Revue de Presse du 19 mai 2016

Un avion d’EgyptAir reliant Paris au Caire s’abîme en Méditerranée
Un avion d’Egyptair reliant Paris au Caire avec 66 personnes à bord, dont 30 Egyptiens et 15 Français, s’est abîmé jeudi en Méditerranée au large d’une île grecque après avoir disparu des écrans radars pour une raison encore inconnue. Aucune information n’était disponible à la mi-journée pour expliquer la soudaine disparition de l’Airbus A320. L’appareil s’est abîmé au large de l’île grecque de Karpathos, entre Rhodes et la Crète, « alors qu’il se trouvait dans l’espace aérien égyptien ». Il a disparu des radars grecs entre minuit et une heure du matin. Son équipage n’a pas envoyé de message de détresse, selon l’armée égyptienne et l’aviation civile grecque, ce qui laisse supposer qu’un incident brutal et soudain est survenu. VOA

Nigeria: l’une des lycéennes de Chibok a été retrouvée dans la forêt de Sambisa
Selon l’armée nigériane et des responsables locaux d’associations, l’une des 219 lycéennes enlevées en avril 2014 par les islamistes de Boko Haram à Chibok dans le nord-est du Nigeria a été retrouvée saine et sauve mardi 17 mai. Pour la première fois depuis plus de deux ans, Amina Ali vit sans geôlier. Certes, elle est placée sous contrôle médical et assistée par l’armée nigériane, mais la jeune femme peut désormais partager la sensation de liberté avec Safya, sa fille de 4 mois. Sur une photo d’elle diffusée par le service de presse des forces de défense, on y voit Amina assise sur une chaise, portant son bébé, le visage grave. La lycéenne de Chibok a basculé dans le monde des adultes. Et manifestement, il va lui falloir du temps pour se reconstruire.  RFI

Madagascar: Menace de coup d’État – Les forces de l’ordre sur le qui-vive
Une forte concentration d’éléments des forces de l’ordre était aperçue à Anosy en face de la TVM, hier. Une menace de casse menant à un coup d’État en serait l’origine. Mesure préventive. C’est l’explication reçue sur la mesure de sécurité qui semble exceptionnelle déployée à Anosy, hier, en fin d’après-midi. Vers 17 heures, en effet, un fort bataillon de l’État major mixte opérationnel (EMMO), était observé sur le parking extérieur du ministère de la Culture, juste en face de l’entrée principale du siège de la Télévision nationale (TVM). Le branle-bas de combat d’hier était, cependant, dû à d’un renseignement sur l’imminence d’un « coup d’État ». La forte présence d’éléments de sécurité avait intrigué les passants qui avaient immédiatement fait le rapprochement avec ce qui pouvait être un quadrillage de la station nationale, en prévision d’un risque. « La TVM et la RNM [Radion nationale] font quotidiennement l’objet d’une surveillance particulière, mais cette fois-ci, il s’agit d’une mesure exceptionnelle en raison d’un renseignement sur des tentatives de trouble », indique le colonel Zafisambatra Ravoavy, commandant du groupement Analamanga de la gendarmerie nationale, joint au téléphone, hier. L’Express de Madagascar

Cinq casques bleus tchadiens tués dans la région de Kidal au Mali
Cinq Casques bleus tchadiens au Mali ont été tués et trois autres ont été grièvement blessés mercredi lors d’une embuscade dans la région de Kidal, dans le nord-est du pays, a annoncé jeudi la Mission de l’ONU (Minusma). « Hier vers 17H00 locales (mercredi vers 17H00 GMT), cinq Casques bleus de la Minusma ont été tués et trois ont été grièvement blessés lors d’une embuscade au nord d’Aguelhok », indique un communiqué de la Mission de l’ONU, en précisant qu’ils appartenaient au contingent tchadien. « L’attaque s’est déroulée alors que les soldats de la paix escortaient un convoi logistique. Après avoir heurté un engin explosif, le convoi a été la cible de tirs », selon le communiqué, qui évoque « un nombre indéterminé d’assaillants » non identifiés.  VOA

Burundi: reprise du dialogue samedi mais sans la coalition d’opposition
Le dialogue de sortie de crise pour le Burundi doit reprendre samedi à Arusha (nord de la Tanzanie) mais les pourparlers risquent de tourner court, la principale coalition d’opposition affirmant ne pas y avoir été invitée, a appris l’AFP mercredi auprès des parties et de sources diplomatiques. Le Burundi a plongé dans une grave crise émaillée de violences lorsque le président Pierre Nkurunziza a annoncé sa candidature en avril 2015 pour un troisième mandat, avant d’être réélu en juillet. Ces violences ont déjà fait plus de 500 morts depuis le début de la crise, et le Haut commissariat de l’ONU aux réfugiés estime désormais à plus de 270.000 le nombre de Burundais qui ont fui leur pays.  TV5

Libye : 32 membres des forces de sécurité du gouvernement d’union tués à Tripoli
Selon un dernier bilan officiel, 32 membres des forces de sécurité du gouvernement libyen d’union nationale (GNA) ont été tués mercredi dans un attentat à la voiture piégée et suite à des combats avec le groupe État islamique (EI). Un précédent bilan faisait état de 18 personnes tuées. Il est désormais « de 32 martyrs tombés aujourd’hui, et 50 blessés », a indiqué mercredi 18 mai le centre de presse des forces du GNA selon cette terminologie. Les combats ont eu lieu non loin d’Abou Grein, une ville située à 130 km à l’ouest de Syrte et reprise mardi par les forces du GNA à l’organisation jihadiste. Selon la page Facebook du centre de presse, l’explosion de la voiture piégée a eu lieu dans le village de Bouairat El-Hassoun, à environ 60 km à l’ouest de Syrte.  Jeune Afrique

RD Congo – Beni : près de 100 morts en moins de 5 mois, une horreur qui n’émeut (presque) personne
En moins de deux ans, plus de 1 100 personnes ont été tuées à Lubero et surtout à Beni, dans le Nord-Kivu, où le bilan macabre fait déjà état de près de 100 morts depuis le début de l’année, selon des sources concordantes. La série des massacres se poursuit, malgré la présence des Casques bleus et des soldats congolais sur le terrain. À Beni, pratiquement chaque jour qui passe compte son lot de morts. Une série macabre déclenchée début octobre 2014 dans ce territoire du Nord-Kivu, dans l’est de la RD Congo. Là-bas, des groupes armés étrangers et des milices locales règnent en maître sur plusieurs localités. Et ce, malgré la présence de l’armée congolaise appuyée par la brigade internationale d’intervention de la Monusco, pourtant la plus importante mission de maintien de la paix des Nations unies dans le monde.  Jeune Afrique

RDC: nouvelle opération militaire conjointe FARDC et Monusco à Beni
En République démocratique du Congo, cela fait plus d’un an et demi que le territoire de Beni est en proie à des massacres attribués aux rebelles ougandais ADF et ce malgré des opérations répétées de l’armée congolaise ou des interventions même de la Mission onusienne. Depuis ce mercredi, la société civile à Beni a décrété trois journées ville morte. Au Sud-Kivu, elle prépare pour vendredi une journée de deuil et appelle la population à porter des vêtements noirs et le hashtag #jesuisBeni envahit les réseaux sociaux. Dans le même temps, l’armée congolaise et la Monusco ont annoncé une nouvelle opération samedi dernier, l’opération Usalama.  RFI

Nigeria. L’autre conflit qui menace de déstabiliser le pays
Acculés par Boko Haram et la désertification dans le nord du pays, les pasteurs peuls musulmans se déplacent vers le Sud, peuplé d’ethnies minoritaires d’agriculteurs souvent chrétiennes. Cette nouvelle configuration réveille et attise le séculaire conflit pastoral. Une bombe à retardement.  Courrier International

Nigeria: Grogne sociale au pays – Buhari face à la dure réalité de l’économie nigériane
On se souvient que le mercredi 11 mai dernier, le gouvernement du Général Buhari avait pris la décision de mettre un terme aux subventions de l’essence. La conséquence immédiate de cette mesure est que le prix de l’essence à la pompe a subi une hausse vertigineuse. En réaction, le mercure social est monté. En effet, après deux jours de discussion avec le gouvernement, qui, visiblement, n’ont pas réussi à répondre aux attentes des travailleurs, un syndicat, malgré l’interdiction, observe une grève illimitée et ce à partir d’hier, mercredi 18 mai. L’on peut dire que cette grève, qui n’a pas été observée par l’ensemble des syndicats, et qui n’a pas été, à ce que l’on dit, bien suivie, est tout de même la première épreuve sociale à laquelle le pouvoir du Général Buhari est confronté. Et l’hypothèse qu’elle se transforme en une crise qui viendrait davantage fragiliser ce géant d’Afrique déjà mal en point, est fortement probable. En effet, nous sommes en présence de deux logiques qui se font face, chacune avec ses arguments. Le Pays

Brazzaville veut le départ de l’ambassadrice de l’UE au Congo
Le ministère des Affaires étrangères congolais demande à l’Union européenne de rappeler son ambassadrice dans le pays, Saskia de Lang, au motif, selon une « note verbale » révélée mercredi par le quotidien Les Dépêches de Brazzaville, que le comportement de cette diplomate néerlandaise de 59 ans serait « incompatible » avec sa fonction. Pour le moment l’UE ne cède pas et réaffirme son soutien à sa représentante. Pour rappel, Bruxelles avait refusé d’observer la présidentielle de mars dernier et émis de sérieux doutes sur la « crédibilité » de la réélection du président Denis Sassou-Nguesso. RFI

Congo: Ban Ki-moon exprime sa préoccupation à Sassou N’guesso concernant la situation sécuritaire dans la région du pool
Le Secrétaire général des Nations unies Ban Ki-moon s’est entretenu mercredi soir au téléphone avec le Président de la République du Congo, Denis Sassou N’Guesso. Le Secrétaire général des Nations unies Ban Ki-moon s’est entretenu mercredi soir au téléphone avec le Président de la République du Congo, Denis Sassou N’Guesso. Le Secrétaire général a exprimé sa préoccupation concernant la situation sécuritaire dans la région du Pool au Congo. Le Secrétaire général a souligné la nécessité d’un dialogue politique pour favoriser l’unité nationale à la suite des récentes élections. VOA

En Tunisie, Ennahda « sort de l’islam politique »
Le 10e congrès du parti tunisien Ennahda se tient du 20 au 22 mai. Dans un entretien au Monde, son président, Rached Ghannouchi, 74 ans, révèle la teneur de la révision doctrinale en cours au sein de la formation, jusque-là qualifiée d’islamiste. Ennahda, dont le groupe parlementaire est le plus important à l’Assemblée, se définit désormais comme « un parti politique, démocratique et civil et qui a un référentiel de valeurs civilisationnelles musulmanes et modernes ». Le Monde



Photo: Adam Jones