Revue de Presse du 18 juillet 2017

Mali: les corps de militaires disparus retrouvés près de Ménaka
Au Mali, les autorités militaires étaient sans nouvelle de plusieurs soldats maliens. Ils étaient portés disparus depuis une semaine après l’attaque d’un convoi de l’armée dans le nord-est du pays. Une embuscade attribuée à des jihadistes. Les responsables militaires ont annoncé avoir retrouvé huit corps, qui ont été inhumés lundi 17 juillet. Selon des témoins, l’atmosphère était lourde ce lundi près de Ménaka lors de l’inhumation des militaires maliens. Un détachement de l’armée nationale, appuyé par un dispositif aérien des forces françaises Barkhane, s’est rendu sur les lieux pour organiser les obsèques. La cérémonie était plutôt sommaire. Les habitants de Ménaka, d’où étaient originaires certains de ces militaires décédés sont toujours sous le choc. RFI

RDC : un nouveau commandement de la police nationale
Le président congolais Joseph Kabila a nommé lundi le chef d’état-major de l’armée congolaise, chef de la police de la République démocratique du Congo. Le général Charles Bisengimana qui dirigeait la police nationale congolaise depuis 2013 est remplacé par le général Amuli Bahigwa. Avant d’être propulsé à la tête de la police, le général Bahigwa était chef d’Etat-major adjoint de l’armée congolaise. Ce remaniement concerne également les provinces. Ainsi, le général Célestin Kanyama qui dirigeait la police de Kinshasa, est remplacé. Cet officier, est mis en cause dans plusieurs rapports d’organisations de défense des droits de l’homme. Surnommé « Esprit de mort », il a récemment été sanctionné par les États-Unis et l’Union européenne pour des violations présumées des droits de l’homme. RFI

Cameroun: l’enquête après le naufrage d’un bateau de l’armée
Au Cameroun, une enquête est en cours et une cellule de crise a été mise sur pied après le naufrage d’un navire de l’armée, dimanche matin, entre Douala et la péninsule de Bakassi, au sud-ouest du pays. Pour l’heure, 34 militaires sont portés disparus. Il n’y a que trois rescapés. Les victimes font partie des militaires du BIR, le bataillon d’intervention rapide. Ils sont en première ligne dans la lutte contre Boko Haram dans l’extrême-nord du pays, mais ils étaient en mission logistique pour transporter du matériel destiné à la base militaire de Bakassi. D’après les premières informations, la mer était très agitée ce dimanche et les conditions météo se sont brusquement dégradées. Et il était six heures du matin quand le Mundemba a coulé avec 37 personnes à son bord. RFI

Les évêques camerounais portent plainte pour l’assassinat de Mgr Bala
Les évêques camerounais ont annoncé lundi qu’il porteraient « plainte contre X pour assassinat » dans l’affaire de la mort de Mgr Jean Marie Benoît Bala, dont le corps avait été repêché dans des eaux au Cameroun début juin. « La conférence épiscopale nationale du Cameroun va se constituer partie civile et porter plainte contre X pour assassinat de Mgr Jean Marie Benoît Bala », ont indiqué les évêques dans un communiqué. « Ce dossier sera confié à un collège d’avocats qui nous représentera désormais dans la recherche de la vérité », ont-ils précisé. Par ailleurs, l’épiscopat a affirmé avoir réceptionné lundi le corps du défunt et décidé de l’organisation de ses obsèques les 2 et 3 août à Bafia (centre), où l’évêque officiait. VOA

RDC: l’agence officielle interdit à ses journalistes de couvrir le 21 juillet
La direction de l’Agence congolaise de presse (ACP, officielle) a interdit à ses journalistes de couvrir, sous peine de « révocation », les activités organisées par l’ambassade de Belgique à Kinshasa à l’occasion de la Fête nationale, vendredi, a-t-elle annoncé. « Il est strctement (sic) interdit à tous les journalistes de l’Agence Congolaise de Presse (ACP) de couvrir les activités de l’ambassade de Belgique le 21 juillet 2017. Quiconque ne respectera pas cette instruction sera révoqué, sans autre forme de procès », précise une note signée par le rédacteur en chef adjoint de ce média d’Etat et responsable du desk des provinces, Nestor Cimanga, dont l’agence Belga a obtenu lundi soir une copie. M. Cimanga demande par ailleurs d’assurer une « large diffusion » à cette note, qui témoigne de la dégradation des relations entre la République démocratique du Congo (RDC) et la Belgique. La Libre

Côte d’Ivoire. Ouattara, l’armée et la Cocotte-Minute ivoirienne
Trois soldats morts. C’est le bilan des tirs qui ont eu lieu dans deux camps militaires, à Abidjan et à Korhogo, dans la nuit du 14 au 15 juillet. Une nouvelle poussée de fièvre dans l’armée qui illustre la difficulté d’Alassane Ouattara à faire régner l’ordre. Abidjan un jour, Abidjan toujours. C’est la philosophie de la belle capitale ivoirienne qui s’apprête à offrir cette hospitalité dont elle a le secret à plus de 4 000 participants, à l’occasion des 8es Jeux de la Francophonie qu’elle accueille du 21 au 30 juillet. Courrier International

Madagascar. Pourquoi un nouveau billet d’une telle valeur  ?
De nouveaux billets entrent en circulation à partir de ce lundi 17 juillet sur la Grande Île. Parmi eux, une coupure inédite de 20 000 ariarys. Son montant élevé suscite des critiques. Officiellement, la décision de remplacer les billets malgaches qui circulent déjà depuis plus d’une décennie est de “mettre entre les mains des usagers une gamme plus moderne, plus sécurisée et plus maniable”, rappelle Madagascar-Tribune. Courrier International

Gabon: les législatives de nouveau reportées
Les élections législatives prévues avant le 29 juillet prochain après un premier report, ont été de nouveau repoussées, « au plus tard à avril 2018 ». « Les élections des députés de l’Assemblée nationale doivent être organisées au plus tard au mois d’avril 2018 », dit l’article 3 d’une décision de la Cour constitutionnelle prise le 11 juillet. Selon le document, la cause est à chercher dans « l’impossibilité de concilier le temps nécessaire dont les autorités compétentes doivent disposer pour faire aboutir le processus des réformes électorales » décidées par le « dialogue politique ». BBC

Présidentielle au Rwanda : trois candidats, trois réalités
S’il y a une chose qu’on ne peut pas ôter au président rwandais Paul Kagame au pouvoir depuis 2000, c’est la conviction. Comme lors des dernières élections présidentielles, le chef de l’État sortant part quasiment vainqueur pour emporter les élections du 4 août 2017. « Ce serait mentir que de prétendre ignorer le résultat de l’élection présidentielle. Je suis venu vous demander si vous êtes encore sur la voie de ce qui a conduit au référendum et à ses résultats. Si c’est le cas, vous comprendrez que l’élection est jouée » , a déclaré Paul Kagame. Alors que la campagne présidentielle démarre ce 14 juillet, celui dont la candidature a été rendue possible grâce à un référendum national en décembre 2015 déclenché par une pétition signée par 3,6 millions d’électeurs (6 millions) devra affronter deux candidats dans un climat que les experts jugent « tendu. » Qui sont ces challengers qui veulent bousculer un président et un parti au pouvoir dominant depuis près de 23 ans ? Comment vont-ils faire campagne et avec quels moyens ? Le Point

Est de la RDC: deux prêtres enlevés par des miliciens
Deux prêtres du diocèse de Beni-Butembo ont été enlevés dans la nuit de dimanche à lundi par des miliciens non encore identifiés dans l’est de la République démocratique du Congo, a-t-on appris de sources concordantes. « Le curé Charles Kipasa et le vicaire Jean-Pierre Akili de la paroisse Marie reine des Anges de Bunyuka ont été enlevés dans la nuit de dimanche à lundi par des Maï-Maï qui les ont conduits vers le graben (les montagnes). Ils ont emporté aussi deux véhicules et deux motos », a déclaré à l’AFP Mgr Paluku Sikuli, évêque de Beni-Butembo dans le nord du Nord-Kivu. « Je confirme l’enlèvement de deux prêtres de la paroisse catholique de Bunyuka par des personnes armées inconnues. Nos services de défense et de sécurité sont à pieds d’oeuvre pour les retrouver » a déclaré pour sa part à l’AFP Amisi Kalonda, l’administrateur du territoire de Béni, ajoutant que « les ravisseurs ont abandonné les deux véhicules qui les transportaient ». TV5

Des proches de Bongo accusés de retarder la succession pour échapper à la justice
Des membres du clan Bongo retardent le règlement de la succession de l’ancien chef de l’État gabonais, Omar Bongo, afin d’échapper à la justice dans l’enquête sur leur fastueux patrimoine bâti en France, accuse l’avocat de l’association Transparency International, selon une source proche du dossier. « Les principaux acteurs de cette succession, habilement conseillés, ont tout à fait compris l’intérêt qu’ils ont à prolonger indéfiniment les opérations de succession », estime William Bourdon, avocat de l’ONG anticorruption, dans une note transmise début juin aux juges d’instruction en charge de l’enquête dite des « biens mal acquis », selon cette source. Tant que la succession n’a pas abouti, « il est évidemment difficile d’envisager des poursuites » en France, ajoute l’avocat qui demande aux magistrats de s’enquérir auprès des notaires mandatés pour la succession afin de connaître l’état d’avancement des opérations. TV5

Combien coûte un député sénégalais ?
Dimanche 30 juillet, les Sénégalais seront appelés aux urnes afin d’élire les 165 députés qui siégeront à l’Assemblée nationale. Soit quinze de plus que la précédente élection de 2012. Ces nouveaux députés représenteront pour la première fois les Sénégalais issus de la diaspora, selon un projet de loi adopté en janvier 2017. L’objectif étant d’offrir une plus grande représentativité aux Sénégalais « de l’extérieur ». Mais, pour de nombreux contribuables, l’élargissement du Parlement pose surtout la question de la charge financière de ces nouveaux députés. Le Monde

La Somalie a retrouvé sa précieuse liaison Internet après trois semaines de rupture
Qualifiée de « désastre majeur » par le gouvernement, la rupture, le 24 juin 2017, de l’unique câble optique, qui relie la Somalie au reste du monde, a privé d’Internet ce pays de 6,5 millions d’habitants pendant plus de trois semaines. L’annonce de la restauration du réseau mondial, lundi 17 juillet, a été accueillie avec soulagement par une population en partie plongée dans le noir, dans le centre et le sud de ce pays de la corne de l’Afrique, incluant Mogadiscio. Dans un message à ses abonnés, Hormuud Telecom, la plus importante société de télécommunications du pays, a annoncé qu’Internet était à nouveau disponible. « C’est vraiment une très bonne nouvelle », a déclaré le patron d’une agence de voyage, située dans la capitale et qui avait dû fermer ses portes en raison de cette coupure. Idem pour les patients coincés en attente de soins à l’étranger, comme cet homme, Nur Hussein, qui raconte que son père allait « enfin pouvoir aller en Inde se faire soigner après avoir pu remplir tous ses papiers par Internet ». Le Monde



Photo: Adam Jones