Revue de Presse du 2 février 2017

L' »opposant historique » Tshisekedi est mort
Etienne Tshisekedi est décédé mercredi 1er février 2017, à Bruxelles, à l’âge de 84 ans. Les partisans les plus fidèles de cet homme considéré par les médias comme l' »opposant historique » congolais lui vouent une admiration sans bornes. Son nom est étroitement associé à la vie politique de son pays. Etienne Tshisekedi, docteur en droit, est considéré comme un démocrate courageux, un homme d’Etat qui dit haut et fort ce que beaucoup d’autres pensent tout bas. BBC

Tshisekedi: un mythe est mort
Jusqu’à la fin de sa vie, Etienne Tshisekedi a fait peur aux autorités congolaises. Car, contrairement aux nombreux augures, sa popularité ne s’est jamais démentie. La raison ? Une endurance au mal, et beaucoup d’entêtement dans sa lutte pour la démocratie. L’éternel opposant est mort ce 1er février 2017 à l’âge de 84 ans d’une embolie pulmonaire à Bruxelles où il était hospitalisé. Les foules sur son passage à Matadi, Kananga, Mbuji-Mayi et Kinshasa pendant sa dernière campagne électorale de 2011. Les ruses du pouvoir, le 26 novembre de cette année-là, pour l’empêcher d’atterrir à l’aéroport international de Kinshasa, de crainte que les Kinois ne lui fassent un triomphe à la romaine sur les 25 km qui séparent le quartier Ndjili de sa résidence du quartier Limete. Jusqu’au bout, Etienne Tshisekedi a fait peur aux autorités congolaises. RFI

RD Congo : les désaccords sur la désignation du Premier ministre fragilisent l’accord
Les modalités d’application de l’accord conclu en RD Congo entre majorité et opposition sont toujours en discussion. Les derniers points de blocage sont le mode de désignation du Premier ministre et la place de la CENCO dans la transition. En République démocratique du Congo, la majorité présidentielle de Joseph Kabila et la coalition de l’opposition poursuivent leur interminable marathon de négociations. Il s’agit maintenant pour les deux parties de trouver un compromis sur d’ultimes points de désaccords et permettre, enfin, l’application de l’accord historique conclu le 31 décembre, après des semaines d’âpres discussions. L’accord prévoit les modalités de la cogestion du pays jusqu’à l’organisation d’une nouvelle élection présidentielle, fin 2017, ouvrant la voie à un type de transition inédit dans un pays habitué aux crises de régime. France 24

RDC: quel sort réservé aux «irréguliers» rapatriés au Burundi?
Jeudi 26 janvier, la RDC a organisé une grande opération de rapatriement d’ « irréguliers » burundais qui étaient détenus depuis plus d’une année dans l’est de ce pays, une opération menée devant la Monusco, le HCR, la CIRGL ou encore le CICR. Plus de 120 Burundais avaient accepté leur retour volontaire. Plus de 60 autres dont une vingtaine de Rwandais ont refusé tout net, disant craindre pour leur vie, ils ont été ramenés à Uvira où les autorités congolaises continuent à tout faire dans la transparence. RFI

Zimbabwe: l’opposant Evan Mawarire interpellé à son retour d’exil
Le pasteur zimbabwéen Evan Mawarire, un des chefs de file de la fronde contre le régime autoritaire du président Robert Mugabe, a été arrêté mercredi à l’aéroport d’Harare alors qu’il rentrait dans son pays après plus de six mois d’exil. Début 2016, dans un Zimbabwe au bord de l’asphyxie économique et financière, ce pasteur, inconnu du grand public et qui n’est affilié à aucun parti politique, avait lancé sur les réseaux sociaux une campagne de protestation contre le gouvernement, baptisée « #ThisFlag » (« #CeDrapeau »). Dans une vidéo qui a rapidement enflammé l’internet, il était apparu avec un drapeau zimbabwéen en écharpe, pour dénoncer l’incurie et la corruption du régime. TV5

Moussa Faki Mahamat à la tête de la Commission de l’UA : le choix de la prudence
En portant le Tchadien Moussa Faki Mahamat, lundi 30 janvier, à Addis-Abeba à la présidence de la Commission de l’Union africaine (UA), les chefs d’Etat africains ont opté pour la prudence et la continuité. Ils se sont assurés de remettre les clefs de la maison à une personnalité qui ne fera des vagues ni sur les droits humains ni sur la démocratie. Le tempérament de M. Faki Mahamat, chef de la diplomatie tchadienne depuis 2008, le porte en effet plutôt au compromis et au respect de la volonté des chefs d’Etat, ses nouveaux patrons qui n’avaient guère apprécié les velléités d’indépendance de la Commission portées par le Malien Alpha Oumar Konaré entre 2003 et 2008. Le Monde

Les principaux ministres du nouveau gouvernement gambien prêtent serment
Dix des 18 ministres du nouveau gouvernement gambien, dont une femme, ont prêté serment lors d’une cérémonie officielle, six jours après le retour dans le pays du président Adama Barrow. Parmi les principaux ministres figurent deux avocats de formation: aux Affaires étrangères le chef historique de l’opposition à l’ex-président Yahya Jammeh, Ousainou Darboe, et à l’Intérieur le conseiller spécial de M. Barrow, Mai Fatty. Amadou Sanneh, ancien trésorier du principal parti d’opposition, a obtenu le portefeuille de l’Economie et des Finances. Une dirigeante de l’opposition à M. Jammeh, Isatou Touray, est nommée ministre du Commerce et de l’Intégration régionale. VOA

Ouganda: nouvelle étape dans le procès de l’ex-colonel de la LRA Thomas Kwoyelo
En Ouganda, c’est une nouvelle étape dans le procès de Thomas Kwoyelo qui débute. Cet ancien colonel de la LRA – rébellion qui a causé la mort de milliers de personnes en Ouganda, on estime à 65 000 les enfants enlevés par le groupe armé dans ce pays – est apparu à Kampala pour le début des audiences préliminaires. C’est la première fois qu’en Ouganda se tient un tel procès, un long processus qui a débuté en 2010. Thomas Kwoyelo a été enlevé il y a 30 ans par la rébellion et n’en est ressorti qu’en 2009. Aujourd’hui, l’ancien rebelle apparaît pour la première fois devant la Cour à Kampala. Il s’est confié à RFI. RFI

Cameroun : report du procès des leaders anglophones
La tension était vive mercredi matin au Tribunal Militaire de Yaoundé après l’annonce du renvoi au 13 février prochain du procès des trois leaders anglophones poursuivis entre autres pour sécession et rébellion. Certains responsables du Tribunal militaire de Yaoundé se sont en effet opposés à une communication que donnaient Maitres Monthé et Tchoungang aux avocats et à la presse sur ledit report. La situation a failli dégénérer dans l’enceinte du Tribunal militaire. L’irruption du greffier en chef a mis les avocats en colère. Les avocats ont protesté contre cette violation de leur droit de s’exprimer. VOA

Ghana : le gouvernement se dit face à un trou de 1,6 milliard de dollars dans le budget de l’État
Drôle de surprise pour la nouvelle équipe du président ghanéen Nana Akufo-Addo. À l’heure de passer en revue le budget de l’État, elle aurait recensé 1,6 milliard de dollars de dépenses non comptabilisées par le gouvernement précédent, et vieilles de plusieurs années. Le nouveau ministre des Finances du Ghana, Ken Ofori-Atta, membre de l’équipe du président Nana Akufo-Addo et ancien banquier d’affaires chez Morgan Stanley à Wall Street, a dû en avoir des sueurs froides. Mercredi 01 février, il a confirmé que le déficit de l’État du Ghana pourrait frôler « un nombre à deux chiffres » après que le vice-président Mahamudu Bawumia a annoncé l’existence, mardi, de dépenses vieilles de trois à quatre ans et qui n’auraient pas été comptabilisées dans les budgets antérieurs. Celles-ci s’établiraient à 7 milliards de cédis, soit 1,6 milliard de dollars. Jeune Afrique

Mali : un an après sa création, la région administrative de Taoudeni toujours sous le contrôle de la CMA et d’Aqmi
La plus grande région administrative, au nord du pays, échappe totalement au contrôle des autorités et des Casques bleus, au bénéfice de la CMA et d’Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi). Dans les locaux de la Minusma à Bamako, on a accroché aux murs des cartes situant, à l’aide de punaises de plusieurs couleurs, les positions des différents acteurs du conflit malien – y compris les groupes jihadistes. À Gao par exemple, il y a la punaise de la Minusma, celle de l’armée malienne et celle de l’opération Barkhane. Un peu plus au nord, à Kidal, on trouve les couleurs de la Minusma encore, de Barkhane aussi, et de la Coordination des mouvements de l’Azawad (CMA), la coalition des groupes armés issus de la rébellion. Bien plus au nord, à Taoudeni, il n’y a que deux punaises : celle de la CMA et celle d’Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi). Jeune Afrique

L’Afrique en quête de nouvelles aides après le décret anti-avortement de Donald Trump
Depuis la signature, lundi 23 janvier, par le président Donald Trump d’un décret interdisant le financement par le gouvernement fédéral américain d’organisations internationales qui pratiquent ou soutiennent l’avortement, de nombreuses structures de planning familial en Afrique s’inquiètent et dénoncent une décision contre-productive. Ce décret concerne les organisations non gouvernementales (ONG) étrangères qui reçoivent des fonds de l’USAID, l’agence américaine pour le développement international. Pour continuer à percevoir cette aide, les ONG devront s’engager par écrit auprès de l’administration Trump à cesser toute activité liée à l’avortement. Le Monde

Un Tunisien arrêté en Allemagne pour un projet d’attentat
Un Tunisien, recherché dans son pays pour son implication présumée dans des attaques meurtrières, a été arrêté mercredi en Allemagne pour avoir fondé une cellule du groupe jihadiste État islamique dans le but de commettre un attentat. Comme dans le cas du Tunisien Anis Amri, auteur de l’attentat du 19 décembre 2016 à Berlin (12 morts), le suspect de 36 ans est un demandeur d’asile débouté. Selon le parquet allemand, la Tunisie n’avait pas donné suite à une demande de l’Allemagne de le renvoyer dans son pays, un sujet de tension récurrent entre Berlin et Tunis. TV5



Photo: Adam Jones