Revue de Presse du 2 décembre 2016

Gambie: Jammeh reconnaît sa défaite
Le chef de l’Etat gambien Yahya Jammeh a reconnu sa défaite face au candidat de l’opposition, Adama Barrow. C’est le président de la Commission électorale indépendante, Alieu Momar Njie qui a donné cette information. « Il est vraiment exceptionnel que quelqu’un qui a dirigé le pays aussi longtemps ait accepté sa défaite », a déclaré M. Njie aux journalistes. Selon les résultats provisoires partiels annoncés par la Commission électorale, M. Barrow devance largement M. Jammeh au pouvoir depuis 1994. M. Jammeh devait faire une déclaration dans la journée. BBC

Élection présidentielle en Gambie : « Ils ont coupé internet parce qu’ils ont peur »
Le réseau internet et les communications avec l’étranger sont coupés depuis mercredi soir en Gambie, isolant le pays du reste du monde alors que se tient une élection présidentielle à l’issue incertaine, dont les résultats sont attendus dans la nuit de jeudi à vendredi. Ce n’était jamais arrivé lors des précédentes élections. Probablement un signe, parmi d’autres, de la fébrilité du régime de Yahya Jammeh face à la mobilisation sans précédent de l’opposition pour la présidentielle de ce jeudi 1erdécembre, que tous les observateurs annoncent très disputée. Mercredi soir, vers 20h, quelques heures avant l’ouverture des bureaux de vote le lendemain matin, le réseau internet gambien a été suspendu sans aucune explication des autorités. Idem pour les communications avec l’étranger, coupant la petite enclave gambienne du reste du monde pour une durée indéterminée. Jeune Afrique

Soudan du Sud: «Un nettoyage ethnique est en cours» selon des experts de l’ONU
Un processus de «nettoyage ethnique est en cours» dans plusieurs régions du Soudan du Sud, ont affirmé jeudi 1er décembre des experts de l’ONU au terme d’une mission de dix jours effectuée par des experts du Haut-Commissariat des Nations unies aux droits de l’homme. Ils estiment que les violences ethniques sont plus nombreuses qu’auparavant, qu’elles ont gagné de nouvelles parties du pays et qu’elles concernent davantage de communautés. RFI

Soudan du Sud : « Tout est là pour que ce qui s’est passé au Rwanda se répète », avertit l’ONU
Un « nettoyage ethnique » est « en cours » dans plusieurs régions du Soudan du Sud, ont affirmé jeudi 1er décembre des experts de l’ONU au terme d’une mission de dix jours dans ce pays en proie à la guerre civile depuis décembre 2013. La chef de la délégation a comparé la situation actuelle à celle du Rwanda en 1994, sommant la communauté internationale d’empêcher un nouveau génocide. « Il y a déjà un processus régulier de nettoyage ethnique en cours dans plusieurs zones du Soudan du Sud, qui se traduit notamment par la faim extrême, des viols collectifs et la destruction de villages », a déclaré dans un communiqué Yasmin Sooka, la chef d’une délégation du Haut commissariat des Nations unies aux droits de l’Homme. Jeune Afrique

La Côte d’Ivoire transfère au Burkina-Faso 3 soldats impliqués dans le putsch de 2015
L’annonce a été faite à la presse par le ministre burkinabè de l’Intérieur, vendredi dernier. Selon, lui trois soldats considérés comme le ‘‘noyau dur’‘ du coup d‘État tenté en septembre 2015 par des membres de l’ex-garde prétorienne du dirigeant déchu Blaise Compaoré ont été arrêtés, à Abidjan, et transférés à Ouagadougou. Les trois sous-officiers en question, sont des déserteurs qui faisaient partie de la sécurité présidentielle (RSP). Ils se sont réfugiés en Côte d’ivoire. Afrik Mag

Kinshasa engage une ex-élue du Congrès américain pour « améliorer » son image aux USA
Le gouvernement congolais a engagé une ancienne parlementaire américaine pour défendre sa cause à Washington, où gouvernement et élus mettent la pression sur Kinshasa à trois semaines de la fin du mandat du président Joseph Kabila, le porte-parole du gouvernement congolais . Le gouvernement congolais « a engagé l’ancienne parlementaire Cynthia McKinney pour améliorer l’image de marque du pays, écornée et malmenée par [l’opposant Moïse] Katumbi et l’administration Obama », a déclaré à l’AFP Lambert Mende, porte-parole du gouvernement congolais. « Katumbi paie des millions pour salir l’image du pays aux USA, nous avons négocié avec elle à Paris en octobre dernier, un prix du tiers-monde [de] quelques centaines de milliers de dollars, en vue de renverser cette tendance », a ajouté M. Mende. VOA

Election présidentielle au Ghana : ce qu’il faut savoir
Les deux principaux candidats en lice pour l’élection présidentielle au Ghana du 7 décembre sont des ennemis politiques de longue date, et le scrutin à un tour s’annonce particulièrement serré. Le président John Mahama, candidat pour le Congrès National Démocratique (NDC), brigue un second mandat face au leader de l’opposition, Nana Akufo-Addo, du Nouveau Parti Patriotique (NPP), qui se lance pour la troisième fois dans la course présidentielle. Sept candidats sont en lice, mais la course devrait surtout se jouer entre le président sortant et son rival historique. VOA

Libye: violents combats entre milices rivales
De violents combats opposaient jeudi soir des milices rivales à Tripoli où des coups de feu et des explosions étaient entendus dans le sud de la ville, selon des correspondants de l’AFP. Des armes lourdes ont été déployées, et des chars et des pick-up ont pris position dans certains quartiers du sud de la capitale libyenne, sous la coupe d’une mosaïque de milices de diverses obédiences. Des médias libyens ont fait état d’au moins 7 morts mais il n’était pas possible dans l’immédiat d’obtenir le bilan des victimes de source indépendante. Des combats quasi-quotidiens opposent ces groupes armés qui se livrent, depuis la chute du dirigeant de Mouammar Kadhafi en 2011, à une lutte d’influence empêchant les gouvernements successifs de rétablir l’ordre dans le pays, en l’absence d’une armée ou d’une police régulières. Slate

Burundi. Les médias comme arme de résistance
Quand [le 13 mai 2015] une tentative de coup d’État a ébranlé le Burundi, Jean-Baptiste Bireha a été l’un des rares journalistes à s’en faire l’écho. Le lendemain soir, des membres des Imbonerakure, ces milices de jeunes proches du parti au pouvoir, viennent le chercher à son domicile. Mais Bireha est déjà parti. Prévenu par une source gouvernementale, il a pris la fuite. “Je n’ai jamais plus redormi chez moi, explique-t-il. Après le putsch, tous les journalistes indépendants étaient recherchés.” Une semaine plus tard, raconte-t-il, il marche avec un ami dans les rues de Bujumbura, la capitale, quand des gardes présidentiels ouvrent le feu. Son ami meurt, Bireha est blessé. C’est sous une fausse identité qu’il passe bientôt la frontière vers le Rwanda. Il faut stopper le président Nkurunziza De nombreux autres journalistes lui emboîteront le pas, fuyant les violences et la répression grandissantes. Pour continuer d’informer, Jean-Baptiste Bireha, installé à Kigali, s’associe à d’autres […] Courrier International

Guinée : la ruée vers le minerai de fer de Simandou éclabousse la présidence
Le président guinéen Alpha Condé s’était engagé à rompre avec les pratiques clientélistes de ses prédécesseurs dans l’attribution des contrats d’exploitation miniers. Des enregistrements que France 24 s’est procurés montrent qu’il n’en est rien. France 24 est en mesure de faire de nouvelles révélations concernant la bataille titanesque pour l’attribution, en Guinée, de la concession de l’un des plus grands gisements de minerai de fer au monde. Selon des enregistrements que nous nous sommes procurés, le recours aux intermédiaires et aux commissions auquel le Président Alpha Condé entendait mettre un terme est toujours en pratique. France 24

Pétrole: le Nigeria peut-il sortir de la récession?
Le Nigeria est l’un des trois pays exemptés par l’accord de réduction de la production pétrolière mondiale, engagé mercredi par les membres de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep): en plein marasme économique, le géant ouest-africain veut y voir une lueur d’espoir pour redresser sa croissance. Pourquoi cette exemption? Le secrétaire d’Etat nigérian pour le pétrole, Emmanuel Ibe Kachikwu, s’est dit « reconnaissant » envers l’Opep « d’avoir compris que le Nigeria a besoin d’être exempté de cette limitation ». Le Nigeria, la Libye et l’Iran sont finalement les trois seuls pays à avoir échappé à cette réduction de leur production. TV5

Mali: l’aéroport de Gao impraticable après un attentat jihadiste
L’aéroport de Gao, principale ville du nord du Mali, est impraticable pour une durée indéterminée à la suite de l’attentat jihadiste qui l’a visé mardi soir, provoquant d' »importants dégâts », a annoncé jeudi la Mission de l’ONU au Mali (Minusma). Par ailleurs, des affrontements entre combattants proches de groupes armés signataires de l’accord de paix ont fait au moins deux morts jeudi au sud de Gao, près de la frontière avec le Niger, a appris l’AFP d’un élu et d’une source de sécurité étrangère dans la région. « Ils se sont affrontés entre les localités de Tessit et d’Intillit. Il y a au moins deux morts », a déclaré à l’AFP cet élu. Les protagonistes était « des hommes armés non formellement identifiés. Mais ce qui est sûr, c’est qu’ils sont très proches de la Coordination des mouvements de l’Azawad (CMA, ex-rébellion) ou du Groupe d’autodéfense touareg Imghad et alliés (Gatia, pro-gouvernemental) », selon la même source, évoquant un possible différend lié au trafic de drogue. TV5

UA: Pourquoi le Maroc est en colère contre Nkosazana Dlamini-Zuma
La présidente de la Comission de l’UA a demandé aux Chefs d’Etats des pays membres de remettre leur décision quant à l’adhésion du Maroc alors que ce sont les diplomaties des 53 pays de l’UA qui doivent accéder à la requête marocaine. Le royaume dénonce une nouvelle manœuvre de la responsable. Dans un communiqué publié ce 30 novembre, le ministère des Affaires étrangères accuse la présidente de la Commission de l’Union africaine, Nkosazana Dlamini-Zuma, de « tenter de contrarier la décision du Maroc de regagner sa place naturelle et légitime au sein de sa famille institutionnelle panafricaine », faisant référence à la décision de la responsable de l’UA de soumettre la demande d’adhésion du Maroc aux chefs d’Etats africains et non aux ministres des Affaires étrangères. Dans sa communication, la diplomatie marocaine accuse la présidente de la Commission de l’Union africaine d’improviser « une nouvelle exigence procédurale, inédite et sans fondement (…) par laquelle elle rejetterait arbitrairement les lettres de soutien (au Maroc) des États membres de l’UA ». Telquel

Sahara occidental: la fracture au sein de l’UA s’accentue
La présidente de la Commission de l’Union africaine, Nkosazana Dlamini-Zuma, a toujours soutenu l’indépendance du Sahara occidental et ses relations avec le Maroc ont toujours été compliquées. Elle est accusée aujourd’hui par Rabat de manœuvrer pour faire «obstruction» au retour du royaume au sein de l’UA. Selon le ministère des Affaires étrangères marocain, elle «manque à son devoir de neutralité et ne respecte pas les règles de l’organisation continentale». La présidente est accusée de trop écouter Alger. RFI

Massacre de Thiaroye en 1944 : « A quand la fin de l’obstruction à la manifestation de la vérité ? »
En ce jour anniversaire du massacre d’anciens prisonniers de guerre à Thiaroye au Sénégal, le 1er décembre 1944, nous, familles des victimes, avons décidé d’alerter l’opinion publique afin que cesse toute désinformation, toute manipulation, toute falsification autour de ce crime commis par la France. Plus de soixante-dix ans après les faits, nous demandons que cesse ce mensonge d’Etat qui se perpétue encore en 2016. Ces hommes, originaires de l’Afrique-Occidentale française, ont été mobilisés pour venir défendre la France en 1939 et ont été faits prisonniers par les Allemands en juin 1940. C’est en métropole qu’ils ont passé leur temps de captivité, les nazis ne voulant pas « d’indigènes » sur leur sol. Alors que certains avaient rejoint la résistance après leur évasion, ce contingent d’anciens prisonniers de guerre a quitté Morlaix le 5 novembre 1944. Le Monde



Photo: Adam Jones