Revue de Presse du 20 avril 2018

Le roi du Swaziland rebaptise son pays « eSwatini »
Le roi du Swaziland, dernier monarque absolu d’Afrique, a annoncé que son pays changeait de nom pour s’appeler « eSwatini », une décision rendue publique jeudi à l’occasion du 50e anniversaire de l’indépendance de ce petit Etat d’Afrique australe. « Je voudrais annoncer que le Swaziland va reprendre son nom d’origine », a déclaré le roi Mswati III à Manzini (centre), la deuxième ville du pays. « A leur indépendance, tous les pays africains ont repris leur ancien nom, celui d’avant la colonisation », a-t-il dit devant un stade bondé. « Le Swaziland est le seul pays à avoir conservé son nom de l’époque coloniale. Donc à partir de maintenant, le pays s’appellera officiellement le royaume d’eSwatini », a-t-il ajouté. TV5

Le Premier ministre éthiopien nomme un nouveau gouvernement
Le nouveau Premier ministre éthiopien, Abiy Ahmed, a remanié jeudi son gouvernement afin de tenter d’endiguer le mécontentement croissant à l’encontre de la coalition au pouvoir depuis 1991, le Front démocratique révolutionnaire des peuples éthiopiens (EPRDF). M. Abiy, âgé de 42 ans, est le premier Premier ministre de l’Ethiopie contemporaine issu de l’ethnie oromo, la plus importante du pays, fer de lance depuis plus de deux ans de manifestations antigouvernementales sans précédent, dont la répression a fait des centaines de morts. Il a nommé seize ministres, dont dix n’avaient jamais fait partie d’un gouvernement. TV5

Sénégal: le parlement adopte le parrainage
Le projet de loi sur le parrainage des candidatures a été adopté jeudi par un vote des députés de la majorité présidentielle au parlement sénégalais. Au total 119 députés de Benno Bokk Yakaar, la mouvance présidentielle ont voté en faveur de la loi sur le parrainage. Un projet de loi qui a donné cours à une vive controverse au sénégal. Sur le projet de départ, il était question pour chaque candidat à l’élection législative, d’obtenir au préalable 1% de signatures du corps électoral. BBC

Mali : pour plus de sécurité pour la MINUSMA
Le Conseil de sécurité des Nations Unies demande plus de sécurité pour les casques bleus déployés au Mali. Le Conseil de sécurité de l’ONU s’est réuni mercredi à huis-clos pour se pencher sur la question de la sécurité des casques bleus déployés au Mali. Cette rencontre intervient après l’attaque contre le camp de la MINUSMA à Tombouctou qui a entrainé la mort d’un casque bleu burkinabé et sept blessés parmi les soldats de l’opération française Barkhane. BBC

Remaniement ministériel en Éthiopie: Abiy Ahmed place ses proches
Le Parlement a validé jeudi 19 avril la liste présentée par le nouveau Premier ministre (entré en fonction le 2 avril). Le nouveau gouvernement comprend 23 ministres selon la chaîne de télévision officielle Fana. Seuls deux portefeuilles ne changent pas de mains : celui des Finances et du Développement économique et celui des Affaires étrangères. Il y a une quinzaine de nouveaux noms et un constat : Abiy Ahmed a placé ses proches aux postes clefs. RFI

Etats-Unis: l’ex-rebelle libérien «Jungle Jabbah» condamné à 30 ans de prison
La justice américaine a condamné l’ancien chef rebelle Mohammed Jabatteh à 30 ans de prison. « Jungle Jabbah », son surnom pendant la guerre cvile, a été reconnu coupable d’avoir menti aux autorités pour obtenir l’asile. C’est sur le chef d’inculpation de parjure et fraude aux autorités américaines que Mohammed Jabatteh, aujourd’hui âgé de 51 ans, père de famille et chef d’entreprise, avait été arrêté en avril 2016 alors qu’il réside à Philadelphie. En réalité, ce n’est pas le mensonge, mais bel et bien les crimes qu’il a commis en tant que commandant d’une des factions rebelles pendant la guerre civile (1989-2003) au Liberia qui ont été au cœur de ce procès. RFI

Le FMI impose des exigences de gouvernance au Congo-Brazzaville
La directrice générale du FMI, Christine Lagarde, a imposé des exigences de gouvernance aux autorités du Congo-Brazzaville, après la conclusion « positive » la veille d’une mission sur un projet de programme entre le Fonds et le pays africain. « Je suis contente qu’au terme de longues discussions et de laborieux travaux, l’équipe chargée de travailler sur le projet de programme ait conclu de manière positive sa mission hier », a affirmé Mme Lagarde lors d’une conférence de presse à l’occasion des réunions de printemps du FMI. VOA

L’Eglise veut un référendum sur l’adoption de la nouvelle constitution au Tchad
Les évêques de la Conférence épiscopale du Tchad ont appelé à une adoption par référendum de la nouvelle Constitution plutôt que par voie parlementaire, estimant que le projet « ne reçoit pas l’adhésion de l’ensemble des citoyens ». Le changement de Constitution doit se faire « dans le respect de la Constitution (qui dit que) ‘la révision de la Constitution est adoptée par référendum' », selon un communiqué. L’adoption du nouveau texte constitutionnel est prévue à l’Assemblée nationale fin avril. Ce projet de Constitution, qui met en place un « régime présidentiel », est issu des résolutions d’un forum sur les réformes institutionnelles rassemblant les forces politiques, religieuses et sociales du pays, tenu en mars et boycotté par l’opposition. VOA

Au Sahel, sécheresse et jihad créent une « crise pastorale » explosive
Au Sahel, la sécheresse chasse les troupeaux et leurs bergers vers des contrées plus accueillantes, déclenchant une « crise pastorale » qui risque d’aggraver l’insécurité alimentaire dans une région déjà fragilisée par la présence de groupes jihadistes, alertent les spécialistes. Traditionnelles, les migrations transfrontalières de troupeaux en Afrique de l’ouest ont été cette semaine au centre d’une réunion de trois jours des membres du Réseau de prévention des crises alimentaires (RPCA), au siège de l’OCDE à Paris. Dans plusieurs pays, « il n’y a pas assez de fourrage, et les troupeaux sont partis plus tôt que prévu, en octobre au lieu de janvier, car ils n’avaient plus rien à manger », explique à l’AFP Maty Ba Dio, coordinatrice régionale du projet régional d’appui au pastoralisme au Sahel, basée à Ouagadougou. Slate

Libye : qui est Abdessalam al-Hassi, le successeur pressenti de Khalifa Haftar ?
Alors que l’état de santé du maréchal Khalifa Haftar donne lieu à des spéculations depuis le 13 avril, la Libye s’interroge sur l’identité d’un éventuel successeur. Un général discret, proche d’Abou Dhabi, qui a été actif sur le front contre les jihadistes, semble représenter l’option la plus concrète. Le 13 avril, dans la soirée, les réseaux sociaux et certains médias internationaux se sont enflammés autour de la rumeur du décès du maréchal Khalifa Haftar, chef de l’autoproclamée Armée nationale libyenne (ANL) et homme fort de l’est libyen, soutenu par l’Égypte et les Émirats arabes unis (EUA). Si le flou règne sur l’état de santé de l’officier, son hospitalisation a toutefois été confirmée par l’ANL. Jeune Afrique

En Libye, le spectre de la disparition du maréchal Haftar suscite les convoitises
L’hospitalisation à Paris du maréchal Haftar, homme fort de l’est de la Libye, soulève la question de sa succession à la tête de l’Armée nationale libyenne, puissant outil pour le règlement de la crise politique et sécuritaire qui secoue le pays. Les rumeurs enflent autour de l’état de santé du maréchal libyen Khalifa Haftar, disparu des radars depuis début avril. L’homme fort de l’est de la Libye, 75 ans, est hospitalisé dans un hôpital parisien « pour des examens médicaux normaux », a indiqué sur Twitter son porte-parole Ahmed al-Mesmari dans la soirée du vendredi 13 avril, et « sera de retour en Libye dans quelques jours pour poursuivre la lutte contre le terrorisme ». France 24

Libye: 750 millions USD de perte du fait de la contrebande de carburant
Le président de la Compagnie nationale libyenne de Pétrole (NOC), Moustafa Sanalla, a déploré des pertes de l’ordre de 750 millions de dollars par an à cause de la contrebande de carburant, un fléau qui menace l’économie nationale. « Les trafiquants et les voleurs ont non seulement infiltré les milices qui contrôlent une grande partie de la Libye mais aussi les compagnies de distribution de carburant censées vendre de l’essence aux citoyens à prix bas », a déclaré mercredi M. Sanalla lors d’une conférence sur le pétrole à Genève (Suisse), selon le texte de son discours transmis jeudi à l’AFP. Selon M. Sanalla, les « sommes énormes » que les trafiquants génèrent à la faveur de la livraison illégale de carburant « ont corrompu une grande partie de la société libyenne ». TV5

En Centrafrique, la menace d’une offensive sur Bangui par d’ex-Séléka 
Des groupes rebelles issus de l’ex-Séléka se sont regroupés dans une ville du nord de la Centrafrique et menacent d’attaquer Bangui. Cette intimidation est liée à l’échec d’une opération militaire de l’ONU dans le quartier du PK5 de la capitale. Provocation ou réel danger ? En Centrafrique, deux des principaux groupes rebelles armés issus de l’ex-Séléka se sont regroupés depuis mi-avril à Kaga Bandoro, dans le nord du pays, et menacent d’une offensive sur la capitale, Bangui. France 24

Au Sénégal, une manifestation réprimée, l’ancien premier ministre Idrissa Seck interpellé
La police sénégalaise a dispersé des manifestants à coup de gaz lacrymogène, jeudi 19 avril à Dakar, et interpellé plusieurs opposants, dont l’ancien premier ministre Idrissa Seck, venus protester contre le vote d’une révision du code électoral moins d’un an avant la présidentielle, a-t-on appris de sources concordantes. Une autre figure de l’opposition, Malick Gakou, a également été interpellée avec trois de ses militants, selon sa formation, le Grand Parti, tout comme le président du mouvement Agir, Thierno Bocoum, selon un de ses proches. Le Monde



Photo: Adam Jones