Revue de Presse du 16 octobre 2017

Près de 280 morts dans l’attentat de Mogadiscio
Au moins 276 personnes ont été tuées et 300 blessées dans l’attentat au camion piégé mené samedi dans le centre de Mogadiscio, la capitale somalienne, selon les informations de VOA Somali. Aucun bilan officiel n’a encore été communiqué sur cet attentat survenu en milieu d’après-midi samedi sur le carrefour PK5, situé dans le district de Hodan, un quartier commercial très animé de la capitale avec ses magasins et ses hôtels. Selon le service somalien de VOA, le ​chiffre est passé à 276 morts et plus de 300 blessés. Un journaliste de VOA fait partie des victimes blessées par l’attentat. M. Farmajo a décrété un deuil national de trois jours, après cet attentat considéré par les Somaliens comme le pire de l’histoire de leur pays. VOA

Attentat à Mogadiscio : « les islamistes somaliens shebab maintiennent leur capacité de nuisance » France 24

Attentat de Mogadiscio: Paris, Londres, Washington et l’Union africaine expriment leur soutien
Paris, Londres, Washington, Ankara et l’Union africaine (UA) ont assuré dimanche la Somalie de leur soutien après le puissant attentat au camion piégé qui a causé la mort d’au moins 137 personnes samedi à Mogadiscio. « Solidarité avec la Somalie. Soutien à l’Union africaine contre les groupes terroristes islamistes. La France se tient à vos côtés », a écrit le président français Emmanuel Macron sur Twitter. Boris Johnson, ministre britannique des Affaires étrangères, condamne « fortement le lâche attentat de Mogadiscio » dans un communiqué. « Le Royaume Uni continuera à soutenir la Somalie dans sa lutte contre le terrorisme (…) Mes pensées vont aux familles de victimes, au gouvernement et aux Somaliens dans ces moments difficiles ». TV5

Mort de l’ex président malgache Albert Zafy
L’ancien président malgache Albert Zafy, qui a dirigé la Grande Ile de 1993 à 1996, est décédé vendredi à l’âge de 90 ans. « Nous présentons toutes nos condoléances à sa famille, l’ancien président Albert Zafy est mort aujourd’hui, vendredi 13 octobre 2017, à l’hôpital Saint-Pierre à la Réunion », a indiqué la présidence de la République de Madagascar sur son compte Facebook. M. Zafy était arrivé au pouvoir en 1993, après trois années de mobilisation populaire des « Forces vives » dont il était le leader. Il avait dirigé la transition politique qui avait mis fin aux vingt-cinq ans de régime socialiste de Didier Ratsiraka. BBC

Côte d’Ivoire : crash d’un avion cargo
Un avion s’est abîmé ce samedi dans l’océan peu après son décollage de l’aéroport international d’Abidjan, en Côte d’Ivoire, a annoncé Reuters, citant à un témoin. Après le crash, les secouristes ont sorti deux corps de l’avion, brisé en plusieurs morceaux. Deux autres corps ont été localisés dans l’épave. L’accident s’est produit lors d’un orage, avec des pluies violentes et des éclairs. Les opérations de sauvetage sont en cours. BBC

Kenya : six personnes tuées dans un lycée
Selon les medias locaux, le principal suspect de cette attaque a été arrêté. L’attaque s’est produite vers 03H00 (minuit GMT), alors que les élèves du lycée de Lokichogio dormaient dans leurs chambres. Les assaillants, au nombre desquels figurerait un élève du lycée récemment suspendu, appartiendraient à une milice de la tribu Toposa du Soudan du Sud, frontalier du Kenya, selon Seif Matata. La Croix Rouge kenyane a indiqué avoir évacué plusieurs blessés par avion vers l’hôpital d’Eldoret, plus au sud. BBC

Kenya : deux opposants tués dans des manifestations interdites
Deux manifestants ont été tués vendredi dans l’ouest du Kenya au cours d’affrontements avec la police, des centaines de personnes ayant bravé l’interdiction de manifester pour faire entendre leur voix en vue de la présidentielle du 26 octobre. À Bondo, la ville d’où est originaire le leader de l’opposition, Raila Odinga, des coups de feu ont été tirés pendant qu’une foule nombreuse défiait des policiers devant le poste de police local. Deux personnes ont été tuées par balle, ont indiqué à l’AFP des témoins. Le responsable sécuritaire de la région, Wilson Njega, a confirmé les deux décès, indiquant qu’un rapport serait publié une fois que les circonstances exactes de leur mort seront connues. Jeune Afrique

Sept officiers radiés de l’armée gambienne
Sept officiers gambiens ont été radiés des rangs de l’armée. Ils sont accusés d’avoir violé le code militaire gambien en envoyant des informations sensibles à l’ancien président Yaya Jammeh, exilé en Guinée équatoriale depuis janvier dernier. Sept autres militaires gambiens sont en détention depuis juillet pour participation présumée à la préparation d’une mutinerie. BBC

Présidentielle au Liberia: vers un second tour Weah-Boakai
Le Liberia se dirige vers un second tour opposant George Weah à Joseph Boakai à la présidentielle. Selon les résultats annoncés ce dimanche soir par la Commission électorale portant sur 95 % des votes, l’ex-star du PSG est arrivée en tête du premier tour avec 39 % des voix, devant l’actuel vice-président qui a recueilli 29 % pour cent. Le résultat annoncé par la Commission électorale confirme les tendances de ces derniers jours. C’est maintenant que le plus dur commence pour George Weah, déjà en tête au premier tour de la présidentielle 2005 avec 8 points d’avance sur une certaine Ellen Johnson Sirleaf qui l’emporta finalement avec 60 % des voix. Bis repetita ? RFI

Mali: un haut gradé du Mouvement pour le salut de l’Azawad abattu
Au Mali, le Mouvement pour le salut de l’Azawad (MSA), groupe armé qui évolue dans la région de Ménaka, près de la frontière avec le Niger, est sous pression depuis plusieurs semaines. Ces troupes sont régulièrement attaquées. Dimanche 15 octobre, un haut gradé du MSA a été abattu alors qu’il rentrait chez lui. L’officier abattu était un « élément clef » dans le dispositif de sécurisation de Ménaka, confie Moussa Ag Acharatoumane, le leader du Mouvement pour le salut de l’Azawad (MSA). RFI

A Kinshasa, Zuma exprime son soutien au processus électoral en RDC
Le président sud-africain Jacob Zuma a exprimé dimanche à Kinshasa son « soutien au processus électoral en cours en République démocratique du Congo » après une rencontre avec son homologue congolais Joseph Kabila, a annnoncé la présidence congolaise, alors que l’opposition en RDC accuse le président Kabila de vouloir se maintenir au pouvoir par tous les moyens. « Les deux chefs d’Etat ont réaffirmé leur détermination à consolider les acquis de la démocratie, de la stabilité, de la sécurité et de la prospérité en faveur des peuples de la région », ajoute le communiqué de la présidence avant un sommet des chefs d’Etat sur la sécurité dans la région des Grands Lacs prévue jeudi à Brazzaville. Le chef de l’opposition congolaise, Félix Tshisekedi, a qualfiié de « forfaiture » cette semaine l’annonce du président de la Commission électorale, Corneille Nangaa, selon laquelle il n’y aurait pas d’élection avant 2019 pour la succession de M. Kabila. VOA

RDC: l’armée découvre 26 corps, victimes des rebelles ougandais, au Kivu
Les autorités congolaises ont découvert dimanche 26 corps de personnes tuées, selon l’armée congolaise, le 7 octobre dans l’est de la République démocratique du Congo dans une attaque attribuée aux rebelles musulmans ougandais des Forces démocratiques alliées (ADF). « Nous sommes arrivés au PK40 ce dimanche où nous avons trouvé 26 corps en état de décomposition dont une femme et un militaire congolais et 21 motos brûlées. Nous sommes arrivés avec l’équipe de la protection civile qui a procédé à l’inhumation de ces corps », a déclaré l’officier Mak Hazukai, porte-parole de l’armée dans le territoire de Beni, l’une des divisions de la province du Nord-Kivu. « Ce sont les corps des personnes qui sont tombées dans l’embuscade des ADF la semaine dernière », a-t-il ajouté. La Libre

Des milliers de déplacés dans des violences interethniques en Ethiopie
Des affrontements d’une rare violence le long de la frontière entre les régions Somali et Oromia ont fait plusieurs centaines de morts ces derniers mois. Cette frontière longue de plus d’un millier de kilomètres est depuis des années le théâtre de tensions en raison de vieux désaccords sur sa démarcation et sur le partage des terres et des ressources en eau très convoitées. Malgré la signature il y a quelques mois d’un accord entre les présidents des deux régions pour cesser les hostilités, le conflit a récemment pris une ampleur sans précédent, et les joutes verbales entre dirigeants se sont multipliées. Les Oromo ont manifesté dans quatre villes de leur région, le 12 septembre, pour protester notamment contre l’inaction du gouvernement fédéral face aux attaques à la frontière. Le Monde



Photo: Adam Jones