Revue de Presse du 2 novembre 2017

 

En Erythrée, le régime aurait fait tirer sur la foule
C’est une expression de mécontentement rare en Erythrée, l’un des pays les plus fermés au monde. Une centaine de manifestants sont descendus dans les rues de la capitale, Asmara, mardi 31 octobre, pour réclamer la réouverture de l’école islamique Al-Diaa, fermée par le gouvernement fin octobre. Alors que les élèves, accompagnés de leur famille, se dirigeaient vers le centre-ville pour protester contre la fermeture de leur école, la police aurait tiré sur les manifestants. Peu d’éléments sont disponibles sur les circonstances de l’événement, mais plusieurs vidéos circulant sur les réseaux sociaux montrent des personnes fuyant les coups de feu dans les rues d’Asmara. Le Monde

Processus électoral suspendu au Libéria : Faure et Alpha Condé à Monrovia
Le président de l’Union Africaine et le président en exercice de la CEDEAO y sont allés pour appeler la classe politique au calme suite à la décision de la Cour Suprême de suspendre le processus électoral. La Cour Suprême entend examiner le recours déposé par Charles Brumskine arrivé 3e au premier tour. Cela pourrait entrainer le report du second tour de la présidentielle prévu le 7 novembre. Jusqu’à ce qu’une solution durable soit trouvée à cette situation, la Cour suprême a suspendu l’élection présidentielle et convoqué la Commission électorale nationale (NEC) ce jeudi 02 novembre pour expliquer ce qui justifie la raison du rejet des recours des plaignants. BBC

Liberia: report de l’audience de la Cour suprême sur la présidentielle
L’audience prévue jeudi par la Cour suprême du Liberia sur des allégations d’irrégularités lors du premier tour de l’élection présidentielle du 10 octobre a été reportée à vendredi pour des « raisons de procédure », selon le porte-parole de l’institution. Ce report de 24 heures renforce les incertitudes pesant sur la tenue à la date prévue du second tour de l’élection, qui doit voir s’affronter le 7 novembre l’ex-star du football George Weah et le vice-président sortant, Joseph Boakai. Devant la Cour, la commission électorale (NEC) devra expliquer pourquoi le recours introduit par le Parti de la liberté de Charles Brumskine, l’un des candidats battus, et soutenu par deux autres formations, dont celle de M. Boakai, n’est à ses yeux pas fondé. BBC

En Ouganda, des Rwandais semblent victimes de rapatriements forcés
En Ouganda, l’ouverture du procès fin octobre 2017, à Kampala, de plusieurs policiers ougandais ayant participé à l’arrestation et au retour forcé du Rwandais Joël Mutabazi, ancien membre de la garde présidentielle de Paul Kagame, met en lumière un phénomène qui semble plus vaste qu’il n’y paraît. Actuellement, des gens disparaissent en Ouganda. Sont-ils rapatriés de force au Rwanda ? RFI

RDC: un nouveau cri d’alarme sur la situation humanitaire au Tanganyika
Nouvel appel à l’aide de la communauté humanitaire au Tanganyika, dans l’est de la RDC, où un demi-million de personnes sont toujours déplacées, ce qui représente une personne sur cinq. Cette fois, c’est le NRC, le Conseil norvégien pour les réfugiés, qui tire la sonnette d’alarme. Abris, sanitaires, eau potable, les populations qui ont fui pour la plupart des violences intercommunautaires manquent de tout. Le NCR parle de « conditions inhumaines », et regrette que malgré le temps qui passe, cette crise soit passée sous silence. RFI

Kenya: l’opposition s’organise pendant que la société civile réagit
Le Kenya a retrouvé son calme après l’élection du 26 octobre. Le président Uhuru Kenyatta a été réélu. Son adversaire Raïla Odinga ne reconnaît pas l’élection et il a dévoilé sa stratégie avec une campagne de résistance, avec boycott économique et des manifestations, mais également avec la création de structures comme une assemblée du peuple. Pour autant, ses intentions restent encore mystérieuses. Autour de lui on essaie de faire comprendre la tactique de l’opposition. Côté société civile, les premières réactions n’ont rien de glorieux ni pour le processus électoral ni pour la classe politique. RFI

Attentat de Manchester: Londres demande à la Libye d’extrader le frère de l’auteur
La police britannique chargée de l’enquête sur l’attentat de Manchester, qui a fait 22 morts en mai, a annoncé mercredi avoir demandé à la Libye d’extrader le frère de l’auteur de cet attentat-suicide. Le kamikaze, Salman Abedi, avait fait exploser sa bombe à la sortie d’une immense salle de concert dans laquelle venait de se produire la chanteuse américaine Ariana Grande. Parmi les 22 morts, sept enfants. La détonation avait fait plus d’une centaine de blessés, dont deux sont toujours hospitalisés. Salman Abedi, un Britannique de 22 ans d’origine libyenne, se serait rendu en Libye à la veille de cet attentat. La police du Grand Manchester a affirmé mercredi avoir recueilli suffisamment de preuves pour demander et obtenir un mandat d’arrêt contre le frère de l’agresseur, Hashem Abedi. VOA

Le Burundi instaure un contrôle très strict de ses fameux tambours
Le président burundais Pierre Nkurunziza a récemment instauré un contrôle strict des fameux tambours du Burundi, qui sont désormais « interdits » aux femmes et dont l’usage sera rigoureusement encadré par les autorités, selon un décret présidentiel dont l’AFP a pris connaissance jeudi. « Il est strictement interdit aux personnes de sexe féminin de battre le tambour; elles peuvent néanmoins exécuter les danses folkloriques féminines en accompagnement au jeu du tambour », précise le texte, dès son préambule. De même, tous les groupes qui ont pour objectif de faire de l' »animation culturelle » doivent désormais se faire enregistrer au ministère de la Culture et ne pourront se produire en dehors des « cérémonies officielles qu’avec une autorisation du ministre ». Slate

Maroc : le choix de l’Afrique et ses conséquences
En 2018, Rabat déploiera plus que jamais le grand jeu sur le continent. Adhésion à la Cedeao, installation de ses diplomates au sein des principales structures de l’UA, visites royales… Sans oublier son objectif majeur : en finir avec le Polisario. «Il est beau le jour où l’on rentre chez soi après une trop longue absence ! Il est beau le jour où l’on porte son cœur vers le foyer aimé ! » Le 31 janvier 2017, trente-deux ans après en avoir claqué la porte, le Maroc réintégrait sa maison africaine à travers le discours historique et un brin émouvant prononcé par le roi Mohammed VI à la tribune du 28e sommet de l’Union africaine (UA), à Addis-Abeba. Jeune Afrique

Burkina Faso – Djibrill Bassolé : « C’est clair, je suis un prisonnier politique »
Depuis le 11 octobre, il a pris ses quartiers dans une villa cossue de Ouaga 2000, le quartier huppé de la capitale burkinabè. Poursuivi par la justice militaire pour « trahison » et « collusion avec une puissance étrangère » dans le cadre de l’enquête sur le coup d’État avorté de mi-septembre 2015, le général de gendarmerie Djibrill Bassolé a été placé en résidence surveillée en raison de problèmes de santé. Autour de cette prison sans barreaux, le pâté de maison est placé sous haute surveillance. A l’entrée, des gendarmes fouillent minutieusement les nombreux visiteurs, conservant momentanément leurs téléphones portables et autres appareils numériques. « Je reçois beaucoup, et je m’organise pour accueillir les gens dans de bonnes conditions. Ça se passe très bien avec les gendarmes », résume Djibrill Bassolé. Jeune Afrique

Soudan – Tchad : bientôt le retour des réfugiés
Un groupe de réfugiés soudanais et tchadiens se trouvent dans leurs régions d’origine pour la première fois depuis plus de 10 ans, ceux du Soudan viennent notamment des 12 camps et d’un site à l’est du Tchad et sont sur place depuis le 22 octobre 2017. Ils y retseront jusqu’à la semaine prochaine Pour en parler, notre invité Mbili Ambaoumba, représentant du HCR au Tchad. Il répond aux questions de Godlove Kamwa. BBC

Togo : crise cherche médiateur
Deux mois après le début des manifestations, pouvoir et opposition campent sur leurs positions. Plusieurs chefs d’État de la région tentent de proposer leurs bons offices. Chacun de son côté et, pour l’instant, sans grand succès… «Aidez-nous ! » C’est le message des manifestants togolais aux quatorze autres pays d’Afrique de l’Ouest. À preuve, cette marche – interdite par le pouvoir – que l’opposition a organisée le 19 octobre en direction du siège de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (Cedeao), à Lomé. « C’est tout le peuple togolais qui attend un geste de la France, et nous croyons que le président Macron va répondre à notre appel », renchérit l’un des deux principaux chefs de l’opposition, Tikpi Atchadam, du Parti national panafricain (PNP). Toutes les semaines depuis le 19 août, à Lomé, à Sokodé, des dizaines de milliers de manifestants aux mains nues affrontent l’appareil sécuritaire du président Faure Gnassingbé. Sans succès. Ils appellent à l’aide, mais rien ne vient. La Cedeao, que préside Faure Gnassingbé, ne dit mot. L’ONU et la France appellent timidement au « dialogue ». Silence radio ou presque. Jeune Afrique

Première opération pour la force anti-jihadiste G5 Sahel
Soutenue sur le terrain par la France, la nouvelle force anti-jihadiste G5 Sahel a lancé mercredi ses opérations aux confins du Mali, du Burkina Faso et du Niger, une zone très instable devenue un foyer pour les groupes extrémistes. Le président français Emmanuel Macron avait estimé mardi que le succès de cette force, composée de soldats du Mali, Niger, Mauritanie, Burkina Faso et Tchad, était une « obligation collective » dans la lutte contre le terrorisme au Sahel, vaste région située au sud du Sahara. « Le déploiement des Maliens, des Nigériens et des Burkinabé de la force G5 Sahel a débuté ce matin », a déclaré mercredi à l’AFP le lieutenant-colonel français Marc-Antoine depuis une base avancée française dans la région aride d’In-Tillit, dans le centre du Mali. TV5

Le président soudanais prêt à apaiser les tensions avec son voisin du Sud
Le président soudanais Omar el-Béchir a fait part mercredi de la disposition de son pays à régler toutes les questions en suspens avec le Soudan du Sud afin d’apaiser les tensions entre les deux pays frontaliers, a rapporté l’agence officielle Suna. Il s’exprimait à l’occasion de la visite à Khartoum de son homologue du Soudan du Sud Salva Kiir, arrivé dans la journée dans la capitale soudanaise. « Le Soudan est disposé à régler toutes les questions en suspens et à accélérer les mécanismes politiques et de sécurité pour que les relations bilatérales s’améliorent », a assuré M. Béchir lors d’une rencontre avec son homologue, selon l’agence. TV5

Les élus américains s’inquiètent de la présence militaire en Afrique
Les élus du Congrès commencent à s’inquiéter de la présence militaire américaine en Afrique, un continent qu’ils connaissent peu et où ils craignent que les Etats-Unis mènent une guerre secrète et perpétuelle contre un ennemi en mutation permanente. « La présence en Afrique est beaucoup plus importante que ce que le public américain croit », a remarqué mardi le sénateur démocrate Tim Kaine sur CNN. « Les Américains ont été surpris d’apprendre que quatre bérets verts avaient été tués au Niger ». La récente embuscade meurtrière au Niger, qui a coûté la vie à quatre militaires des forces spéciales et au moins quatre soldats nigériens, a mis en lumière l’ampleur de la présence militaire des Etats-Unis en Afrique –6.000 hommes déployés dans 53 pays. TV5



Photo: Adam Jones