Revue de Presse du 19 juillet 2018

Kabila devant le Parlement congolais pour un discours très attendu
Joseph Kabila va parler ce jeudi 19 juillet dans l’après-midi devant les deux chambres du Parlement réunies en Congrès. C’est un discours très attendu tant par l’opinion congolaise que par la communauté internationale. Le président est hors mandat depuis 2016, et c’est l’accord du 31 décembre de la même année qui est censé organiser la vie politique jusqu’aux élections fixées au 23 décembre prochain. Ce jeudi après-midi, le président Joseph Kabila est appelé à rassurer l’opinion nationale et la communauté internationale sur sa volonté de respecter l’Accord du 31 décembre et la Constitution, et à s’engager à céder son fauteuil après les élections du 23 décembre prochain. RFI

L’opposition refuse d’aller aux élections si Kabila brigue un 3e mandat en RDC
Des opposants au régime du président congolais réunis au sein de la plate-forme le Rassemblement ont affirmé qu’ils n’iront pas aux élections si certaines de leurs exigences, comme la renonciation de Joseph Kabila à un 3e mandat et l’abandon de la machine à voter, ne sont pas prises en compte. « Au regard de la gravité de la situation actuelle entretenue par les initiatives provocatrices du régime Kabila qui menacent le processus électoral, la stabilité du pays et de la région, il est évident que le Rassemblement n’accompagnera pas le pouvoir en place dans son dessein de créer le chaos dans notre pays au travers d’une parodie d’élections « , indique le communiqué de la plateforme lu devant la presse lors d’une rencontre à Kinshasa. VOA

Des parlementaires réfléchissent à un contrôle de la gouvernance du G5 Sahel
Des parlementaires des cinq pays membres du G5 Sahel ont rencontré leurs homologues européens mardi 17 juillet à Niamey. Les présidents des Parlements du Niger, de la Mauritanie, du Tchad, du Mali et du Burkina y ont travaillé à la mise en place prochaine d’une assemblée interparlementaire du G5 Sahel, un organe de contrôle démocratique de la gouvernance du G5. Les parlementaires ont cherché, à Niamey, à « faire en sorte que désormais, les Parlements aient un regard sur les actions du G5 Sahel », explique Iro Sani, le vice-président de l’Assemblée nationale du Niger. RFI

Le Nigeria confirme l’arrestation de 22 combattants du groupe Boko Haram
Vingt-deux combattants du groupe Boko Haram ont été arrêtés au Nigeria suite à une enquête sur leurs caches et à un raid mené par la police, ont confirmé mercredi les autorités. Huit des suspects ont participé à l’enlèvement, en 2014, de plus de deux cents jeunes élèves, à Chibok, dans l’État de Borno, au nord-est du Nigeria, a indiqué la police. Parmi les suspects figurent trois commandants en chef de Boko Haram, deux responsables de la logistique et dix-sept combattants. Ils ont été arrêtés dans le cadre de différentes opérations menées par une équipe spéciale de la police déployée dans le nord-est du pays au cours des deux dernières semaines. Xinhua

La sécurité, enjeu de la présidentielle au Mali
L’élection présidentielle du 29 juillet 2018 se tiendra sous haute surveillance, surtout dans le centre et le nord du Mali assurent les autorités. Plusieurs attaques ont été enrégsitrées dans ces régions. Un plan de sécurisation a été mis en place. Plus de 20 000 éléments des forces de sécurité et de défense seront déployés selon Bakoun Kanté, chargé de mission au ministère de la sécurité. Les groupes armés signataires de l’accord de paix seront également engagés dans la sécurisation du scrutin, précisent les autorités. RFI

Un policier décapité dans le Nord-Ouest anglophone du Cameroun
Un policier a été décapité mercredi dans une localité de la région camerounaise du Nord-Ouest anglophone, où les meurtres de membres des forces camerounaises sont régulièrement imputés aux combattants séparatistes, indiquent des sources concordantes. Un policier en poste à Wum (Nord-Ouest) « a été tué », a déclaré à l’AFP une source sécuritaire, confirmant une information d’un proche de la victime. Le policier se trouvait à un barrage routier, en compagnie d’un collègue, lorsque des hommes soupçonnés d’être des sécessionnistes l’ont attaqué, selon la source sécuritaire. « Ils ont coupé sa tête et l’ont emportée », a-t-elle précisé. VOA

Burkina Faso : 60 suspects arrêtés lors d’une opération antiterroriste
L’armée burkinabée a annoncé mercredi 18 juillet avoir arrêté 60 suspects au cours d’une opération dans le nord du pays, qui a permis, selon elle, « le démantèlement de bases terroristes ». L’opération de bouclage et de fouille de « zones suspectes » dans la « bande frontalière nord » a débuté le 8 juillet, a précisé l’armée burkinabée dans un communiqué. « Ces actions conduites avec l’appui des forces aériennes ont permis le démantèlement de bases terroristes et l’interpellation d’une centaine d’individus suspects. Après vérification, 60 d’entre eux ont été transférés aux services d’investigation de la gendarmerie et les autres ont été relâchés », selon l’armée, qui fait aussi part de la saisie de nombreux composants (explosifs, batteries, fils électriques) entrant dans la confection d’engins explosifs artisanaux ainsi que de produits de contrebande. Le Point

Procès en appel de Khalifa Sall : la Cour rejette sa demande de libération d’office
Dès l’ouverture de l’audience, ce mercredi 18 juillet, et sans que les avocats ne plaident, la Cour a rejeté la demande d’arrêt de la procédure et la libération d’office de Khalifa Sall. Celle-ci avait été formulée par les avocats de la défense suite à l’arrêt de la Cour de justice de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (Cedeao), rendu le 29 juin dernier, estimant notamment que les droits de Khalifa Sall à un procès équitable avaient été violés en première instance. « Il convient de rappeler que les décisions de la Cedeao n’interfèrent pas dans les procédures nationales », a tranché le juge Demba Kandji pour justifier son rejet. Celui-ci a estimé « disposer de suffisamment d’éléments d’appréciation pour poursuivre les audiences. » Et d’ajouter que « la Cour refuse de poursuivre les débats sur l’arrêt de la Cedeao. Elle a vidé cet arrêt conformément aux lois en vigueur au Sénégal, rien ne l’y fera revenir ». Jeune Afrique

Côte d’Ivoire : lancement officiel du parti unifié RHDP
Le grand parti unifié a été officiellement lancé lundi soir en Côte d’Ivoire. Mais le patron du PDCI, Henri Konan Bédié, refuse de se joindre au mouvement malgré les appels à l’unité du président Alassane Ouattara. En Tunisie, rien ne va plus entre Beji Caïd Essebsi et Youssef Chahed.Le président a appelé à la démission de son Premier ministre en direct à la télévision. Enfin, en Afrique du Sud, Barack Obama a prononcé un discours à l’occasion du centenaire de la naissance de Nelson Mandela. France 24

Cent après la naissance de Mandela, l’Afrique du Sud rend hommage à un « géant de l’Histoire »
Des townships aux quartiers plus aisés de Johannesburg, l’Afrique du Sud a salué mercredi l’héritage de Nelson Mandela, avec de vibrants hommages de l’ancien archevêque Desmond Tutu et de Barack Obama à l’icône mondiale de la lutte contre l’apartheid, qui aurait eu 100 ans ce 18 juillet. Chaque année, le « Mandela Day », qui coïncide avec la naissance de « Madiba » dans le village de Mvezo (sud-est), est célébré dans la « nation arc-en-ciel » à coups d’actions caritatives et de discours. « Agissez, inspirez le changement, faites de chaque jour un Jour Mandela », exhorte la fondation qui porte son nom. Pour le centenaire de sa naissance, elle a vu grand en invitant l’ancien président américain Barack Obama. « La plupart des gens dans le monde se souviennent de Mandela comme d’un vieil homme avec des cheveux (blancs) comme les miens », a-t-il lancé mercredi devant quelque 200 jeunes réunis à Johannesburg pour une formation de leadership. TV5

Gestion des flux migratoires: l’UE compte sur les pays de passage
Deux fois moins de migrants sont arrivés en Europe par la Méditerranée sur les six premiers mois de l’année 2018. C’est ce qu’a déclaré l’Organisation internationale pour les migrants (OIM) mardi 17 juillet. Le nombre a franchi la barre de 50 000 migrants et c’est l’Espagne qui a accueilli le nombre le plus élevé, dépassant l’Italie. L’Europe, qui ne cache plus ses divisions face à ce défi, cherche par tous les moyens à retenir les migrants dans les pays de passage sur l’autre rive de la Méditerranée. RFI

L’Éthiopie va céder des entreprises publiques
L‘Éthiopie prévoit la vente d’une partie de ses entreprises publiques, dans le cadre des nouvelles réformes initiées par le nouveau gouvernement. L‘Éthiopie va faire le nettoyage de son secteur public. L‘État prévoit en effet de vendre partiellement ou intégralement une grande partie de ses entreprises. Cette mesure entre dans le cadre des réformes économiques prévues par le nouveau gouvernement. Elle vise à libérer le potentiel du secteur privé, a annoncé le ministre l’Information dans un entretien avec Reuters. Africa News

Le Nigeria annonce la création de sa nouvelle compagnie aérienne
Le ministre nigérian de l’aviation, Hadi Sirika, a annoncé mercredi la création d’une nouvelle compagnie aérienne nationale, Nigeria Air, d’ici à la fin de l’année, lors d’une conférence de presse au Salon international de l’aéronautique de Farnborough. M. Sirika a expliqué que le gouvernement avait « une responsabilité morale et sociale de créer un nouveau transporteur aérien ». « Le côté administratif de la chose est réglé, nous sommes maintenant en train de nous procurer des appareils », a-t-il ajouté. Il a mentionné dans un tweet Boeing et Airbus comme possibles constructeurs, avec lesquels son gouvernement est « en négociations ». Le pays est sans compagnie aérienne nationale depuis la fermeture de Nigeria Airways en 2003, compagnie criblée de dettes qui a fini par succomber à ses difficultés financières. TV5



Photo: Adam Jones