Revue de Presse du 2 juillet 2018

Niger: 10 soldats tués et 4 disparus dans une attaque de Boko Haram
Dix soldats nigériens ont été tués et quatre autres portés disparus dans une attaque attribuée au groupe jihadiste Boko Haram contre une position militaire dans le sud-est du Niger, proche du Nigeria, a indiqué dimanche soir le ministère de la Défense. « Nous avons un bilan provisoire de dix morts, quatre disparus et trois blessés », a déclaré à l’AFP le colonel Abdoul-Aziz Touré, porte-parole du ministère nigérien de la Défense. Cette attaque avait été rapportée dans un premier temps par une ONG qui parlait de deux morts. RTBF

Quatre soldats français blessés dans une attaque terroriste au Mali
Des blindés français de l’opération Barkhane ont été visés ce dimanche par un véhicule qui s’est fait exploser, faisant 4 blessés chez les militaires français, ainsi qu’au moins 2 morts et 20 blessés parmi les civils. Au même moment, l’Union africaine organisait un sommet en Mauritanie, auquel participe Emmanuel Macron. Quatre soldats français de l’opération Barkhane ont été blessés, ce dimanche, dans une attaque «terroriste» dans la région de Gao au Mali, qui a fait au moins deux morts et une vingtaine de blessés parmi les civils, en plein sommet de l’Union africaine (UA) en Mauritanie voisine, qui doit également se pencher sur les questions sécuritaires. Le Figaro

Attentat contre la force G5 Sahel: encore trop de « failles » à corriger dans la sécurité
L’attentat suicide perpétré vendredi au Mali contre le QG de la force du G5 Sahel démontre qu’il « y a encore énormément de failles » dans la sécurité qui doivent être « corrigées », a déclaré dimanche le président mauritanien Ould Abdel Aziz, dont le pays accueille le sommet de l’Union africaine (UA). L’attaque, qui a fait trois morts, dont deux militaires de la force du G5 Sahel, « touche le coeur de notre système de sécurité, l’état-major (de la force conjointe du G5 Sahel) installé (à Sévaré) dans le centre du Mali. C’est un message envoyé par les terroristes en ce moment précis, moment où nous nous organisons pour stabiliser, sécuriser notre région », a déclaré le président mauritanien à la chaîne France 24. « Si l’état-major a été attaqué, c’est qu’il y a énormément de failles que nous nous devons de corriger si nous voulons stabiliser la région du Sahel », a-t-il souligné. Le Groupe de soutien à l’islam et aux musulmans, principale alliance jihadiste du Sahel, liée à Al-Qaïda, a revendiqué l’attentat. TV5

Moussa Faki : « Ce qui se passe au Sahel menace la sécurité internationale »
Dans un entretien accordé à France 24 en marge du sommet de l’Union africaine qui se tient à Nouakchott, en Mauritanie, Moussa Faki Mahamat, le président de la Commission de l’Union africaine, revient notamment sur la situation sécuritaire au Sahel. Après l’attaque du QG de la force du G5 Sahel vendredi à Sévaré, au Mali, Moussa Faki Mahamat, président de la Commission de l’Union africaine, appelle à la « solidarité » des États africains et de l’ensemble de la communauté internationale pour lutter contre l’insécurité au Sahel. Pour lui, « le message à Sévaré est parlant ». Moussa Faki Mahamat s’exprime également sur les grands dossiers d’actualité : la situation en Libye, le défi migratoire qui affecte l’Europe, les élections à venir en République démocratique du Congo, ou encore la détente entre l’Érythrée et l’Éthiopie, qu’il salue comme « une très bonne nouvelle, une lueur d’espoir ». France24

Soudan du Sud: le cessez-le-feu a déjà été violé
Signé ce mercredi entre le président du Soudan du Sud Salva Kiir et son grand rival Riek Machar, ce énième accord était entré en vigueur ce samedi. Mais il a aussitôt été mis à mal par de nouveaux affrontements entre forces gouvernementales et unités rebelles. Le cessez-le-feu devait être « permanent ». Il n’aura finalement duré que quelques heures. Aussitôt après l’entrée en vigueur, samedi, de l’accord signé cette semaine entre le président Salva Kiir et son rival Riek Machar, les hostilités au Soudan du Sud ont repris. RFI

Cameroun: Au moins 7 morts dont 1 gendarme dans les affrontements entre armée et sécessionnistes
Au moins sept (7) personnes ont été tuées cette fin de semaine dans les affrontements entre séparatistes et sécessionnistes, apprend KOACI de sources sécuritaire et communautaire concordantes. Parmi les morts, un jeune gendarme chauffeur de la patrouille opérationnelle. Six corps sans vie des séparatistes armés ont été retrouvés dans la forêt par des gendarmes venus en renfort. Les renseignements militaires et le responsable division communication du ministère de la défense confirment l’information. D’après le chef de la division de la Communication, la patrouille mixte des gendarmes d’Andek, des éléments du BTAP de Koutaba (Unité d’élite de l’armée camerounaise), à bord d’un Pick-up, est tombée dans une embuscade tendue par les sécessionnistes, au lieu dit, Tuguy non loin de Mbengwi dans le département de la Momo, région du Nord-ouest. Cinq gendarmes ont été blessés dans les échanges de tirs. Koaci

Cameroun: des conséquences de la crise anglophone perceptibles à Douala
Au Cameroun, la ville de Douala serait-elle sous la menace des séparatistes anglophones ? Cette grande ville portuaire, voisine de la région du sud-ouest anglophone, voit arriver un afflux de plus en plus important de personnes qui fuient les combats entre les combattants séparatistes et les forces de défense. Ces déplacés sont hébergés, pour la plupart, dans la commune de Douala 4e, foyer historique de la communauté anglophone de la ville. Le maire de cette commune redoute des infiltrations des miliciens sécessionnistes et l’a récemment fait savoir au cours d’une réunion de sécurité présidée par le gouverneur. RFI

Les Peuls accusés de massacres se disent stigmatisés dans le centre du Nigeria
Devant la petite mosquée de Luggere, hameau peul entouré de collines verdoyantes, une foule s’est rassemblée pour la prière du vendredi: la population a doublé ces derniers jours pour accueillir les habitants de deux villages voisins, attaqués en début de semaine par des jeunes armés de fusils. Sans doute s’agissait-il de représailles aux massacres du 23 juin qui ont fait plus de 200 morts parmi les communautés berom, agriculteurs majoritairement chrétiens, attribuées à des éleveurs peuls, dans le même district de Barakin Ladi (centre). … Les éleveurs nomades dénoncent l’expansion des fermes agricoles empiétant sur les routes de transhumance et les réserves de pâturage qui leur sont réservées. Dans la région du Plateau, beaucoup d’entre eux sont des semi-nomades, pratiquant à la fois l’élevage et l’agriculture, et revendiquent leur ancienneté sur ces terres riches où poussent l’igname et le maïs, mais aussi toutes sortes de fruits et légumes. VOA

Denis Mukwege : « Les élections en RDC seront falsifiées. Il faut lutter pour libérer le Congo. »
Le gynécologue congolais Denis Mukwege, plusieurs fois cité pour le prix Nobel, a invité, dimanche 1er juillet, ses compatriotes « à lutter pacifiquement » contre le régime du président Joseph Kabila plutôt que de miser sur les élections prévues le 23 décembre « dont on sait d’avance qu’elles seront falsifiées ». « La solution c’est plutôt de lutter pacifiquement pour la libération totale de notre pays. Après cela viendra le temps des élections libres, crédibles et transparentes », a écrit le docteur Mukwege, dont la voix est plus entendue à l’étranger qu’en République démocratique du Congo. Le Monde

RCA: la conférence épiscopale inquiète du retour des violences
Les évêques de Centrafrique se disent préoccupés par la recrudescence des violences en dépit des accords signés avec les groupes armés. Des attaques à Bambari, Ndélé et dans la région de Kaga Bandoro ont fait plusieurs dizaines de morts ces dernières semaines. Mgr Nestor Désiré Nongo-Aziagbia était en deuil ce dimanche 1er juillet après le meurtre du vicaire général de Bambari, dans la nuit de vendredi à samedi. Pour le vice-président des évêques de Centrafrique, c’est clairement un assassinat ciblé envers ceux qui dénoncent les groupes armés. « On sait bien que dans le message, on a été clair. On a accusé l’UPC au niveau de la ville de Bambari. La zone de la cathédrale est entièrement contrôlée par des éléments de l’UPC », souligne-t-il. Cette poursuite des violences, il l’a condamnée avec l’ensemble des évêques de Centrafrique, lors de la conférence épiscopale qui s’est tenue la semaine dernière à Bangui. Pour eux, l’amnistie n’a pas sa place dans la résolution du conflit. RFI

Des ONG accusent la France de participer « à l’écrasement du peuple égyptien »
La France a livré depuis cinq ans à l’Égypte des armes, des machines et des systèmes de surveillance que le régime du président al-Sissi utilise pour « écraser le peuple égyptien », dénoncent des ONG de défense des droits de l’homme. Dans un rapport commun de 64 pages publié lundi, la Fédération internationale des ligues des droits de l’homme (FIDH), le Cairo Institute for Human rights studies (CIHRS), la Ligue des droits de l’homme (FDH) et l’Observatoire des armements (OBSARM) assurent que « l’État français et plusieurs entreprises françaises ont participé à la sanglante répression égyptienne des cinq dernières années ». VOA

Burkina Faso: début de l’interrogatoire des accusés du coup d’Etat de 2015
Au Burkina Faso, après plusieurs mois de débat sur les procédures, le procès du coup d’état du 16 septembre 2015 est entré dans le vif du sujet. L’interrogatoire des accusés a commencé, vendredi 29 juin, et c’est le sergent-chef Mohamed Lawoko Zerbo qui était le premier à se présenter à la barre. Considéré, par les autorités actuelles, comme étant l’un des noyaux des soldats qui avaient organisé le putsch, il s’était réfugié pendant quelques mois en Côte d’Ivoire, avant d’être arrêté et extradé par les autorités ivoiriennes. Face au tribunal, l’ex-instructeur commando nie toute participation à l’enlèvement et la séquestration des membres du gouvernement de la transition. RFI

Plus de 30.000 animaux sauvages saisis lors d’une gigantesque opération contre le braconnage
C’est un véritable orage qui vient de s’abattre sur le monde du braconnage. Plusieurs milliers d’animaux, de la viande ainsi que des parties d’animaux ont été saisis lors de l’opération “Thunderstorm“. Ce coup de filet géant a été orchestré par Interpol en collaboration avec près d’une centaine de pays. 30 000. C’est le nombre d’animaux sauvages qui ont été saisis lors de l’opération “Thunderstorm“. Du 1er au 31 mai 2018, l’agence Interpol et une coalition de 92 pays ont lutté activement contre le commerce illégal d’espèces protégées. Quelques 1947 saisies ont été effectuées en parallèle de 140 interpellations. RTBF

Lutte contre la corruption et autonomie financière au menu du sommet de l’Union africaine
Les dirigeants de l’Union africaine (UA) sont réunis, depuis dimanche 1er juillet, à Nouakchott, la capitale mauritanienne, pour un sommet axé sur le renforcement de l’intégration continentale. « C’est un sommet historique qui s’ouvre aujourd’hui pour la première fois dans ce pays fondateur de l’Union africaine qu’est la Mauritanie », a déclaré le président Mohamed Ould Abdel Aziz, dont le pays accueille ce sommet qui doit s’achever lundi. Dans la capitale quadrillée par les forces de sécurité, dotée d’un nouveau centre de conférences au milieu des dunes de sable et de nouvelles routes, les hôtels affichent complet pour ce 31e sommet de l’UA, qui réunit une quarantaine de chefs d’Etat et de gouvernements africains ainsi que le président français Emmanuel Macron. Le Monde



Photo: Adam Jones