Revue de Presse du 18 septembre 2017

RDC: 34 réfugiés burundais tués par des militaires
Au total 34 réfugiés burundais ont été tués vendredi dans l’est du pays dans la région de Bukavu, à Kamayola. Le drame confirmé à notre correspondant par une source militaire, est survenu lors d' »échauffourées » entre les soldats congolais et les réfugiés. Un groupe de réfugiés burundais exigeait la libération de quatre des leurs, arrêtés dans la nuit de mercredi à jeudi puis « expulsés vers leur pays d’origine ». Les autorités provinciales ont corrigé le bilan provisoire de 18 morts précédemment annoncé après avoir dénombré « 34 morts du côté des réfugiés burundais et 124 blessés ». BBC

Ethiopie : enquête gouvernementale sur les violences à Oromia
Evaluer l’impact des affrontements de ces derniers jours entre des groupes rivaux entre les régions d’Oromia et de Somali à l’Est de l’Ethiopie, est le but d’une mission d’enquête initiée par le gouvernement. L’enquête confiée à des militants des droits de l’homme vise à déterminer les causes de ces conflits qui ont déjà fait dix-huit morts et environ trente mille déplacés. Le gouvernement qui a mis en garde les responsables de ces affrontements a également demandé à ces derniers de cesser de provoquer les tensions. A Oromia et à Somali, les deux plus grandes régions d’Ethiopie, la plupart des conflits sont liés à l’occupation des terres, à l’accès aux ressources naturelles et au vol de bétails. BBC

Comment Kémi Séba a personnifié la contestation autour du Franc CFA
Le 19 août 2017, Stélio Gilles Robert Capo-Chichi alias Kémi Séba a brûlé un billet de 5000 Francs CFA en place publique à l’obélisque de Dakar afin de protester symboliquement contre les «forces exogènes» qui, d’après lui, «contrôlent la monnaie nationale». Peu de temps après, il fut arrêté et expulsé vers la France. Durant la phase judiciaire de l’affaire, le prévenu a bénéficié du soutien de plusieurs personnalités dont Alpha Blondy ou encore Thiat du collectif «Y en marre». Aujourd’hui et depuis la France, Kémi Séba continue à mener un activisme panafricaniste ayant une résonance non négligeable au sein de la jeunesse subsaharienne. En allant au-delà de la polémique du billet brûlé, il est important de comprendre comment Kémi Séba a réussi à redéclencher un débat de fond sur la place du franc CFA dans l’économie sous-régionale. Il faut rappeler au préalable que cette controverse a été relancée par un collectif d’économistes en 2016 dans un ouvrage intitulé «Sortir l’Afrique de la servitude monétaire. À qui profite le franc CFA». Slate

Une réunion en marge de l’Assemblée de l’ONU pour booster le G5 Sahel
En marge de l’Assemblée générale de l’ONU, une réunion spécifique aura lieu sur le G5 Sahel ce lundi 18 septembre après-midi à New York. Elle réunira les présidents des cinq pays du groupe, Emmanuel Macron, Alpha Condé, président en exercice de l’Union africaine, la chef de la diplomatie européenne et le secrétaire général de l’ONU. Une réunion de haut niveau pour inciter la communauté internationale à soutenir la force antiterroriste conjointe au moment où le déblocage de financement devient crucial pour sa mise en place effective. RFI

Révision de la Constitution : Risque de prolongement du mandat du président
Ce sujet a été largement débattu, il y a ceux qui sont pour et ceux qui sont contre. Quant au Président de la République, il a apporté son point de vue, avant-hier, lors d’une rencontre avec la presse. Le Président Hery Rajaonarimampianina a fait un tour d’horizon des actualités nationales, lors du petit déjeuner de presse qui s’est tenu avant-hier, à Iavoloha. Comme il fallait s’y attendre la révision de la Constitution a été au centre du débat. Même s’il ne l’a pas dit ouvertement, le chef de l’Etat est pour la révision de la Constitution. Dans son exposé, le chef de l’Etat de mentionner que « ce n’est pas ma démission qui pose problème ». Sur ce point il n’a pas manqué de parler de l’article 47 de la Constitution qui stipule que « l’élection du Président de la République a lieu trente jours au moins, et soixante jours au plus, avant l’expiration du mandat du Président en exercice ». Soit le 24 décembre 2018 au plus vite et le 24 novembre 2018, au plus tard. Midi Madagascar

Tanzanie: 20 personnes arrêtées pour homosexualité à Zanzibar
En Tanzanie, 20 personnes accusées d’homosexualité ont été arrêtées à Zanzibar par la police alors qu’elles suivaient un atelier de sensibilisation sur le sida organisé par une ONG dûment accréditée, a-t-on appris ce week-end. L’archipel semi-autonome fait partie de la Tanzanie où l’homosexualité est sévèrement réprimée. Vingt personnes accusées d’homosexualité, dont douze femmes, ont été arrêtées à Zanzibar, a annoncé samedi la police de cet archipel semi-autonome qui fait partie de la Tanzanie, où l’homosexualité est sévèrement réprimée. RFI

G5 Sahel : l’Europe confirme son engagement
Les mots ont été choisis pour marquer une détermination, celle de l’Union européenne, à ne plus être spectatrice de ce qui se joue en matière de sécurité contre le terrorisme dans le Sahel. « L’UE confirme aujourd’hui son engagement et sa volonté de soutenir de façon réactive et efficace ses partenaires du Mali, de la Mauritanie, du Niger, du Burkina Faso et du Tchad », dit-elle dans son communiqué daté du 16 septembre. Et de préciser ses objectifs : « Lutter contre le trafic de drogue et d’êtres humains, contribuer au rétablissement de l’autorité de l’État et au retour des personnes déplacées et des réfugiés, faciliter les opérations humanitaires et la livraison de l’aide aux populations affectées et contribuer à la mise en œuvre d’actions de développement au Sahel. »  Le Point

Guinée : le gouvernement tente de reprendre la main après les violences de Boké
Le gouvernement guinéen a déploré dimanche la situation dans la ville minière de Boké, en proie depuis mardi à des violences qui ont fait deux morts, de nombreux blessés et d’importants dégâts matériels. Dans une déclaration aux médias d’État, le ministre de l’Administration du territoire, le général Bouréima Condé, a « regretté » dimanche les violences à Boké et annoncé des mesures pour y mettre un terme. La veille, le président Alpha Condé avait limogé le préfet de Boké, Mohamed Lamine Doumbouya, pour ramener le calme dans cette ville minière agitée depuis mardi par des manifestations contre l’absence d’eau et d’électricité. « Depuis le début de ces violences, on déplore deux cas de décès que le président de la République a fortement déploré et (il a demandé à) son Premier ministre (Mamadi Youla) qu’il soit pris de façon diligente des mesures amenant à faire la lumière et toute la lumière sur ces deux cas de décès et que les éventuels coupables répondent devant la loi », a déclaré le ministre. Jeune Afrique

En Tunisie, la loi d’amnistie réveille les démons de l’ère Ben Ali
La colère est vive en Tunisie après l’adoption d’une d’amnistie pour les fonctionnaires impliqués dans la corruption sous la dictature. Portée par le président au nom de la réconciliation, la loi « enterre la révolution » selon ses détracteurs. L’opposition tunisienne et une partie de la société civile ne décolèrent pas. Après l’adoption d’une loi controversée d’amnistie de fonctionnaires corrompus et le retour aux affaires de ministres de l’ancien régime du dictateur déchu Zine El Abidine Ben Ali, elles s’inquiètent pour la transition démocratique de l’unique pays rescapé du Printemps arabe.  France 24

Vidéo : opération anti-pirates dans le Golfe de Guinée
Détournements de cargaisons, prises d’otages, les actes de piraterie ont presque doublé en l’espace d’un an dans le Golfe de Guinée. Pour lutter contre ce fléau, la Marine Française a mis en place un programme spécial d’entrainement, il est proposé à tous les pays de la région. France 24

Guinée équatoriale : élections législatives fixées au 12 novembre
En plus des élections des députés, le chef de l‘État a appelé dans un décret à la tenue des municipales et des sénatoriales à la même date. « Les élections générales de la Chambre des députés, du Sénat, et (les élections) municipales, auront lieu le 12 novembre », selon l’article 3 de ce décret. Le recensement électoral, qui a été effectué du 1er au 13 août, a totalisé 325.554 électeurs équato-guinéens pour ces élections, a indiqué par ailleurs le ministère de l’Intérieur. La Guinée équatoriale comptait 1.220.000 habitants en 2016, selon les dernières données de la Banque mondiale. Dix-huit partis politiques sont en lice pour ce scrutin. Africa News

Nigeria: appel à la grève générale à partir de ce lundi
Une grève générale pourrait démarrer à partir de ce lundi 18 septembre au Nigeria. L’appel a été lancé par une confédération syndicale, le Congrès uni du travail (ULC). Et les autorités craignent la paralysie d’une économie à peine sortie d’une période de crise profonde. RFI

Zimbabwe : Morgan Tsvangirai hospitalisé
Morgan Tsvangirai, le leader de l’opposition et candidat à la présidentielle de 2018, a été hospitalisé en urgence en Afrique du Sud. La nouvelle est annoncée samedi par un responsable de son parti, le Mouvement pour le changement démocratique (MDC). « Il est en Afrique du Sud pour des raisons médicales », a-t-il révélé. Le proche collaborateur de l’opposant qui a requis l’anonymat a signalé qu’il « a simplement été surmené par le volume de travail qui a détérioré sa santé ». BBC

A Abidjan, au marché d’Abobo où « le feu a tout ravagé »
L’incendie déclaré dans la nuit du dimanche 17 septembre dans le grand marché d’Abobo, au nord d’Abidjan, est désormais sous contrôle. Avec des moyens limités, les pompiers ont pu maîtriser les dernières flammes ce lundi matin. Bien que les dégâts causés par le feu soient très importants, aucune victime ni blessé n’ont été déplorés pour l’instant, indique la police, qui précise qu’une enquête a été aussitôt ouverte. Assis à même le sol pour certains, deux douzaines d’agents du Groupement des sapeurs-pompiers militaires (GSPM) d’Abidjan sont exténués. La plupart ont le regard perdu. Même les deux dernières citernes qui se présentent pour en découdre avec les derniers foyers n’attirent pas tout de suite leur attention. L’un d’eux finit par se lever et propose ses services pour guider le véhicule d’intervention. Il y parvient péniblement. Le Monde

Déguisée, la ministre de la Santé ougandaise épingle des travailleurs médicaux corrompus
La ministre de la Santé ougandaise Sarah Opendi s’est fait passer pour une patiente dans un hôpital de la capitale Kampala vendredi afin d’exposer et condamner la corruption endémique dans les centres de soins du pays. Le coup de com’ a le mérite d’être éclatant. Sarah Opendi, ministre ougandaise de la Santé, s’est prêtée au jeu de l’immersion pour constater la prévalence de la corruption dans les hôpitaux publics du pays. Vêtue d’une burka de manière à être méconnaissable, elle s’est rendue en boda-boda (moto taxi) vendredi 15 septembre à l’hôpital de Naguru, dans la capitale Kampala. France 24



Photo: Adam Jones