Revue de Presse du 21 mars 2018

Nigeria: 76 étudiantes de Dapchi libérées par Boko Haram
Au moins 76 des 110 écolières enlevées le 19 février par des militants islamistes de Boko Haram à Dapchi, dans le nord du Nigeria, ont été ramenées mercredi matin à leur école par leurs ravisseurs, a affirmé le gouvernement nigérian. «Les efforts du président Muhammadu Buhari épaulé par les services de sécurité pour ramener les filles enlevées à Dapchi ont porté leurs fruits», selon un communiqué du ministère de l’Information, qui souligne que 76 élèves ont été pour l’instant enregistrées et sont actuellement entre les mains des services de sécurité avant d’être ramenées dans leur famille. Selon les habitants de la petite ville de l’Etat de Yobe (nord-est), «elles n’étaient accompagnées d’aucune force de sécurité. Leurs ravisseurs les ont juste déposées et sont partis, sans parler a personne», a expliqué Bashir Manzo, qui dirige une association d’aide aux parents des jeunes filles enlevées. Libération

Cambridge Analytica: l’opposition kényane exige une enquête
L’opposition kenyane demande l’ouverture d’une enquête sur le rôle de la société de conseil britannique dans la victoire du président kenyan. Norman Magaya, responsable de la National Super Alliance (Nasa), accuse Cambridge Analytica et le parti au pouvoir d’avoir tenté de « subvertir la volonté du peuple ». Les patrons de Cambridge Analytica se sont vantés du contrôle qu’ils ont exercé au Kenya, sans savoir qu’ils étaient filmés. L’entreprise nie tout acte répréhensible. BBC

Le programme du président Macron pour «une nouvelle francophonie»
A l’occasion de la Journée mondiale de la francophonie mardi 20 mars, Emmanuel Macron a présenté son programme pour soutenir l’usage de la langue française dans le monde. Le président français s’est exprimé à l’Académie française. Quelques mois après le discours de Ouagadougou, fin novembre, où Emmanuel Macron avait déclaré que le « français sera la première langue d’Afrique », le président a donc jeté les bases de son programme pour le continent. RFI

Netanyahu assure que les migrants africains représentent une menace « pire » que les jihadistes
Le Premier ministre israélien a affirmé que la barrière électronique placée à la frontière israélo-égyptienne avait sauvé Israël d’attaques jihadistes et ce qu’il a qualifié de « pire » menace », l’arrivée massive de migrants illégaux africains. « Sans cette barrière, nous serions confrontés à de graves attaques de terroristes du Sinaï et, pire, à une arrivée massive de migrants africains illégaux », a déclaré M. Netanyahu lors d’une conférence consacrée au développement de la région sud d’Israël. Selon le ministère de l’Intérieur, 42.000 migrants africains vivent en Israël, principalement originaires du Soudan et d’Érythrée. VOA

Début prochain du désarmement des miliciens Ninjas du pasteur Ntumi au Congo
A Brazzaville, la commission mixte paritaire des accords de paix dans le Pool a annoncé le début du désarmement des ex-combattants ninjas du pasteur Ntumi à partir du 5 avril. Quatorze sites seront ouverts dans la région du Pool pour accueillir ces miliciens et leurs armes. Les quelques ninjas présents ce mardi à Kinkala lors de la cérémonie du lancement des activités de terrain de la Commission paritaire se disent prêts à rendre les armes et à faire la paix. « Au moment où nous parlons, la paix est déjà confirmée dans le Pool. Nous, les ninjas, on peut désormais aller là où nous voulons. Il y a la paix partout entre les militaires, les ninjas et les civils », a témoigné un chef de troupes ninjas, connu sous le nom de « Kevin-aux-aguets ». VOA

Le chef du gouvernement malien attendu à Kidal, une première depuis 2014
Soumeylou Boubeye Maïga a annoncé qu’il effectuerait cette semaine une tournée dans des localités du centre et du nord du Mali, dont Kidal, sous contrôle de l’ex-rébellion, une première depuis 2014. « Durant mon déplacement, je me rendrai à Kidal, où depuis quasiment six ans, il n’y a pas d’administration d’Etat », a dit M. Maïga, en référence à la rébellion de 2012 dans le nord du Mali. « La meilleure démarche est donc de se rendre sur place, sans arrogance, avec le sens de l’écoute, connaître les attentes urgentes des populations », a-t-il ajouté, sans préciser si la Coordination des mouvements de l’Azawad (CMA, ex-rébellion à dominante touareg) avait fixé des conditions à sa venue. VOA

Dialogue au Togo: la communauté internationale fait pression
Les Nations Unies, l’Union européenne et les ambassades d’Allemagne, de France et des États-Unis au Togo ont invité le pouvoir et l’opposition engagés dans un dialogue, à une « discussion de fond » sur les réformes constitutionnelles et électorales, en vue de parvenir à un accord. Dans une déclaration commune publiée lundi soir, les acteurs de la communauté internationale demandent aux protagonistes de la crise qui secoue le pays depuis plus de six mois « à dépasser leurs positions de principe ». « La coordination (…) appelle les parties à s’engager sans délai, dans l’intérêt de tous les Togolais, dans une discussion de fond sur les questions constitutionnelles et électorales, afin de parvenir à un accord sur les réformes », assure le communiqué. Slate

Libye: Saïf al-Islam Kadhafi annonce sa candidature à l’élection présidentielle
Saïf al-Islam Kadhafi, le fils de l’ancien guide libyen, a annoncé officiellement lundi 19 mars à partir de Tunis, via l’un de ses représentants, Ayman Bouras, sa candidature pour l’élection présidentielle prévue cette année en Libye. Il a choisi Tunis, tout en annonçant qu’il comptait reconstruire la Libye avec l’aide des pays voisins. La date de son annonce n’est pas un hasard. Elle renvoie au début des frappes de la Libye par l’aviation de l’Otan en 2011. RFI

RDC : un rapport de l’ONU dénonce la répression tous azimuts des manifestations
Tirs à balles réelles dans la foule, arrestations arbitraires, dissimulation de cadavres… Un rapport des Nations unies revient sur la répression menée pendant un an par les forces de sécurité congolaises face aux manifestations contre le régime du président Joseph Kabila. Élaboré conjointement par le Haut-commissariat des Nations unies aux droits de l’homme et la Monusco, ce rapport recense au moins 47 personnes tuées – dont quatre femmes et trois enfants – par la police et l’armée congolaises, lors de manifestations entre le 1er janvier 2017 au 31 janvier 2018. Jeune Afrique

Enquête sur le mystérieux « Institut Mandela », qui honore le Burundais Pierre Nkurunziza
Le 19 mars, dans un hôtel parisien cossu, se tenait la seconde cérémonie de remise des « Prix Mandela ». Des récompenses honorifiques décernées par l’Institut éponyme, un think-tank qui revendique la promotion des valeurs de l’ancien président sud-africain… mais dont la crédibilité, remise en cause par plusieurs de ses « partenaires », ne laisse pas d’interroger. Qui oserait remettre en cause la crédibilité d’une organisation baptisée du nom du héros mythique de la lutte anti-apartheid ? Le 23 décembre, l’Institut Mandela – qui se définit comme un think-tank voué à « garder vivant l’esprit et l’inspiration du panafricanisme et de promouvoir les valeurs de société ouverte et de paix partout sur le continent par une diplomatie intellectuelle » – dévoilait la liste des lauréats de la seconde édition de son Prix Mandela, qu’il organise depuis 2016. Jeune Afrique

Putsch manqué au Burkina : un Malien du Mouvement arabe de l’Azawad sur le banc des accusés
Le procès des auteurs du putsch manqué de septembre 2015 doit reprendre ce 21 mars. Sur le banc des accusés : 83 Burkinabè, mais aussi un Malien membre du Mouvement arabe de l’Azawad, un groupe armé actif dans la région de Tombouctou. Nous sommes le 21 octobre 2015 au soir, dans le quartier Tanpouy de Ouagadougou. Trois membres de mouvements armés maliens viennent de quitter une mosquée lorsque deux gendarmes et huit policiers en civil les arrêtent. La même nuit, tous seront libérés, à l’exception d’un seul : Sidi Lamine Oumar, membre du Mouvement arabe de l’Azawad (MAA), organisation partie prenante de la Coordination des mouvements de l’Azawad (CMA). « Ce dernier a été retenu en garde à vue sur insistance d’un chef militaire burkinabè », précise une source proche du dossier. Jeune Afrique

« Coup d’Etat » manqué en Guinée équatoriale: Malabo évoque l’implication de plusieurs Français
L’ambassadeur équato-guinéen en France a évoqué mardi l’implication présumée de trois autres Français dans le « coup d’Etat » manqué de décembre dans ce pays, outre le ressortissant français désigné par la justice équato-guinéenne comme l’un des acteurs de cette tentative de « coup d’Etat ». Mi-mars, la justice équato-guinéenne avait désigné Dominique Calace de Ferluc – ingénieur du son à la retraite – un Tchadien et un Centrafricain, comme les exécutants de la tentative de « coup d’Etat » que Malabo a affirmé avoir déjoué début janvier. Interrogé au téléphone par l’AFP depuis Libreville, M. Calace de Ferluc a démenti toute implication, estimant que cette accusation était une « opération montée de toutes pièces ». TV5

Ouverture à Kigali du sommet sur le Traité de la ZLEC
Ils vont signer le traité instituant la Zone de libre-échange continentale (ZLEC). Une étape essentielle pour doper le commerce intra-africain. Mohamadu Buhari ne se rend pas à Kigali ce matin. Le Nigeria, l’une des grandes économies du continent, ne signera donc pas ce traité qui à terme, va créer le plus vaste marché du monde. Le Nigéria dit avoir besoin de plus de temps pour étudier et discuter des détails de cet accord avec le milieu local des affaires avant de s’y engager. Autre absent, le président burundais Pierre Nkuruziza. Son porte-parole adjoint Alain Diomede Nzeyimana a justifié cette absence par l’état des relations entre le Burundi et le Rwanda. Bujumbura accuse Kigali de soutenir l’opposition. Mais il précise que le Burundi pourrait signer le traité plus tard si c’est dans l’intérêt national. BBC

Côte d’Ivoire : colère des producteurs de café, bloqués au port d’Abidjan
Depuis fin février, des milliers de tonnes de café ivoirien sont bloqués à Abidjan. Selon de récentes révélations, cette situation résulte de négociations sur les tarifs douaniers entre la Côte d’Ivoire et l’Algérie, premier consommateur d’Afrique. Une longue file de 400 camions, parqués sur les trottoirs de la zone portuaire d’Abidjan. Des chauffeurs, contraints de surveiller leurs marchandises, dorment à proximité depuis des semaines. Depuis début février, des milliers de tonnes de café sont bloquées à l’entrée du port autonome. Selon un opérateur économique du milieu joint par l’AFP début mars, les exportations sont gelées faute d’autorisation d’exportation du Conseil du café-cacao (CCC), autorité ivoirienne chargée d’organiser et contrôler la commercialisation du café, dont la Côte d’Ivoire est le troisième producteur africain. France 24

L’Algérie accélère les expulsions de migrants subsahariens dans le désert
Depuis le début de l’année, Alger a expulsé plusieurs centaines de migrants subsahariens à ses frontières sud, confirmant le durcissement de sa politique migratoire. Entre le 3 et le 13 février, plus de 500 personnes ont ainsi été expulsées à la frontière avec le Niger. Arrêtées dans différentes villes algériennes, elles ont été emmenées à Tamanrasset, à 1 800 km au sud d’Alger, où elles ont été retenues dans un camp de préfabriqués pendant plusieurs jours avant d’être emmenées dans des camions jusqu’à la frontière. L’Algérie et le Niger se sont mis d’accord en 2014 pour qu’Alger organise l’arrestation et l’expulsion de migrants nigériens qui mendient dans les différentes villes du pays. Selon les autorités algériennes, ces hommes, femmes et enfants sont utilisés par un réseau bien organisé, proche des réseaux de trafic et de terrorisme. Le Monde

Vente d’une cargaison de phosphates disputée entre le Maroc et le Front Polisario
Une cargaison de phosphates extraits du territoire disputé du Sahara occidental et désormais sous séquestre en Afrique du Sud a été mise aux enchères, conformément à une décision de justice, ont annoncé mardi les indépendantistes sahraouis. La vente de 55.000 tonnes de phosphate a débuté lundi avec une première offre de 1 million de dollars, selon un représentant des indépendantistes du Front Polisario, Kamal Fadel. Elle doit durer trente jours. « Il s’agit d’un phosphate de haute qualité à un prix raisonnable. Les revenus iront à la République sahraouie », des fonds qui pourraient être utilisés dans des affaires judiciaires similaires pour défendre la cause des indépendantistes, a ajouté à l’AFP Kamal Fadel. TV5

Nana Akufo-Addo, président du Ghana et star des internautes africains
Nana Akufo-Addo, 73 ans, est le président du Ghana. Elu en janvier 2017, il était peu connu du grand public jusqu’à ses récents discours, notamment lors de la visite officielle d’Emmanuel Macron, en novembre. Le chef de l’Etat ghanéen y dénonce la « mendicité » d’une partie des pays africains vis-à-vis de l’Occident. Il appelle aussi ses homologues du continent à exploiter les ressources de leurs pays, largement suffisantes pour endiguer la pauvreté. Peu après, Nana Akufo-Addo annonce que le Ghana se passera de l’aide du Fonds monétaire international (FMI) à partir d’avril 2018. Faut-il pour autant voir derrière ces saillies médiatiques un discours révolutionnaire ? Les réseaux sociaux ont-ils raison d’ériger Nana Akufo-Addo en chantre du panafricanisme ? Décryptage des discours et des actes avec l’historien Amzat Boukari-Yabara. Le Monde



Photo: Adam Jones