Revue de Presse du 16 octobre 2018

Présidentielle au Cameroun : Paul Biya donné vainqueur, l’opposition conteste
Avec 71,28 % des voix, Paul Biya arrive en tête du décompte effectué par la Commission nationale de recensement. Un chiffre rejeté par l’opposition, qui annonce des « débats houleux » lors de l’audience portant sur l’examen des recours post-électoraux, qui s’ouvre le 16 octobre devant le Conseil constitutionnel. Jeune Afrique

Une autre humanitaire tuée par Boko Haram au Nigeria
Une travailleuse humanitaire enlevée par Boko Haram a été tuée par ce groupe jihadiste dans le nord-est du Nigeria, un mois après qu’une sage-femme, également kidnappée, a été tuée par ces mêmes ravisseurs, a annoncé lundi le gouvernement nigérian. Le ministre de l’Information Lai Mohammed, qui n’a pas révélé l’identité de la victime, a qualifié ce meurtre d' »ignoble, inhumain et impie » et appelé à la libération de deux femmes encore aux mains de Boko Haram -une autre humanitaire et une jeune fille de quinze ans-. Trois travailleuses humanitaires avaient été enlevées le 1er mars au cours d’une attaque du groupe islamiste dans la ville de Rann, dans l’extrême nord-est du Nigeria. Trois travailleurs humanitaires et huit soldats nigérians avaient été tués au cours de cette attaque. TV5

Un nouveau scandale ébranle la classe politique sud-africaine
La semaine dernière, un rapport commandé par la banque centrale, a fait de nouvelles révélations explosives impliquant le président Ramaphosa. La banque centrale sud-africaine a révélé que 72 milliards de FCFA auraient été détournés d’une banque aujourd’hui en faillite, VBS Mutual et Cyril Ramaphosa aurait été au courant dès 2017 mais n’aurait rien fait. D’après ce rapport, 72 milliards de FCFA auraient été siphonnés ces trois dernières années. 50 personnalités auraient ainsi bénéficié de montages financiers douteux. Dans la liste, plusieurs membres du parti au pouvoir, l’ANC sont mis en cause, mais aussi Brian Shivambu, qui n’est autre que le frère du vice-président de l’EFF. BBC

« L’élection de Louise Mushikiwabo à tête de la Francophonie est un grand mystère »
La ministre des affaires étrangères du Rwanda Louise Mushikiwabo a été élue vendredi à la tête de la francophonie. Elle qui vient d’un pays ou le français est en net recul par rapport à l’anglais. Que peut-on attendre de sa désignation? Ecouter l’analyse de Pierre Pean, journaliste d’investigation et auteur de plusieurs ouvrages sur les relations France-Afrique. Il est l’invité de BBC matin, il répond aux questions de Jacques Matand. BBC

Elections locales en Côte d’Ivoire: le RHDP et les indépendants en tête
La publication des résultats des régionales et des municipales du samedi 13 octobre se poursuit en Côte d’Ivoire. La Commission électorale indépendante (CEI) doit encore donner certains résultats aux municipales et régionales, dans un climat de suspicion de fraude et de manipulation des résultats. Mais, après un week-end de contestations et de tensions marqué par la mort de trois personnes, la tendance donne la coalition présidentielle RHDP largement victorieuse. Une victoire que son rival du PDCI décrit comme frauduleuse. RFI

Nouveau report des élections législatives en 2019 au Mali
Les élections législatives au Mali prévues en novembre-décembre, ont été de nouveau reportées, cette fois à 2019, sur décision de la Cour constitutionnelle, prolongeant de six mois le mandat des députés à la demande de l’Assemblée nationale. « Pour raison de force majeure », la Cour constitutionnelle « proroge jusqu’à la fin du premier semestre de 2019 le mandat des députés », selon l’arrêt de la Cour, qui ne détaille pas les motifs de « force majeure » invoqués. « Ce report de six mois permettra de mieux organiser les législatives, mais aussi d’engager les réformes institutionnelles prévues dans l’accord de paix d’Alger et aussi d’apaiser les tensions politiques », a précisé la même source, en référence à l’accord de paix conclu en 2015 avec l’ex-rébellion à dominante touareg, aux échéances constamment repoussées. VOA

Comores: violents affrontements entre l’armée et des manifestants
De violents affrontements ont opposé lundi l’armée comorienne à des manifestants qui avaient érigé des barricades dans la capitale de l’île d’Anjouan, Mutsamudu, pour protester contre la dérive jugée autoritaire du président Azali Assoumani. Le ministre de l’Intérieur, Mohamed Daoud, a annoncé l’instauration d’un couvre-feu « à Mutsamudu et ses environs » de 20h00 à 06h00 (17h00 à 03h00 GMT) et accusé le parti d’opposition Juwa d’être à l’origine des incidents. Selon des témoignages recueillis par l’AFP au téléphone, les violences ont débuté tôt lorsque des protestataires ont barré avec des troncs d’arbre plusieurs rues de Mutsamudu et la plupart des routes qui y mènent. L’armée est rapidement intervenue pour enlever les barrages et chasser leurs occupants. Slate

Elections locales en Côte d’Ivoire : bras de fer entre le PDCI et le RHDP
En Côte d’Ivoire, les municipales tournent au bras de fer entre le RHDP et le PDCI. Après plusieurs incidents, l’heure est désormais à l’apaisement après l’officialisation de la victoire au Plateau du candidat du PDCI.Nouveau rebondissement dans l’enquête sur le génocide rwandais.Le Parquet de Paris réclame un non-lieu contre les proches du président Kagamé, soupçonnés d’être impliqué dans l’attentat de 1994.Et puis, l’Afrique à l’honneur au salon du livre de Francfort. France 24

La RD Congo fait face à la première épidémie d’Ebola en zone de conflit
L’épidémie d’Ebola qui frappe depuis août le Nord-Kivu a déjà fait au moins 131 morts. L’OMS s’alarme de la recrudescence des infections et de la difficulté de dépister les patients dans une région en proie à des conflits armés violents. La situation est inédite. Pour la première fois depuis la découverte du virus Ebola en 1976, les organisations de santé sont confrontées à une grave épidémie de fièvre hémorragique dans une zone de conflit. Plus de 200 cas confirmés et 131 décès ont été recensés dans le territoire de Beni, dans l’est de la République démocratique du Congo, depuis début août. Cette zone forestière du Nord-Kivu très densément peuplée, qualifiée localement de « triangle de la mort », est le fief de plusieurs groupes armés qui font face aux soldats congolais. Parmi eux, les rebelles ougandais des Allied democratic forces (ADF), qui ont fait en quatre ans plus de 700 victimes civiles dans la région, selon l’ONU. France 24

Le président angolais se réjouit d’avoir freiné la corruption, optimiste sur l’économie
Le président angolais Joao Lourenço s’est réjoui lundi des résultats obtenus sur le front de la lutte contre la corruption, qui vise surtout le clan de son prédécesseur, et laissé entrevoir une amélioration de la situation économique en 2019. Les mesures prises depuis un an « témoignent du sérieux et de la fermeté avec lesquels nous cherchons à lutter contre l’acceptation et la banalisation de pratiques non recommandables pour la gestion du pays », a déclaré M. Lourenço lors de son discours ouvrant la nouvelle session parlementaire. « Nous avons commencé à freiner et même à empêcher certaines des pratiques les plus préjudiciables au Trésor public et aux intérêts de la grande majorité », a-t-il ajouté, répétant la promesse que « personne ne bénéficierait plus de privilèges ». TV5

Des migrants fuient l’Angola après une « répression brutale »
Des migrants congolais qui fuient le nord-est de l’Angola indiquent avoir été victimes de violences. Des dizaines de milliers de personnes ont fui en République démocratique du Congo (RDC) pour échapper aux attaques des forces de sécurité. Nombre d’entre eux sont des chercheurs de diamants exploitant des mines artisanales à petite échelle. L’agence de presse Reuters a recoupé des témoignages concernant ces événements relayant des informations selon lesquelles des troupes angolaises avaient pris d’assaut la ville de Lucapa et tué des dizaines de personnes. BBC

L’Angola envisage de fermer « les églises non officielles »
L’Angola prévoit de fermer les églises « illégales » à partir du mois de novembre. Cette décision intervient près d’un mois après que l’Etat a rendu publique la législation pour réglementer les activités religieuses dans le pays rappelle le site d’information en ligne Jornal de Angola. « Les confessions religieuses illégales en Angola seront fermées à partir du mois de novembre », a indiqué le directeur national chargé des questions religieuses au ministère de la Culture, Francisco de Castro Maria. On s’attend à ce que cette décision ait un impact sur les églises dirigées par des étrangers en Angola, comme l’a affirmé M. Castro Maria, qui a rappelé que 50% des églises du pays sont établies par des étrangers venant de la République démocratique du Congo, du Brésil, du Nigeria et du Sénégal.  BBC

Burkina: première pierre d’un monument à la mémoire de Thomas Sankara
La première pierre d’un monument à la mémoire de Thomas Sankara a été posée lundi à Ouagadougou, 31 ans jour pour jour après l’assassinat du père de la révolution burkinabè parfois qualifié de « Che africain ». La statue de 5 m de haut, un bronze en ronde bosse, sera érigée sur une superficie de quatre hectares au siège du Conseil national de la révolution, où le président Sankara a été tué par un commando le 15 octobre 1987 à 37 ans lors du coup qui porta au pouvoir son compagnon d’armes, Blaise Compaoré. Ce dernier, soupçonné d’avoir participé au complot par de nombreux Burkinabè, fut à son retour renversé lors d’un soulèvement populaire le 31 octobre 2014. La mort de Thomas Sankara, devenue une figure panafricaine, était un sujet tabou pendant ses 27 ans de pouvoir.  TV5



Photo: Adam Jones