhari travaille de chez lui
Après son retour au Nigeria, le président Muhammadu Buhari travaille de chez lui. Selon son porte-parole, Malam Garba Shehu, ce sont des travaux effectués dans son bureau qui l’oblige à travailler de sa maison. Agé de soixante-quatorze ans, il avait quitté le Nigéria le 7 mai pour traiter une maladie non précisée. M. Buhari a appelé lundi à l’unité et a renouvelé sa volonté de combattre la milice Boko Haram qui sévit dans l’Extrême nord du pays et les sécessionnistes du Biafra dans l’Est. BBC

Kenya: les élections des gouverneurs suscitent la contestation de la NASA
Au Kenya, suite des contestations après les élections générales du début du mois. Le principal parti d’opposition, la Super Alliance nationale (NASA), dénonce des pressions sur certains candidats. Après l’élection présidentielle, ce sont les élections des gouverneurs qui sont concernées par des contestations. La Super Alliance nationale ou NASA accuse en effet le parti au pouvoir, Jubilee, de faire chanter des candidats de l’opposition avec des intimidations et des menaces de poursuites judiciaires ou fiscales. RFI

Elections en RDC : le constat de la SADC rejoint celui de la CENI, estime Crispin Ngoy
Le constat de la Communauté de développement de l’Afrique australe (SADC) sur l’impossibilité d’organiser les élections en RDC en 2017, ne se rallie qu’à celui de la Commission électorale nationale indépendante (CENI), a estimé lundi 21 août, le député national de la majorité présidentielle, Crispin Ngoy. «Tout le monde se souviendra qu’il y a un peu plus d’un mois, le président de la CENI, Corneille Nangaa, avait été invité en France à une réunion et il avait déclaré que techniquement, il n’était pas possible d’organiser les élections en 2017», rappelle Crispin Ngoy. Dimanche 20 août dernier a l’issue de son 37e sommet, la SADC a aussi noté qu’il ne serait pas possible d’organiser les élections en République démocratique du Congo en décembre 2017, en raison d’un «certain nombre de défis à relever». Radio Okapi

Dokolo, gendre et mécène à Luanda, opposant à Kinshasa
Un oeil sur la succession de son beau-père à Luanda, l’autre tourné vers l’opposition anti-Kabila à Kinshasa: gendre du président angolais sortant José Eduardo dos Santos, l’homme d’affaires et mécène congolais Sindika Dokolo, s’implique de plus en plus dans la crise politique dans son propre pays. Alors que l’Angola vote mercredi pour élire le successeur du président dos Santos, l’époux de sa fille Isabel – surnommée la « Princesse » en raison de la fortune du couple – vient de lancer sur les réseaux sociaux un mouvement « Les Congolais debout » contre Joseph Kabila. VOA

Congo-Brazzaville : Denis Sassou Nguesso reconduit le Premier ministre démissionnaire Clément Mouamba
Dans un décret rendu public lundi dans la soirée, le président congolais Denis Sassou Nguesso a décidé de reconduire Clément Mouamba au poste de Premier ministre. Denis Sassou Nguesso a refait confiance à Clément Mouamba. Moins d’une semaine après la démission de ce dernier, le chef de l’État congolais a reconduit le député de Sibiti comme Premier ministre, le lundi 21 août dans la soirée. La première mission de Clément Mouamba sera de former le nouveau gouvernement issu des législatives du 16 juillet. Selon un ministre sortant, sa mise en place pourrait intervenir « avant la fin de cette semaine ». Principal objectif assigné à l’équipe gouvernementale à venir : affronter la crise économique et sécuritaire que traverse le pays. Jeune Afrique

Togo. L’opposition réclame la fin de la dynastie Gnassingbé
La répression d’une manifestation de l’opposition a fait deux morts dans le centre du Togo samedi 19 août. Les militants réclament une limitation des mandats pour le chef de l’État. Au pouvoir depuis 2005, Faure Gnassingbé a succédé à son père, président pendant 38 ans. “50 ans pour la seule famille Gnassingbé, c’est trop”, “Nous en avons assez de ce régime”, “Nous allons rester dans les rues, jusqu’au départ de Faure Gnassingbé”. Voici un échantillon des slogans scandés par des milliers de partisans de l’opposition dans les rues de la capitale, Lomé, samedi 19 août, rapporte Liberté Togo. Courrier International

Maroc: 477 détenus graciés, mais aucun militant du Hirak
Le roi Mohammed VI a accordé sa grâce à 477 détenus de droit commun, a annoncé l’agence de presse marocaine. Aucun militant du Hirak n’a été concerné par cette mesure. L’annonce est intervenue après un discours du roi du Maroc donné à l’occasion de la fête nationale tourné essentiellement sur les enjeux diplomatiques. RFI

Emoi au Maroc après l’agression sexuelle collective d’une femme dans un bus
Le Maroc est sous le choc après la diffusion d’une vidéo montrant un groupe de jeunes agresser sexuellement dans un bus une jeune femme, atteinte d’un handicap mental selon les autorités, qui ont fait état de l’arrestation des agresseurs lundi. Diffusées dimanche sur les réseaux sociaux, les images ont suscité une salve de réactions indignées sur les réseaux sociaux et dans les médias au Maroc. On y voit un groupe d’adolescents, torse nu, en train de bousculer violemment une jeune femme en pleurs dans un bus, la touchant dans des parties intimes de son corps, tout en s’esclaffant. La victime, à moitié dénudée, pousse des cris de détresse, alors que le bus continue de rouler, sans qu’aucun passager n’intervienne. TV5

« La réunification du Cameroun a été une supercherie »
Entre la fin des années 1940 et le début des années 1950, de nombreux jeunes Camerounais d’expression anglaise s’établirent en Grande-Bretagne pour effectuer des études supérieures. Au même moment, dans la partie dite francophone du pays, le même mouvement s’opérait, souvent vers la France. Victor Mukete était l’un de ces jeunes Camerounais. Comme il le raconte dans son livre Mon odyssée : histoire de la réunification du Cameroun (Eagle Publishing, Yaoundé, 2013), il est né en 1918 dans la ville de Kumba, alors sous administration britannique. Il y a étudié à l’école primaire, avant de rejoindre le collège public d’Umuahia, au Nigeria voisin, et plus tard les universités de Manchester et de Cambridge en Angleterre. Le Monde



Photo: Adam Jones