Revue de Presse du 20 février 2018

Sénégal: la défense de Khalifa Sall a misé sa dernière carte
La défense du maire de Dakar Khalifa Sall, jugé pour détournement de fonds publics avec sept de ses collaborateurs, a réclamé lundi une annulation de la procédure et sa relaxe, alors que le parquet a requis contre lui une peine de sept ans de prison. « Je vous demanderai d’annuler la procédure et d’ordonner la main levée des mandats de dépôts », a déclaré au juge du tribunal correctionnel de Dakar Me Bamba Cissé, l’un des avocats du premier édile de la capitale sénégalaise. L’absence d’un avocat lors de la garde à vue est selon lui l’un des motifs d’annulation de la procédure. BBC

Nigeria: 50 membres présumés de Boko Haram libérés
205 personnes écopent de 3 à 60 ans de prison pour leurs liens avec le groupe d’insurgés Boko Haram au Nigeria. Le Nigeria qui a libéré 51 membres présumés de Boko Haram dans le cadre d’un procès de masse où la majorité des personnes inculpées n’a pu être condamnée faute de preuves suffisantes. La semaine dernière, des centaines de membres présumés du groupe islamiste ont comparu devant un tribunal dans la base militaire de Kainji, dans l’Etat du Niger (centre). Au total, 526 suspects ont été libérés après que la justice a estimé qu’il n’existait pas de preuves suffisantes de leur culpabilité. BBC

La Guinée paralysée par la grève des enseignants
En Guinée, le bras de fer entre le gouvernement et l’aile dissidente du syndicat des enseignants se poursuit. Les autorités ont décidé de suspendre les salaires des enseignants grévistes alors qu’ils durcissent le ton. Un gendarme a été tué au cours de heurts lundi entre manifestants et forces de l’ordre dans la banlieue de Conakry, en marge de protestations liées aux résultats des élections locales du 4 février et la poursuite d’une grève des enseignants. Les circonstances de sa mort restent floues. La victime était en mission de maintien de l’ordre dans la zone, où des manifestations ont éclaté tôt le matin pour protester contre les résultats des élections communales, selon certains, pour exiger la reprise des cours dans les écoles, selon d’autres. BBC

RCA: militaires russes à Berengo, une affaire politique
En République centrafricaine (RCA), l’installation d’instructeurs militaires russes, en janvier, sur le domaine impérial de Berengo, à 65 km de Bangui, continue de provoquer des remous dans le pays. Au-delà de la bataille entre la famille Bokassa et le gouvernement pour savoir à qui appartient le domaine, et au-delà du manque de concertation dénoncé par certains héritiers, comme le ministre Jean Serge Bokassa, la polémique ne désenfle pas et met au jour des dissensions au sein même du gouvernement centrafricain. RFI

Dialogue inter-togolais: les mesures d’apaisement abordées
Au Togo, le dialogue inter-togolais pour une sortie de crise se poursuit depuis lundi matin19 février, en présence du président ghanéen Nana Akufo-Addo, facilitateur du dialogue. Après l’ouverture officielle, les délégués du pouvoir et ceux de la coalition de 14 partis d’opposition ont abordé le point sur les mesures d’apaisement. Les deux parties au dialogue, l’Union pour la République, parti au pouvoir, et la délégation de la coalition des 14 partis de l’opposition ont aussitôt après l’ouverture commencé les discussions. RFI

Le gouvernement béninois veut traduire en justice des opposants
Le gouvernement a formulé auprès du parlement une demande de poursuites judiciaires contre un ancien ministre des Finances et deux députés de l’opposition, proches de l’ex président Thomas Boni Yayi, pour « mauvaise gestion » et « corruption. » « Le demande est parvenue au secrétariat particulier du président » du parlement jeudi, selon une source près du dossier. Selon la constitution béninoise, le parlement doit suspendre l’immunité parlementaire des députés accusés par le procureur général, ainsi que voter au 2/3 la requête devant la Haute cour de justice d’un ancien ministre avant toute poursuite judiciaire. VOA

Plainte pour « assassinat » contre le chef de la police de Kinshasa
La famille d’une des victimes de la répression des marches de catholiques contestant le régime du président Joseph Kabila en République démocratique du Congo a porté plainte contre chef de la police de Kinshasa pour « assassinat ». La famille Kapangala, a porté « plainte contre le général Sylvano Kasongo (…) et les éléments de la police congolaise sous son commandement en date du 21 janvier 2018 pour l’assassinat de Mme Thérèse-Dechade Kapangala Mwanza », selon une lettre de la famille datée du 13 février. La lettre, dont le contenu a été communiqué à l’AFP et à d’autres médias, a été adressée au procureur général de la République. VOA

Le pape accepte la démission d’un évêque nigérian controversé
Le pape François a accepté la démission d’un évêque nigérian, contesté depuis plusieurs années par des prêtres et des fidèles de son diocèse d’Ahiara, dans le sud du pays, a annoncé lundi le Vatican. « Le Saint Père a accepté la renonciation au gouvernement pastoral du diocèse d’Ahiara, au Nigeria, présentée par Mgr Peter Okpaleke », indique un communiqué du Vatican, précisant que le pape a dans le même temps nommé un administrateur provisoire pour ce diocèse. Lors de sa nomination en 2012 par le pape Benoit XVI au poste d’évêque d’Ahiara, Mgr Peter Okpaleke avait été accueilli avec hostilité par les prêtres locaux qui reprochaient au Vatican de ne pas avoir nommé un évêque originaire de leur diocèse pour des considérations ethniques. Slate

“The Economist” alerte sur le “retour en enfer” de la RDC
La république démocratique du Congo (RDC), “le cœur brisé de l’Afrique’”, “se dirige vers un nouveau bain de sang”, titre The Economist dans son éditorial, qui se demande “comment empêcher une catastrophe”. La RDC a été le théâtre “du conflit le plus meurtrier dans le monde depuis les années 1940”, rappelle l’hebdomadaire britannique, “la guerre y a fait plus de victimes qu’en Syrie, en Irak, au Vietnam ou en Corée”. Pourquoi la RDC s’enflamme-t-elle à nouveau ? Le mandat de son président “s’est achevé en 2016” mais Joseph Kabila “s’accroche au pouvoir”.

Pourquoi le Cameroun se déchire-t-il ?
Bien qu’il y ait de plus en plus d’informations concernant le conflit socio-politique qui se déroule depuis plus d’un an au Cameroun, opposant le pouvoir de Yaoundé aux leaders des mouvements fédéralistes et sécessionnistes de la minorité anglophone des régions du nord-est et sud-ouest du pays – soit 20 % d’une population en majorité francophone –, il n’est pas toujours facile de cerner les enjeux de cette crise qui s’aggrave au fil des mois. Des informations récentes indiquent qu’environ 40 000 personnes ont déjà fui au Nigéria voisin. Et il y a quelques jours, la fête de la jeunesse célébrée le 11 février a été endeuillée par la mort de trois gendarmes et la disparition d’un sous-préfet à Kembong et à Batibo, dans les régions anglophones. Ce bilan vient s’ajouter aux chiffres déjà enregistrés de 17 civils au moins et de 19 militaires qui ont trouvé la mort depuis le début de la crise. Courrier International

Embargo sur les fripes : Washington fait pression sur Kigali, Dodoma et Kampala
Le Rwanda, l’Ouganda et la Tanzanie ont décidé en 2016 d’augmenter les barrières douanières sur les importations de vêtements d’occasion. Sous la pression des industriels américains du secteur, les États-Unis réclament une levée de ces restrictions. Harry Sullivan, directeur par intérim pour les affaires économiques et régionales du Bureau des affaires africaines de l’administration américaine, a exprimé le souhait que les pays de la Communauté d’Afrique de l’Est (EAC), notamment le Rwanda, la Tanzanie et l’Ouganda, annulent les restrictions instaurées depuis 2016 sur les importations de vêtements d’occasion. Une annonce qu’il a livré le 13 février, lors d’une téléconférence de presse portant sur le bilan 2017 du Pacte Africain pour la Croissance et les Opportunités (Africa Growth Opportunity Act, Agoa). Jeune Afrique

Mauritanie-France : Macron attendu à Nouakchott pour parler du G5 Sahel avec Aziz
Le président français est attendu à Nouakchott d’ici à la fin juin 2018. Ce sera la première visite officielle d’un chef d’État français en Mauritanie depuis celle de Jacques Chirac, en 1997. Au centre des discussions : la lutte contre le terrorisme et le financement du G5 Sahel. Selon nos informations, Emmanuel Macron fera une visite d’État en Mauritanie, à la fin du premier semestre, avant le 31e sommet de l’UA, qui doit se tenir à Nouakchott en juillet. Une première depuis Jacques Chirac, en 1997. Jeune Afrique

Nigeria: les policiers accusés d’avoir tué le fondateur de Boko Haram réintégrés
Les cinq agents de police qui étaient accusés d’avoir tué le fondateur de la secte islamiste Boko Haram en 2009 ont été réintégrés, a indiqué lundi un porte-parole de la police nigériane. « Ils ont tous été réintégrés », a confié à l’AFP Ikechukwu Ani, porte-parole de la Commission des Services de Police. « Nous avons agi sur demande de l’inspecteur général », a-t-il ajouté, faisant suite à des révélations publiées lundi dans un journal local, le Daily Trust. « La demande que nous avons reçue était accompagnée d’une décision de justice, statuant qu’ils avaient été acquittés des accusations portées contre eux. Nous avons le devoir de nous soumettre à la justice », a expliqué M. Ani. TV5

Mozambique: 17 morts dans l’effondrement d’une décharge
Dix-sept personnes ont été tuées dans la nuit de dimanche à lundi par des montagnes de déchets charriées par des pluies torrentielles dans la capitale du Mozambique, Maputo, selon le dernier bilan des services de secours. Le précédent bilan faisait état de 14 morts. A la suite de très fortes pluies, des monceaux d’ordures se sont abattus sur des habitations précaires dans le quartier de Hulene, dans la banlieue de Maputo, tuant des habitants dans leur sommeil. Cinq maisons ont été détruites. Les services de secours craignaient lundi que le bilan ne s’alourdisse. TV5

En Gambie, le président Adama Barrow annonce un moratoire sur la peine de mort
Le président gambien, Adama Barrow, a annoncé, dimanche 18 février, un moratoire sur la peine de mort, plus de cinq ans après l’exécution de neuf détenus par le régime de l’ex-dirigeant Yahya Jammeh. Dans un discours marquant le 53e anniversaire de l’indépendance de la Gambie, M. Barrow a déclaré : « Je profite de cette occasion pour proclamer un moratoire sur l’application de la peine capitale, première étape vers son abolition. » Le dirigeant gambien avait annoncé devant les Nations unies, en septembre 2017, la signature par son pays du traité de l’ONU sur l’abolition de la peine de mort. « Cela abolira la peur et garantira l’Etat de droit, afin que les citoyens puissent exprimer leurs droits civiques et politiques », avait alors indiqué la présidence gambienne. Le Monde

« En dix ans, la diplomatie chinoise a visité la quasi-totalité des pays africains »
En Chine, rien ne remplace le guanxi (le réseau) : des liens interpersonnels qui régissent aussi bien les rapports amicaux que les relations dans les affaires et la politique. La confiance vient du guanxi et, pour cela, il faut se rencontrer. Ainsi fonctionne, aussi, la diplomatie chinoise. Avec 79 visites dans 43 pays d’Afrique en dix ans, le pays est particulièrement actif sur le continent. « La Chine attache beaucoup d’importance aux relations personnelles et à ces rencontres en face à face. Elle est le seul pays à avoir instauré ce principe de visites aussi régulières et nombreuses », explique Hannah Ryder, ancienne diplomate de l’ONU et directrice à Pékin du cabinet de consultant Development Reimagined. En reprenant le fil de ces tournées, elle propose une carte originale et surprenante de la Chine-Afrique basée sur ce guanxi. Le Monde



Photo: Adam Jones