Revue de Presse du 19 mars 2018

Maurice : la présidente rend sa démission
La présidente Ameenah Gurib-Fakim a rendu sa démission samedi au président du parlement, selon son avocat. Yousuf Mohamed, son avocat, a déclaré aux médias mauriciens que la chef d’Etat a démissionné pour l’intérêt supérieur de la nation. Elle devra quitter ses fonctions le 23 mars prochain. Mme Fakim avait été accusée d’irrégularités financières. Ces accusations avaient fini par détériorer ses relations avec Pravind Jugnauth, le Premier ministre. BBC

Angola : dos Santos quittera la tête du MPLA fin 2018 ou début 2019
L’ancien président angolais propose d’organiser un congrès extraordinaire en décembre ou en avril 2019 pour régler la succession du Mouvement populaire de libération de l’Angola (MPLA), dont il est encore à la tête. Le nouveau chef de l’Etat, Joao Lourenço, numéro 2 du parti, devrait lui succéder. Il l’avait dit il y a deux ans, et pourrait finalement tenir sa promesse : l’ancien chef de l’Etat angolais José Eduardo dos Santos a annoncé vendredi 16 mars vouloir se retirer définitivement de la vie politique en décembre ou en avril 2019 (il est encore le président du MPLA, au pouvoir). Il laisse en effet au bureau politique le choix de la date pour la tenue d’un congrès extraordinaire. Jeune Afrique

Sierra Léone: tensions au 2nd tour
Une série de violences a entaché cette semaine le déroulement de la campagne du second tour en Sierra Léone. La police et la commission nationale électorale ont fait état de plusieurs incidents qui ont éclaté cette semaine entre des partisans des deux candidats du second tour de la présidentielle. Selon des sources policières, des maisons ont été incendiées jeudi à Kono et Kailahun, dans l’est du pays, mais aussi à Port Loko, dans le nord. La Commission nationale électorale a déclaré dans un communiqué qu’un de ses membres a été blessé jeudi à Bo et hospitalisé. BBC

Burundi: le référendum constitutionnel controversé fixé au 17 mai
Le président burundais Pierre Nkurunziza a fixé au 17 mai la date du référendum sur une réforme constitutionnelle controversée qui pourrait lui permettre de se maintenir au pouvoir jusqu’en 2034, selon un décret présidentiel signé dimanche. « Tous les citoyens burundais remplissant les conditions requises par la loi, résidant au Burundi ou à l’étranger, sont appelés à participer au référendum constitutionnel qui se tiendra le 17 mai 2018 », indique le texte du décret, publié sur internet par la radiotélévision nationale burundaise (RTNB). Les autorités burundaises avaient précédemment annoncé que le référendum aurait lieu en mai, mais n’avaient pas fixé de date. Slate

L’ex-président sud-africain Jacob Zuma sera poursuivi pour corruption
Le vendredi 16 mars, le parquet sud-africain a relancé les poursuites contre l’ancien chef de l’État. Impliquée dans ce scandale de corruption, la compagnie d’armement française Thales devra également affronter un procès. L’opposition célèbre une victoire. “Après examen de l’affaire, il y a des motifs raisonnables de penser que les poursuites judiciaires contre M. Zuma aboutiront”, a annoncé vendredi après-midi le procureur général Shaun Abrahams, lors d’un point de presse très attendu à Pretoria. Le patron du parquet sud-africain s’est dit “soucieux que tout le monde soit égal devant la loi”. Courrier International

Mnangagwa promet des élections en juillet
Emmerson Mnangagwa annonce que les premières élections de l’ère post Mugabe seront organisées en juillet prochain. La date de ces élections générales sera connue dans quelques jours, selon lui. Il promet que des observateurs étrangers vont superviser le vote, une première dans le pays. Le chef de l’état zimbabwéen, 75 ans, a également déclaré devant les médias, son intention d’avoir une rencontre avec tous les partis politiques reconnus dans son pays. BBC

Au Kasaï, la paix est fragile
Après plusieurs mois de violences, les affrontements ont quasiment pris fin dans le Kasai, dans le centre de la République démocratique du Congo. L’armée a réussi à mater la révolte des partisans du chef traditionnel Kamwina Nsapu. Depuis août 2016, ces miliciens affrontaient l’armée congolaise. Aujourd’hui, si les armes se sont tues, la paix reste fragile, et l’insécurité bat des records. Poly Muzalia fait le constat pour BBC Afrique. BBC

Angola: le journaliste Rafael Marques de nouveau face à la justice
Ce lundi 18 mars, le plus célèbre des journalistes angolais doit se présenter devant la justice. Rafael Marques est un habitué des tribunaux. Régulièrement poursuivi à l’époque de José Eduardo dos Santos pour son travail sur la corruption et les violations des droits de l’homme commises par le régime, cette fois, la justice lui reproche un « outrage à un organe souverain » pour une enquête sur le procureur général de la République. Son co-accusé et confrère, Mariano Bras, se retrouve sur le banc des accusés pour avoir relayé cette enquête. Les deux journalistes risquent jusqu’à trois ans de prison alors même que le nouveau président Joao Lourenço promet d’ouvrir l’espace démocratique et de lutter contre la corruption. RFI

Le Tchad lance son forum sur la réforme des institutions
Au Tchad, le forum sur la réforme des institutions commence ce lundi 19 mars. Cette rencontre est une promesse de campagne du chef de l’Etat tchadien, qui durera jusqu’au 27 mars prochain et aura pour mission de réviser l’organisation politique et administrative du Tchad. Mais pour l’opposition et une partie de la société civile, la question n’est pas à l’ordre du jour. C’est une manœuvre pour maintenir plus longtemps le chef de l’Etat au pouvoir. RFI

Au Soudan du Sud, une vie de misère au rythme des combats
Nyakol avait 15 ans et était en parfaite santé lorsque les soldats fidèles au gouvernement sud-soudanais ont attaqué pour la première fois sa ville natale, Leer, l’obligeant à fuir vers les marécages omniprésents dans cette région du nord du pays. En prenant par les armes ce bastion rebelle, les soldats ont également tué, kidnappé et violé: c’était en 2015, et Nyakol pouvait s’estimer heureuse d’être en vie. Mais la jeune fille a contracté un paludisme cérébral lorsqu’elle se cachait dans les marais. La maladie a été soignée trop tard et son cerveau a été endommagé au point qu’elle ne peut désormais plus se déplacer, manger ou communiquer sans aide. C’est uniquement grâce à sa mère, Nyaduol, qu’elle a survécu aux multiples fuites qui ont rythmé sa vie ces trois dernières années. VOA

Le Nigeria suspend sa participation à l’accord de libre-échange de l’Union Africaine
Le président nigérian a annoncé dimanche dans un communiqué qu’il ne se rendrait pas à Kigali, au Rwanda, où est prévu cette semaine un Sommet extraordinaire de l’Union Africaine pour signer le traité sur la Zone de libre-échange continentale (ZLEC). Muhammadu Buhari, qui devait se rendre à Kigali lundi, a crée la surprise en annulant son déplacement, où il devait signer le traité de libre-échange, et assister à l’inauguration du Sommet, mercredi. « M. le président ne voyagera plus vers Kigali pour cet évènement parce que certains actionnaires nigérians ont fait savoir qu’ils n’ont pas été consultés », selon un communiqué de la présidence publié dimanche. « Ils ont quelques réticences quant aux conditions de ce traité ». VOA

Au moins 17 morts dans une tempête tropicale à Madagascar
Une forte tempête tropicale a fait au moins 17 morts et 15.000 sinistrés à Madagascar, selon un bilan officiel communiqué dimanche. « La forte tempête tropicale Eliakim a atterri le 16 mars 2018 sur la péninsule de Masoala (nord-est) », a indiqué le Bureau national de gestion des risques et des catastrophes (BNGRC) dans un communiqué. Elle s’est ensuite déplacée le long de la façade est de l’île en direction du Sud. Le 17 mars, vers 16H00 (13H00 GMT), elle était positionnée entre les districts de Mandritsara et Soanierana Ivongo (centre-est), où les rafales de vent pouvaient atteindre jusqu’à 105 km/h. VOA

RDC: les proches de Katumbi écartent tout « plan B »
Les proches de l’opposant congolais en exil Moïse Katumbi ont écarté samedi tout « plan B » à sa candidature à l’élection présidentielle en République démocratique du Congo, pour ne pas céder à « Dieu le père », le président Joseph Kabila. « Le plan A c’est Katumbi. Le plan B, c’est toujours Katumbi », a insisté lors d’une conférence de presse Pierre Lumbi, vice-président d’Ensemble pour le changement, plate-forme électorale que l’opposant a lancée lundi en Afrique du Sud avec sa candidature à l’élection prévue le 23 décembre 2018. M. Lumbi était interrogé sur l’hypothèse où M. Katumbi ne pourrait pas rentrer en RDC pour l’élection. Slate

Présidentielle au Sénégal : Karim Wade affirme vouloir battre Macky Sall dans les urnes en 2019
Depuis le Qatar, où il vit en exil depuis près de deux ans, Karim Wade a fait part, dimanche soir, de sa volonté d’en découdre avec Macky Sall à l’occasion de l’élection présidentielle de février 2019. « Le moment est venu pour Macky Sall de se résoudre à m’affronter dans une compétition loyale et transparente », a annoncé Karim Wade dans un communiqué diffusé dans la soirée de dimanche 18 mars. « Je suis plus que jamais déterminé à lui faire face lors de la prochaine élection présidentielle et à le battre au soir du 24 février 2019 », a-t-il poursuivi. Jeune Afrique

Eugène Ebodé : « Ce que couve la fièvre de Mayotte, île française et africaine »
La crise sociale et politique que traverse actuellement l’île de Mayotte est une réplique à d’autres secousses qu’a connues le territoire ces dix dernières années. D’aucuns la présentent comme un miasme postcolonial, tandis que d’autres y voient une réaction de rejet d’une greffe institutionnelle inappropriée sur un corps social exsangue. Un autre groupe veut y déceler le dernier soubresaut désespéré d’un vieil empire branlant et incapable de dire adieu à une population désabusée avant le saut dans l’abîme. Tout le monde ne parle à Mayotte et ailleurs que du contexte sécuritaire qui y ébranle les certitudes passées et consume les ultimes espoirs qui vacillaient. Et l’on y revient sans cesse comme si la question déterminante était la nécessité de construire autour de Mayotte une épaisse muraille flottante qui rivaliserait probablement avec la Grande Muraille de Chine dont l’édification, commencée vers 220 av. J.-C. sous la dynastie des Qin, se déploya sous celles des Han, Yuan, Ming et Qing. Le Point

Au Maroc, le palais royal confronté à la colère sociale
Le Maroc trouvera-t-il la parade ? En une année, le royaume a été confronté à une multiplication des mouvements sociaux d’ampleur. Dans le Rif, au nord du pays, des dizaines de milliers de personnes sont descendues dans les rues, avant que la contestation ne se porte sur Zagora, dans le sud, puis, depuis décembre 2017, sur Jerada, une ville minière proche de la frontière de l’Algérie, à l’est. Si ces mouvements s’inscrivent dans des contextes régionaux différents, tous ont en commun une même revendication de justice sociale – du travail, des services publics, la fin des privilèges – à laquelle le Maroc, qui se targue d’être une puissance africaine montante, va devoir répondre, sous peine d’être durablement fragilisé. Le Monde

Herman Cohen: «Les Chinois plongent les Africains dans la dette»
Donald Trump a annoncé la semaine dernière le limogeage de Rex Tillerson, le chef de la diplomatie américaine, avec lequel il entretenait des relations difficiles, et son remplacement par le directeur de la CIA, Mike Pompeo. Rex Tillerson effectuait sa première tournée en Afrique : au Kenya, à Djibouti, en Ethiopie, au Tchad et au Nigeria. Il a appris son limogeage alors même qu’il était sur le continent. En pleine tournée, du jamais vu. Et ce, alors qu’il essayait de faire oublier aux Africains la petite phrase de Donald Trump prononcée en privé traitant les pays africains de « pays de merde »… L’ancien sous-secrétaire d’Etat américain, le « Monsieur Afrique » de la diplomatie américaine durant plusieurs années, Herman Cohen répond aux questions de Jean-Jacques Louarn. RFI

 



Photo: Adam Jones