Revue de Presse du 16 août 2018

Ibrahim Boubacar Keïta réélu
Le président Ibrahim Boubacar Keïta réélu pour un nouveau mandat de cinq ans. Le président Ibrahim Boubacar Keïta du Mali a été réélu jeudi pour un nouveau mandat de cinq ans. Selon les résultats officiels du second tour de l’élection présidentielle qui s’est tenu dimanche, il bat son adversaire Soumaïla Cissé avec 67,17% des voix. Soumaïla Cissé obtient 32,83% des surffrages alors que le taux de participation est estimé à 34,54%.  BBC

Le pouvoir malien accusé d’avoir « torturé » un membre de l’équipe de Soumaïla Cissé
Un technicien-monteur ivoirien travaillant pour le candidat de l’opposition au Mali, Soumaïla Cissé, a été « maltraité » et « torturé » par les services de sécurité maliens, a accusé la direction de sa campagne à la veille de la publication des résultats du second tour. Abel Kouassi Konan, un employé de Smartmedia, l’agence qui s’occupe de la communication de M. Cissé, « a été libéré après trois jours de détention par la Sécurité d’Etat du Mali », a indiqué dans un communiqué le directoire de campagne du chef de file de l’opposition. « Abel a été maltraité, torturé et est présentement hospitalisé », ajoute l’équipe de M. Cissé, qui était opposé dimanche au président sortant Ibrahim Boubacar Keïta. VOA

Les rebelles du Darfour renforcent leur présence en Libye, selon un rapport de l’ONU
Des rebelles de la région soudanaise du Darfour sont en train de renforcer leur présence en Libye et de consolider leurs capacités militaires pour tenter de retourner combattre au Soudan, selon un rapport confidentiel de l’ONU consulté par l’AFP mercredi. Selon ce texte élaboré par un panel d’experts de l’ONU, Khartoum continue de son côté à déverser des armes au Darfour pour y soutenir sa campagne militaire, en violation de l’embargo sur les armes de l’ONU. « Ces derniers mois, la plupart des groupes rebelles du Darfour ont consolidé leur présence en Libye », devenue « une source importante de financement pour les groupes armés darfouris », indique le rapport de 53 pages récemment envoyé au Conseil de sécurité. TV5

Libye: 45 miliciens condamnés à mort pour avoir tué des manifestants en 2011
Une cour libyenne a condamné mercredi à mort 45 miliciens accusés d’avoir tué des manifestants protestant contre le régime de Mouammar Kadhafi pendant la révolte populaire de 2011, a indiqué le ministère de la Justice. C’est la première fois depuis la fin de la révolte qui renversa le dictateur Kadhafi qu’un si grand nombre de personnes sont condamnées à mort dans un seul procès. Selon un communiqué du ministère, le verdict a été prononcé à l’encontre de 122 personnes, toute en détention et jugées dans cette affaire. La Cour criminelle de Tripoli a statué en présence des avocats et des proches des accusés, dans l’affaire connue sous le nom du « périphérique d’Abou Slim », un quartier de la capitale libyenne qui était acquis au régime Kadhafi et où ont été tués les manifestants, selon le communiqué. TV5

Fatigue et colère dans l’armée nigériane après l’intensification des attaques de Boko Haram
Bien que l’armée nigériane qualifie l’incident de « malentendu », la fatigue et la colère sont palpables parmi les soldats qui se sont mutinés ce week-end pour protester contre un ordre de redéploiement en zone contrôlée par Boko Haram. Dimanche, des centaines de soldats ont protesté en tirant en l’air à l’aéroport de Maiduguri, dans la capitale de l’Etat du Borno (nord-est), pour signifier leur refus d’être envoyés sur une base militaire dans la région reculée du lac Tchad, région de repli du groupe jihadiste nigérian. « Lorsqu’on est arrivés ici, ça ne devait pas être pour plus d’un an, mais maintenant ça fait quatre ans qu’on est là », confie à l’AFP un soldat mécontent sous couvert d’anonymat. « Et voilà qu’ils nous envoient à Marte », une ville sous contrôle du groupe Etat islamique. TV5

Infographie – Cameroun : où en est la guerre contre Boko Haram ?
Si le conflit a baissé d’intensité, la lutte entre l’armée camerounaise et les terroristes de Boko Haram reste meurtrière et se poursuit le long de la frontière avec le Nigeria. Comment la stratégie des terroristes a-t-elle évolué cette dernière année ? Quelles conséquences cette guérilla a-t-elle sur les populations ? Réponses en infographie. Avec la crise dans les régions anglophones du Cameroun, le conflit avec les terroristes islamistes de Boko Haram semble être passé au second plan. Pourtant, le long de la frontière nigérienne, dans l’Extrême-Nord, il n’a pas cessé. Les victimes y sont toujours nombreuses, bien que les attentats de masse soient moins fréquents. Au moins 135 civils y ont été tués en 2018, pour 18 militaires. Jeune Afrique

La Zanu-PF conteste les preuves du MDC
La Zanu-PF conteste les preuves de l’Alliance MDC dans le cadre de la remise en cause du résultat de l’élection présidentielle. La Zanu-PF, le parti au pouvoir au Zimbabwe, a déposé auprès de la justice des documents qui prennent à contre-pied ceux de l’Alliance MDC qui conteste le verdict des urnes après la présidentielle indique le journal The Herald. Au terme des opérations de vote, les résultats officiels indiquent que le président Emmerson Mnangagwa a obtenu 50,8% des suffrages, contre 44,3% pour le leader de l’opposition Neslon Chamisa de l’Alliance MDC.  BBC

Partielles sous tension en Ouganda
Les législatives partielles dans le nord de l’Ouganda se déroulent sous fond de violence et d’arrestation. La campagne électorale a été tendue entre les partisans du président Yoweri Museveni et ceux de l’opposant et musicien Robert Kyagulanyi alias Bobi Wine. Un faible taux de participation est attendu dans la municipalité d’Arua. La violence dans la ville lundi soir, qui a fait un mort semble avoir assombri le scrutin. Le chauffeur de l’opposant Robert Kyagulanyi a été abattu lundi dans la ville d’Arua dans le nord du pays.  BBC

Le corps de Savimbi exhumé pour être enterré « dignement » en Angola
Le corps de Jonas Savimbi, chef historique de la rébellion angolaise Unita tué en 2002, sera exhumé « avant la fin de l’année » pour être enterré « dignement » a annoncé l’actuel chef de l’Unita, devenu un parti politique, à sa sortie d’un entretien avec le président angolais. Isaias Samakuva, leader de l’Union nationale pour l’indépendance totale de l’Angola, a assuré avoir « reçu des garanties » du président Joao Lourenço selon lesquelles « les restes » de Savimbi « seraient rendus avant la fin de l’année ». Seigneur de guerre aussi charismatique que controversé, Savimbi avait été tué au combat lors d’un accrochage avec les forces gouvernementales angolaises le 22 février 2002. Sa mort a mis fin à un conflit qui durait depuis l’indépendance de l’Angola en 1975. VOA

RDC : Le M23 menace de reprendre les armes
Le M23 menace de reprendre les armes si le processus électoral n’est pas inclusif, transparent et libre. Dans une déclaration politique faite ce lundi 13 août, la rebellion du M23, défaite en 2013 par l’armée Congolaise à l’est de la RDC, confirme sa présence physique sur le territoire national congolais depuis le 14 janvier 2017. C‘est à la suite du non-respect par le gouvernement Congolais des déclarations signées le 12 décembre 2013 à Nairobi, que les anciens rebelles sont revenus en RDC, mais pas pour y faire la guerre plutôt pour apporter leur soutien au processus électoral,écrit le communiqué signé par Bertrand Bisimwa, chef politique de la rebellion. Africa Info

Plus de 520 migrants secourus par les gardes-côtes espagnols
Les gardes-côtes espagnols ont annoncé mercredi 15 août avoir secouru durant la journée plus de 520 migrants à bord d’embarcations de fortune aux abords du pays, désormais première porte d’entrée par la mer des migrants en Europe. À 14 h 30 GMT, 524 migrants, répartis sur 12 bateaux, avaient été secourus dans le détroit de Gibraltar et dans la mer d’Alboran, séparant l’Espagne du Maroc, a détaillé un porte-parole des gardes-côtes. L’Espagne est devenue cette année la première porte d’entrée par la mer des migrants clandestins en Europe, passant devant l’Italie dont le ministre de l’Intérieur Matteo Salvini défend une ligne dure face à l’immigration : le 9 août dernier, elle a accueilli le navire Open Arms, qui avait secouru 87 migrants au large de la Libye. Depuis le début de l’année, plus de 25 000 migrants sont arrivés en Espagne à bord d’embarcations de fortune, selon le dernier bilan de l’organisme de l’ONU chargé des migrations, soit près de trois fois plus qu’en 2017 sur la même période. Le Point

Lagos, Douala, Dakar… parmi les villes les moins agréables à vivre au monde
La qualité de vie se cherche une place dans certaines villes africaines. Si l’on s’en tient en tout cas au dernier classement de l’Economist Intelligence Unit (EIU) qui évalue chaque année la qualité de vie dans le monde, l’Afrique ne tient pas le haut du pavé. Sept des dix villes les moins agréables au monde se retrouvent en effet sur le continent. La plus grande ville du Nigeria, Lagos, pointe à la 138e place, soit à deux points de la dernière place occupée par la capitale syrienne Damas. La mégapole nigériane est suivie de près par Harare (135), Tripoli (134), Douala (133), Alger (132) et Dakar (131). A l’inverse, Johannesburg a pu faire bonne figure en occupant le 86e rang, devenant de facto la ville la plus agréable en Afrique.  Africa News

Jugement Monsanto : en Afrique, la fin du glyphosate n’est pas pour demain
Si, en Afrique, certains s’inquiètent de la condamnation de Monsanto à payer 290 millions d’euros à un jardinier américain, qui a contracté un cancer après avoir utilisé le Roundup, le continent n’est pas prêt à tourner la page du glyphosate. “Nous avons eu la preuve au Bénin de la présence du glyphosate dans les poissons, dans les aliments… Beaucoup de jeunes meurent du cancer dans le pays. » Ce cri d’alarme d’Enagnon Brice Sohou, docteur en gestion de l’environnement et spécialiste des risques et catastrophes sur la radio allemande Deutsche Welle, lundi 13 août, est caractéristique des inquiétudes qu’a suscitées en Afrique la condamnation du géant de l’agrochimie Monsanto aux États-Unis. La puissante firme doit payer près de 290 millions de dollars de dommages et intérêts au jardinier Dewayne Johnson qui l’accusait d’être responsable de son cancer. Il reproche à la filiale du groupe allemand Bayer d’avoir caché la dangerosité du Roundup Pro, l’herbicide le plus utilisé dans le monde.  France 24



Photo: Adam Jones