Revue de Presse du 1er août 2016

Le Parlement tunisien retire sa confiance au gouvernement de Habib Essid
Comme attendu, les députés tunisiens ont retiré samedi leur confiance au gouvernement de Habib Essid, au pouvoir depuis un an et demi. En mai, le président Essebsi avait exprimé son souhait de voir un cabinet d’union national diriger la Tunisie. L’issue du vote ne faisait pas vraiment de doute. À une écrasante majorité, le Parlement tunisien a retiré samedi 30 juillet au soir sa confiance au gouvernement de Habib Essid, sous pression depuis que le président Béji Caïd Essebsi a dit souhaiter un cabinet d’union nationale il y a deux mois. Les députés ont majoritairement désavoué le gouvernement, 118 votant contre, 3 pour et 27 s’abstenant. Le parti islamiste Ennahda, première formation représentée au Parlement, et le parti laïque Nidaa Tounes du chef de l’État avaient prévenu qu’ils voteraient en faveur de la censure du gouvernement de Habib Essid. France24

Migrants: plus de 3000 disparus en Méditerranée depuis janvier
Le nombre de migrants morts lors de la tentative de traversée de la Méditerranée a augmenté au cours du premier semestre 2016. La traversée vers l’Italie est la plus périlleuse avec 2606 morts pour deux fois moins de traversées que la Grèce. Sinistre record. Le nombre de personnes mortes en essayant de traverser la Méditerranée a fortement progressé au cours du premier semestre de 2016. « La découverte de 39 corps récupérés sur les côtes libyennes, cette semaine, porte le nombre de victimes à plus de 3034 » pour la première partie de l’année 2016, a expliqué l’Organisation internationale pour les migrations (OIM) ce mardi dans un communiqué. Ce chiffre est bien plus élevé que les 1917 morts enregistrés durant les sept premiers mois de 2015. Le nombre des arrivées n’est en revanche que « légèrement » plus élevé qu’à la même période de l’an dernier, selon l’OIM, avec près de 250 000 personnes ayant effectué la traversée. L’Express

Gambie : l’ONU préoccupée par la détention des membres du principal parti d’opposition du pays
Le Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme (HCDH) s’est déclaré vendredi préoccupé par les peines de prison prononcées contre des membres du principal parti d’opposition en Gambie et par l’usage excessif de la force dans le cadre de manifestations. « Nous sommes préoccupés par les peines de prison de trois ans prononcées la semaine dernière à l’encontre de 30 membres du principal parti d’opposition en Gambie, y compris son chef Ousainou Darboe, suite à leur participation à des manifestations pacifiques mi-avril », a déclaré le porte-parole du HCDH, Rupert Colville, lors d’un point de presse à Genève. Il a ajouté qu’il n’y avait pas encore eu d’enquête sur les allégations concernant l’utilisation excessive de la force lors de manifestations, et sur l’arrestation et la mort de l’ancien secrétaire du parti. ONU

Kidal : second affrontement entre frères ennemis
De violents affrontements à une trentaine de kilomètres à l’est de Kidal, ont éclaté samedi matin, entre la Plateforme et la CMA. Sur place la situation est confuse. Personne ne sait comment réconcilier ces deux mouvements qui sont enferrés dans un conflit aux multiples enjeux, qui ne semblent pas pouvoir se résoudre dans l’immédiat. Le langage des armes a encore parlé, samedi matin, à une trentaine de kilomètres de Kidal, entre ce qu’il convient mieux d’appeler, à présent, un combat Plateforme contre CMA, tant les différents groupes armés satellites de ces deux mouvements, ont rejoint le conflit. « Nous ne combattons pas seulement le GATIA, il y a avec eux, les arabes, les peules, le MAA, les Ganda Koy et les Ganda Izo, ces groupes d’autodéfense ont tous attaqué nos positions », affirme Iknane Ag Achérif, chef de la brigade anti-terroriste de la CMA à Kidal ». Journal du Mali

Le procès de Simone Gbagbo ne reprendra pas avant le 10 octobre
Le procès devant les assises d’Abidjan de l’ex-Première dame de Côte d’Ivoire Simone Gbagbo pour crimes contre l’humanité a été reporté lundi au 10 octobre prochain à la demande de l’accusée et de ses avocats. Mme Gbagbo, 67 ans, et ses avocats ne se sont pas présentés au procès. « Lorsque ce matin j’ai envoyé chercher l’accusée, elle a fait dire qu’elle était vraiment fatiguée et qu’elle souhaitait que nous puissions tenir compte de la requête qui avait été faite par ses conseils et lui permettre de se reposer le temps des vacances judiciaires », a expliqué à la cour le procureur général Ali Yéo. « Nous constatons que l’audience ne peut pas continuer. On vous propose que nous voyons une date après les vacances judiciaires pour reprendre cette audience », a-t-il suggéré. L’audience reprendra « le 10 octobre 2016 », a déclaré le président de la cour Kouadio Bouatchi, en suspendant la séance du jour. VOA

Nigeria : un oléoduc de Shell saboté dans le Delta du Niger
Des rebelles ont fait exploser dimanche un oléoduc appartenant au groupe anglo-néerlandais Shell dans le sud pétrolifère du Nigeria, alors que le gouvernement nigérian cherche à engager des négociations avec le groupe rebelle des Vengeurs du Delta du Niger. La compagnie Shell n’a pas encore confirmé le sabotage. Si l’acte n’a pas été revendiqué pour le moment, le mode opératoire est semblable aux attaques que mène depuis six mois le groupe rebelle séparatiste des Vengeurs du Delta du Niger (NDA) sur les infrastructures pétrolières du sud du Nigeria, premier producteur de pétrole d’Afrique. Le lieu du sabotage de cet oléoduc, le Trans Ramos, a été identifié au coucher du soleil par les habitants, accompagnés de membres de la SPDC, la filiale de Shell au Nigeria, ont expliqué à l’AFP des habitants. « L’incident est survenu vers 01H00 du matin près de la communauté d’Odimodi dans l’Etat du Delta avec le souffle de l’explosion qui a fait trembler les murs des appartements, au milieu d’une énorme boule de feu », a raconté Endoro Newworld, l’un des résidents de cette localité du delta du Niger. Le Monde

Quatre pays au chevet de la RCA
Le Cameroun, le Congo, le Gabon et la Guinée-Equatoriale ont décidé de participer au financement du retour de la paix en République Centrafricaine (RCA). Ces Etats constitutifs de la Communauté économique et monétaire d’Afrique centrale (CEMAC), avec le Tchad et la RCA, ont décidé d' »apporter un soutien supplémentaire de quatre milliards de francs CFA » à leur voisin frappé par une guerre civile en 2013 et 2014. Cette enveloppe servira à financer le lancement du programme « Désarmement, démobilisation, rapatriement et réinsertion » du pays, selon un communiqué publié par la CEMAC. Le Tchad n’a pris aucun engagement, en raison de ses « difficultés financières », rapporte le correspondant de BBC Afrique à Douala. BBC

RDC : l’opposition se mobilise
Des dizaines de milliers de militants de l’opposition se réunissent depuis ce matin à Kinshasa, pour protester contre un éventuel report de l’élection présidentielle. Le rassemblement des opposants se tient quelques jours après le retour d’exil de son leader Etienne Tshisekedi, qui a passé près de deux ans en Belgique. Le scrutin présidentiel devrait être tenu en novembre, mais la commission électorale a déclaré qu’il pourrait avoir lieu au-delà de cette échéance, en raison de la mise à jour des listes électorales. L’opposition congolaise accuse le président Joseph Kabila de vouloir reporter l’élection pour rester au pouvoir au-delà de la durée de son second mandat, qui expire en novembre. M. Kabila est tenu par la Constitution actuelle de quitter le pouvoir, à la fin de cette année, après deux mandats. BBC

Soudan du Sud: Washington affirme que les criminels de guerre seront jugés
Les Etats-Unis, parrains de la création du Soudan du Sud, ont assuré samedi que les protagonistes de la guerre civile responsables de « crimes de guerre » et de « crimes contre l’humanité » seront un jour traduits en justice. Washington, qui a présidé à la naissance en juillet 2011 de ce pays d’Afrique de l’Est par la partition du Soudan, ne parvient pas depuis l’éclatement du conflit en décembre 2013 à imposer et à faire respecter un règlement de paix durable entre le président Salva Kiir et l’ex-chef rebelle et vice-président Riek Machar. « Ces dernières semaines, il y a eu des informations bien sourcées de tueries de civils et d’une poussée du nombre de soldats gouvernementaux en uniforme violant en bande organisée des femmes et des jeunes filles qui s’étaient réfugiées sur des sites des Nations unies », a déclaré le département d’Etat dans un communiqué. VOA

Ethiopie: les Amhara manifestent en masse contre le gouvernement
Plusieurs dizaines de milliers de personnes ont participé dimanche à une marche contre le gouvernement éthiopien à Gondar (nord-ouest), dans la région Amhara, la manifestation la plus importante des dernières semaines, selon des médias locaux. « Arrêtez de tuer les Amhara », « Rendez-nous notre frontière historique », pouvait-on lire sur les panneaux brandis par les manifestants, dans des vidéos qui ont largement circulé sur les réseaux sociaux. Gondar est depuis plusieurs semaines le théâtre de manifestations parfois violentes, contre la décision du gouvernement éthiopien de rattacher le district de Wolkait à la région voisine du Tigré. Les manifestants estiment que ce district appartient à la région Amhara et accusent le gouvernement de favoriser le Tigré, d’où sont issus nombre des dirigeants éthiopiens. TV5

Au moins six morts dans un double attentat en Somalie
Au moins six personnes ont été tuées dans un double attentat à la voiture piégée qui a visé, dimanche 31 juillet au matin, le quartier général du département des enquêtes criminelles de la police en Somalie, dans le centre de la capitale Mogadiscio. Selon un responsable sécuritaire, Ibrahim Mohamed, « les éléments terroristes ont lancé deux voitures remplies d’explosifs sur le quartier général du CID [criminal investigations department] ». Les médias locaux ont indiqué que des échanges de coups de feu avaient suivi les deux explosions. L’attaque a également coûté la vie à sept assaillants. « Certains ont été tués par les forces de sécurité et d’autres se sont fait exploser », a déclaré le ministre de la sécurité somalien, Abdirasak Omar Mohamed, lors d’une conférence de presse. « Cinq civils qui se trouvaient dans la rue sont morts ainsi qu’un policier, le bilan total est donc de 13 morts », a-t-il ajouté. Le Monde

Brazza: l’opposition veut contrer le pouvoir
Les réformes concernent la plateforme IDC-FROCAD qui veut tirer les leçons d’un processus électoral émaillé de violences et de discordances dans sa stratégie commune contre le président Denis Sassou NGuesso. Le Front républicain pour l’ordre constitutionnel et l’alternance démocratique (FROCAD), la principale plateforme de l’opposition a entamé ce processus de réformes. A sa tête, le FROCAD a investi Claudine Munari dont la détermination à réformer l’opposition est inflexible. Pour sa part, le porte-parole de l’IDC, Charles Zacharie Bowao annonce de grandes réformes au sein de cette plateforme pour dit-il «l’intérêt général et la volonté populaire», arguant que la lutte continuera «jusqu’au rétablissement de la victoire du peuple». Mais, l’opposition congolaise reste fragilisée, malgré ces bonnes intentions. Certains ténors comme Mathias Dzon, Jean Itadi et Tsaty Mabiala ont déjà marqué leur désaccord à la logique de contestation permanente, reprise récemment par Claudine Munari qui fait du 15 Août prochain, la fin de la présidence de Denis Sassou N’Guesso. DW

RDC: un collectif propose un calendrier électoral conforme à la Constitution
Un collectif d’églises, d’ONG et de mouvements citoyens a proposé samedi 30 juillet un calendrier électoral prévoyant l’organisation de l’élection présidentielle en République démocratique du Congo (RDC) en décembre, afin d’éviter toute violation du délai prévu par la Constitution. Ce forum de réflexion a réuni à Kinshasa pendant trois jours une centaine de personnes venues de différentes régions de la RDC. « Il est encore possible d’organiser la présidentielle avant le 19 décembre, dans la paix, sans une nouvelle effusion de sang », a lancé à l’AFP samedi à la clôture de ce séminaire le célèbre chirurgien congolais Denis Mukwege. Le docteur Mukwege est directeur de l’hôpital de Panzi, à Bukavu (province du Sud-Kivu, est), où il aide à la reconstruction physique et psychologique des femmes victimes de viols particulièrement violents. Il y a deux semaines, il a été investi « porte-parole des mouvements citoyens pour l’alternance ». Plusieurs personnalités congolaises et étrangères, notamment le nonce apostolique en RDC, étaient présentes samedi lors de la clôture de ce forum. Radio Okapi

Afrique du Sud: le président exhorte à voter massivement pour l’ANC
Le président sud-africain Jacob Zuma a exhorté dimanche les électeurs à voter massivement pour le parti au pouvoir, le Congrès national africain (ANC), lors des élections municipales de mercredi, un scrutin qui s’annonce âprement disputé et pourrait voir l’ANC perdre plusieurs villes clés. «Des millions de nos partisans doivent aller voter pour l’ANC et permettre à leur mouvement de continuer à améliorer la vie des gens», a lancé M. Zuma lors d’un rassemblement dans un stade bondé du centre de Johannesburg. «Chaque vote compte», a-t-il martelé, rappelant les victoires passées de l’ANC et son combat historique contre l’apartheid en Afrique du Sud. Libération



Photo: Adam Jones