Revue de Presse du 17 mars 2016

Somalie : 30 islamistes shebab tués dans le sud et le nord-est du pays
Trente membres du groupe islamiste radical shebab ont été tués mercredi dans des affrontements dans le sud et le nord-est de la Somalie, ont annoncé séparément l’armée kényane et les autorités locales. Dans le premier incident, l’armée kényane, opérant sous la bannière de la force de l’Union africaine en Somalie, (Amisom), a déclaré avoir déjoué une attaque contre un camp militaire de l’armée somalienne et de l’Amisom à Afmadow dans la région de Lower Jubba, dans le sud de la Somalie, tuant 19 rebelles et saisissant un arsenal d’armes. Dans un autre incident, les autorités du Puntland, une région semi-autonome de la Somalie (nord-est), ont annoncé avoir tué une dizaine de shebab dans de violents combats qui ont eu lieu mercredi dans des villages situés sur sa côte. TV5

Attentats en Afrique de l’Ouest: le recrutement jihadiste s’élargit
Après Bamako en novembre, Ouagadougou en janvier, le scénario s’est répété dimanche sur la plage ivoirienne de Grand-Bassam, ensanglantée par des assaillants jeunes, difficilement discernables du reste de la population, preuve de l’extension du recrutement jihadiste en Afrique de l’Ouest. Comme à chaque fois, Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi), revendiquant l’attaque qui a fait 19 morts près d’Abidjan, la capitale économique, n’a révélé mardi que le prénom de leurs auteurs, en majorité de couleur noire, auquel était accolé un adjectif renvoyant à leur origine. « Al-Fulani », c’est-à-dire peul, une ethnie disséminée dans toute la bande sahélo-saharienne, pour deux d’entre eux. Et « al-Ansari » pour le troisième, afin de désigner un jihadiste autochtone, par opposition à « al-moujaher », venant de l’extérieur, un qualificatif de plus en plus rare dans la sphère jihadiste en Afrique de l’Ouest. TV5

La France accepte d’accueillir Hama Amadou
« A la demande de l’intéressé, la France va accueillir M. Hama Amadou pour des soins médicaux. Il s’agit d’un geste à caractère humanitaire », a affirmé notre source. M. Amadou qui affronte le président sortant nigérien Issoufou Mahamdou au scrutin du 20 mars, était détenu depuis quatre mois dans son pays. Il a passé le premier tour en prison, La source ne donne aucune précision sur la structure médicale qui accueillera l’opposant nigérien qui est, selon ses proches, dans un avion qui a décollé mercredi de Niamey pour la France. Mardi, le gouvernement nigérien a annoncé l’arrestation du médecin du rival du président Mahamadou, pour diffusion de fausses informations. VOA

Evasion spectaculaire d’un ancien ministre à Bangui
Les coups de feu nourris, entendus pendant l’attaque, ont semé la panique dans le quartier où est située la brigade, mardi soir. Les assaillants venus du PK5 à bord de quatre véhicules 4×4 ont réussi à libérer Abdoulaye Hissen, ont rapporté des témoins au correspondant de VOA Afrique sur place. L’ancien ministre conseiller à la présidence avait été arrêté le soir même à l’aéroport de Bangui par les forces de sécurité intérieure et conduit à la Section de Recherches et d’investigations (SRI). Après son extraction du cachot de la gendarmerie, il s’est exprimé sur une radio locale, accusant le procureur de Bangui, Ghislain Deguinze, d’avoir commandité son enlèvement car aucune charge ne pèse sur lui. VOA

Méfiance entre l’opposition et la majorité à l’approche du scrutin présidentiel au Congo
Sur presque tout le territoire national, les membres de l’opposition se relaient pour tenir des meetings dans les villes et villages, avec un engouement sans précédent depuis 1992. Cependant, si l’unité semble régner au sein de l’opposition, les relations entre cette dernière et la majorité sont loin d’être au beau fixe. D’ailleurs, l’opposition a même créé une commission électorale parallèle engagée à proclamer ses propres résultats. « Il y a une crise de confiance entre le pouvoir et l’opposition », soutient sur VOA Afrique Trésor Nzila Kende, directeur exécutif de l’Observatoire Congolais des Droits de l’Homme (OCDH), qui craint de graves violences en cas de contestation des résultats des urnes. Il dénonce aussi de graves violations des droits de l’homme dans l’impunité la plus totale et un processus electoral « entaché d’irrégularités » qui ne garantit pas un scrutin libre et transparent. VOA

Les habitants du Burundi sont les moins heureux au monde en 2016
Y’a t-il meilleure démonstration possible de la crise politique profonde que traverse le Burundi? L’équipe du Earth institute de l’université américaine de Colombia a publié mardi 16 mars son rapport 2016 sur la mesure comparative du bonheur à travers le monde. Et si les habitants du Danemark sont les plus heureux selon l’agrégation d’une batterie de facteurs, le Burundi est l’endroit sur Terre où il fait le moins bon vivre. Le petit pays d’Afrique de l’est est le dernier de l’indice parmi 157 pays classés. Juste devant on retrouve par exemple la Syrie et l’Afghanistan, deux pays ravagés par la guerre civile. Que nous apprend l’indice de la Columbia university? Que les Burundais tirent extrêmement peu de satisfaction de leur niveau de vie et de leur espérance de vie. Logique quand on sait que l’espérance de vie des Burundais n’est que de 56 ans et que le PNB par habitant ne dépasse pas 270 dollars, selon les données de la Banque mondiale. Slate

L’UE justifie l’arrêt de sa coopération avec le Burundi
Bruxelles justifie sa décision par la dégradation de la situation sociale et politique au Burundi et l’absence de volonté de dialogue inclusif. Les engagements pris par Bujumbura sont par ailleurs jugés insuffisants. Explications ci-dessus avec le représentant de l’Union européenne au Burundi Patrick Spirlet. Il revient au micro de notre correspondant sur la décision prise par l’Union européenne. Rappelons que l’aide européenne au Burundi pour la période 2014-2020 était estimée à 432 millions d’euros. La décision de suspendre cette aide sera réexaminée deux fois par an.  Deutsche Welle

Mauritanie. Liaisons dangereuses avec Al-Qaida
Le testament de Ben Laden n’en finit pas de faire des révélations. Sa récente déclassification a apporté sur la place publique certains “petits secrets”, dont des lettres que Ben Laden avait envoyées à des proches. Parmi ces documents, se trouverait un contrat datant de 2010 établi entre Ben Laden et le président mauritanien, Mohamed Ould Abdel Aziz. Il ne s’agit pas seulement d’un pacte de non-agression, comme certains pays au Sahel ont été tentés d’en passer (l’ex-président burkinabé Blaise Compaoré avait pu trouver des arrangements avec certains Touaregs extrémistes).  Courrier International

Terrorisme – Côte d’Ivoire : il était 12 h 25, le 13 mars, à Grand-Bassam…
C’était l’un de ces dimanches comme les familles, les copains et les amoureux les aiment. Un jour de canicule, que l’on tente d’atténuer dans la fraîcheur des vagues, l’ombre des cocotiers et les verres des paillotes. Grand-Bassam, ancienne capitale coloniale et station balnéaire située à une quarantaine de kilomètres à l’est d’Abidjan, est prisée autant d’une classe moyenne ivoirienne aisée que des expatriés, français ou libanais, diplomates ou hommes d’affaires. Mais le 13 mars, à 12 h 25 précises, ce petit paradis s’est transformé en un enfer de plus en plus familier. « Au début, on a cru que c’étaient des pétards de jeunes, puis on a compris que c’étaient des djihadistes. Ils ont commencé à tirer sur tout le monde », a décrit une vendeuse sur la plage. Ce sont, presque mot pour mot, les paroles des rescapés des attaques du 13 novembre 2015, à Paris, au Bataclan, ou du 20 novembre, à l’hôtel Radisson Blu de Bamako, au Mali. La stupeur qui suit, le sauve-qui-peut désespéré, l’horreur des corps mutilés, la douleur devant la mort sont toujours les mêmes. Le Point

Mali: Front contre l’arrivée des officiels maliens à Kidal. : Le grand Forum de Kidal aura-t-il lieu ?
Le grand Forum de Kidal pour la paix et la réconciliation entre les signataires de l’accord de paix d’Alger, aura-t-il lieu ? Telle est la question que tout le monde se pose pour l’instant. Car, à quelques jours seulement de ce rendez-vous important prévu pour se tenir du 27 au 30 mars prochain, l’atmosphère est plus que jamais tendue à Kidal. En effet, alors que la Plateforme se dit favorable à la participation du gouvernement malien à ce forum, l’aile dure de la rébellion menée par le Mouvement national de libération de l’Azawad (MNLA) s’y oppose, estimant que la base n’avait pas encore été consultée. Morceaux choisis : « Nous n’avons jamais discuté avec la base de l’arrivée des officiels maliens au Forum. Nous ne pensons pas qu’au stade actuel, l’opinion locale puisse comprendre », a confié un cadre du Haut conseil pour l’unicité de l’Azawad (HCUA). Le Pays

Ban Ki-moon annule sa visite au Maroc
La tension continue de monter entre le Maroc et le secrétaire général de l’ONU. Suite à la décision de ce dernier d’annuler sa visite au Maroc, les autorités marocaines lui ont envoyé la liste du personnel de la Minurso devant quitter le Sahara « dans les jours qui viennent ». Le secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon, n’a pas tardé à répondre au Maroc suite à la décision de ce dernier de réduire ses effectifs dans la Mission de l’ONU pour le Sahara occidental (Minurso) et d’annuler la contribution financière qu’il lui versait pour assurer son fonctionnement. Citant un des porte-paroles de Ban Ki-moon, l’AFP a rapporté, le 16 mars, que le secrétaire général de l’ONU a décidé d’annuler la visite qu’il comptait effectuer au Maroc « plus tard dans l’année » et qui semblait déjà compromise suite à la colère provoquée par ses propos tenus lors de sa récente visite dans la région, Rabat les ayant jugés « inacceptables » et « inadmissibles » de la part d’un responsable onusien censé garder une neutralité sur ce dossier. Jeune Afrique

En Tunisie, « le parti Nidaa Tounès est devenu une coquille vide »
Mohsen Marzouk, ancien militant d’extrême gauche, est aujourd’hui l’une des figures de la mouvance dite « moderniste » opposée à l’islam politique en Tunisie. Ancien secrétaire général de Nidaa Tounès, le parti qui domine la coalition gouvernementale, il a en a démissionné fin 2015 à l’issue d’une violente crise interne qui a vu Hafedh Caïd Essebsi, le fils du président de la République, s’emparer de la direction. Jusqu’à cette crise, M. Marzouk était pressenti comme le dauphin du chef de l’Etat. Le 2 mars, il a annoncé la prochaine création d’un nouveau parti, Harakat Machrou Tounès (Mouvement du projet de la Tunisie) qui veut revivifier l’héritage de Habib Bourguiba, le père fondateur de la Tunisie moderne. Le Monde

Burundi : le président Nkurunziza porte plainte à la suite d’un reportage de France 3
Le président burundais Pierre Nkurunzia a porté plainte le 10 février devant le tribunal de grande instance de Paris pour diffamation à la suite de la diffusion par France 3 d’images détournées, a fait savoir mercredi 16 mars l’un de ses avocats, Me Arthur Vercken. La chaîne de télévision française avait inséré dans un sujet de son journal du 13 janvier une vidéo montrant des exactions censées avoir eu lieu dans la province de Karuzi (centre) deux jours plus tôt. Après avoir constaté qu’il s’agissait d’images plus anciennes tournées dans un pays d’Afrique de l’Ouest, France 3 avait dû présenter ses excuses. Le Monde

Elections africaines, réapprendre à compter
L’opposition nigérienne a décidé de ne pas participer au second tour de l’élection présidentielle dimanche 20 mars pour protester contre les fraudes du 1er tour et le maintien en prison de l’opposant Hama Amadou qui, lui, fait campagne derrière les barreaux. Cette situation baroque n’est pas le premier scrutin non consensuel en Afrique mais les bizarreries ont tendance à se répéter et sapent la légitimité de cette étape fondamentale de la démocratie. Il est désespérant de constater que les mêmes erreurs se répètent à chaque fois, faisant de certains scrutins une mascarade électorale comme ce fut le cas au Togo en avril 2015 avec le coup de force de la CENI, la commission électorale, qui annonce la victoire de Faure Gnassinbgé après compilation des résultats de 14 commissions électorales locales sur un total de 42… Le Monde

Afrique du Sud: scandale Zuma et Gupta
Le ministre adjoint sud-africain des Finances a confirmé que la famille Gupta avaient des liens étroits avec le président Jacob Zuma et lui avait offert le poste de son patron. Mcebisi Jonas a fait cette révélation en précisant qu’il avait rejeté l’offre qui, à son avis, constitue une insulte à la democratie durement acquise en Afrique du Sud. La famille Gupta est liée à un certain nombre de scandales impliquant le président, y compris l’atterrissage de leur jet privé sur une base aérienne militaire en 2013. Selon notre correspondante en Afrique australe Karen Allen, ce nouveau scandale a suscité de nombreuses interrogations sur les personnes réellement au pouvoir: le Président ou bien ses réseaux d’affaires non élus. RFI

Les autorités de Tripoli rejettent le gouvernement d’union
« Un gouvernement imposé depuis l’étranger ne bénéficiant pas du consensus des Libyens » (…) « n’a pas sa place parmi nous », a indiqué dans un communiqué le gouvernement de Tripoli. Il est le premier des deux gouvernements rivaux libyens à réagir à la proclamation samedi de l’entrée en fonction d’un cabinet d’union nationale. Les autorités reconnues par la communauté internationale, qui siègent à Tobrouk (est), sont restées silencieuses. L’entrée en fonction de ce gouvernement d’union nationale a été proclamée par le conseil présidentiel, un organe composé de membres de factions rivales libyennes et mis en place par un accord interlibyen négocié en décembre sous l’égide de l’ONU. Cet accord prévoyait cependant que, pour entrer en fonction, le gouvernement d’union doive bénéficier d’un vote de confiance du Parlement de Tobrouk, ce qui n’a pas eu lieu. VOA

Au large de la Libye, la crainte d’une reprise des naufrages de migrants
Mercredi 16 mars, les gardes-côtes italiens, qui coordonnent les opérations de secours des migrants au large de la Libye, ont annoncé le sauvetage de près de 1 000 personnes qui se trouvaient en détresse en mer, au cours des dernières vingt-quatre heures. Quelque 615 ont été secourues par la marine allemande, 227 par la marine italienne, et plus d’une centaine par le navire civil Aquarius, affrété par l’association SOS Méditerrannée pour porter secours aux migrants. Ils ont tous été débarqués en Sicile, comme près de 10 000 autres depuis le début de l’année. Et avec l’arrivée du printemps, les tentatives de traversée vers l’Europe risquent de se multiplier. RFI

La Fifa réclame des comptes et des millions de dollars à ses ex-dirigeants poursuivis
Deux semaines après l’élection de Gianni Infantino à la présidence en remplacement de Sepp Blatter, la Fifa demande des comptes à ses anciens dirigeants indélicats poursuivis aux Etats-Unis et accusés d’avoir détourné plus de 200 millions de dollars. Secouée par le pire scandale de son histoire, la Fifa, se basant sur l’enquête de la justice américaine, accuse également l’Afrique du Sud d’avoir acheté le Mondial-2010, en versant 10 millions de dollars de pot de vin, notamment au sulfureux Jack Warner, selon des documents rendus publics mercredi. Un peu plus tard dans la soirée, la Fifa a transmis à la presse une « clarification » dans laquelle elle estime cependant que l’acte d’accusation américain « ne prétend pas que l’Afrique du Sud a +acheté+ la Coupe du monde contre des pots de vin. La Fifa ne le prétend pas non plus ». TV5



Photo: Adam Jones