Revue de Presse du 20 octobre 2017

Au Togo, trois personnes tuées avant une manifestation interdite, selon l’opposition
Trois personnes ont été tuées par balle et des dizaines d’autres blessées, jeudi 19 octobre, au cours de heurts à Lomé entre jeunes et forces de l’ordre avant une manifestation interdite, a annoncé l’opposition togolaise. « Nous avons été informés d’un bilan provisoire à 15 h 30 de trois morts par balle à Lomé. Il y a 44 blessés par balle, et 36 personnes ont été battues », a déclaré à des journalistes la porte-parole de l’opposition, Brigitte Adjamagbo-Johnson. Le ministre de la sécurité, le colonel Yark Damehame, a démenti ce bilan : « Aucune mort ne nous a été signalée. ».  Le Monde

Crise au Togo: la discrète médiation du président béninois Patrice Talon
Alors que des heurts se sont produits à Lomé jeudi et que la crise se poursuit au Togo, une médiation béninoise pilotée par patrice Talon est bien en cours sur cette crise, sauf qu’elle est extrêmement discrète. Le président béninois joue bel et bien les médiateurs à Lomé entre le pouvoir et l’opposition. Mais les choses se font dans la totale discrétion. Pas de bruit, pas de fuite. RFI

Togo : polémique autour des milices
Inquiétudes des organisations de défense des droits de l’homme Au Togo, les milices ont fait leur apparition pour dissuader les manifestants qui, depuis quelques semaines, à l’appel des responsables de l’opposition, demandent des réformes politiques notamment le retour à la constitution de 1992 qui limitait le mandat présidentiel à deux. Les organisations de défense des droits de l’homme s’inquiètent de la tournure que prennent les évènements. BBC

Gabon-crise post-électorale : l’UE insiste pour une enquête indépendante
L’UE a insisté de nouveau sur la nécessité de faire la lumière sur les violences post-électorales de 2016, tout en rappelant son souhait d’ouverture d’une enquête indépendante portant sur ces faits, selon un communiqué de presse publié mercredi soir. L’annonce de la réélection d’Ali Bongo Odimba à la tête du Gabon, le 31 août 2016, avait provoqué des violences inédites au Gabon: manifestations contre le pouvoir, interpellations par centaines, l’Assemblée nationale incendiée, un assaut des forces de sécurité contre le QG du rival du président sortant, Jean Ping. Le gouvernement gabonais a fait état de trois personnes décédées lors de ces violences. Une partie de l’opposition et de la société civile affirme avoir identifié une trentaine de morts. BBC

Ahmed Soliman : « Les shebabs ont toujours du pouvoir en Somalie »
Au moins 320 morts et environ 500 blessés. L’attentat au camion piégé perpétré à Mogadiscio, la capitale somalienne, le 14 octobre est le plus meurtrier qu’ait connu le pays. Pointés du doigt par les autorités somaliennes et les observateurs internationaux, les islamistes shebabs (version francisée du mot arabe signifiant «  les jeunes  » ou «  jeunesse  », NDLR) n’ont pourtant toujours pas revendiqué l’attaque. Souvent annoncée sur le déclin, l’organisation islamiste a prouvé au monde, s’il le fallait, sa capacité de nuisance. Et met en exergue l’impuissance des autorités face à un groupe qui a pris racine dans la société somalienne. Généralement à l’ombre de Daech et de Boko Haram, les shebabs somaliens sont-ils le reflet d’un bourbier régional ? Ahmed Soliman, spécialiste des pays de la Corne de l’Afrique à l’institut de recherche Chatham House de Londres, livre ses réponses. Le Point

Nigéria : l’armée déploie des avions de combat dans l’Etat du Plateau
L’armée de l’air nigériane a déployé des avions de combat dans l’Etat du Plateau central alors que les autorités tentent d’arrêter une flambée de violence. Lundi, au moins vingt-neuf personnes qui s’étaient réfugiées dans une école primaire ont été tuées. L’établissement avait été pris d’assaut par des hommes armés. Cette attaque était apparemment une réponse au meurtre antérieur de six éleveurs de bétail. BBC

Kenya: incertitudes sur le maintien de la présidentielle au 26 octobre
Le Kenya est de plus en plus dans le doute. Le président de la Commission électorale, l’IEBC, a dit que dans les conditions actuelles il serait difficile d’organiser des élections crédibles jeudi prochain 26 octobre. Le principal opposant Raïla Odinga refuse de participer et appelle à des manifestations de masse le jour du vote. L’IEBC a tenté d’organiser une rencontre avec tous les candidats mais l’initiative a avorté. La tension ne cesse de monter et diverses organisations tirent la sonnette d’alarme. RFI

Mali: la principale coalition terroriste multiplie les opérations de propagande
Au Mali, la principale coalition terroriste active dans la zone a revendiqué de nouveaux attentats et l’enlèvement d’un militaire malien jeudi soir 19 octobre. Un nouveau kidnapping, une journée seulement après la diffusion d’une vidéo sur laquelle 11 soldats maliens apparaissent. Certains sont retenus en otage depuis juillet 2016. RFI

Des ONG s’alarment du « chaos » en Centrafrique
Cinq ONG humanitaires internationales se sont alarmées du « chaos » qui règne en Centrafrique, « un pays qui s’enfonce » dans une « crise majeure » sécuritaire et humanitaire sans que ces organisations puissent déployer toute leur aide. Alors que le secrétaire général des Nations Unies Antonio Guterres se rend dans le pays du 24 au 27 octobre, Médecins du monde, Action contre la Faim, Acted, Solidarités International et Première Urgence Internationale ont également exhorté l’ONU à « clarifier le mandat » de la mission de la paix sur place (Minusca) qui doit être renouvelé en novembre. VOA

Centrafrique : les chefs de guerre Ali Darassa et Noureddine Adam se réconcilient
Un communiqué du FPRC de Noureddine Adam laisse entendre que les deux chefs de guerre parmi les plus puissants du pays sont prêts à faire cause commune. Un revirement majeur. C’est potentiellement un tournant majeur dans le conflit centrafricain. Un communiqué du Front populaire pour la renaissance de la Centrafrique (FPRC) de Noureddine Adam envoyé ce jeudi 19 octobre à Jeune Afrique fait de Ali Darassa, chef de l’Union pour la Centrafrique (UPC), le nouveau « vice-président du Conseil national de défense et de sécurité (CNDS) de la Coalition emmenée par le FPRC ». Jeune Afrique

Centrafrique : les ONG face à une nouvelle crise majeure
La Centrafrique s’enfonce dans le chaos, ont alerté, jeudi, plusieurs ONG internationales qui, sur le terrain, sont de plus en plus fréquemment la cible des groupes armés qui contrôlent désormais 80 % du pays. « Nous voulons alerter sur une situation dramatique qui se dégrade de mois en mois », prévient Jean-François Corty, directeur des opérations de Médecins du Monde (MDM). Son ONG, ainsi qu’Action contre la Faim (ACF), Acted, Solidarités International et Première Urgence Internationale ont dénoncé, jeudi 19 octobre, lors d’une conférence de presse, le « chaos global » qui règne en Centrafrique. Depuis le début de l’année, le pays est frappé par une nouvelle crise majeure, affirme Jean-François Corty. France 24

Au Maroc, le long chemin des familles des détenus du « Hirak »
Vingt-deux heures de route et 1.200 kilomètres aller-retour: chaque semaine, les familles des militants du mouvement de contestation du Hirak viennent depuis le nord du Maroc rendre visite à leurs proches incarcérés à Casablanca, dans l’attente de leur procès. « Les familles des détenus sont épuisées, chaque semaine c’est la même épreuve. Pourquoi nous font-ils vivre ce calvaire? », s’indigne Rachid Ahbbad. Il est venu voir son fils Bilal, 19 ans, incarcéré début juin pour avoir participé aux manifestations qui agitaient alors la région. « Nos jeunes sont sortis dans la rue pour des revendications légitimes. Les manifestations étaient pacifiques. Et ils ont été qualifiés de séparatistes », s’indigne ce commerçant d’Al-Hoceïma, l’épicentre du mouvement né après la mort d’un vendeur de poisson broyé dans une benne à ordures. TV5

Que font les forces spéciales américaines en Afrique ?
La récente embuscade au Niger qui a coûté la vie à quatre soldats des forces spéciales américaines a mis en lumière la discrète, mais très nette montée en puissance de ces unités d’élite en Afrique, devenue leur deuxième zone d’intervention dans le monde après le Proche-Orient. Leur mission est de contrer la progression des mouvements djihadistes : « neutraliser » les Chabab en Somalie, « affaiblir » le groupe Etat islamique au Sahel, en Libye ou en Egypte ou encore Al-Qaida au Mali, et « contenir » Boko Haram au Nigeria, selon des responsables des forces spéciales rencontrés récemment au siège de leur commandement, le Socom, à Tampa, en Floride. Le Monde



Photo: Adam Jones