Revue de Presse du 20 juin 2016

Un rapport alerte sur des risques de troubles à venir en RDC
Un comité basé à Genève et réunissant des agences onusiennes et des ONG vient de sortir un rapport qui classe la République démocratique du Congo comme le pays le plus exposé à des troubles et des tensions dans les mois qui viennent. Des violences qui pourraient enflammer le pays, comme au Burundi voisin, notent les analystes. RFI

Niger: Diffa, capitale régionale étranglée par Boko Haram
Deux soldats sont postés devant la grande mosquée de Diffa, dans le sud-est du Niger, leurs armes pointées vers les fidèles qui affluent pour la prière. D’eux-mêmes, ceux-ci soulèvent leurs boubous pour montrer qu’ils n’ont pas de ceinture d’explosifs. Les habitants de la capitale régionale de cette région de 600.000 personnes située tout près du lac Tchad et de la frontière nigériane ont pris l’habitude de vivre sous la menace des islamistes nigérians de Boko Haram, auteurs d’attaques meurtrières et d’attentats suicides. Le harcèlement permanent et l’insécurité ont fait fuir une partie de la population et pèsent sur une économie qui subit aussi un arsenal de mesures restrictives prises par les autorités pour prévenir les infiltrations de Boko Haram. TV5

Un nouveau mouvement politico-militaire peul créé au Mali
Son leader, un jeune de 27 ans, annonce clairement la couleur : son mouvement, présent dans le centre, entend défendre les civils peuls victimes, selon lui, d’exactions. L’Alliance nationale pour la sauvegarde de l’identité peul et la restauration de la justice est dirigé par un jeune Malien âgé de 27 ans. Enseignant de profession Oumar al-Janah affirme d’entrée de jeu qu’il est à la tête d’un mouvement armé, qu’il est ni jihadiste, ni indépendantiste. Alors, pourquoi prendre les armes ? « Pour défendre les civils peuls injustement attaqués. » Combien de combattants ? « Environ 700 », répond-t-il. Et d’ajouter : « Nous avons de nouvelles adhésions. » RFI

Mali-Niger : une frontière entre conflits communautaires, rébellion et djihad
Dans le monde des ingénieurs de la paix, choisir le nom que l’on donne à un conflit violent, c’est déjà le résoudre en partie. Un conflit labellisé « agriculteurs-éleveurs » se traite par des négociations sur l’usage des ressources naturelles. Une rebellion séparatiste conduit éventuellement à des révisions constitutionnelles (décentralisation, fédéralisme). Les attaques « terroristes » appellent des réponses musclées, car « on ne négocie pas avec des terroristes ». Le problème est qu’au Sahel, et ailleurs dans le monde, les conflits violents n’ont que rarement une seule dimension. Ils sont enchevêtrés et mobilisent une myriade de protagonistes aux alliances complexes et mouvantes. Leur attribuer un label et, ainsi, suggérer leur mode de résolution exclusif est donc lourd d’erreurs potentielles. Le Monde

La désillusion un an après l’accord de paix au Mali
« Depuis sa signature, il y a un an, l’accord n’a rien changé. Ils font des réunions, mais nous, on ne voit rien de concret. » Voilà quatre ans que Hadji Wallet Mohamed habite dans le camp de réfugiés de Goudoubo, au nord du Burkina Faso, à 140 km de la frontière malienne. Quatre ans d’une attente qui ne semble plus finir et qui, à mesure que le temps passe, a fait s’envoler ses espoirs de voir le nord du Mali sécurisé et de retour chez elle, à Gao. Le Monde

Somalie : les shebab confirment la mort du cerveau présumé du massacre de Garissa
Les islamistes somaliens shebab ont confirmé la mort du cerveau présumé de l’attaque qu’ils avaient menée en avril 2015 contre l’université kényane de Garissa, qui avait fait 148 morts, dont 142 étudiants. C’est dans un faire-part de décès diffusé samedi que les shebab ont confirmé la mort de Mohamed Mohamud – alias Kuno, Dulyadin ou encore Gamadhere – qui avait été annoncée le 1er juin par les autorités somaliennes. Mohamed Mohamud, un Kényan, fut professeur dans une école coranique de Garissa, à 365 km au nord-est de Nairobi. Après sa mort, sa dépouille a été exhibée par les autorités locales. Jeune Afrique

Cinq policiers tués au Kenya
Une attaque attribuée aux islamistes shebab a coûté la vie à cinq policiers kényans. Les policiers sont tombés dans une embuscade. Ils assuraient l’escorte d’un bus de passagers, qui se dirigeait vers la ville de Mandera. Job Boronjo, le chef de la Police de Mandera, a dit à la BBC que quatre autres policiers ont été blessés dans l’attaque. Cette dernière n’a pas encore été revendiquée. Elle a été confirmée par Ali Roba, le gouverneur du comté de Mandera, qui fait également état de cinq officiers de police tués. BBC

Burundi: les écoliers continuent à défier le pouvoir malgré la répression
Au Burundi, la contestation n’est plus seulement dans la rue, mais aussi à l’école : en choisissant de punir sévèrement des écoliers qui s’en sont pris à la fonction présidentielle, le pouvoir n’a fait qu’attiser le sentiment de révolte des jeunes. Le scandale a éclaté fin mai, quand des griffonnages sur des photos du président contesté Pierre Nkurunziza dans des manuels scolaires ont été découverts, dans une école de la banlieue de Bujumbura. Sur certains livres, les yeux du président avaient été troués. Dans d’autres, sa photo avait été gribouillée et des insultes écrites. Dans un pays où le président, et sa candidature controversée à un troisième mandat en avril 2015, sont au cœur de la crise qui a fait plus de 500 morts et forcé à l’exil pas moins de 270.000 burundais, les gribouillages du portrait présidentiel ont fortement déplu au pouvoir qui a vigoureusement réagi. TV5

Khartoum convoque le chef de la Minuad sur fond de polémique sur l’extension de son mandat
Le Soudan a convoqué dimanche le chef de la Mission conjointe des Nations unies et de l’Union africaine (Minuad) au Darfour à la suite d’un rapport de l’ONU recommandant l’extension pour un an du mandat de cette force. Khartoum a intensifié depuis des mois la pression pour que les Casques bleus se retirent du Darfour en assurant que cette région ravagée par la guerre est désormais pacifiée, ce dont doutent des diplomates et des experts. Environ 20.000 soldats et policiers de plus de 30 pays y sont actuellement déployés dans le cadre de la Minuad. VOA

RDC: découverte de 19 corps de clandestins éthiopiens dans un container
Dix-neuf corps sans vie de clandestins éthiopiens ont été découverts par les services d’immigration de la province du Haut Katanga, dans le sud-est de la République démocratique du Congo lors d’un contrôle ciblé, a déclaré samedi à l’AFP un responsable local d’immigration. « Nous avons intercepté jeudi ce véhicule avec immatriculation zambienne, à 7 km du poste frontière de Mwenda, à cause de l’odeur nauséabonde que dégageait le container qu’il trainait. En l’ouvrant, nous avons découvert la présence de 95 personnes dont 19 décédées par asphyxie », a précisé Jean-Pierre Lubosha, chef local de la Direction générale de migration (DGM) de la RDC. Les deux chauffeurs et le convoyeur avaient déclaré transporter des poissons « mais l’odeur dégagé nous a convaincus qu’il faisait une fausse déclaration », a-t-il ajouté. Slate

Egypte: nouvelle peine de prison à vie pour l’ex-président Morsi
Un tribunal égyptien a condamné samedi à la prison à vie l’ex-président islamiste Mohamed Morsi, jugé dans une affaire d’espionnage au profit du Qatar, selon un journaliste de l’AFP présent au jugement. L’ex-président, destitué en juillet 2013 par l’armée et déjà condamné à la peine capitale et à la perpétuité dans d’autres affaires, comparaissait avec 10 co-accusés pour la livraison présumée de documents relevant de la sécurité nationale au Qatar, selon l’acte d’accusation. Il a été condamné à la prison à vie, qui équivaut à 25 années de détention en Egypte, pour avoir dirigé une organisation illégale. Il a également été reconnu coupable d’avoir subtilisé des documents secrets concernant la sécurité de l’Etat, a indiqué à l’AFP son avocat Abdel Moneim Abdel Maqsoud. Romandie

Être réfugié en terre africaine
Le Kenya veut fermer ses camps de Dadaab et de Kakuma, qui abritent à eux deux environ 550 000 réfugiés. Le premier, Dadaab, est le plus gros camp de réfugiés du monde. Monté en 1991 à l’est du pays, il accueille surtout les personnes qui ont fui la guerre civile en Somalie. Il s’étend à perte de vue. Le Point

Algérie : les réseaux sociaux bloqués pour éviter les fuites au baccalauréat
La moitié des candidats au baccalauréat en Algérie sont contraints de repasser l’examen à partir de dimanche en raison de fuites « massives » des sujets des épreuves sur Internet. En attendant, l’accès aux réseaux sociaux est bloqué dans le pays. En Algérie, les autorités ont bloqué temporairement l’accès aux réseaux sociaux pour empêcher de nouvelles fuites de sujets du baccalauréat, dont près de la moitié des candidats doivent repasser l’examen à partir de dimanche, a indiqué samedi 18 juin l’agence de presse APS. France 24

Les petits arrangements diplomatiques de la Chinafrique
Et si le conflit en mer de Chine se jouait aussi en Afrique ? On pourrait le croire à voir le ballet diplomatique incessant qui agite les chancelleries africaines ces derniers mois. Il ne se passe plus en effet une seule visite d’Etat en Chine sans que le sujet soit abordé. Les représentants africains étant fortement incités à soutenir publiquement la position chinoise. Pékin revendique en effet la souveraineté de la quasi-totalité de la mer de Chine méridionale. Un chapelet de rocailles en pleine mer tropicale situé à plus de dix mille kilomètres de l’Afrique, mais riche en ressources et cruciale pour le commerce mondial. Le Monde

L’albinisme, maladie génétique taxée de sorcellerie en Afrique subsaharienne
L’albinisme est une maladie génétique caractérisée par une absence totale ou partielle de pigments dans la peau, les cheveux et les yeux. Dans certaines zones d’Afrique subsaharienne, les albinos sont parfois tués, et des parties de leur corps utilisées dans des potions « magiques » censées apporter chance et richesse. Nouvel Obs



Photo: Adam Jones