Revue de Presse du 2 mars 2017

RD Congo : une vingtaine de morts dans des affrontements entre l’armée et les rebelles du M23
Vingt rebelles du Mouvement du 23 mars (M23) et deux soldats de l’armée congolaise sont morts lors de combats qui ont commencé à la fin du mois de janvier dans l’est de la République démocratique du Congo. « Le bilan des affrontements fait état de 20 morts côté ennemi, 25 capturés et rendus, deux soldats des FARDC (Forces armées de la RDC, ndlr) tués et six blessés dans les rangs de l’armée », a déclaré lors d’une conférence de presse à Goma le général Léon Mushale, commandant des opérations dans la province du Nord-Kivu. Ce bilan concerne les affrontements survenus le 31 janvier et du 20 au 22 février, selon l’armée. Jeune Afrique

RDC: 40 personnes tuées lors des événements en relation avec le 19 décembre 2016 (ONU)
Un rapport du Bureau conjoint des Nations Unies aux droits de l’homme (BCNUDH) publié mardi 28 février indique qu’entre le 15 et le 31 décembre 2016, l’organisation a documenté qu’au moins 40 personnes ont été tuées et 147 blessées par un usage excessif et disproportionné de la force par les forces de défense et de sécurité afin d’empêcher à la population de prendre part aux mouvements de protestation. Ce rapport publié conjointement par la MONUSCO et le Bureau du Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme présente les violations des droits de l’homme commises par les forces de défense et de sécurité en République démocratique du Congo (RDC) entre le 15 et le 31 décembre 2016, dans le cadre des événements du 19 décembre 2016, date de la fin du deuxième et dernier mandat constitutionnel du président Joseph Kabila. Radio Okapi

Violation des droits de l’homme: l’OCDH épingle Sassou
Un rapport d’une organisation de défense des droits de l’homme épingle la république du Congo où les actes de torture, les disparitions forcées et les assassinats ont connu une hausse. Dans un document d’une centaine de pages intitulé « République du Congo : Une gouvernance par la terreur et le mépris des droits humains »», l’Observatoire Congolais des Droits de l’Homme note une « régression totale en matière des droits humains », avec une hausse d’actes de torture , d’assassinats et des disparitions forcées. Le directeur exécutif de l’Observatoire congolais des droits de l’Homme, Trésor Chardon Nzila Kendet , fait un résumé du rapport et détaille les cas de violation qu’ils ont décelés lors de leur enquête dans cet entretien avec la BBC. BBC

Mali : les autorités intérimaires s’installent à Kidal
Au programme : au Mali, une nouvelle étape a été franchie dans l’accord de paix, les autorités intérimaires se sont installées à Kidal. En Guinée Conakry, on les appelle les « Jeunes de l’Axe » : des habitants du quartier de la capitale qui souvent impliqués dans des affrontements avec les forces de l’ordre durant les manifestations. Enfin, Gael Faye est de retour au Rwanda. Couronné de succès, l’auteur franco-rwandais est venu présenté son livre « Petit Pays ». France 24

Visite du président djiboutien en France: priorité à la défense
La visite officielle du président djiboutien en France s’est achevée mercredi soir 1er mars, une visite tournée vers les questions économiques et de défense. Mercredi, Ismail Omar Guelleh a rencontré (avec une délégation de ministres et chefs d’entreprises) le patronat français au siège du Medef avant de s’entretenir avec le président du Sénat français puis avec le ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian, l’occasion de s’assurer du maintien du partenariat franco-djiboutien. Présente à Djibouti depuis plus d’un siècle et demi, l’armée française s’y maintient depuis l’indépendance par un accord de coopération militaire. Un accord revu à plusieurs reprises, avec récemment une réduction des effectifs, mais qui comprend toujours une clause d’assistance automatique en cas de déstabilisation du régime. RFI

Au Mali, premières conséquences du décret anti-avortement de Trump
Aujourd’hui s’ouvre à Bruxelles, en Belgique, la conférence « She decides », « Elle décide ». Près de 400 participants venus de 50 pays se réunissent dans le but de lever des fonds, en réaction à un décret signé par Donald Trump. Ce texte interdit le financement américain d’ONG étrangères qui facilitent l’accès à l’avortement. Les conséquences de ce décret sont déjà sensibles dans plusieurs pays : au Mali, par exemple, des organisations de planning familial ne toucheront pas les 600 000 dollars qu’elles auraient dû recevoir de la part des Etats-Unis. RFI

Gambie: Adama Barrow effectue son premier déplacement de chef d’Etat à Dakar
Adama Barrow l’avait promis. Il effectuera son premier déplacement de chef d’Etat à partir de ce jeudi à Dakar. Une visite officielle de 3 jours avec au menu de multiples entretiens et rendez-vous et la signature de nouveaux accords de coopération. Valider des annonces faites ces dernières semaines par les deux chefs d’Etat, inscrire dans le marbre les volontés affichées de rapprochement. Cette visite de 3 jours doit se conclure par la signature d’accords qui relanceront concrètement les liens économiques et diplomatiques entre les deux pays ; avec une ambition que les relations entre les deux Etats deviennent un modèle. RFI

Lac Tchad: l’ONU au chevet d’une des pires crises humanitaires de la planète
Les représentants du Conseil de sécurité de l’ONU vont se rendre jeudi au lac Tchad, dans le but d’attirer l’attention sur une des plus graves crises humanitaires de la planète, qui combine famine, attaques djihadistes, changement climatique et mauvaise gouvernance. Cette crise touche quelque 21 millions de personnes réparties dans quatre pays: le Nigeria, le Tchad, le Cameroun et le Niger. La visite des 15 ambassadeurs du Conseil de sécurité doit aussi ouvrir la voie à une action plus forte de l’organe exécutif de l’ONU pour tenter de résoudre une crise largement ignorée par la diplomatie mondiale quand les conflits en Syrie et au Soudan du Sud s’intensifient. VOA

Aisha Gombi, la chasseuse aux trousses de Boko Haram
Tandis que sept femmes et quatre enfants étaient emmenés au plus profond de la forêt de Sambisa, Aisha Bakari Gombi a reçu un appel. Elle connaissait bien la voix au bout du fil, c’était celle d’un commandant de l’armée de terre lui demandant de former un groupe de chasseurs pour retrouver ces malheureux. Les 11 victimes avaient été enlevées quelques heures auparavant après l’attaque de Daggu, leur village, par un groupe de combattants de Boko Haram. Avant de disparaître, les rebelles ont abattu trois habitants et mis le feu à des voitures, des maisons et des boutiques d’alimentation. Daggu est à une demi-heure en voiture de Chibok, où 200 lycéennes ont été enlevées en avril 2014. Les deux villages se trouvent dans l’État de Borno. Courrier International

Des opposants éthiopiens accusés d’avoir préparé un coup d’Etat
Le gouvernement éthiopien a annoncé mercredi avoir lancé des poursuites judiciaires contre trois opposants, accusés d’incitation à l’émeute, destruction de biens et préparation de coup d’Etat lors d’un récent mouvement de contestation du régime. Ces accusations font suite à des mois d’affrontements entre la police et des manifestants antigouvernementaux, qui ont fait des centaines de morts et n’ont cessé qu’avec la proclamation de l’état d’urgence en octobre pour une durée de six mois sur l’ensemble du pays. Deux des opposants visés sont Jawar Mohammed, dirigeant du Oromia Media Network (OMN), un média d’opposition basé aux Etats-Unis, et Berhanu Nega, déjà condamné à mort par la justice éthiopienne dans le passé. VOA

La crise s’aggrave en République centrafricaine
L’an dernier, l’élection du président Faustin-Archange Touadéra a fait naître l’espoir d’un réel changement en République centrafricaine (RCA). Or, 12 mois plus tard, le nouveau chef d’État n’a toujours pas réussi à étendre son autorité au-delà de la capitale, Bangui, et le reste du pays demeure plongé dans le chaos. IRIN

Zimbabwe : Robert Mugabe de nouveau à Singapour pour une visite médicale
Le président zimbabwéen Robert Mugabe, qui vient de fêter avec faste ses 93 ans, est parti à Singapour pour « une visite médicale programmée », d’après son porte-parole. « Nous attendons son retour en début de semaine prochaine », a précisé son chargé de presse George Charamba au journal officiel The Herald. Mugabe est apparu en forme à la célébration de son anniversaire, le 25 février, restant debout pendant son discours de plus d’une heure, mais effectuant de longues pauses entre les phrases et marmonnant parfois. Jeune Afrique

Le calvaire des enfants migrants en Libye pointé dans un rapport d’Unicef
Dans son rapport de février 2017, l’Unicef revient sur les périlleux trajets entrepris par les enfants pour échapper à la misère de leur pays d’origine et tenter de rejoindre l’Europe. Presque tous transitent par la Libye, décrite comme un enfer. « C’est grâce à Dieu si j’ai survécu dans le désert, sans eau, sans nourriture, sans rien. Le gars assis à côté de moi pendant le voyage n’a pas eu cette chance. Quand quelqu’un meurt dans le désert, on jette son corps et on le laisse là où il est. C’est tout. Cela fait sept mois que je suis ici [dans un centre de détention en Libye]. On nous traite comme du bétail. On nous frappe, on ne nous donne ni de nourriture correcte, ni d’eau de bonne qualité. (…) Il y a tant de personnes qui meurent ici… » France 24

Les enjeux de la visite d’Angela Merkel au Caire et à Tunis
Stabiliser la Libye et endiguer l’afflux de migrants par la Méditerranée, ces deux thèmes profondément liés et cruciaux pour l’Union européenne doivent dominer la visite de la chancelière allemande, Angela Merkel jeudi 2 mars au Caire et vendredi 3 à Tunis. Il y sera aussi question de coopération économique, l’Egypte comme la Tunisie étant en quête d’assistance et d’investissements pour relancer des économies atones minées par le chômage. Mais c’est bien la Libye, située entre ces deux pays, plongée dans le chaos depuis 2011 et tête de pont pour les migrants tentant de rejoindre l’Europe, qui sera au cœur des discussions de la chancelière avec les présidents égyptien Abdel Fatah Al-Sissi et tunisien Béji Caïd Essebsi. Le Monde

Au nord du Nigeria, l’émir de Kano veut créer un Code de la famille « progressiste »
Chef traditionnel atypique et intellectuel respecté, l’émir de Kano, Etat du nord du Nigeria, veut dépoussiérer le droit de la famille pour mettre fin à « l’oppression des femmes ». En commençant par limiter la polygamie, très répandue. Comme ses pairs à travers le Nigeria, Muhammad Sanusi II, 55 ans, deuxième dignitaire musulman du pays, géant de quelque 190 millions d’habitants, est le fier gardien du passé et des coutumes de son peuple. Neuf Etats du nord appliquent la charia, la loi islamique.  Le Monde

Le jour où Abdoulaye Wade a sauvé le soldat Camara des troupes de la Cédéao
L’infanterie sénégalaise en route pour la frontière sénégalo-guinéenne, des avions de combats nigérians et burkinabés sur le tarmac prêts à décoller pour le ciel de Conakry, un navire de guerre ghanéen, équipé de deux hôpitaux de campagne mouillant en direction des eaux territoriales guinéennes : ce n’est pas le scénario d’une fiction cinématographique mais bien les contours d’une opération militaire déclenchée en octobre 2009 par la Communauté économique des Etats d’Afrique de l’Ouest (Cédéao) contre la junte militaire au pouvoir en Guinée-Conakry. Frappée du sceau du « secret défense », l’intervention est restée inconnue du grand public jusqu’à ce qu’en janvier, à la faveur de l’engagement de la Cédéao en Gambie, un ancien vice-président de la Commission de l’organisation sous-régionale décide de s’en ouvrir à nous. Le Monde



Photo: Adam Jones