Revue de Presse du 2 juin 2016

Somalie : attentat meurtrier des Shebab contre un hôtel de Mogadiscio
Une voiture piégée a explosé, mercredi, à l’hôtel Ambassadeur, dans le centre de la capitale somalienne Mogadiscio, faisant au moins une dizaine de victimes. L’attentat a été revendiqué par les islamistes Shebab. Un attentat-suicide à la voiture piégée contre l’Ambassadeur, un hôtel du centre de Mogadiscio fréquenté par les parlementaires somaliens, a eu lieu mercredi 1er juin vers 17 h 40 locales. « J’ai vu plusieurs corps à l’extérieur de l’hôtel, mais nous ne savons pas combien de personnes sont à l’intérieur, ni le nombre de victimes à l’intérieur », a expliqué à l’AFP un témoin, Ibrahim Sheik Nur. L’agence Reuters établit pour sa part le nombre de victimes à au moins 10. France 24

Garissa : le cerveau de l’attaque tué
Mohamed Kuno, présenté comme le cerveau de l’attaque de Garissa, est mort avec 16 autres personnes dans le raid qui a eu lieu à Kismayo, un port situé dans le Sud de la Somalie, selon les autorités de ce pays. Les forces régionales ont aussi fait savoir que quatre personnes parmi celles qui ont été tuées, faisaient partie des membres influents du groupe islamiste Al Shebab. Ces informations ont été confirmées par Abdirashid Janan, le ministre de la sécurité de la région de Jubaland en Somalie. L’attaque de l’université de Garissa au Kenya avait fait 148 morts en avril 2015. BBC

Différend maritime: John Mahama à Abidjan
Le différend frontalier dans une zone pétrolière offshore occupe une place de choix dans l’agenda de la visite du président ghanéen. John Dramani est arrivé mercredi à Abidjan pour une visite officielle de 48 heures. Le Ghana et la Côte d’Ivoire sont divisés sur le tracé de leur frontière maritime. « Le Ghana préconise l’équidistance tandis que la Côte d’Ivoire opte pour la bissectrice » pour délimiter la frontière, indique le gouvernement ivoirien dans un communiqué. Saisi par Abidjan, le Tribunal international du droit de la mer (TIDM) a ordonné le 25 avril 2015 au Ghana de limiter son activité pétrolière dans cette zone en attendant un jugement de fond. BBC

Comores: le président Azali Assoumani dévoile son gouvernement
Le président des Comores Azali Assoumani a finalement rendu public son premier gouvernement. Elu au terme d’un processus électoral long et compliqué, le chef de l’Etat avait noué des alliances capitales au second tour. Son gouvernement reflète son respect des accords conclus à ce moment-là. Si elle était très attendue, la première version du gouvernement Azali a tenu toutes ses promesses, y compris son lot de surprises. Les ministères-clés d’abord : ils n’ont pas tous été confiés aux trois vice-présidents. RFI

Gambie: la société civile demande à la Cédéao de faire pression sur Yaya Jammeh
A sept mois de l’élection présidentielle en Gambie, et à 48 heures du sommet de la Cédéao, la société civile gambienne est réunie en ce moment et pour deux jours à Dakar. L’objectif : tenter de convaincre les pays membres de l’institution ouest-africaine de faire pression sur Yaya Jammeh pour que la répression des opposants s’arrête, pour que l’élection à venir soit démocratique. « On vit une vie d’esclavage. » Fatoumata Tambajang n’a peur de rien. Après 20 ans aux Nations unies, un temps ministre de la Santé, cette femme engagée vit en Gambie. « Un président qui parle comme ça, tous les gens qui sont contre lui, il va les enterrer. Tout ça, ce sont des éléments de dictature. Mais maintenant on en a marre. La population s’éveille. » RFI

Sahara occidental: en deuil, le Front Polisario doit se trouver un nouveau chef
[…] la question du successeur du chef historique de Polisario est entre les mains des autorités algériennes. Pour Taleb Mohammed, membre du Conseil royal consultatif des Affaires sahariennes, la succession à la direction du mouvement est déjà décidée. Il cite le nom de Brahim Ghali, ancien ambassadeur de la RASD à Alger. « Un homme très apprécié dans les camps de réfugiés », explique-t-il. La chercheuse et professeur à l’université Paris VIII, Khadigea Finan, elle, souligne l’affaiblissement du mouvement indépendantiste avant d’ajouter que « le Front Polisario doit sa survie à l’Algérie ». Mohamed Abdelaziz sera inhumé samedi au Sahara occidental. Sa dépouille sera aussi exposée vendredi après-midi dans les camps de réfugiés sahraouis, dans la région de Tindouf. RFI

En Afrique, les «budgets citoyens» sont un outil parfait contre la corruption
Loi de finance, budget de l’État, programmation budgétaire sont des instruments d’une grande complexité. Face à des concepts abstraits et une terminologie étrange, la plupart des citoyens (et contribuables) se sentent mal informés sur les actions et priorités de leur gouvernement. Pourquoi? Parce que, au-delà du jargon budgétaire, avoir accès aux informations dans ce domaine signifie pour le public accéder à des informations formulées dans un langage et dans des formats que les citoyens lambda peuvent comprendre. Pour limiter cette asymétrie d’information, des groupes de la société civile dans des pays en voie de développement ont élaboré et diffusé des informations sur les budgets de leurs gouvernements dans des formes simplifiées. Objectif : expliquer aux citoyens comment le gouvernement utilise l’argent de leurs impôts. Ils ont lancé des projets libellés «budgets des citoyens» (BDC), pour augmenter la transparence budgétaire en utilisant des formats simples que les citoyens ordinaires peuvent comprendre et discuter. Slate

Côte d’Ivoire : le président Ouattara lance le chantier de la IIIe République
Le top départ est donné pour la IIIe République. Un « comité d’experts » composé de spécialistes du droit a été chargé de faire des propositions au président Ouattara en vue de l’élaboration d’un projet de « nouvelle constitution ». Celle-ci sera soumise à référendum « pour l’avènement de la Troisième République de Côte d’Ivoire ». Selon la présidence de la République, ce comité, présidé par le professeur agrégé de droit public et de sciences politiques Ouraga Obou Boniface, celui-ci doit, « dans un délai d’un mois », accomplir sa mission avec les dix membres dudit comité. Le Monde

Burundi : la France préoccupée par les menaces contre le journaliste Esdras Ndikumana
Le Quai d’Orsay a indiqué mercredi que la France est préoccupée par les menaces visant le journaliste burundais Esdras Ndikumana, accusé par les autorités de Bujumbura d’incitation à la violence dans sa couverture de la crise au Burundi. « La France exprime sa vive préoccupation suite aux déclarations des autorités burundaises accusant d’incitation à la violence le journaliste burundais Esdras Ndikumana », a déclaré, mercredi 1er juin, Romain Nadal, porte-parole du ministère français des Affaires étrangères. La veille, ce correspondant de la radio RFI et de l’Agence France-Presse, torturé en août 2015 par les forces de sécurité, a fait l’objet de menaces sur les réseaux sociaux après avoir été accusé par Bujumbura de « promouvoir le crime et la violence par sa couverture de la crise au Burundi ». Jeune Afrique

« Ban Ki-moon et Amnesty peuvent aller en enfer », estime le président gambien
Dans un entretien à l’hebdomadaire Jeune Afrique, le président gambien Yahya Jammeh a vivement réagi aux demandes du secrétaire général des Nations unis Ban Ki-moon et de l’ONG Amnesty International d’ouvrir d’une enquête sur la mort en avril d’un opposant, Solo Sandeng, alors qu’il avait été placé en détention, selon le Parti démocratique uni (UDP, opposition). « Ban Ki-moon et Amnesty International peuvent aller en enfer ! Qui sont-ils pour exiger cela ? (…) Où est le problème ? Des gens qui meurent en détention ou pendant un interrogatoire, c’est très commun. Personne ne me dira que faire dans mon pays. » Le Monde

Alternances démocratiques en Afrique : qu’est devenu votre ancien président ?
À quand remonte la dernière alternance démocratique dans votre pays et qu’est devenu votre dernier chef d’État dont la succession s’est déroulée de manière pacifique ? De l’Algérien Liamine Zéroual en 1999 au Béninois Yayi Boni en 2016, zoom sur ces présidents qui ne se sont pas accrochés au pouvoir. Contrairement aux apparences, l’alternance démocratique en Afrique, ça fonctionne… Certes pas tout le temps – c’est un euphémisme -, mais sans doute plus souvent que ce que certains pessimistes veulent bien croire. Jeune Afrique

Gao : quatre morts, dont un casque bleu et un Français, dans une attaque revendiquée par Aqmi
Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) a revendiqué mercredi la double attaque perpétrée la veille contre l’ONU à Gao, dans le nord du Mali. L’attentat avait fait quatre morts dont un casque bleu chinois et un expert français travaillant pour l’ONU. Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) a revendiqué, mercredi 1er juin, la double attaque perpétrée la veille contre la mission de l’ONU au Mali (Minusma) à Gao, dans le nord du Mali, qui s’est soldée par la mort de quatre personnes, dont un casque bleu chinois et un civil français. France 24

Crash d’EgyptAir: le signal d’une première boîte noire détecté
La Marine française a détecté mercredi le signal d’une des boîtes noires du vol Paris-Le Caire d’EgyptAir qui s’est abîmé en Méditerranée il y a 12 jours, mais il faudra attendre au moins une semaine avant de pouvoir les repêcher. Seules les analyses des enregistreurs de vol pourront permettre de connaître les causes du crash de l’Airbus A320 d’EgyptAir, qui s’est abîmé le 19 mai entre la Crète et la côte nord de l’Egypte avec 66 personnes à bord, après avoir soudainement disparu des écrans radar. Le Laplace, un bâtiment de la Marine française arrivé mardi sur la zone du crash pour participer aux recherches, a détecté le « signal d’une balise d’un enregistreur de vol », a indiqué le Bureau d’enquêtes et d’analyses (BEA) français, après une annonce similaire des autorités égyptiennes. TV5

Le retour de la guérilla au Mozambique terrorise la population
Cadavres en décomposition dans la forêt, enlèvements, villages rasés: dans le maquis de Gorongosa au centre du Mozambique, les affrontements entre armée et opposition terrorisent la population, victime d’une guérilla qui ressurgit plus de 20 ans après la fin de la guerre civile. « Ça fait deux mois que j’ai trouvé ces corps et personne n’est venu les enlever », soupire Donça Sabir en regardant, l’air interdit, les neuf cadavres qui jonchent la forêt à la lisière de son champ, près de Gorongosa. Habillés en civils, le pantalon baissé au niveau des chevilles et les visages encore figés de douleur, les corps gisent à moins de cent mètres de la route principale qui traverse le pays du nord au sud. TV5

Comment Paris et Brazzaville tentent de se réconcilier sur le dos du général Mokoko
Depuis près de trois mois, Jean-Marie Michel Mokoko tourne en rond dans sa villa du centre de Brazzaville. Candidat malheureux à la présidentielle du 20 mars, arrivé troisième selon les résultats officiels, il est aujourd’hui assigné à résidence. Denis Sassou-Nguesso, réélu dès le premier tour avec 60 % des voix, lui reproche de contester la légitimité de son pouvoir. Et accuse ce général formé à Saint-Cyr d’avoir ourdi un complot visant à déstabiliser le pays pour prendre le pouvoir par la force. Le régime affirme qu’il dispose d’éléments de preuves d’un plan pensé avec certains ressortissants français, notamment 70 pages de transcriptions de conversations téléphoniques. Ce que dément Jean-Marie Michel Mokoko, qui attend son heure, comme il dit, privé de mouvements et de visites. Le Monde

En Libye, Syrte prise en étau avec l’aide discrète des Occidentaux
L’étau se resserre autour de Syrte, le bastion libyen de l’Etat islamique (EI). Ces dernières semaines, plusieurs villes ont été reprises à l’organisation djihadiste. « Dans cette lutte contre l’EI, il y a aussi des forces spéciales françaises ou américaines », a déclaré, dimanche 29 mai, au Journal du dimanche, l’Allemand Martin Kobler, envoyé spécial de l’ONU en Libye, confirmant ainsi les informations du Monde fin février. Le Monde



Photo: Adam Jones