Revue de Presse du 19 octobre 2017

Togo : des affrontements entre policiers et manifestants font 4 morts
Les forces de l’ordre ont réprimé des marches de l’opposition togolaise lors desquelles quatre personnes ont été tuées, mercredi, à Lomé et Sokodé. Les manifestants exigent une réforme de la Constitution pour limiter le mandat présidentiel. La tension reste vive au Togo. Au moins quatre personnes ont été tuées par balle, mercredi 18 octobre, au cours d’affrontements entre manifestants et forces de l’ordre dans les deux principales villes du Togo, où des marches contre le pouvoir prévues par l’opposition avaient été interdites. France 24

Après les attentats, la police réprime violemment une manifestation à Mogadiscio
Des manifestants ont tenté de se rassembler sur les lieux de l’attentat qui a tué plus de 300 personnes samedi à Mogadiscio. La police somalienne a violemment réprimé la manifestation, faisant trois blessés, avant de finalement l’autoriser. La situation reste tendue à Mogadiscio. La police somalienne a tiré mercredi 18 octobre sur des manifestants qui tentaient d’accéder au site de l’attentat au camion piégé qui a tué plus de 300 personnes samedi dans la capitale. France 24

Les options d’Antonio Guterres pour soutenir la force du G5 Sahel
Les ambassadeurs des quinze membres du Conseil de sécurité arrivent ce jeudi 19 octobre à Bamako pour une mini-tournée au Mali, en Mauritanie et au Burkina afin d’évaluer les avancées et besoins pour l’opérationnalisation de la force G5 Sahel. Une manière aussi de pouvoir estimer la meilleure façon pour l’ONU d’aider la force G5. Plusieurs options leur ont été proposées dans un rapport que leur a transmis le secrétaire général de l’ONU. RFI a pu le consulter. RFI

Mali : onze militaires retenus en otage apparaissent dans une vidéo
Le Groupe de soutien à l’islam et aux musulmans d’Iyad Ag Ghali a diffusé début octobre une vidéo de onze militaires maliens enlevés dans différentes attaques entre juillet 2016 et mars 2017. Ils y demandent au président IBK de tout faire pour obtenir leur libération. Leur sort était jusqu’à présent incertain. Et à Bamako, leurs supérieurs hiérarchiques, tout comme le gouvernement, se montraient peu bavards à leur sujet. Pour la première fois pour certains et la seconde pour d’autres, onze militaires maliens, capturés dans plusieurs attaques dans le centre du pays, sont apparus dans une vidéo de propagande diffusée par le Groupe de soutien à l’islam et aux musulmans et relayée jeudi 18 octobre par l’agence Menastream. Jeune Afrique

La procureure de la CPI en visite au Mali
A Bamako, la procureure de la CPI a terminé sa visite de deux jours par une conférence de presse, lors de laquelle les préoccupations des journalistes ont porté sur l’affaire Haya Sanogo, les exactions commises au Mali et les cas d’impunités dans le nord et centre du pays. Après avoir fait le tour de la ville de Bamako, à travers rencontres et audiences avec les autorités, c’est un parterre de journalistes qui attendaient Fatou Bensouda, et pour planter le décor c’est le ministre de la Justice qui a introduit les débats. VOA

Le Niger s’apprête à extrader le rebelle tchadien Mahamat Hassan Boulmaye
Selon des sources concordantes, Mahamat Hassan Boulmaye, le secrétaire général du Conseil du commandement militaire pour le salut de la République (CCSMR), un mouvement rebelle qui s’oppose au régime tchadien d’Idriss Deby, a été arrêté avec d’autres rebelles alors qu’il se trouvait aux environs d’Agadez au Niger. Ces rebelles devraient être bientôt extradés au Tchad. Longtemps basé dans le sud-libyen, le CCSMR a dû se redéployer suite à l’arrivée dans cette zone, l’été dernier, des forces du général Khalifa Haftar. Il s‘est alors replié vers la bande d’Ouzou, au nord du Tchad, près de la frontière libyenne. RFI

Kenya: le président de la commission met en doute la tenue du scrutin
L’incertitude règne toujours au Kenya avant l’élection présidentielle prévue le 26 octobre. Dernier rebondissement en date : la démission d’une responsable de la commission électorale, Roselyn Akombé, ce mercredi 18 octobre. Selon elle, la commission dans son état actuel « ne peut certainement pas garantir une élection crédible ». Dans la foulée, le président de cette même commission a donné une conférence de presse à Nairobi. Il a émis de sérieux doutes sur la tenue du scrutin le 26 octobre prochain. RFI

Odinga estime qu’il est encore temps de faire de réformes avant l’élection
Le leader de l’opposition kényane, Raila Odinga, a estimé jeudi qu’il n’était pas trop tard pour faire les réformes qui pourraient l’amener à « reconsidérer » sa décision de se retirer du scrutin présidentiel du 26 octobre. « Si de vraies consultations ont lieu, si de vraies réformes sont menées et qu’une réponse est apportée aux craintes que nous avons exprimées et qui nous avaient fait nous retirer, alors nous reconsidérerons » notre position, a déclaré M. Odinga à l’issue d’une rencontre avec le président de la Commission électorale (IEBC), Wafula Chebukati. « Mais en l’état, notre position est celle que nous avons annoncée hier » mercredi, a-t-il ajouté. L’opposition a promis mercredi qu’il n’y aurait « pas d’élection » le 26 octobre et qu’elle organiserait des manifestations massives ce jour-là. VOA

Mauritanie: suspension partielle de cinq télés privées
En Mauritanie, les autorités ont partiellement suspendu, cette semaine, cinq télés privées. Pendant cinq jours, elles pourront uniquement diffuser de 22 heures à midi, c’est-à-dire la nuit et le matin. Pour la TDM, la société de diffusion mauritanienne, la mesure n’a rien d’une quelconque atteinte à la liberté de la presse. Il s’agit plutôt, selon elle, de recouvrement de créances, car les télés doivent payer pour être diffusées sur le « bouquet national ». Ce qu’elles n’ont pas fait depuis des années, ce que reconnaît Abdallahi Ould Mohamedou, un journaliste de Sahel TV, l’une des télévisions visées par cette suspension. RFI

Centrafrique : plusieurs dizaines de civils tués au cours de nouvelles violences dans la Basse-Kotto
De nombreux civils ont été tués dans des violences « d’une grande ampleur » à Pombolo, une petite ville de la préfecture du Basse-Kotto, dans le sud de la République centrafricaine, a annoncé mercredi la force de maintien de la paix des Nations unies en Centrafrique (Minusca) dans un communiqué. Des sources policières contactées par Jeune Afrique ont pour leur part indiqué un bilan « d’au moins une cinquantaine de civils, en majorité des peuls musulmans » tués lors de ces violences. La Minusca, pour sa part, ne donne aucun bilan pour l’instant mais estime que « ces violences d’une grande ampleur auraient coûté la vie à de nombreux innocents civils ». Jeune Afrique

Cameroun anglophone : le risque d’insurrection armée n’est pas à exclure
Le président camerounais, Paul Biya, doit « prendre ses responsabilités » et « agir vite » dans les régions anglophones du Cameroun où la « répression meurtrière » des autorités alimente un risque d’« insurrection armée », met en garde, jeudi 19 octobre, un rapport du centre d’analyse International Crisis Group (ICG). « La crise qui dure depuis un an dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest a dégénéré le 1er octobre, en marge de la proclamation symbolique d’indépendance de l’Etat d’Ambazonie par des militants sécessionnistes », rappelle ce nouveau rapport. « Les violences ont fait au moins des dizaines de morts et plus de 100 blessés parmi les manifestants », souligne l’ICG, qui y voit « le point culminant d’une nouvelle phase de durcissement de la crise ». « Du fait de cette répression meurtrière [par les forces de l’ordre], les rangs des sécessionnistes augmentent de jour en jour, et certains d’entre eux évoquent plus résolument l’idée d’une lutte armée ou de l’“autodéfense” », s’alarme l’ICG. Le Monde

La peste tue 74 personnes à Madagascar
L’épidémie de peste continue à sévir à Madagascar. La maladie a fait maintenant 74 morts, selon un bilan publié mardi, par les autorités sanitaires. Au total 805 cas ont été recensés dans le pays, selon le ministère de la santé. La plupart des patients ont été infectés par la peste pulmonaire. La bactérie de la peste, qui se développe chez les rats, est véhiculée par les puces. BBC

Heurts au siège du PAIGC à Bissau
Au moins dix personnes ont été blessées dans des heurts qui ont eu lieu au siège du parti au pouvoir en Guinée Bissau. Cinq blessés sont dans un état grave, selon le correspondant de la BBC à Bissau. Les échauffourées ont opposé les partisans de 15 députés dissidents de cette formation et des militants de la direction du Parti africain pour l’indépendance de la Guinée et du Cap-Vert (PAIGC, au pouvoir). Un dispositif sécuritaire a été déployé aux abords du palais présidentiel, situé à quelques mètres du siège du PAIGC. BBC



Photo: Adam Jones