Revue de Presse du 17 mai 2017

Evasions massives à Kinshasa
En RDC, une cinquantaine de détenus se sont évadés de Makala, la principale prison de Kinshasa. Le ministre de la Justice accuse les adeptes du mouvement politico-religieux Bundu Dia Kongo d’avoir mené l’attaque qui a conduit à ces évasions. « Les adeptes de Bundu Dia Kongo ont attaqué dès l’aube la prison de Makala, faisant évader une cinquantaine de prisonniers dont leur gourou, Ne Muanda Nsemi. La police poursuit les assaillants », a déclaré le porte-parole du gouvernement Lambert Mende. Le chef de Bundu Dia Kongo (BDK, « Royaume du Kongo » en kikongo), conteste l’autorité du président congolais Joseph Kabila. BBC

La vie a repris en Côte d’Ivoire avec la fin des mutineries
La vie a normalement repris mercredi à Abidjan, la capitale économique, et dans les principales villes de Côte d’Ivoire avec la fin des mutineries de soldats qui y avaient paralysé les activités pendant plusieurs jours. Au Plateau, le quartier administratif – siège de la présidence, du gouvernement et du Parlement – et des affaires, les grands magasins, les banques et tous les bureaux ont rouvert et la fréquentation était habituelle. Les travailleurs de la Banque africaine de développement (BAD) ont repris le travail à leur siège après trois jours d’absence. VOA

Burundi: des exilés déplorent leur exclusion des négociations
Au Burundi, des membres de la société civile en exil ont dénoncé l’exclusion de plusieurs leaders de la société civile des pourparlers qui seront organisés la semaine prochaine à Entebbe en Ouganda. Ils ont envoyé mardi une correspondance à l’ancien président Benjamin Mpaka, facilitateur dans la crise burundaise. Dans la correspondance, ils déplorent la demande faite par l’équipe du facilitateur à certaines associations de désigner des représentants qui ne sont pas placés sous les mandats d’arrêt lancés par Bujumbura. BBC

Mutineries en Côte d’Ivoire: des leçons à tirer pour le gouvernement
Au terme de quatre jours de crise dans tout le pays, l’Etat ivoirien va donc payer le reliquat de primes promis en janvier dernier aux mutins. Mais en plus du temps perdu, ces événements resteront comme un gâchis en termes d’image pour le pays et surtout abimeront durablement le pacte de confiance entre la Côte d’Ivoire et son armée. RFI

Somalie : des millions de personnes ont besoin d’aide
Selon les estimations de l’ONU, plus de 6 millions de Somaliens ont encore besoin d’aide à cause de la sécheresse qui menace le pays. Elle détruit les cultures, le bétail et assèche les marres d’eau. Les fortes pluies saisonnières qui ont débuté en avril permettront aux agriculteurs de commencer leurs activités. La semaine dernière l’ONU a lancé un appel de fonds de 900 millions de dollars américains aux pays donateurs. Dominique Burgeon, directrice de la Division d’Urgence de l’agence des nations unies pour l’Alimentation et l’Agriculture (FAO) s’est félicité des résultats de l’alerte lancée en février. BBC

Des pays d’Afrique de l’ouest coopèrent contre le terrorisme
Ce mardi 16 mai a eu lieu un exercice régional de simulation d’attentats dans sept pays essentiellement d’Afrique de l’Ouest. Avec l’appui de la France, les forces spéciales, reliées à PC opération, ont « neutralisé » des terroristes qui attaquaient au même moment, des cibles au Mali, au Niger, en Côte d’Ivoire, en Guinée, au Burkina Faso, en Mauritanie et au Sénégal. Un exercice destiné à améliorer la coopération et le partage d’information entre les services de renseignements de ces différents pays. RFI

Attaque à la prison centrale de Makala à Kinshasa
Des tirs nourris sont entendus depuis tôt ce mercredi 17 mai à la prison centrale de Makala à Kinshasa. Des sources sur place parlent « d’une évasion massive des détenus » qui a poussé les militaires affectés sur cet établissement à ouvrir le feu. Le chef d’un mouvement insurrectionnel ayant appelé au soulèvement contre le président congolais Joseph Kabila s’est évadé mercredi de la prison centrale de Makala à Kinshasa à la faveur d’une attaque nocturne. Des éléments de la police dépêchés dans l’urgence ont bouclé le quartier où se situe cette maison pénitentiaire. VOA

Afrique du Sud: vers un coup de grâce porté à Jacob Zuma?
En Afrique du Sud, une motion de défiance à bulletin secret pourrait sérieusement menacer le président Jacob Zuma. Depuis lundi 15 mai, la Cour constitutionnelle examine une demande de l’opposition afin d’autoriser un vote secret; l’opposition qui espère ainsi retourner une partie des députés de l’ANC, le parti au pouvoir. Pendant plus de huit heures, la plus haute cour du pays en entendu les arguments des uns et des autres. RFI

Mali. Macron, déjà sur les pas de Hollande ?
L’intervention militaire française au Mali a été un des temps forts du quinquennat de François Hollande. Une action que devrait poursuivre Emmanuel Macron, qui se rendra en fin de semaine auprès des troupes de l’opération Barkhane. Le Mali était la première guerre du président François Hollande et sera la première visite en Afrique de son successeur. “Que fera Emmanuel Macron au sujet du dossier du nord du Mali ?” s’interroge déjà le quotidien bamakois L’Aube. “Le nouveau président français va-t-il adopter une politique de rupture avec la déstabilisation instaurée sous Sarkozy ? Emmanuel Macron va-t-il poursuivre le jeu d’équilibriste (entre Bamako et les rebelles) adopté par François Hollande après l’intervention française au nord du Mali ?” se demande également le journal. Courrier International

Soudan du Sud: cafouillage autour du changement de nom de l’armée
La restructuration de l’armée sud-soudanaise annoncée par le président Salva Kiir a donné lieu mardi à un gros cafouillage, le gouvernement étant revenu sur sa décision d’en changer le nom. Des décrets présidentiels présentés lundi à la télévision d’Etat avaient fait état de cette restructuration de la SPLA (Armée populaire de libération du Soudan) et de son changement de nom en Forces de défense du Soudan du Sud (SSDF). Mais le gouvernement est revenu 24 heures plus tard sur ce changement de nom. « Non, non, ça a été mal compris à la lecture, la SPLA reste la SPLA. Si changement il doit y avoir, ce sera à l’avenir, pas maintenant », a déclaré à l’AFP le porte-parole du président Kiir, Ateny Wek Ateny, avant d’officialiser cette annonce à la télévision nationale. TV5

Le président soudanais invité au sommet avec Trump à Ryad
a indiqué mercredi un responsable saoudien. « Il a été invité » par les autorités saoudiennes, a dit à l’AFP ce responsable, interrogé sur l’éventuelle présence au sommet de M. Béchir, visé par un mandat d’arrêt de la Cour pénale internationale (CPI) pour des accusations de génocide, crimes de guerre et crimes contre l’humanité dans la région soudanaise du Darfour. Le responsable, qui a requis l’anonymat, n’a pas été en mesure de dire si M. Béchir viendrait au sommet. M. Trump, qui doit prononcer un discours sur « une vision pacifique » de l’islam durant la réunion, est attendu samedi à Ryad, au début de son premier déplacement à l’étranger depuis son entrée en fonction en janvier. TV5

Centrafrique : au moins 26 morts à Bangassou, selon les Nations unies
La nouvelle flambée de violences en Centrafrique a fait au moins 26 morts à Bangassou (sud-est), en plus des six casques bleus tués la semaine dernière, d’après un premier bilan donné mardi 16 mai par l’ONU. La Croix-Rouge locale dénombre plus d’une centaine de parle de morts. La Mission de stabilisation des Nations unies en Centrafrique (Minusca) a fait état de 26 morts dans l’attaque, samedi, d’un groupe armé contre le quartier musulman de Bangassou à 470 km à l’est de Bangui. Joint à Bangui par l’AFP, le président de la Croix-Rouge centrafricaine, Antoine Mbao Bogo, a affirmé que ses équipes chargées de récupérer et d’enterrer les corps avaient dénombré 115 victimes, selon un « bilan partiel ». Le Monde

Tunisie : l’état d’urgence prolongé
L’état d’urgence, en vigueur en Tunisie plus d’un an et demi suite à une série d’attentats jihadistes sanglants, a été prolongé d’un mois à partir de mardi. Ce prolongement a été décidé par le chef de l’Etat Béji Caïd Essebsi « après des consultations avec le chef du gouvernement et le président de l’Assemblée des représentants du peuple », a indiqué une source à la présidence tunisienne. La prolongation de cette mesure d’exception est nécessaire en raison de « la poursuite de la guerre contre le terrorisme ». Cet état d’urgence octroie des pouvoirs d’exception aux forces de l’ordre. Il permet aussi l’interdiction des grèves et des réunions. BBC

Sénégal: l’opposition maintient son soutien à Khalifa Sall
Des visites réduites, l’obligation d’aller au parloir, au Sénégal, les conditions d’incarcération de Khalifa Sall se sont sérieusement durcies depuis lundi 15 mai. En réaction, le maire de Dakar, soupçonné de détournements de deniers publics a décidé de refuser toutes visites. Seuls ses avocats et ses conseillers ont accès à lui. Ce mardi, la large coalition de l’opposition qui regroupe Khalifa Sall, le Parti démocratique sénégalais (PDS d’Abdoulaye Wade), Rewmi (« le pays » en wolof) d’Idrissa Seck, coalition créé en vue des législatives du 30 juillet, a réaffirmé son soutien au maire de Dakar déchu. RFI

Incertitudes autour de l’état de santé du président Dos Santos
L’opposition angolaise a réclamé mercredi une clarification officielle sur l’état de santé du président Jose Eduardo dos Santos que de nombreuses rumeurs décrivent mourant, en voyage médical à Barcelone, depuis le début du mois de mai. « Nous sommes tous préoccupés par le manque d’information officielle sur l´état de santé du président de la République », a dénoncé auprès de l’AFP Rafael Savimbi, le fils de Jonas Savimbi, ex-leader de l’Unita le principal parti d’opposition. « J’ai reçu des messages sur l’état de santé extrêmement grave de Jose Eduardo dos Santos. Nous avons besoin d’explications sérieuses et claires », ajoute Agostinho dos Santos, un analyste politique proche de l’opposition. VOA

L’évasion fiscale, un trou de 1000 milliards de dollars dans la poche de l’Afrique
La fraude fiscale annuelle imputée aux multinationales en Afrique est supérieure au montant de l’aide publique au développement reçue chaque année par les pays du continent. […] Si l’aide au développement favorise généralement le commerce extérieur des pays donateurs, l’évasion et la fraude fiscale des multinationales issues de ces mêmes pays participent à la fragilisation des États africains dans la mise en œuvre de leurs politiques publiques. Or, la dépendance à l’aide extérieure crée un asservissement sur les concepts du développement. La bonne gestion des affaires publiques combinée avec une politique de recouvrement des impôts effective, efficace et efficiente permettraient aux États africains de renforcer leurs services publics et de parvenir à construire le «bonheur brut national» de leurs citoyens. Slate



Photo: Adam Jones