Revue de Presse du 17 novembre 2016

L’ONU craint des « atrocités de masse » au Soudan du Sud
Le secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon, a mis en garde contre le risque « d’atrocités de masse » au Soudan du Sud, « notamment du fait de la recrudescence des discours haineux et de l’incitation aux violences ethniques constatée depuis quelques semaines », dans un rapport rendu public mercredi 16 novembre. « Nous devons définir clairement ce que le système des Nations unies pourrait faire ou ne pas faire » dans cette éventualité. Dans ce rapport, le secrétaire général avertit que les 13 000 soldats et 2 000 policiers qui composent la Mission de l’ONU au Soudan du Sud (Minuss) n’auraient pas les moyens d’empêcher des massacres. Le Monde

Soudan: Le terroriste tunisien Abou Nassim capturé
Le terroriste, Abou Nassim Search Abou Nassim de son vrai nom Moez Fezzani , activement recherché en Italie, mais également en Tunisie a été capturé au Soudan. Nassim est considéré comme le terroriste le plus recherché par les autorités tunisiennes. Ces dernières le considèrent comme étant le principal responsable de l’attaque terroriste de Ben Guerdane, perpétrée en mars dernier et ayant fait 58 morts. Arrivé en Italie en 1989, Nassim avait combattu en Afghanistan et en Syrie, avant de s’établir en Libye en 2014, selon les services de renseignement. Koaci

Libye: des frappes aériennes à Sebha ont-elles tué un chef de l’EI?
Un chef du groupe Etat islamique a-t-il été tué mardi 15 novembre près de Sebha, dans le Sud-libyen ? C’est en tout cas ce que relaie une partie de la presse libyenne qui attribue cette frappe ciblée à des drones américains. Des allégations non confirmées par les autorités libyennes et encore moins américaines, même si l’aviation américaine a été particulièrement active dans le ciel libyen ces derniers mois. RFI

Recul de Boko Haram et de l’EI: moins de morts en 2015
Le terrorisme a fait 10% de morts en moins l’an dernier avec les reculs du groupe Etat islamique et de Boko Haram en Irak et au Nigeria, selon l’index du terrorisme mondial, même si 2015 est la 2e année la plus meurtrière jamais vue. Cette baisse, représentant 3.389 décès de moins qu’en 2014, est la première depuis 2010, selon l’index publié mercredi par l’Institute for Economics and Peace (IEP). « Le déclin du nombre de morts causés par le terrorisme est attribué principalement à un affaiblissement de Boko Haram et du groupe Etat islamique (EI) au Nigeria et en Irak du fait des opérations militaires menées contre eux », note l’index. Dans ces deux pays, il y a eu 5.556 décès de moins qu’en 2014. TV5

Gambie : la campagne présidentielle lancée
La campagne électorale pour l’élection présidentielle du 1er décembre prochain s’ouvre officiellement ce mercredi. Le président sortant, Yahya Jammeh, qui brigue un cinquième mandat, fait face à deux candidats.L’un de ses adversaires, Adama Barro, est investi par une coalition de sept partis politiques de l’opposition. L’autre, Mammah Kandeh, est un dissident du parti au pouvoir. La campagne électorale va durer 15 jours, au terme desquels quelque 886 578 électeurs se rendront aux urnes pour choisir entre trois candidats leur prochain président. BBC

Côte d’Ivoire: le procès de Simone Gbagbo va se poursuivre sans l’accusée
En Côte d’Ivoire, le banc des accusés était une fois encore vide ce mercredi 16 novembre. Et il pourrait l’être jusqu’à la fin du procès de Simone Gbagbo. Le président du tribunal d’Abidjan a décidé de poursuivre les audiences sans l’inculpée. Cela faisait plus de quinze jours que le bras de fer durait. L’ancienne première dame ivoirienne et ses avocats boycottent les audiences. Ils protestent ainsi contre la non-comparution de témoins qu’ils estiment clés. Déjà condamnée à 20 ans de prison l’année dernière, elle est cette fois-ci poursuivie pour crimes de guerre et crimes contre l’humanité. RFI

Burundi : « Le seul film dont il faut empêcher la sortie »
La Fédération internationale des Droits de l’homme (FIDH) a dévoilé mardi 15 novembre une campagne choc pour sensibiliser la communauté internationale et l’opinion publique à la situation au Burundi. Remettre le Burundi dans les radars de la communauté internationale et sensibiliser l’opinion publique à la tragédie en cours. Tel est le but de la campagne de communication choc dévoilée mardi 15 novembre par la Fédération internationale des Droits de l’homme (FIDH). France 24

Quatre morts lors d’affrontements dans le Nord-Est de la Côte d’Ivoire
Quatre personnes, dont deux gendarmes, ont été tuées lors d’affrontements entre populations et forces de l’ordre dans le village de Neamoue, à 70 km de Bouna. Ce ville avait été secouée en mars par des troubles ayant fait 19 morts. Selon la radio nationale ivoirienne, deux civils ont d’abord été tués lors d’un contrôle de gendarmes qui a dégénéré en altercation avec des coups de feu. Des villageois mécontents ont ensuite attaqué les gendarmes, selon la même source. En mars, des affrontements entre éleveurs peuls et agriculteurs avaient fait 19 morts à Bouna, selon le bilan des autorités. Quelque 900 hommes des forces de défense et de sécurité avaient été déployés dans la ville pour rétablir et maintenir l’ordre. VOA

Idriss Déby interrompt son voyage à Marrakech en raison des tensions au Tchad
Le président tchadien et président en exercice de l’Union africaine (UA) a quitté plutôt que prévu les assises de la COP22 à Marrakech en raison des tensions qui prévalent dans son pays. Idriss Déby Itno est rentré à N’Djamena, rapporte le site de l’hebdomadaire marocain Telquel. Des observateurs font un lien entre ce retour et la situation tendue au Tchad où l’opposition a convoqué pour jeudi une réunion publique ainsi qu’une journée ville morte pour le 22 novembre. Le ministre de la Sécurité publique a annoncé mercredi que ce meeting du Front de l’opposition nationale pour l’alternance et le changement (Fonac) était « strictement interdit ». VOA

Jean-Ping à VOA Afrique : « Ali Bongo sait que j’ai gagné les élections »
Après avoir battu campagne à Paris et Bruxelles dans l’espoir de « récupérer la victoire » électorale, l’opposant gabonais, rival malheureux d’Ali Bongo à la présidentielle du 27 août, est venu en Amérique du Nord dénoncer ce qu’il qualifie d’ »injustice électorale ». En visite à Washington, Jean Ping a déclaré à VOA Afrique attendre la publication du rapport final de la mission d’observation électorale européenne, qui devrait sortir d’ici la fin du mois de novembre. VOA

Maroc : Mohammed VI se rendra en Éthiopie vendredi puis à Madagascar fin novembre
Après la COP22, le roi du Maroc poursuivra son périple africain à Addis Abeba puis à Antananarivo, à Madagascar, pour le sommet de l’Organisation internationale de la francophonie. Le roi du Maroc reprendra sa tournée africaine après la COP22, qui se termine vendredi 18 novembre à Marrakech. Selon nos sources, il se rendra en Éthiopie ce vendredi et par la suite au sommet de l’Organisation internationale de la francophonie (OIF) qui aura lieu les 26 et 27 novembre à Antananarivo. Une rencontre sur fond de réintégration de l’UA L’escale éthiopienne figurait dans le programme du souverain lors de sa visite est-africaine au Rwanda et en Tanzanie. Elle a été reportée à la suite d’un appel téléphonique entre Mohammed VI et le Premier ministre éthiopien, Haile Mariam Dessalegn. Jeune Afrique

COP 22 : réunion des dirigeants africains
Un sommet des chefs d’État et de gouvernements africains se tient mercredi en marge de la COP 22, la 22e conférence des Nations unies sur le climat, à Marrakech. Ce sommet est une initiative du roi du Maroc, Mohammed VI, qui veut en profiter pour défendre les intérêts de l’Afrique face au réchauffement climatique et réaffirmer sa stratégie d’influence sur le continent. La COP 22 est « un tournant décisif dans le processus de mise en œuvre de l’accord historique de Paris » sur le climat signé l’an dernier. Pour les pays du Sud, les plus exposés au réchauffement climatique notamment, il s’agit désormais de bénéficier d’un soutien financier et technique urgent pour renforcer leurs capacités d’adapter aux changements climatiques. BBC

Réchauffement climatique: l’Afrique veut « parler d’une seule voix »
« Parler d’une seule voix » pour « exiger la justice climatique »: à l’initiative du Maroc, un sommet africain s’est réuni mercredi à Marrakech, en marge de la COP22, pour « harmoniser » la position de l’Afrique face au réchauffement. « L’Afrique paie un lourd tribut dans l’équation +climat+ et représente, sans aucun doute, le continent le plus pénalisé », a souligné le roi Mohammed VI, en ouverture du sommet. « La hausse des températures, le dérèglement des saisons, les sécheresses à répétition appauvrissent la biodiversité de notre continent, détruisent ses écosystèmes et hypothèquent son progrès, sa sécurité, sa stabilité », a énuméré le souverain, « ceci alors qu’il n’émet que 4% des gaz à effet de serre ». TV5

Joseph Kabila : « La RDC est prise en otage par une frange de la classe politique »
Le président congolais s’est exprimé mardi 15 novembre devant le Parlement, réuni en congrès à Kinshasa. Joseph Kabila arrive au terme de son mandat le 19 décembre 2016. La République démocratique du Congo traverse une crise politique profonde depuis sa réélection en 2011 au terme d’un scrutin contesté. Les détracteurs du président congolais le suspectent de vouloir briguer un troisième mandat. La commission électorale a reporté le scrutin, prévu à la fin de l’année 2016, à avril 2018. Le Monde

Un breuvage fait 21 morts au Cameroun
Vingt-et-une personnes sont mortes dans l’est du Cameroun après avoir consommé de l' »odontol », une boisson locale très alcoolisée et réputée dangereuse. Dix-huit des victimes ont été recensées à Mindourou, et les trois autres à Abong-Bang, rapporte l’Agence France-Presse, en citant la CRTV, la radiotélévision nationale camerounaise. Des femmes figurent parmi les victimes. Vingt-deux personnes sont internées à l’hôpital d’Abong-Bang après la consommation de cette boisson très prisée dans des villageois de l’est, du sud et du centre du Cameroun, selon la CRTV. BBC

A. Glaser : «L’Afrique se bunkérise, on voit émerger une Afrique des Africains»
La Cour Pénale Internationale est sur la sellette. La Cour a ouvert dix enquêtes dans neuf pays dont 8 en Afrique ! Trois semaines avant l’ouverture – ce mercredi à La Haye – de l’Assemblée des Etats parties qui ont ratifié le statut de Rome, le Burundi, l’Afrique du Sud et la Gambie ont annoncé leur retrait de la CPI. Selon l’analyste Antoine Glaser, la cour n’est pas seulement critiquée par les pays dirigés par des autocrates. Elle l’est aussi par des sociétés civiles, des intellectuels africains. Cette remise en cause de la CPI est révélateur, selon Antoine Glaser, d’un mouvement beaucoup plus profond: un recentrage de l’Afrique sur elle-même. RFI



Photo: Adam Jones