Revue de Presse du 2 avril 2018

Dix-huit morts et 84 blessés après une attaque de Boko Haram contre Maiduguri
Une attaque de Boko Haram contre Maiduguri, grande ville du nord-est du Nigeria, a fait au moins 18 morts et 84 blessés dimanche soir, a rapporté lundi l’agence locale de gestion des urgences (SEMA). « Pour l’instant, nous avons recensé 18 cadavres dans les deux quartiers de Bale Shuwa et Bale Kura », à la périphérie de Maiduguri, a confié à l’AFP Bello Dambatto, responsable de l’évacuation pour la SEMA, précisant que « les personnes ont été tuées alors qu’elles essayaient de fuir les tirs entre les insurgés et les militaires ». … Cette attaque d’une grande ampleur s’est déroulée aux alentours de 20H30 heure locale (19H30 GMT), et les combats entre l’armée et les membres du groupe jihadiste ont duré près d’une heure, selon des sources militaires contactées par l’AFP. VOA

Somalie: les shebab attaquent l’Union africaine
Des combattants shebab ont attaqué dimanche une base militaire de l’Union africaine (UA) à l’extérieur de Mogadiscio, où quatre soldats ougandais ont été tués. Une lourde explosion a été entendue dans le district de Bulomarer, à 150 kilomètres au sud de Mogadiscio, et des combats ont eu lieu entre plusieurs dizaines de shebab, mouvement lié à Al-Qaïda, et les militaires de l’UA, selon des sources locales. « La puissante explosion a frappé la base avant les combats mais nous n’avons pas de précisions. Nous avons entendu dire que les combattants ont utilisé un minibus chargé d’explosifs pour entrer (dans la base) avant le début des affrontements dans le camp, » a déclaré un responsable de la sécurité locale, Ibrahim Abdilahi. Le Figaro

Crise au Burundi: la société civile en appelle à l’Union africaine
A l’approche de la tenue en mai prochain du référendum au Burundi censé permettre à Pierre Nkurunziza de se maintenir au pouvoir, la société civile est de plus en plus inquiète. Ce référendum devrait finir d’enterrer l’accord d’Arusha qui était la pierre angulaire de la paix et de la réconciliation au Burundi, avec ce partage du pouvoir entre Hutus et Tutsis. Le référendum est rejeté par une majorité de représentants de l’opposition et de la société civile qui pour l’essentiel vivent en exil. Depuis deux ans, c’est la communauté des Etats d’Afrique de l’Est qui tentait d’instaurer un dialogue entre le président burundais et ses détracteurs, mais en vain. Pour la société civile, il est temps que l’Union africaine reprenne le dossier. RFI

La Cédéao « satisfaite » du déroulement du scrutin en Sierra Leone
Le dépouillement des voix se poursuivait dimanche en Sierra Leone, au lendemain du second tour de l’élection présidentielle dont le déroulement a été jugé satisfaisant par les observateurs ouest-africains, malgré la présence parfois « intimidante » des forces de sécurité dans certains bureaux de vote. Les résultats du scrutin, qui opposait le candidat du parti au pouvoir, l’APC, Samura Kamara, à celui du principal parti de l’opposition, le SLPP, Julius Maada Bio, ne sont pas attendus avant lundi ou mardi. Après avoir compté des bulletins de vote dans chacun des plus de 11.000 bureaux de vote, les résultats doivent être acheminés vers 16 centres régionaux, puis vers la capitale, Freetown, un processus qui peut prendre du temps dans ce pays pauvre d’Afrique de l’Ouest dont les routes sont souvent en mauvais état. VOA

Un chef djihadiste lié à l’EI abattu lors d’une opération antiterroriste en Tunisie
Un dirigeant djihadiste tunisien lié au groupe extrémiste État islamique (EI) a été abattu lors d’une opération de la gendarmerie dans une région montagneuse de Tunisie, a annoncé dimanche le ministère de l’Intérieur. Au cours de l’opération lancée dans la nuit de samedi à dimanche, « les unités de la Garde nationale (gendarmerie) ont éliminé un chef terroriste dans la zone de Hassi Frid », située dans le gouvernorat de Kasserine (centre-ouest), a indiqué le ministère dans un communiqué. Selon le communiqué, le djihadiste était un dirigeant du groupe Jund al-Khilafa, lié à l’EI. Il a été identifié comme Chaouki Fakraoui, visé par 25 avis de recherche pour son implication présumée dans des affaires « à caractère terroriste », dont une attaque contre le domicile de l’ancien ministre de l’Intérieur, Lotfi Ben Jeddou, qui avait coûté la vie à quatre policiers à Kasserine en 2014. RTBF

Un prêtre kidnappé après la messe de Pâques en RDC
Un prêtre a été kidnappé dimanche dans l’est de la République démocratique du Congo après avoir dit la messe de Pâques, s’est inquiétée lundi une ONG de défense des droits de l’homme. Célestin Ngango a été pris pour cible par des assaillants près de sa paroisse de Karambi, dans la province du Nord-Kivu, précise le Centre d’étude pour la promotion de la paix, la démocratie et les droits de l’homme (Cepadho) dans un communiqué. « C’est sur son chemin de retour à Karambi que son véhicule », de type 4X4, a été « intercepté par les assaillants, l’obligeant de descendre du véhicule et de les suivre en brousse », poursuit-il. VOA

Félix Tshisekedi : « L’objectif que je m’assigne est la conquête du pouvoir aux scrutins du 23 décembre »
Félix Tshisekedi, qui a été investi président du parti politique Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS) samedi 31 mars s’est fixé pour objectif de remporter les élections présidentielles du 23 décembre. Il a fait cette annonce lors de son discours d’investiture au siège du parti à Kinshasa. … Le nouveau président de l’UDPS Felix Tshisekedi a promis de continuer l’œuvre laissée par son prédécesseur, Etienne Tshisekedi. Il note que son offre politique par rapport au parti vise aussi à organiser, consolider et élargir l’encrage national du parti. Radio Okapi

Abiy Ahmed prêt à résoudre le conflit avec l’Erythrée
Le nouveau Premier ministre éthiopien, Abiy Ahmed, déclare être prêt à résoudre le conflit avec l’Erythrée. Dans un discours à la télévision nationale, M. Ahmed a appelé à mettre fin à des années d’incompréhension. Les deux pays ont eu des relations difficiles depuis une guerre de deux ans (1998 et 2000) à la suite d’un différend frontalier qui a fait 70 000 morts. Abiy Ahmed a été choisi pour diriger le parti au pouvoir après la démission surprise du Premier ministre Hailemariam Desalegn en Février. Il est le premier leader Oromo d’Ethiopie. BBC

Nigeria: Attaque contre des éleveurs à Zamfara, le bilan passe à 36 morts
Au moins 36 personnes ont été tuées dans une attaque armée menée par des bandits à moto dans l’Etat de Zamfara, dans le nord du Nigeria, avons-nous appris. Des bandits armés arrivés à moto soupçonnés d’ être des voleurs de bétails ont investi samedi le village de Bawon-Daji , dans l’Etat de Zamfara Search Zamfara faisant 15 morts , selon un précédent bilan.Un chef tribal local a déclaré que de nouveaux corps avaient été retrouvés par les forces de l’ordre portant le bilan à 36 morts. L’armée a été déployée en 2016 dans l’Etat de Zamfara, où les enlèvements contre rançon et les vols de bétails sont monnaies courantes. En février,entre 18 et 41 personnes , selon les sources ont été tuées par des hommes armés qui avaient ouvert le feu sur des personnes dans le village de Birane. Koaci

Le Maroc dénonce des incursions du Front Polisario au Sahara occidental
Les autorités marocaines ont annoncé dimanche 1er avril avoir alerté le Conseil de sécurité de l’ONU après des incursions « gravissimes » du Front Polisario dans la zone tampon du Sahara occidental. « Il y a eu des provocations, des manœuvres (…) du Polisario encouragé par l’Algérie pour modifier le statut de cette zone » tampon, placée depuis le début des années 1990 sous la responsabilité des Nations unies, a déclaré le ministre des affaires étrangères, Nasser Bourita, lors d’un point presse. « Si l’ONU (…) n’est pas prêt à mettre fin à ces provocations, (…) le Maroc assumera ses responsabilités et ne saura tolérer qu’un changement puisse intervenir dans cette zone », a-t-il affirmé. Le Monde

Mali: Le jihadiste Al Hassan livré à la CPI pour crimes de guerre à Tombouctou
Les autorités maliennes ont remis samedi le jihadiste Hassan Ag Abdoul Aziz Ag Mohamed Ag Mahmoud, accusé de crimes contre l’humanité et crimes de guerre à Tombouctou. Hassan Ag Abdoul Aziz Ag Mohamed Ag Mahmoud connu sous le nom de « Al Hassan » a été transféré samedi à la cour pénale Internationale pour des accusations de crimes de l’humanité et crimes de guerre à Tombouctou Search Tombouctou entre avril 2012 et janvier 2013. Agé de 40 ans , le jihadiste également membre d’Ansar Dine aurait participé à la destruction de mausolées à Tombouctou Search Tombouctou en déployant des hommes de la Police islamique sur le terrain. Selon la CPI , Il aurait aussi participé des mariages forcés dont des filles ont été victimes, donnant lieu à des viols répétés et à la réduction de femmes et de jeunes filles à l’état d’esclaves sexuelles. Koaci

Tchad: la plateforme de l’opposition rejette les conclusions du forum national
a principale plateforme de l’opposition tchadienne a rejeté les résolutions du forum national, qui prévoient l’instauration d’un régime présidentiel au Tchad, en les jugeant « grossières, ridicules et fantaisistes », selon un communiqué reçu dimanche par l’AFP. « Les partis politiques, membres du Front de l’opposition nouvelle pour l’alternance et le changement (Fonac), condamnent et rejettent toutes les résolutions grossières, ridicules et fantaisistes » du forum national tenu fin mars au Tchad, selon le communiqué du Fonac, principale plateforme de l’opposition regroupant une trentaine de partis d’opposition et créée en 2016. Mardi, le Tchad a décidé d’adopter un « régime présidentiel » au cours d’un forum, boycotté par l’opposition, sur les réformes institutionnelles rassemblant les forces politiques, religieuses et sociales du pays, Slate Afrique

Mokgweetsi Masisi prend les rênes du Botswana
La présidence de Ian Khama a pris fin samedi 31 mars après dix ans à la tête du pays et un an et demi avant l’élection présidentielle. C’est son vice-président qui va prendre sa suite. Mokgweetsi Masisi sera investi ce dimanche. Un signe de continuité, Masisi est l’un des hommes de confiance de Ian Khama. Ian Khama aurait préféré voir son frère Tshekedi Khama lui succéder. Mais c’est son second choix, Mokgweetsi Masisi, qui va finalement prendre sa relève. Masisi est devenu un homme-clé du pays depuis qu’il a accédé à la position de vice-président, il y a quatre ans. Poste qu’il cumulait jusqu’à aujourd’hui avec le ministère de l’Education et la chancellerie de l’université du Botswana. RFI



Photo: Adam Jones