Revue de Presse du 21 février 2019

Le Burundi refuse le retrait de ses troupes de l’Amisom
Les présidents burundais et somaliens ont demandé mardi de toute « urgence » un sommet des chefs d’état des pays contributeurs de troupes de la Force africaine en Somalie. Ce sommet devra réexaminer la question du retrait annoncé de 1.000 soldats du contingent burundais de Somalie d’ici au 28 février. En décembre 2018, l’UA avait demandé au seul Burundi le retrait de 1.000 soldats de son contingent dans le cadre d’un programme de désengagement progressif de l’AMISOM. Le gouvernement burundais continue de contester cette décision. La présence de soldats burundais en Somalie constitue une source de revenus en devises pour le Burundi.  BBC

Présidentielle nigériane: la pression s’accroît sur la Commission électorale
Au Nigeria, le scrutin présidentiel qui devait se tenir la semaine dernière aura finalement lieu ce 23 février. Ce report, qui plonge le pays dans une crise politique, a pris de court tous les acteurs du processus. A trois jours de l’échéance, la Commission électorale nationale indépendante (Inec) est sous pression. Les deux principaux partis, qui avaient initialement appelé leurs partisans au calme, ont changé de ton. Désormais, les propos sont de plus en plus virulents et la pression s’accroît sur l’Inec. Depuis le report des élections générales, cinq heures avant le début du scrutin présidentiel le 16 décembre, le All Progressive’s Congress (APC) au pouvoir, et le Parti démocratique populaire (PDP), d’opposition, se livrent à une escalade d’accusations. RFI

RDC: on attend toujours le nouveau gouvernement de Félix Tshisekedi
En République démocratique du Congo (RDC), on est toujours dans l’attente de la formation du premier gouvernement de Félix Tshisekedi. Tous les jours, depuis presque un mois, on dit cette annonce imminente… Ce sentiment est renforcé depuis quelques jours par l’obligation faite aux membres du gouvernement qui ont été élus députés de choisir entre leur fonction de ministre et celle de député. En tout cas, du côté du bureau provisoire de l’Assemblée, les choses sont claires, les ministres-députés doivent les informer d’ici jeudi minuit de leur choix.  RFI

La RDC commence à secouer l’arbre de la corruption politique
Quelques semaines après une élection sans précédent, des voix s’élèvent contre la corruption politique en République démocratique du Congo, une pratique bien ancrée contre laquelle le nouveau président Félix Tshisekedi a promis de lutter. L’occasion est toute trouvée: après la présidentielle et les législatives du 30 décembre, le cycle électoral se poursuit avec la désignation le mois prochain de 108 sénateurs et des gouverneurs dans 24 des 26 provinces de RDC. Ces élections ont lieu au scrutin indirect. Les candidats font campagne auprès de « grands électeurs » de leur province, les 715 députés des Assemblées provinciales élus en décembre au suffrage direct, plus 65 chefs coutumiers cooptés.  TV5

Elections en RDC: les Eglises protestantes dénoncent la corruption
Les élections des gouverneurs et des sénateurs se tiendront au mois de mars en RDC, mais à peine la Commission électorale nationale indépendante (Céni) a publié la liste des candidats que les soupçons de corruption sont révélés. Deux candidats sénateurs ont même déjà retiré leurs candidatures dénonçant le monnayage des voix. Ce mardi, l’Eglise du Christ au Congo (l’ECC) est montée au créneau pour à son tour dénoncer ce qu’elle appelle les antivaleurs.  RFI

Un sommet à Niamey pour mobiliser 400 milliards de dollars pour le Sahel
Les chefs d’Etat et de gouvernement de 17 pays du Sahel tiendront un sommet lundi à Niamey pour valider un « plan d’investissement climatique » de 400 milliards de dollars sur 12 ans, a annoncé jeudi le gouvernement nigérien. Ce plan élaboré pour « la période 2018-2030 », qui concerne « 17 Etats de la bande sahélienne, allant de l’océan Atlantique à la Corne de l’Afrique », est « très ambitieux ». Il reflète « la traduction des engagements de nos Etats à travers l’Accord de Paris sur le réchauffement climatique », a déclaré le ministre nigérien de l’Environnement, Almoustapha Garba, lors d’une conférence de presse. Son coût est estimé à « un peu moins de 400 milliards de dollars » (plus de 350 milliards d’euros). « Un programme prioritaire » est axé sur six projets visant diverses actions sur le terrain pour « limiter » les émissions des gaz à effet de serre et pour permettre aux populations « de s’adapter aux changements climatiques », a-t-il expliqué. VOA

Edouard Philippe au Mali pour une visite de « soutien »
Le Premier ministre français effectue de vendredi soir à dimanche au Mali une visite de « soutien » au pays sahélien, qui peine, malgré une pression militaire accrue de la France, à enrayer l’extension des violences jihadistes, notamment vers le Burkina et le Niger voisins. Soutien militaire pérenne via la force Barkhane (4.500 soldats français, dont 2.700 au Mali), soutien au processus politique mené par le gouvernement malien et enfin soutien au développement sont les trois messages que portera Edouard Philippe, selon Matignon. « C’est un message d’appui et de compréhension qu’on va porter » lors des entretiens prévus samedi avec le Premier ministre malien Soumeylou Boubèye Maïga et avec le président Ibrahim Boubacar Keïta « IBK », selon le cabinet du Premier ministre. Le volet militaire n’est « qu’un des aspects », souligne-t-on, en insistant sur les volets diplomatiques et économiques. TV5

Neuf Egyptiens exécutés par pendaison pour le meurtre d’un magistrat
Au total, quinze personnes avaient été condamnées dans cette affaire. Pour les six autres, la peine de mort avait été commuée en prison à perpétuité. Amnesty International a dénoncé mardi, l’utilisation croissante par le gouvernement de la peine de mort. Hicham Barakat a été tué dans l’explosion d’une voiture piégée au passage de son convoi au Caire en 2015. Il était le plus haut magistrat du parquet égyptien. L’attaque n’avait pas été revendiquée mais la police avait par la suite annoncé avoir arrêté des membres des Frères musulmans, une organisation classée « terroriste » par le gouvernement.  BBC

Huit jihadistes présumés tués dans le Sinaï
Huit djihadistes présumés ont été tués dans la péninsule du Sinaï (nord-est), a indiqué mercredi le porte-parole de l’armée égyptienne, précisant qu’ils avaient participé à une récente attaque qui a fait 15 militaires tués ou blessés le 16 février. « Huit terroristes extrêmement dangereux ont été éliminés » par les forces de l’ordre dans le gouvernorat du Nord-Sinaï, a affirmé le porte-parole de l’armée, Tamer el-Refai, dans un communiqué. Ce dernier a également précisé que l’armée avait « découvert et détruit sept repaires utilisés par les terroristes pour se cacher et pour préparer des opérations terroristes, et dans lesquels se trouvaient des armes et de grandes quantités de munitions utilisées dans la fabrication d’engins explosifs ». VOA

Les ex-chefs de milice en Centrafrique Ngaïssona et Yekatom comparaîtront ensemble devant la CPI
La Cour pénale internationale (CPI) a annoncé mercredi qu’elle joignait les affaires contre deux ex-chefs de milice en Centrafrique, Alfred Yekatom et Patrice-Edouard Ngaïssona, figure de proue des autorités du football africain. « L « Le 20 février 2019, la Chambre préliminaire a décidé de joindre les affaires du procureur contre Alfred Yekatom et celle contre Patrice-Edouard Ngaïssona », a déclaré la Cour dans un communiqué. M. Ngaïssona, président de la Fédération centrafricaine de football, est soupçonné d’avoir commis ou aidé à commettre des crimes de guerre et crimes contre l’humanité dans l’ouest de la République centrafricaine entre septembre 2013 et décembre 2014. VOA

Algérie: un maire limogé au lendemain d’une manifestation hostile au président
Un maire algérien a été limogé au lendemain d’une manifestation hostile au chef de l’Etat, déclenchée par la décision de l’édile d’interdire l’accès de sa mairie à un candidat déclaré à la présidentielle, a indiqué mercredi un responsable local. Mardi, quelques centaines de personnes se sont rassemblées devant la mairie de Khenchela, à 500 km au sud-est d’Alger, pour protester contre la décision du maire de fermer –illégalement– les portes du bâtiment à Rachid Nekkaz, un candidat déclaré à la présidentielle du 18 avril. M. Nekkaz avait annoncé sur les réseaux sociaux qu’il se rendait à la mairie pour y recueillir et faire légaliser des parrainages d’électeurs, comme l’exige la loi électorale. Le maire, Kamal Hachouf, membre du Front de libération nationale (FLN) –parti du président algérien Abdelaziz Bouteflika–, avait en retour prévenu qu’il lui en interdirait l’accès. Slate

En Tunisie, le rapatriement des enfants de jihadistes de Daech inquiète les autorités
La défaite annoncée de l’organisation État islamique (EI) pose la question du retour de ses combattants, mais aussi des membres de leurs familles. Au total, 2 000 enfants et 1 000 femmes sont actuellement détenus dans les camps du nord-est de la Syrie et dans les prisons libyennes. Parmi eux, un sur dix est Tunisien, mais seuls trois jeunes ont pour le moment été rapatriés. C’est lors des frappes aériennes américaines et de combats au sol, en février 2016 à Sabratha (Libye), que Tamim, alors âgé de 2 ans, a perdu ses parents, tous deux Tunisiens. Pendant de longs mois, le petit garçon a été placé dans une prison libyenne par les forces spéciales du ministère de l’Intérieur du gouvernement de Tripoli. Jeune Afrique

En Côte d’Ivoire, Guillaume Soro ne pense plus qu’à la présidentielle de 2020
Depuis qu’il a quitté le perchoir de l’Assemblée nationale et rompu avec le président Alassane Ouattara, l’ex rebelle structure un mouvement politique capable de le propulser à la tête du pays lors de l’élection présidentielle de 2020. Reportage. Laconique, un brin mystérieux, Guillaume Soro arbore ce 15 février le sourire satisfait de celui qui a réussi son coup. Dans la salle de réception située juste au-dessus de la piscine de sa très luxueuse résidence, l’ancien chef de la rébellion, entouré de ses fidèles, fait face à une soixantaine de journalistes. Après avoir quitté le « tabouret » de l’Assemblée une semaine plus tôt, il annonce la création du « Comité politique », un « outil » pour « mener des réflexions d’intérêt national ».  France 24

Comores: la campagne présidentielle est lancée
Aux Comores, les campagnes présidentielles et gouvernatoriales ont débuté mercredi 20 février. Des élections anticipées auront lieu les 24 mars et 21 avril prochains. Suite au changement de constitution de juillet dernier, le président Azali Assoumani, qui a déjà effectué trois ans de son quinquennat, est désormais candidat à sa propre succession. La Cour suprême a invalidé plusieurs candidatures, dont celle du leader de l’opposition Mohamed Ali Soilihi qui a vu son ultime recours rejeté ce mercredi. Ils seront douze candidats à s’opposer au président sortant durant cette campagne. RFI

Soudan: la répression menace les efforts pour retirer le pays de la liste noire, prévient Washington
Un haut responsable américain a prévenu mercredi que l’usage de la « violence excessive » par les forces de sécurité soudanaises pour réprimer les manifestations antigouvernementales était inacceptable et pourrait menacer les discussions pour retirer le Soudan de la liste américaine des « Etats soutenant le terrorisme ». « Il est absolument inacceptable pour les forces de sécurité de faire usage d’une force excessive pour réprimer les manifestants, ainsi que les détentions sans charges, tout comme l’usage de la brutalité et la torture », a affirmé à l’AFP Cyril Sartor, directeur Afrique au Conseil national de sécurité américain, en visite à Khartoum. En plein marasme économique, le Soudan est le théâtre depuis deux mois de manifestations quasi quotidiennes déclenchées par la décision du gouvernement de tripler le prix du pain. La contestation s’est vite transformé en un mouvement réclamant la « chute » du président Omar el-Béchir.  TV5



Photo: Adam Jones