Revue de Presse du 16 février 2018

Ethiopie: démission du Premier ministre Hailemariam Desalegn
Sa démission n’est pas vraiment une surprise, contrairement au moment choisi pour le faire. En Éthiopie, Hailemariam Desalegn a annoncé ce 15 février sa volonté d’abandonner ses deux casquettes de Premier ministre et de président de la coalition au pouvoir. La rumeur circulait avec insistance dans les milieux politiques et journalistiques d’Addis-Abeba, la capitale, depuis déjà plusieurs semaines. Qu’est-ce qui a décidé le Premier ministre éthiopien à franchir le pas et à démissionner maintenant ? Différentes hypothèses sont possibles. RFI

Afrique du Sud : les casseroles judiciaires de Jacob Zuma
Jacob Zuma a finalement démissionné, mercredi 14 février, poussé dehors par son propre parti, le Congrès national africain (ANC), au terme de longues tractations. Il traîne derrière lui une ribambelle de scandales qui ont dominé ses deux mandats et l’ont déjà mis sur le banc des accusés. Ses ennuis judiciaires ont toutes les chances de se poursuivre et de s’intensifier maintenant qu’il ne bénéficie plus ni du soutien de l’ANC ni de son immunité de président et qu’il ne peut plus interférer dans l’appareil policier et juridique. Le Monde

Ramaphosa s’engage contre « la corruption »
Le nouveau président de l’Afrique du Sud déclare que « les problèmes de corruption » et le combat contre « les influences extérieures sur la gestion de l’Etat » font partie de ses priorités. Cyril Ramaphosa a fait cette promesse en répondant à Narend Singh, un député de l' »Inkatha Freedom Party », qui a demandé au chef de l’Etat de retirer du gouvernement les ministres dont les noms ont été cités dans des affaires de corruption. Lors d’une session extraordinaire tenue par le parlement pour élire le successeur de Jacob Zuma, M. Ramaphosa a accusé l’opposant Mmusu Maimane de faire de la « démagogie ». BBC

Afrique du Sud: l’étau judiciaire se resserre autour des Gupta
Cyril Ramaphosa avait fait campagne sur le thème de la lutte contre la corruption. Il se trouve qu’au moment où il accède au pouvoir, les enquêtes sur la corruption au sommet de l’Etat avancent à grands pas. On apprend ce jeudi 15 février qu’un mandat d’arrêt a été émis contre l’un des frères Gupta, dans le cadre de l’enquête sur un vaste scandale de détournement de fonds et de corruption. Mercredi, la police avait fait une perquisition dans une maison cossue de Johannesburg appartenant à la famille Gupta. RFI

Gabon: aller ou ne pas aller aux élections? La galaxie Jean Ping divisée
Neuf partis politiques, sur les vingt qui forment la Coalition pour la nouvelle République dirigée par Jean Ping dans le but de récupérer sa victoire que lui aurait volée l’actuel chef de l’Etat, ont annoncé jeudi 15 février qu’ils n’iront pas aux élections législatives prévues en avril prochain. Quelle est la position de Jean Ping lui-même alors que d’autres partis de la coalition souhaitent se jeter dans la bataille ? RFI

RDC: une propriété du président Kabila à nouveau attaquée dans le Nord-Kivu
En RDC, une autre propriété privée du président Joseph Kabila a été visée par une attaque des Maï-Maï dans le Nord-Kivu, dans l’est du pays. Des violents affrontements ont opposé jeudi 15 février à l’aube des éléments de la garde républicaine et des Maï-Maï autour de la ferme de Kabasha. L’attaque contre une résidence du président Joseph Kabila a été confirmée par le porte-parole de l’armée congolaise. Mais ce dernier s’est réservé le droit de donner le bilan des affrontements. De son côté, la société civile en RDC avance le chiffre de trois morts dans les rangs des assaillants. L’armée aurait fait également de nombreux prisonniers. RFI

Référendum constitutionnel: des Burundais dénoncent un «enrôlement forcé»
Au Burundi, l’enrôlement des électeurs bat son plein en vue d’un référendum constitutionnel contesté et prévu en mai prochain mais aussi des élections générales de 2020. A mi-parcours de cette période qui s’étend du 8 au 17 févier, la Commission électorale nationale indépendante (Ceni) s’est dit satisfaite. Elle assurait ce 14 février que 58% des électeurs attendus s’étaient déjà fait inscrire. Mais l’opposition, des témoins et les quelques médias indépendants encore actifs au Burundi dénoncent des « enrôlement forcés » à travers tout le pays et une pression accrue sur la population à l’approche de la fin de la période prévue pour l’enrôlement des électeurs. RFI

Ouverture du dialogue politique au Togo
Après plus de six mois de crise marquée par des manifestations de rue, le pouvoir de Lomé et l’opposition se réunissent autour de la table. Les travaux ont débuté par une rencontre préparatoire sous la médiation ghanéenne et guinéenne. La réunion préparatoire comptant pour la première étape du dialogue politique a effectivement démarré jeudi après-midi à Lomé. Le secrétaire général du comité d’action pour le renouveau (CAR), Jean Kissi, le conseiller en communication de Jean-Pierre Fabre, Eric Dupuy, le conseiller spécial de Tikpi Atchadam, Ouro Djikpa Tchatchikpi, représentent la coalition de l’opposition. VOA

L’opposition exige une nouvelle commission électorale en Côte d’Ivoire
L’opposition ivoirienne demande la mise en place d’une nouvelle commission électorale « consensuelle », avant l’organisation des élections municipales et régionales prévues cette année, menaçant de les boycotter. Pour une fois d’accord, les deux tendances rivales du Front populaire ivoirien (FPI) ont trouvé « injuste et inacceptable la surreprésentation du pouvoir dans la CEI », l’actuelle commission électorale indépendante, chargée d’organiser les scrutins à venir. Le camp des « frondeurs » du parti fondé par l’ancien président Laurent Gbagbo, et le camp rival dirigé par Pascal Affi N’Guessan, l’actuel président du parti, ont tenu des conférences de presse séparées au même moment jeudi à Abidjan. VOA

Quelque 200.000 nouveaux réfugiés sud-soudanais attendus au Soudan
Quelques 200.000 nouveaux réfugiés du Soudan du Sud sont attendus cette année au Soudan, fuyant le conflit meurtrier et la famine dans leur pays, a indiqué jeudi l’ONU. Né en 2011 après sa séparation d’avec le Soudan, le Soudan du Sud a sombré fin 2013 dans une guerre civile qui a fait des dizaines de milliers de morts, près de quatre millions de déplacés et provoqué une crise humanitaire catastrophique. De nombreux cessez-le-feu ont été signés depuis entre le président Salva Kiir et son rival, l’ancien vice-président Riek Machar, sans être respectés. VOA

Sahel : Iyad Ag Ghali tente-t-il un rapprochement avec Abou Walid al-Sahraoui ?
Le chef du Groupe de soutien à l’islam et aux musulmans, déjà à la tête d’un regroupement de plusieurs groupes jihadistes, tenterait d’étendre son influence dans la région, notamment via un rapprochement avec l’émir de l’État islamique au grand Sahara. Au Mali, Iyad Ag Ghali, leader du Groupe de soutien à l’islam et aux musulmans (GSIM), et Abou Walid al-Sahraoui, émir de l’État islamique au grand Sahara (EIGS), ont-ils entamé un rapprochement ? Jeune Afrique

Scandale à Oxfam: Desmond Tutu renonce à son rôle d’ambassadeur
L’ancien archevêque sud-africain Desmond Tutu, prix Nobel de la paix, a annoncé jeudi qu’il renonçait à son rôle d’ambassadeur pour l’ONG britannique Oxfam, éclaboussée par un scandale sexuel. Dans un communiqué, Desmond Tutu se dit « profondément déçu par les accusations d’immoralité et de possible comportement criminel impliquant des travailleurs humanitaires » liés à l’ONG. Il est également « attristé par l’impact de ces allégations sur des milliers de personnes qui soutenaient les bonnes causes d’Oxfam ». Le héros de la lutte contre l’apartheid a en conséquence « donné instruction d’écrire à Oxfam International pour l’informer de sa démission de son rôle d’ambassadeur ». TV5

Togo: un archevêque appelle Faure Gnassingbé à partir en 2020
L’archevêque émérite de Lomé (1992 à 2007) et ancien président de la conférence nationale en 1991, Mgr Philippe Fanoko Kpodzro, a appelé mercredi le président Faure Gnassingbé à partir à la fin de son mandat en 2020. « En toute humilité, je réitère la demande de la réhabilitation de la constitution de 1992 dans son intégralité, avec toutes ses implications juridiques. Ce qui suppose que notre chef de l’Etat finisse complètement, convenablement et dignement son mandat actuel et accepte de ne plus se représenter aux élections de 2020, ce qui sera tout à son plus grand honneur », a déclaré Mgr Kpodzro, lors d’une conférence de presse. « J’appuie tous ceux qui demandent qu’il (Faure Gnassingbé) s’en aille en 2020. Je ne dis pas qu’il quitte aujourd’hui. Il faut laisser le chef de l’Etat terminer complètement, dignement le mandat en cours », a poursuivi le prélat en ajoutant : « l’entêtement à ne pas quitter le pouvoir, c’est diabolique ». TV5

Saleh Kebzabo : « Idriss Déby n’a aucune solution pour le Tchad »
Grève générale largement suivie depuis fin janvier dans la fonction publique pour protester contre de nouvelles coupes de salaires, appels à des marches pacifiques sévèrement réprimées pour cause de « trouble à l’ordre public », suspension de l’aide budgétaire du Fonds monétaire international (FMI), statu quo des discussions engagées avec le géant du commerce des matières Glencore pour renégocier une dette de plus de 1 milliard de dollars (plus de 800 millions d’euros) devenue insoutenable depuis la chute des cours du pétrole en 2014. Idriss Déby, au pouvoir au Tchad depuis 1990, affronte une nouvelle vague de contestation. Le Monde



Photo: Adam Jones