Revue de Presse du 21 septembre 2018

La Grande stratégie et la montée en puissance du pouvoir d’influence de la Chine en Afrique
En juillet 2018, John Magufuli, le président de la Tanzanie, a posé la première pierre de Mwalimu Nyerere Memorial Academy, nommée ainsi en l’honneur du premier président du pays, qui fut vénéré par tous. Ce projet de 45 millions de dollars, entièrement financé et construit par le gouvernement chinois, offrira une formation en leadership aux dirigeants émergents des pays gouvernés par l’ancien Mouvement de libération de l’Afrique australe (FLMSA). La décision de construire cette école a été prise en mai 2017, lors du sommet biennal du FLMSA qui a rassemblé le Congrès national africain (ANC) de l’Afrique du Sud, Chama Cha Mapinduzi de la Tanzanie, le Front populaire de libération du Mozambique, le Mouvement pour la libération de l’Angola, l’Organisation des peuples africains du sud-ouest de la Namibie, et le Front patriotique de l’Union nationale africaine du Zimbabwe. Tous avaient reçu le soutien des Chinois pendant leur combat contre l’apartheid et leur lutte pour l’indépendance. Centre d’études stratégiques de l’Afrique

De retour en Ouganda, l’opposant Bobi Wine promet de poursuivre le combat
L’ex-chanteur et député ougandais d’opposition Robert Kyagulanyi, l’un des principaux détracteurs du président Yoweri Museveni, a promis de poursuivre son combat politique à son retour jeudi en Ouganda, après trois semaines passées aux Etats-Unis pour des soins. Plus connu sous son nom d’artiste Bobi Wine, M. Kyagulanyi, 36 ans, est devenu le porte-parole d’une jeunesse ougandaise urbaine et souvent très pauvre qui ne se reconnaît pas dans le régime d’un président Museveni vieillissant (74 ans), au pouvoir depuis 1986. « Je suis de retour dans le pays que j’aime mais je n’arrête pas le combat. Je le reprends là où je l’ai laissé avant de partir en traitement aux Etats-Unis. Je suis prêt à en payer le prix, car je suis conscient que le régime agira avec brutalité contre tout appel au changement », a déclaré le député à l’AFP. TV5

Naufrage d’un ferry sur le lac Victoria : plus d’une centaine de victimes
Un ferry a chaviré dans le sud du lac Victoria, à proximité des côtes de Tanzanie. Pour l’heure, le bilan fait état d’une centaine de morts dans le naufrage, mais il pourrait encore s’alourdir. Plus de 100 personnes ont perdu la vie, jeudi 20 septembre, dans le naufrage du ferry « Nyerere » au sud du lac Victoria, en Tanzanie. Le bateau, dont le nombre de passagers reste inconnu, a chaviré près du quai, non loin de l’île Ukara, dans le sud du plus grand lac d’Afrique, selon un communiqué de l’Agence tanzanienne des services électriques et mécaniques, l’opérateur public du navire. France 24

Mauritanie: le président déclare ne pas vouloir changer la Constitution
Pas de changement de Constitution en Mauritanie. C’est ce qu’a déclaré le président Mohamed Ould Abdel Aziz le jeudi 20 septembre au soir lors d’un discours très attendu. Appelé à se représenter alors que la loi l’en empêche, le chef de l’Etat assure qu’il ne sera pas candidat en avril prochain. Son discours était très attendu ce jeudi soir. Après les élections locales, régionales et législatives, largement remportées par son parti l’Union pour la République, le président mauritanien Mohamed Ould Abdel Aziz s’est exprimé longuement à la télévision. Il n’entend pas modifier la Constitution pour un troisième mandat, mais « n’acceptera pas de laisser le champ libre à ceux qui ont détruit et pillé ses ressources ».  RFI

RDC: L’ONU inquiète face à l’augmentation des violations des droits de l’homme
Le départ annoncé de Joseph Kabila du pouvoir n’a pas réduit le volume des violations des droits humains commises en RDC. C’est en tout cas ce que dit le Bureau conjoint des Nations unies aux droits de l’homme. Il a dévoilé ce mercredi son rapport et ses statistiques pour le mois d’août. A moins de cent jours des élections, la Mission de l’ONU en RDC, la Monusco, se dit très inquiète. Intimidations, arrestations arbitraires, meurtres : 66% de toutes les violations de droits de l’homme commises dans le pays au moins d’août sont attribués aux forces de l’ordre. C’est deux fois plus qu’en juillet. Notamment à cause d’une hausse des violations à caractère politique que ce soit des menaces, des interpellations, ou la répression de manifestation par exemple. C’est la police qui est pointée du doigt et ce sont les membres des partis politiques qui en sont les plus victimes. RFI

Abandon des poursuites visant l’ancien chef de l’armée en Angola
L’ancien chef d’état-major de l’armée angolaise, qui avait été démis de ses fonctions en avril par le président Joao Lourenço après sa mise en cause dans une affaire de corruption, a été finalement blanchi par la justice. Les charges pesant sur le général Geraldo Sachipengo Nunda ont été abandonnées faute de preuves qui « établiraient des infractions pénales » de sa part, a estimé mercredi soir la Cour suprême. En revanche, huit personnes – dont le porte-parole du comité central du parti au pouvoir (MPLA) Ernesto Manuel Norberto Garcia, quatre Thaïlandais, un Canadien et un Erythréen – ont été assignés à résidence dans ce dossier portant sur une fraude chiffrée à 50 milliards de dollars. Leur procès doit débuter d’ici la fin du mois. VOA

Début du procès de Baba Ladé au Tchad
Le procès du ministère public contre l’ex-chef rebelle Mahamat Abdelkader, alias Baba Ladé, s’est ouvert jeudi matin devant la chambre d’accusation au palais de justice de N’Djamena, au Tchad. Accusé de vol à main armé, de détention illégale d’armes (actions ayant exposé les Tchadiens aux représailles), d’assassinat, de rébellion et d’association des malfaiteurs, Mahamat Abdelkerim alias Baba Ladé a passé plus de quatre ans derrière les barreaux sans être jugé. L’audience a été présidée par le président de la Chambre, Boukar Sicdick. Mais l’inculpé était absent en raison des problèmes de santé. Au cours de cette audience, le ministère public à travers le parquet général a requis à la chambre d’accusation de renvoyer le dossier à la cour criminelle. VOA

Élection à la tête de la francophonie: la Rwandaise Louise Mushikiwabo se dit « confiante »
La Rwandaise Louise Mushikiwabo, candidate à la tête de l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF), s’est dite jeudi forte de nombreux soutiens et « confiante » dans l’issue du scrutin organisé en octobre en Arménie, dans un entretien à TV5 Monde. « J’ai beaucoup de soutiens pour ce poste » et « pas seulement au niveau du continent » africain, a assuré la cheffe de la diplomatie rwandaise, qui fait figure de favorite face la secrétaire générale sortante, la Canadienne Michaëlle Jean, candidate à sa propre succession. Après « deux mois où j’ai fait un peu le tour le monde, (…) je suis confiante, je vais à Erevan avec un sourire », a ajouté Louise Mushikiwabo, à quelques semaines du sommet de l’OIF prévu les 11 et 12 octobre dans la capitale arménienne. TV5

La Russie tous azimuts en Centrafrique
Après neuf mois de présence en Centrafrique, la Russie a investi dans de nombreux projets parmi lesquels la formation de l’armée et la diplomatie avec les groupes armés, au risque parfois de chambouler des processus déjà en cours dans ce pays chaotique. Début 2018, cinq officiers militaires et 170 instructeurs civils sont arrivés de Russie à Bangui et Moscou a livré des armes à l’armée nationale – après avoir obtenu une exemption à l’embargo de l’ONU. Déjà formés par l’Union européenne (EUTM), les Forces armées centrafricaines (Faca) ont bénéficié de cette nouvelle formation: depuis janvier, plus de 400 Faca ont pu être déployés à Dekoa (centre), Sibut (centre), Paoua (nord) et Bangassou (sud-est). VOA

Niger : la difficile reconversion des passeurs
Mais les affaires tournent au ralenti, depuis qu’une loi a criminalisé les activités liées à la migration, longtemps un poumon de l‘économie locale. Privée de revenus, la clientèle se fait plus rare, et les prix ont chuté. “Il n’y a pas d’argent”. Avant, ça valait 500000, maintenant c’est 300.00 “ explique Mohamed Mahattan, un chamelier “Vous l’avez acheté 500000 francs CFA et maintenant ça vaut 300000?” rétorque la journaliste d’Euronews. Agadez a longtemps été le point de départ de centaines de milliers de migrants ouest africains en partance pour la Libye. Depuis la criminalisation du transport de migrants il y a deux ans, on estime que les flux ont chuté de 80 pourcent. Africa News

Burkina Faso : les motos dont désormais interdites de nuit
C’est une décision consécutive aux attaques jihadistes récurrentes dans cette zone du pays. La circulation nocturne des engins à deux et trois roues est désormais interdite dans l’Est du Burkina Faso. La nation sahélienne frontalière du Mali et du Niger, est confrontée depuis trois ans à des attaques terroristes de plus en plus fréquentes et meurtrières. Dimanche dernier, neuf civils ont été tués dans une attaque visant deux localités de la région de l’Est. Les assaillants se déplaçaient à l’aide de motocyclettes. De nombreuses attaques et explosions d’engins artisanaux (IED) visant les forces de l’ordre se sont produites ces derniers mois dans l’Est. Africa News

Colère après la suspension du lancement d’une nouvelle compagnie aérienne au Nigeria
Les responsables de l’industrie aéronautique au Nigeria ont fait part jeudi de leur colère, après l’annonce surprise de la suspension de la relance d’une compagnie aérienne nationale dans le pays. En juillet, le gouvernement avait annoncé en grande pompe au salon aéronautique britannique de Farnborough que Nigeria Air commencerait ses activités à la fin de l’année 2018. La nouvelle compagnie aérienne devait remplacer Nigeria Airways, qui avait fait faillite en 2003 sous le poids de ses dettes, victime d’une mauvaise gestion et de la corruption. Mais mercredi, le ministre de l’aviation Hadi Sirika a annoncé avec « regret » sur son compte tweeter « la difficile décision de suspendre » le plan de lancement de Nigeria Air avait été suspendu, sans donner de détails. TV5

L’Afrique du Sud ‘va sortir de la récession’
Le président sud-africain Cyril Ramaphosa a des plans ambitieux pour sauver son pays du marasme économique à l’approche des élections de 2019. Le président a déclaré que son plan de relance visait à sortir l’Afrique du Sud de la récession. « Un fonds dédié aux infrastructures d’une valeur de 400 milliards de rands (28,1 milliards de dollars US) a été mis en place » annonce le président sud-africain dans la capitale, Pretoria, où il a dévoilé le plan de relance économique. « Au fil des années, le budget dédié aux infrastructures en Afrique du Sud a diminué », a-t-il précisé. BBC



Photo: Adam Jones