Revue de Presse du 17 juillet 2017

Cameroun : 34 militaires disparus dans le naufrage d’un navire
Trente-quatre militaires camerounais sont portés disparus après le naufrage d’un navire de l’armée dimanche, a annoncé le ministre camerounais de la Défense Joseph Beti Assomo, dans un communiqué relayé dans la nuit de dimanche à lundi. « Trente-quatre personnels sont jusqu’à présent portés disparus » après le naufrage d’un « bateau logistique du Bataillon d’intervention rapide (BIR) », précise le communiqué. Le navire avait à son bord 37 personnes, y compris l’équipage, et se rendait à Bakassi « pour un ravitaillement ». Les recherches ont été lancées et « trois soldats ont pu être secourus, mais le bateau semble avoir coulé au fond des eaux », souligne le ministre. Le Point

Nigeria : huit morts dans un attentat-suicide à Maiduguri
Huit personnes ont été tuées et 15 autres blessées lundi 17 juillet dans un attentat-suicide commis par une femme dans une mosquée de Maiduguri, la capitale de l’Etat du Borno, dans le nord-est du Nigeria, régulièrement visée par des attentats du groupe djihadiste Boko Haram. Une kamikaze s’est fait exploser dans une mosquée du quartier London Ciki juste après la prière du matin, vers 5 h 30 (6 h 30, heure française), a déclaré à l’Agence France-presse Ahmed Satomi, un responsable de l’agence locale de gestion des urgences. Le Monde

RD Congo : une journaliste américaine et 11 forestiers enlevés ont été retrouvés
Dimanche, un groupe de douze personnes enlevées la veille par des miliciens en RD Congo, dont une journaliste américaine, ont été retrouvés selon les autorités. Au moins cinq personnes sont mortes lors de l’opération de sauvetage. Une journaliste américaine et 11 gardes d’un parc animalier qui avaient été enlevés par des miliciens Maï-Maï Simba en Ituri, dans le nord-est de la République démocratique du Congo, ont été retrouvés par l’armée congolaise, dimanche 16 juillet, selon un haut responsable régional. France 24

RDC: l’armée reprend le contrôle d’une localité stratégique dans l’Est, 7 morts
L’armée congolaise a déclaré dimanche avoir repris le contrôle d’une localité stratégique de l’est de la République démocratique du Congo après un jour d’occupation par une milice locale, dans des combats qui ont fait sept morts. « La localité a été reprise par les FARDC (Forces armées de la RDC) dans la nuit de samedi à dimanche, nous les avons délogés de Kipese et depuis l’armée procède au nettoyage », a déclaré à l’AFP l’un des porte-parole de l’armée congolaise dans le Nord-Kivu, le lieutenant Jules Tshikudi, indiquant que « la traque s’étend jusqu’aux alentours de Kipese ». « Le bilan des affrontements pour la reprise de la localité de Kipese est de deux militaires décédés des suites de leurs blessures et cinq Maï-Maï tués », a ajouté l’officier. TV5

RDC: 27 morts et 54 disparus dans un naufrage sur la rivière Kasaï
27 personnes sont mortes et 54 sont portées disparues dans le naufrage d’une embarcation sur la rivière Kasaï, dans le sud-ouest de la République démocratique du Congo, et la majorité des victimes sont des élèves qui partaient en vacances, a annoncé dimanche un responsable local. « Après des vérifications rigoureuses, nous affirmons à ce stade qu’il y a eu 27 morts et 54 disparus dans le naufrage de la baleinière (pirogue motorisée) qui a chaviré dans la nuit de jeudi à vendredi sur la rivière Kasaï » au niveau d’Idiofa, a déclaré à l’AFP l’administrateur du territoire d’Idiofa, Jacques Mbila. « La surcharge et l’état d’ivresse des conducteurs sont la principales causes de ce naufrage », a ajouté M. Mbila. « Les victimes sont, en majorité, des élèves qui se rendaient en vacances ». Radio Oakapi

Rwanda : la campagne présidentielle lancée
Trois candidats sont en lice pour la présidentielle rwandaise dont le président Kagamé au pouvoir depuis 17 ans. Le président sortant Paul Kagamé du Front Patriotique Rwandais (FPR), Frank Habineza du Parti démocratique vert du Rwanda et Philippe Mpayimana, candidat indépendant, ont 19 jours pour convaincre les électeurs. Ils vont sillonner les différentes régions du pays pour dévoiler leurs programmes politiques. BBC

Ouganda : le débat sur l’âge du président interdit
Le chef de la police ougandaise a interdit le débat sur l’âge du président de la République. L’inspecteur général de la police a annoncé qu’il n’autorisera pas les politiciens à débattre sur la question de la limite d’âge du président Museveni. « Le débat sur la limite d’âge doit strictement se faire au Parlement, mais pas dans les écoles ou les villages », a-t-il déclaré. Le général Kayihura a révélé qu’il détient des rapports de renseignement selon lesquels certains dirigeants de l’opposition incitent les jeunes, en particulier les étudiants à l’université, à semer la confusion sur le sujet. BBC

Côte d’Ivoire: des tirs cette nuit à Abobo
Des témoins affirment que ces tirs ont été perpétrés par des individus armés de kalachnikovs. Des véhicules du Commissariat de police du 32e arrondissement et de la Compagnie républicaine de sécurité (CRS) ont été réquisitionnés par ces individus armés. D’après des riverains, le calme était revenu ce samedi matin. La Côte d’Ivoire a été secouée en début d’année et au mois de mai par des mutineries d’anciens rebelles intégrés dans l’armée. BBC

Adhésion du Maroc à la CEDEAO: quels enjeux?
Que cherche le Maroc en adhérant à la CEDEAO, la Communauté Economique des Etats d’Afrique de l’Ouest ? Et quel est l’intérêt de cette institution d’accueillir un pays du Maghreb? L’Afrique subsaharienne est-elle prête à un tel accord et qu’a-t-elle à y gagner ? RFI

L’élection présidentielle kényane soumise aux « fake news »
Un torrent de publicités parfois extrêmement négatives a commencé à se déverser sur internet à quelques semaines de l’élection présidentielle du 8 août au Kenya, suscitant l’inquiétude dans un pays où politique et appartenance ethnique sont étroitement liées. La semaine dernière a été diffusée une vidéo de 90 secondes, à l’atmosphère lugubre, imaginant l’avenir apocalyptique qui attend le Kenya en cas de victoire de Raila Odinga, le candidat de l’opposition. Suite à son élection, une violente et inepte dictature dirige le pays, dont l’économie est en ruine. Les heurts entre tribus sont continuels, les islamistes shebab somaliens font régner la terreur. « Ne laissez pas ceci arriver au Kenya. Stoppez Raila, sauvez le Kenya. L’avenir du Kenya est entre vos mains », plaide cette vidéo. VOA

Des élections législatives sans incidents majeurs au Congo-Brazzaville
Les Congolais ont voté dimanche timidement mais dans le calme pour choisir leurs représentants à l’Assemblée nationale et aux conseils départementaux, faisant du taux de participation le plus grand enjeu. Les bureaux de vote ont fermé à 18H00 (17H00 GMT) et le dépouillement a commencé aussitôt. Dans le bureau de l’hôtel de ville de Brazzaville, il y a eu à peine 28 votants. « C’est un vote scandaleux et nous le savions déjà qu’il devrait y avoir de la fraude. C’est un système mafieux d’organisation des élections. Depuis 2002, aucune élection juste et transparente n’a été organisée par le régime du président Sassou Nguesso », a déclaré à l’AFP, Clément Miérassa, un leader du Frocad (Front républicain pour le respect de l’ordre constitutionnel et l’alternance démocratique). VOA

Kenya: les attaques se multiplient dans l’est du pays
A trois semaines des élections générales au Kenya, les shebabs somaliens profitent de tensions locales pour multiplier les attaques dans le pays, et poursuivre ainsi une stratégie entamée il y a près de deux ans. La situation sécuritaire dans les comtés de l’est du Kenya, proches de la Somalie, ne cesse de se détériorer. Depuis le mois de mai, plus de 20 policiers et une dizaine de civils y ont perdu la vie dans des attaques perpétrées par de présumés jihadistes shebabs. La dernière en date remonte à jeudi 13 juillet. Un véhicule transportant Miriam El Maawy, membre du ministère des Infrastructures, a été pris pour cible. L’intéressée a été brièvement enlevée et blessée. L’opération lancée pour la sauver s’est soldée par la mort de cinq personnes, selon les autorités. RFI

France-Tchad : ce qu’Emmanuel Macron et Idriss Déby Itno se sont dit
Pas d’annonce sur son agenda officiel, pas de micros ni de caméras sur le perron… Pour recevoir une première fois Idriss Déby Itno (IDI) à l’Élysée, ce 11 juillet à 19 heures, Emmanuel Macron a choisi la discrétion. Mais Brigitte Macron, la première dame, est descendue de ses appartements pour saluer l’hôte tchadien en visite privée en France. L’entretien s’est ouvert en présence de Philippe Étienne et de Franck Paris, conseillers du président français, de Brahim Hissein Taha, ministre tchadien des Affaires étrangères, et d’Amine Abba Sidick, nouvel ambassadeur du Tchad en France. Jeune Afrique



Photo: Adam Jones