Revue de Presse du 21 novembre 2017

Zimbabwe: Emmerson Mnangagwa demande la démission de Robert Mugabe
Au Zimbabwe, l’ancien vice-président demande à son tour la démission du président Robert Mugabe. Près d’une semaine après l’intervention de l’armée, Emmerson Mnangagwa est enfin de son silence pour dire aussi qu’il avait fui à l’étranger. Ce mardi, le Parlement doit engager une procédure de destitution à l’encontre du chef de l’Etat. Le Parlement doit se réunir en début d’après-midi et le parti au pouvoir, la Zanu-Pf, doit déposer une motion de destitution à l’encontre du président Robert Mugabe. Il n’y aura pas de vote, ce mardi, pour destituer le chef de l’Etat. Et pour lancer la procédure, il faut qu’au moins 50% des parlementaires votent en sa faveur. Toute la question est de savoir si le quorum sera suffisant. RFI

Le Parlement ouvre sa séance sur la destitution de Mugabe
Le Parlement du Zimbabwe a ouvert mardi après-midi sa séance consacrée à l’examen d’une demande de destitution du président Robert Mugabe, qui règne d’une poigne de fer sur le pays depuis trente-sept ans, a constaté un journaliste de l’AFP. La session a débuté alors que des centaines de personnes étaient massées à l’extérieur du siège du Parlement pour exiger le départ du chef de l’Etat, 93 ans, assigné à résidence depuis un coup de force de l’armée la semaine dernière. VOA

La SADC débat de la crise au Zimbabwe
Le président sud-africain et président en exercice de la SADC, Jacob Zuma, a pris ce lundi la direction de l’Angola pour un sommet extraordinaire à Luanda de la troïka de l’organisation sous-régionale, qui comprend l’Angola, la Zambie et la Tanzanie, pour tenter de trouver une porte de sortie à la crise zimbabwéenne. Le premier objectif de la SADC est de ne pas créer de précédent. L’Angola, la Tanzanie, la Zambie ou même l’Afrique du Sud qui seront représentés dans cette réunion ne veulent pas de coup d’Etat sans sanctions. RFI

Nigeria: au moins 50 morts dans un attentat
Au moins 50 personnes ont été tuées mardi dans un attentat-suicide qui a ciblé une mosquée à Mubi dans le nord-est du Nigéria. Cette attaque est l’une des plus meurtrières perpétrées dans le nord-est du Nigeria depuis des mois. L’explosion s’est produite durant les prières du matin à la mosquée de Madina à Mubi, ville frontalière du Cameroun à environ 200 km au nord de la capitale de l’Etat d’Adamawa, Yola. Le kamikaze « s’est mêlé aux fidèles » pour entrer dans la mosquée et « a déclenché ses explosifs » durant les prières, selon un responsable local. BBC

Faure Gnassingbé annonce un dialogue
Le président togolais, Faure Gnassimbé, annonce depuis Abidjan qu’un dialogue avec l’opposition est « en cours de préparation » et qu’il pourrait avoir lieu « d’ici à quelques semaines ». Le président ivoirien s’est dit confiant pour le Togo. « Nous souhaitons la paix au Togo. Nous considérons que la paix est indispensable pour le développement économique et social », a déclaré Alassane Ouattara. L’opposition togolaise se mobilise depuis plusieurs mois pour réclamer des réformes institutionnelles en profondeur et surtout le départ de M. Gnassingbé, au pouvoir depuis 2005. BBC

Marchés aux esclaves en Libye: un enfer qui ne date pas d’hier
Le cauchemar vécu en Libye par les migrants africains et les images d’un marché aux esclaves diffusées par la chaîne américaine CNN, ont causé une vague d’émotion mondiale. Un cauchemar que certains font mine de découvrir aujourd’hui, bien qu’il s’agisse d’un phénomène que l’on connaît bien et qui dure depuis des années. Voilà des années que les témoignages abondent et des années que la situation empire sur les routes de l’exil. Ceux qui ont un peu de mémoire se souviennent par exemple des centaines de migrants africains enfermés dans les prisons de Kadhafi et qui rachetaient leur liberté en travaillant pour leurs gardiens. Et puis peut-être aussi de ces Erythréens pourchassés pendant la révolution de 2011 sous prétexte que la dictature dont ils s’étaient échappés soutenait le Guide libyen. On peut évoquer aussi, en passant, les prises d’otage d’Ethiopiens et d’Erythréens dans le Sinaï par les mafias locales à partir de 2009, qui les torturaient au téléphone pour obtenir des rançons de leurs familles… Bref, la route d’Afrique du Nord est infernale depuis bien longtemps pour ceux qui cherchent à fuir vers l’Europe. RFI

« La mise en esclavage d’Africains est-elle plus acceptable en Mauritanie qu’en Libye ? »
De nombreux Africains ont exprimé leur indignation à la suite d’un reportage de CNN montrant un marché d’esclaves en Libye. Sur Facebook, la bannière numérique « Je dis NON à l’esclavage en Libye – L’homme NOIR n’est pas une marchandise » était incontournable. A l’appel d’associations et de personnalités, une foule en colère a défilé dans les rues de Paris samedi 18 novembre. Pour des raisons évidentes, cette colère est justifiée et son expression est salutaire. Mais elle soulève des questions que nous aurions tort d’ignorer. D’après l’Index global sur l’esclavage, environ 46 millions de personnes, dans 167 pays, étaient en situation d’« esclavage moderne » (travaux forcés ou mariages forcés) en 2016. Le Monde

Présidentielle au Liberia : les recours contre le premier tour rejetés
Ce 20 novembre au Liberia, la Commission électorale nationale (NEC) a rejeté les recours contre le déroulement du premier tour de l’élection présidentielle introduits par les deux candidats arrivés derrière le sénateur et ex-star du football George Weah. Les partis de Joseph Boakai, arrivé deuxième, et de Charles Brumskine, qui avait terminé troisième lors du premier tour le 10 octobre, ont annoncé qu’ils feraient appel de cette décision. « Vos recours sont rejetés, a déclaré le membre de la Commission électorale libérienne (NEC) chargé d’examiner les plaintes. Je ne suis pas convaincu que les questions soulevées dans ces plaintes constituent des fraudes, car les parties n’ont pas su prouver au-delà du doute raisonnable que la NEC a été coupable de fraudes lors du scrutin du 10 octobre ».  Jeune Afrique

Beni : combats entre militaires et miliciens, six morts
Des affrontements ont opposé dimanche 19 novembre les forces armées de la RDC (FARDC) à une coalition des miliciens Maï-Maï à Bulambo-Isale, une localité de la chefferie de Bashu en territoire de Beni (Nord-Kivu). Selon le lieutenant Jules Ngongo, porte-parole des opérations Sokola 1 Sud qui a livré cette information lundi à Radio Okapi, six personnes ont été tuées dans ces combats dont quatre miliciens et deux militaires. Ces affrontements ont également fait des blessés, sept au total : quatre miliciens et trois militaires, a précisé le porte-parole de l’armée avant de faire savoir que l’armée a mis en déroute les assaillants au terme des combats. Radio Okapi

RDC: rapport de la Cenco sur l’avancement du processus d’enrôlement
La Cenco a présenté un rapport lundi 20 novembre sur l’avancement du processus d’enrôlement en RDC. A ce jour, Plus de 44 millions d’électeurs sont enregistrés. Reste à finaliser l’opération dans le Kasaï, le Kasaï-Central, et deux territoires voisins. Le calendrier électoral prévoit la fin de l’opération pour le 31 janvier 2018. Mais dès lundi, les évêques congolais ont partagé le travail de leurs quelque 300 observateurs sur le terrain. Une opération d’autant plus importante que la nouvelle loi électorale qui doit être adoptée sous peu prévoit que désormais le partage des sièges aux législatives se fasse sur la base de ce fichier et non plus en fonction du nombre d’habitants.

La justice américaine inculpe un ex-ministre sénégalais de corruption
Le responsable d’une ONG basée à Hong-Kong et en Virginie, dans l’Est des Etats-Unis, ainsi qu’un ancien ministre sénégalais des Affaires étrangères ont été inculpés par la justice américaine dans une affaire de corruption de hauts responsables au Tchad et en Ouganda. Chi Ping Patrick Ho, 68 ans, et Cheikh Gadio, 61 ans, sont accusés d’avoir corrompu pendant plusieurs années des hauts responsables de ces pays afin d’obtenir des avantages pour une entreprise pétrolière chinoise. Les pots-de-vin représentent plusieurs millions de dollars, selon un communiqué du ministère américain de la Justice publié lundi. « Des responsables au plus haut niveau des gouvernements des deux pays sont soupçonnés d’avoir reçu des pots-de-vin », a indiqué le ministre adjoint de la Justice Kenneth Blanco, citant le président du Tchad et le ministre ougandais des Affaires étrangères sans communiquer leur nom. VOA

Côte d’Ivoire : Guillaume Soro intègre la nouvelle direction du RDR
Henriette Dagri Diabaté, nommée présidente du Rassemblement des républicains en septembre, a communiqué lundi la liste des nouveaux vice-présidents du parti. Ils sont 33, dont Guillaume Soro, le président de l’Assemblée nationale, en froid avec le chef de l’État depuis plusieurs mois. Absent du congrès du RDR en septembre, Guillaume Soro a finalement été nommé vice-président du parti, chargé de la région du Tchologo. Son nom apparaît même en premier dans l’ordre protocolaire… La liste des vice-présidents, validée par Alassane Ouattara lors d’un entretien avec Henriette Diabaté et communiquée lundi 20 novembre, comporte 33 noms. Toutes les personnalités importantes du parti, qui avaient fait les frais des nominations du congrès, sont présentes. D’Amadou Soumahoro, ex-secrétaire général par intérim, à Ibrahima Cissé Bacongo en passant par Adama Bictogo. Les ministres Gilbert Koné Kafana, Hamed Bakayoko, Marcel Amon Tanoh, Birahima Téné Ouattara et Ally Coulibaly font également partie de cet organigramme. Jeune Afrique

Guinée: un mort lors de manifestations d’élèves contre la situation dans l’éducation
Un jeune homme de 17 ans a été tué par la police lors de heurts lundi à Conakry au cours de manifestations de milliers d’élèves du primaire et du secondaire dénonçant la situation de l’éducation en Guinée, ont indiqué un membre de sa famille et une source hospitalière. Le jeune homme, Souleymane Diakité, « revenait de son école (…) lorsqu’il a rencontré, en compagnie de ses camarades, un contingent de policiers qui avait du mal à contenir les furies d’autres manifestants et a tiré à balles réelles, dont une l’a fauché », a déclaré un oncle de l’élève à un correspondant de l’AFP. « Ses camarades ont alors crié et les policiers n’ont même pas pris la peine de le secourir », a-t-il ajouté. TV5

La justice américaine inculpe Cheikh Tidiane Gadio pour corruption
Chi Ping Patrick Ho, 68 ans, et Cheikh Gadio, 61 ans, sont accusés d’avoir corrompu pendant plusieurs années des hauts responsables de ces pays afin d’obtenir des avantages pour une entreprise pétrolière chinoise. Les pots-de-vin représentent plusieurs millions de dollars, selon un communiqué des autorités judiciaires américains publié lundi. L’ancien ministre sénégalais a été arrêté vendredi à New York et présenté devant un juge le lendemain, tandis que M. Ho a été arrêté samedi et présenté à un juge lundi. BBC



Photo: Adam Jones