Revue de Presse du 17 avril 2020

Innovations requises pour empêcher la flambée du COVID-19 dans les villes africaines
En Afrique, où la densité de la population urbaine et les taux de pauvreté sont parmi les plus élevés au monde, des mesures novatrices s’imposent afin d’éviter que les villes africaines ne deviennent des foyers de contamination du coronavirus. Le COVID-19 se transmet dans un rapport de proximité par la projection de gouttelettes. Aussi les épidémies les plus graves ont-elles été constatées dans des lieux à forte densité de population, où les liens sociaux sont caractérisés par une grande proximité. Les villes africaines, dont la densité des foyers et des centres urbains est l’une des plus élevées au monde, pourraient bien devenir des incubateurs propices à une propagation mortelle du virus. Centre d’études stratégiques de l’Afrique

Coronavirus: dans le bidonville de Kibera, la crainte d’une explosion de la criminalité
Des mesures de restrictions sont en place pour lutter contre la propagation du coronavirus. Mais cette situation fragilise les populations les plus pauvres et dans le bidonville de Kibera, à Nairobi, les habitants craignent une explosion de la criminalité. Lors d’une allocution jeudi, le président a annoncé un train de mesures. Il a demandé au gouvernement de préparer un plan en faveur des agents de santé. 85 millions de dollars seront alloués aux travailleurs, 50 millions iront aux comtés pour l’achat de masques et tenues de protection. Des familles sélectionnées parmi les plus pauvres ont commencé à recevoir depuis jeudi des allocations. Des mesures de restrictions sont déjà en place. Un confinement partiel de Nairobi, un couvre-feu nocturne, des limitations dans les transports, etc. RFI

Nigeria : un incendie fait 14 morts dans un camp de déplacés
Quatorze personnes ayant fui les violences perpétrées par Boko Haram dans une localité du nord-est du Nigeria ont péri jeudi suite à un incendie dans leur camp. Des réfugiés évoquent la piste criminelle tandis que le gouvernement promet une enquête. À en croire des sources sécuritaires, le drame s’est produit dans la matinée au camp des déplacés de la ville de Gamboru, dans l‘État de Borno, dans l’extrême nord-est, proche de la frontière camerounaise. Bilan : « Nous avons récupéré 14 corps carbonisés dans les décombres et 15 autres personnes qui souffrent de brûlures à des degrés divers », a déclaré Umar Kachalla, chef d’une milice pro-gouvernementale dans la région. AfricaNews

Les Maliens élisent leur parlement malgré la guerre et le virus
« En démocratie, rien ne vaut la pleine légalité constitutionnelle ainsi que le jeu normal des institutions », a déclaré le président Ibrahim Boubacar Keïta il y a quelques jours, s’adressant à la nation un masque protecteur sur le visage. Il y va de la nécessité d’apporter des réponses autres que strictement militaires à la profonde crise sécuritaire, politique ou économique que traverse le pays depuis des années, a justifié le chef d’Etat. Malgré l’adversité, la majorité de la classe politique soutient le maintien de ce scrutin reporté à plusieurs reprises. L’enjeu est de taille: renouveler un parlement élu en 2013 et dont le mandat devait s’achever en 2018, et faire enfin progresser l’application de l’accord de paix d’Alger. Celui-ci, signé en 2015 entre les groupes armés indépendantistes et Bamako, prévoit plus de décentralisation via une réforme constitutionnelle qui doit passer par l’Assemblée.Or la légimité du parlement sortant est contestée. Mais comment motiver des Maliens qui remettent en cause la capacité de leurs dirigeants à sortir le pays de la guerre et de la pauvreté ? AFP

Les Maliens se réunissent pour trouver des solutions locales afin de lutter contre le virus
[Vidéo] Les citoyens maliens se réunissent pour trouver des solutions locales afin de lutter contre la propagation du nouveau coronavirus alors même que de nombreux pays sont confrontés à des milliers de cas et peinent à trouver des équipements médicaux. A Bamako, la société civile, les universités et les start-ups joignent leurs efforts pour éviter le scenario catastrophe face à la pandémie de Covid-19. VOA

Coronavirus : des chercheurs tunisiens conçoivent un respirateur à imprimer en 3D
Les doigts d’une main ou deux suffisent parfois pour les compter. Les hôpitaux africains manquent cruellement de respirateurs pour aider les personnes atteintes par le Covid-19 en détresse respiratoire. Début avril, dans un effort parfois confus pour recenser les besoins en matériels médicaux, on en dénombrait un à N’Djamena, trois à Bangui, dix à Yaoundé, entre dix et une soixantaine à Bamako, de 70 à 80 pour l’ensemble des hôpitaux ivoiriens. … C’est ce qui a poussé un groupe d’universitaires du réseau panafricain Honoris United Universities (lire encadré) à agir en concevant un ventilateur non invasif (VNI) à imprimer en 3D. Sur l’ensemble des malades hospitalisés, environ 15 % ont besoin d’une aide extérieure pour respirer, tandis que 5 % nécessitent d’être intubés. Le Monde

Coronavirus : à Madagascar, une journaliste en prison pour avoir critiqué la gestion de l’épidémie
A Madagascar, la justice a rejeté les demandes de remise en liberté d’une journaliste détenue pour avoir vivement mis en cause la gestion de la pandémie liée au coronavirus par le président Andry Rajoelina, a rapporté son avocat, mercredi 15 avril. Directrice de publication du journal Valisoa, proche du chef de l’opposition Marc Ravalomanana, Arphine Rahelisoa a été inculpée d’« incitation à la haine » envers le président et placée en détention le 4 avril. La justice lui reproche la publication sur la version en ligne de son journal d’accusations telles que « Covid-19, confinement, Andry Rajoelina, assassin ». La journaliste risque une peine d’un à cinq ans de prison. Le Monde

Les transferts d’argent de la diaspora africaine souffrent du coronavirus
Ibrahima Bah vit à Paris où il travaille dans l’hôtellerie et la restauration pour faire vivre sa femme et leurs trois enfants. Mais avec les mesures de confinement imposées par les autorités françaises, les restaurants sont fermés depuis plusieurs semaines. Avec des revenus amoindris, le Guinéen de 47 ans ne peut plus envoyer d’argent à ses quatre sœurs qui vivent à Conakry : « Avec le confinement c’est très compliqué pour nous. Il y a les appels de la famille en Afrique et on n’a pas de solution sans travail. On ne peut pas sortir avec le confinement. C’est tellement compliqué ici. Et la famille ne compte que sur nous là-bas. » En plus du manque de travail et de la baisse des revenus, les Africains de la diaspora sont aussi confrontés à la fermeture des agences spécialisées dans le transfert d’argent en Afrique. DW

Ibrahim Assane Mayaki (UA): «Ce confinement doit être adapté à nos réalités économiques»
« On ne peut pas confiner la pauvreté », lance Ibrahim Assane Mayaki en cette période de confinement anti-coronavirus. Depuis 2009, Ibrahim Assane Mayaki est le secrétaire exécutif du Nepad, l’Agence de développement de l’Union africaine. En ligne d’Afrique du Sud, l’ancien Premier ministre du Niger répond aux questions de RFI. RFI : Ibrahim Assane Mayaki, ce plan d’urgence anti-coronavirus pour l’Afrique, n’est-il pas utopique ? Ibrahim Assane Mayaki : Non, je pense que le premier point qu’il faut souligner, c’est que l’Afrique elle-même a pris les devants dans sa réponse au Covid-19. Je ne connais pas d’autre région au monde où il y a eu une stratégie commune. RFI

Moratoire sur la dette : « Très insuffisant », juge l’Afrique
Les décisions prises par les institutions de Bretton Woods et par le G20 n’ont pas satisfait les Africains, qui souhaitent une annulation pure et simple. « C’est une bouffée d’oxygène », estime Qutes Hassane Boukar, responsable de l’Analyse budgétaire d’Alernative espace citoyen (AEC), une des plus importantes ONG du Niger, après la décision du G20 mercredi de suspendre pour un an le service de la dette pour les pays les plus pauvres, dont une quarantaine de pays africains. « Il y a beaucoup de dépenses prévues dans le cadre de la lutte contre la pandémie du coronavirus, le fait qu’il y ait un moratoire permet à ces États de mobiliser les ressources qu’ils auraient pu engager pour rembourser la dette publique », explique M. Bukar. Le Point

Coronavirus : la MONUSCO met à la disposition de la RDC ses équipes médicales
En plus des moyens qu’elle avait mis dans la riposte à Ebola dans l’Est, la MONUSCO met à la disposition des autorités congolaises ses équipes médicales ainsi que des équipements pour les centres d’isolement à Kinshasa dans le cadre de la lutte contre le Coronavirus en RDC. La Représentante spéciale du Secrétaire général en RDC, Leila Zerrougui, l’a déclaré ce jeudi 16 avril à Radio Okapi à Kinshasa. Radio Okapi

RDC : l’insécurité persistante dans l’Est risque de faire dérailler l’endiguement du Covid-19 (HCR)
Alors que les autorités congolaises luttent contre le nouveau coronavirus, l ’Agence des Nations unies pour les réfugiés (HCR) met en garde sur les conséquences de la dernière vague de violence dans les régions orientales de la RDC. Cette insécurité a provoqué le déplacement de milliers de personnes tandisque que le pays s’efforce de lutter contre Covid19. « Ces attaques entravent l’accès humanitaire, empêchent l’assistance aux personnes déplacées désespérées et perturbent la coordination vitale de la prévention et de la sensibilisation à Covid-19 », a déclaré Babar Baloch, porte-parole du HCR lors d’un point de presse virtuel ce vendredi à Genève. ONU

Au Cameroun, l’opposant Maurice Kamto dénonce la « vacance de la présidence de la République »
Le principal opposant camerounais, Maurice Kamto, a affirmé avoir démarré une procédure pour que le Conseil constitutionnel constate la vacance du pouvoir face à l’absence prolongée du président Paul Biya, dont une première photographie depuis plus d’un mois a été publiée jeudi 16 avril sur Facebook. Paul Biya, 87 ans dont trente-sept à la tête du Cameroun, ne s’est pas adressé à la nation depuis le début de la pandémie liée au coronavirus, contrairement aux autres chefs d’Etat d’Afrique centrale. Et il n’était pas apparu en public depuis sa rencontre avec l’ambassadeur américain, photographiée par son service de presse le 11 mars. Le Monde

Cameroun: Biya fait une apparition publique, coupant court aux rumeurs sur son absence
Après une absence prolongée de plusieurs semaines, Paul Biya a fait sa première réapparition publique jeudi 16 avril. C’était à l’occasion d’une audience accordée à l’ambassadeur de France, Christophe Guilhou, accrédité à Yaoundé. Audience événement alors que les spéculations allaient bon train sur l’état de santé du président camerounais. Un tweet en milieu d’après-midi et revoilà Paul Biya. « Je viens de recevoir l’ambassadeur de France. Au menu de notre échange, la gestion de la pandémie du Covid-19 au Cameroun, en France et dans le monde », écrit le président camerounais. RFI

Coronavirus au Rwanda : des feuilletons radio pour freiner la propagation du virus
Des jeunes du Rwanda produisent des pièces radiophoniques pour sensibiliser les gens à l’importance du lavage des mains. Un groupe de jeunes au Rwanda a écrit et produit une série de pièces radiophoniques pour enseigner aux auditeurs le rôle vital du lavage des mains et de l’assainissement dans la prévention de la propagation des maladies telles que le Covid-19. Des jeunes du Rwanda produisent des pièces radiophoniques pour sensibiliser les gens à l’importance du lavage des mains. Un groupe de jeunes au Rwanda a écrit et produit une série de pièces radiophoniques pour enseigner aux auditeurs le rôle vital du lavage des mains et de l’assainissement dans la prévention de la propagation des maladies telles que le Covid-19. Diffusée sur Radio Ishingiro, les fictions radio atteignent quatre millions d’auditeurs, un tiers de la population du Rwanda. BBC



Photo: Adam Jones