Revue de Presse du 20 juin 2017

Méditerranée: au moins 126 migrants disparus après un naufrage
Au moins 126 migrants sont portés disparus après le naufrage de leur embarcation de fortune au large de la Libye, a déclaré lundi à l’AFP un porte-parole de l’Organisation internationale pour les migrations (OIM). Selon le récit de quatre survivants, quelque 130 migrants, dont beaucoup de Soudanais, avaient embarqué jeudi en Libye à bord d’un canot pneumatique qui a fait naufrage au bout de quelques heures de navigation. Seules quatre personnes, deux Soudanais et deux Nigérians, ont pu être récupérés sains et saufs par des pêcheurs libyens, a précisé Flavio Di Giacomo, porte-parole de l’OIM. Quelques heures après leur départ depuis les côtes libyennes, leur canot pneumatique a été intercepté par des trafiquants qui ont dérobé le moteur de l’embarcation. « Très vite, le canot déjà surchargé a commencé à prendre l’eau avant de couler », a raconté M. Di Giacomo, citant le récit fait par les deux survivants soudanais avec qui l’OIM a pu entrer en contact. TV5

Mali: 5 tués dans l’attentat près de Bamako, revendiqué par une alliance liée à Al-Qaïda
Cinq personnes, trois civils et deux militaires, ont péri dans l’attaque jihadiste visant des étrangers près de Bamako dimanche, qui s’est également soldée par la mort des assaillants, revendiquée par la principale alliance jihadiste du Sahel, liée à Al-Qaïda. Une quarantaine de civils ont réchappé de ce premier attentat anti-occidental depuis plus d’un an dans la capitale malienne contre un vaste « ecolodge », lieu de détente en périphérie de Bamako prisé des expatriés et fondé par un Français. « Les quatre assaillants ont été neutralisés », a déclaré le ministre malien de la Sécurité, le général Salif Traoré, mais dans sa revendication, le « Groupe de soutien à l’islam et aux musulmans » affirme qu’ils étaient au nombre de trois. TV5

Mali: l’alliance jihadiste du Sahel liée à Al-Qaïda revendique l’attaque près de Bamako
La principale alliance jihadiste du Sahel liée à Al-Qaïda a revendiqué lundi l’attaque jihadiste lancéee contre des étrangers près de Bamako dimanche, dans un communiqué sur les réseaux sociaux, repris par les agences privées mauritaniennes ANI (Agence Nouakchott Information) et Al-Akhbar. Dans ce communiqué le “Groupe de soutien à l’islam et aux musulmans” affirme que les assaillants au nombre de trois, appartenant à l’ethnie peule, ont péri lors de cette attaque qui a duré plusieurs heures. Africa News

Mali. Attaque à Bamako : “Ce qui est arrivé n’est pas une surprise
L’assaut qui a eu lieu dimanche 18 juin dans un complexe hôtelier près de Bamako au Mali a fait deux morts et une dizaine de blessés. Cette attaque n’est que la dernière d’une longue liste d’attentats qui secouent le pays depuis 2013. Dimanche 18 juin, le Mali a de nouveau été frappé par une attaque qui a fait deux morts et une dizaine de blessés dans un complexe hôtelier prisé des étrangers près de Bamako, la capitale. Au total, une trentaine d’otages ont été libérés par les forces de sécurité maliennes, appuyées par les militaires de l’opération française Barkhane et par la mission de l’ONU au Mali, dans ce que le ministre malien de la Sécurité, le général Salif Traoré, a qualifié d’“attaque djihadiste”. Les assaillants – quatre d’entre eux ont été tués dans la soirée – auraient crié “Allah Akbar” durant l’assaut de ce campement de Kangaba. Courrier International

Mali : l’attaque terroriste à Bamako « aurait pu être un carnage »
Au lendemain de l’attaque terroriste qui a fait deux morts au campement Kangaba, en périphérie de Bamako, le déroulé des faits se précise. Ce dimanche 18 juin, il est un peu plus de 16h lorsque deux petits groupes d’hommes armés arrivent à moto et en voiture au campement Kangaba. Situé au milieu de collines verdoyantes, à quelques kilomètres de Bamako, ce vaste lodge de plusieurs cases est prisé des Maliens aisés et des Occidentaux qui viennent souvent s’y prélasser le week-end pour échapper à l’agitation bamakoise. D’après plusieurs témoins, des assaillants sont arrivés en criant « Allah Akbar » et ont ouvert le feu sur des clients rassemblés autour d’une piscine. Ce jour-là, une dizaine de militaires de la mission européenne EUTM (qui est chargée de former l’armée malienne) étaient présents au campement Kangaba. À l’instar d’autres militaires ou policiers étrangers basés au Mali, ceux-ci ont parfois le droit de porter leurs armes quand ils ne sont pas en service. Jeune Afrique

Attaque au Mali: cinq suspects arrêtés
Cinq suspects accusés d’être impliqués dans l’attaque de Kangaba, près de Bamako ont été arrêtés, selon le ministre malien de la Sécurité, le général Salif Traoré. L’attaque a fait sept morts dont cinq assaillants et deux clients du campement. L’une des victimes civiles a été identifiée comme étant une Franco-Gabonaise, l’autre n’a pas encore été identifié. Au lendemain de l’attaque, le périmètre du campement Kangaba est bouclé par les forces de sécurité. Selon une source sécuritaire, les ratissages continuent. BBC

Plus de 65 millions de déplacés et réfugiés en 2016, nouveau record
Le rapport rendu public par le Haut Commissariat aux réfugiés (HCR) fait état de 65,6 millions de personnes réfugiées ou déplacées à l’intérieur de leur pays. C’est 300 000 de plus qu’en 2015. Le continent africain est très touché par ces mouvements de populations, notamment le Soudan du Sud. Parmi les dix pays que l’on a le plus fuis l’année dernière, sept se trouvent en Afrique. Le Soudan du Sud, le Burundi, la Centrafrique, l’Erythrée, la République démocratique du Congo, le Soudan et la Somalie. RFI

Côte d’Ivoire: Bédié fait les yeux doux à Soro pour la présidentielle
En Côte d’ivoire, les propos d’Henri Konan Bédié ont été clarifiés et réaffirmés par ses lieutenants du PDCI. Ce week-end, dans une interview accordée à nos confrères de Jeune Afrique, l’ancien président ivoirien assure que le candidat du RHDP, le Rassemblement des houphouëtistes pour la démocratie et la paix, sera issu de sa propre formation politique, le PDCI. En 2014, le PDCI s’était effacé pour soutenir la candidature du représentant du RDR, le Rassemblement des républicains, Alassane Ouattara. A l’époque, les deux partis avaient signé un accord d’alternance pour l’échéance présidentielle électorale de 2020. RFI

Fraude des entreprises de téléphonie cellulaire: la RDC perd 17,6 millions USD par mois
Au moins 61 millions de dollars américains ne sont pas déclarés chaque mois par les compagnies de téléphonie cellulaire en RDC, ce qui fait échapper au trésor public plus de 17,6 millions mensuellement. Cette fraude a été détectée par la firme française EntrepriseTélécom, représentée en RDC par Business Compagny Consulting avec qui le gouvernement congolais a signé un contrat de lutte contre la fraude téléphonique. Le manque à gagner décelé par la firme française ne concerne jusque-là que les appels et les SMS. L’Internet et le transfert électronique d’argent ne sont pas pris en compte dans cette fraude, qui implique trois sociétés, selon Business Compagny Consulting : Vodacom, Airtel et Africell. Radio Okapi

Quatre civils et un militaire malien tués dans l’attaque jihadiste au Mali
Le bilan de l’attaque jihadiste ayant visé dimanche des étrangers près de Bamako s’est alourdi, passant de deux à cinq personnes tuées par les assaillants, a annoncé lundi le ministre malien de la Sécurité, le général Salif Traoré. « Un militaire malien a été tué, et quatre civils », a déclaré le ministre, citant pour ces derniers les nationalités gabonaise, chinoise, portugaise et malienne. Un Français et un Suédois portés disparus « ont été retrouvés », a-t-il ajouté. De précédents bilans faisaient état de deux tués, dont une cliente franco-gabonaise. Mais le ministère français des Affaires étrangères n’a pas confirmé, faisant état de « vérifications pour déterminer la présence éventuelle de ressortissants français parmi les victimes » et ajoutant qu’un Français était « porté disparu ». VOA

Accord signé entre le gouvernement et 14 groupes armés en Centrafrique
Un accord de paix prévoyant un cessez-le-feu « immédiat » a été signé lundi à Rome sous l’égide de la communauté catholique de Sant’Egidio, entre le gouvernement centrafricain et 14 groupes armés. Les parties se sont engagées notamment à un cessez-le-feu immédiat sur tout le territoire centrafricain, « sous le contrôle de la communauté internationale », selon le texte de cet accord, rendu public au siège romain de cette communauté, très impliquée dans des médiations de paix, notamment en Afrique. VOA

Le corps de Thomas Sankara toujours pas identifié
Thomas Sankara et 12 autres victimes du putsch du 15 octobre 1987, avaient été enterrés à la sauvette dans un cimetière à l’est de Ouagadougou. De nouveaux tests ADN ne confirment pas la présence de Thomas Sankara parmi 13 dépouilles Les experts n’ont pas pu formellement identifier à l’aide d’analyses ADN, les restes supposés appartenir à l’ancien président burkinabè Thomas Sankara, assassiné le 15 octobre 1987 lors d’un coup d’Etat de Blaise Compaoré. Sankara et 12 autres victimes avaient été enterrés à la sauvette dans un cimetière à l’est de Ouagadougou. Les conclusions publiées, lundi, jettent le doute sur la vraie tombe de Thomas Sankara. VOA

Bénin: retour de Patrice Talon après une absence remarquée
Les Béninois ont retrouvé leur président. Patrice Talon est rentré à Cotonou dimanche 18 juin en fin d’après-midi. Le chef de l’Etat était parti depuis plus de trois semaines. En l’absence de communication officielle, les réseaux sociaux ont nourri la polémique. Retour en toute discrétion pour Patrice Talon. Arrivé de Paris un peu après 17h par un vol privé, avec son épouse, le chef de l’Etat n’a fait aucune déclaration. Il aura été absent un peu plus de trois semaines. Son départ, comme le motif de son déplacement, n’ont fait l’objet d’aucun communiqué officiel. RFI

L’ONU va renvoyer chez eux les Casques bleus congolais déployés en Centrafrique
Accusés d’agressions sexuelles, plus de 600 soldats du Congo-Brazzaville travaillant pour les Nations unies en Centrafrique vont être renvoyés chez eux, ont révélé, lundi 19 juin, plusieurs responsables onusiens. Ce départ doit être officialisé mardi lors d’une conférence de presse par le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres. Cette décision survient après un rapport accablant d’un responsable de la mission onusienne en Centrafrique (Minusca), qui avait menacé de rapatrier ces militaires si rien n’était fait au sein du bataillon visé, ces soldats étant également soupçonnés de trafiquer du carburant et de manque de discipline. TV5

Libye: Ghassan Salamé en passe de devenir le nouvel envoyé spécial de l’ONU
A l’ONU, les quinze pays membre du Conseil de sécurité votent ce mardi pour choisir un nouvel envoyé spécial pour la Libye qui succédera à l’Allemand Martin Kobler. La mission de ce dernier a commencé en novembre 2015 et arrive à échéance fin juin. Le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, a officiellement proposé vendredi le nom du Libanais Ghassan Salamé pour le poste d’émissaire des Nations unies en Libye. Selon des sources diplomatiques concordantes, le nom de Salamé fait consensus. RFI

Gambie: une délégation onusienne pour travailler sur les disparitions forcées
Une délégation d’experts des Nations unies vient de passer une semaine en Gambie, après avoir été sollicitée puis invitée par le gouvernement, pour travailler autour des disparitions forcées ou involontaires. Les cinq experts onusiens, venus de différentes régions du monde, ont rencontré le président Adama Barrow, des membres de son gouvernement, des élus, des familles de victimes, et des ONG. Créé en 1980 par la commission des droits de l’homme de l’ONU, le groupe de travail a pour but d’aider les familles de victimes à élucider les disparitions de leurs proches, et sert de canal de communication avec les gouvernements. Leur rapport préliminaire se réjouit de la bonne volonté du nouveau gouvernement gambien, mais la route est encore longue. RFI

Rwanda : quand les militaires français recevaient l’ordre de venir en aide aux génocidaires en débandade
Dans sa prochaine livraison, à paraître le 28 juin, la revue XXI apporte des informations inédites sur l’aide multiforme apportée par Paris aux extrémistes hutus organisateurs du génocide au Rwanda, en 1994. « Au cours de l’opération Turquoise, ordre avait été donné [aux militaires français] de réarmer les Hutus qui franchissaient la frontière » entre le Rwanda et l’ex-Zaïre. Ceux-là même qui venaient de commettre, au cours des trois mois précédents, un génocide aussi fulgurant qu’impitoyable contre les Tutsis. L’auteur de cette confidence sulfureuse est un haut-fonctionnaire français habilité secret défense. Lorsque, en avril 2015, François Hollande annonce sa décision de déclassifier les archives de la présidence française relatives au Rwanda pour la période 1990-1995, ce commis de l’État est désigné, avec l’un de ses pairs, pour passer au tamis ce qu’elles recèlent. Jeune Afrique

« Biens mal acquis »: la défense de T. Obiang tente de mettre en échec le procès
Dans une salle d’audience surchauffée, la défense de Teodorin Obiang a bataillé lundi pour tenter de mettre en échec le procès du vice-président de la Guinée équatoriale, accusé de s’être bâti frauduleusement en France un patrimoine considérable. Fils du président Teodoro Obiang, l’ancien ministre de l’Agriculture et des Forêts promu vice-président par son père, Teodorin Obiang, bientôt 48 ans, est poursuivi devant le tribunal correctionnel de Paris pour blanchiment d’abus de biens sociaux, de détournement de fonds publics, d’abus de confiance et de corruption. M. Obiang, qui ne s’est pas présenté devant le tribunal, encourt jusqu’à dix ans d’emprisonnement et une amende qui pourrait atteindre quelque 50 millions d’euros. TV5



Photo: Adam Jones