Revue de Presse du 15 février 2017

Une centaine de morts dans des combats contre une milice en RDC, selon l’Onu
Les opérations de l’armée congolaise contre la milice de Kamwina Nsapu ont fait 101 morts, dont 39 femmes, entre les 9 et 13 février dans le centre de la République démocratique du Congo (RDC), a fait savoir mardi le Haut Commissariat de l’Onu aux droits de l’homme, citant des sources locales. « Nous sommes profondément préoccupés par le grand nombre de décès signalés qui, s’il est confirmé, laisse supposer un recours disproportionné à la force de la part des soldats », a déclaré Liz Throssell, porte-parole de l’organisation. Les militaires ont, selon elle, ouvert le feu sans distinction à la mitrailleuse dès qu’ils repéraient des miliciens. Kamwina Nsapu, un chef traditionnel, a été tué en août après avoir juré de chasser les forces gouvernementales du Kasaï-Central où elles ont selon lui commis des exactions aux dépens des civils. Reuters

Bénin : le visa de court séjour est supprimé pour les ressortissants de 31 pays africains
Les autorités béninoises ont décidé en fin de semaine dernière d’exempter de visa d’entrée dans le pays les ressortissants de 31 pays africains, comme l’avait promis le président Patrice Talon. Cette exemption concerne les séjours de moins de 90 jours. Le chef de l’État, Patrice Talon, l’avait annoncé en août dernier, lors d’une visite au Rwanda : il envisageait alors de supprimer les visas pour les Africains. « M’inspirant de l’expérience du Rwanda, j’ai décidé que le Bénin n’exigera plus de visa aux Africains. La coopération Sud-Sud peut avoir un vrai sens. Mon espoir est que la coopération entre le Rwanda et le Bénin peut servir d’exemple », avait déclaré le président Béninois. Jeune Afrique

Libye: «Les mécanismes trop compliqués et contradictoires bloquent l’accord»
Depuis hier, les deux hommes forts de la Libye sont au Caire, en Egypte, et pourtant ils ne se sont toujours pas rencontrés. Qu’est ce qui bloque ? Pourquoi l’accord signé fin 2015 au Maroc sous l’égide de l’ONU n’est-il pas mis en oeuvre ? A quoi jouent Trump et Poutine ? Moncef Djaziri est maître d’enseignement et de recherche à l’université de Lausanne, en Suisse. Ce grand spécialiste de la Libye répond aux questions de RFI. RFI

Ouganda : 25 millions de dollars d’aide aux réfugiés
Le pays accueille plus d’un million de réfugiés dont plus de la moitié provient du Soudan du Sud. L’aide américaine va servir à améliorer l’accès à l’eau et à des meilleures conditions sanitaires dans les camps de réfugiés. Il s’agira aussi de contribuer à réduire les violences sexuelles et à assurer la protection dans ces camps. Les chiffres de l’ONU font état de l’arrivée de 52 000 réfugiés sud soudanais en Ouganda depuis le début de l’année. Un chiffre qui augmente de 4000 chaque jour, selon toujours les Nations Unies. BBC

Un attentat déjoué à Kidal
La Force française Barkhane et les forces de la coalition malienne ont déjoué un projet d’attentat à l’engin explosif, indique le ministère de la Défense française. « Informée par la population de l’imminence d’une attaque terroriste à Kidal, le 14 février 2017, la force Barkhane en coordination avec le comité sécuritaire des mouvements de l’Azawad de Kidal (CSMAK), a lancé immédiatement une opération pour stopper la préparation d’un attentat à l’engin explosif improvisé (IED) », soutient le ministère sur son site internet. L’opération de sécurisation de la zone située au Nord-Est de Kidal a permis de mettre la main sur « un plot logistique terroriste et 15 obus de mortier de 60mm équipés de 15 fusées ». BBC

Burundi: échec d’une nouvelle tentative de dialogue
Le facilitateur dans la crise burundaise, Benjamin Mkapa, tente d’organiser une nouvelle fois des discussions entre pouvoir et opposition de jeudi à samedi à Arusha (nord de la Tanzanie), mais pouvoir et opposition refusent de dialoguer. Il a invité à cette occasion un groupe de 33 acteurs clés constitué pour partie du gouvernement et de ses alliés, et pour l’autre, d’opposants au pouvoir burundais. M. Mkapa a notamment invité des grandes figures du Cnared, plateforme regroupant la quasi-totalité de l’opposition burundaise intérieure et en exil, dont son président Jean Minani, ainsi que d’anciennes grandes figures du parti au pouvoir qui ont fui le Burundi après avoir contesté le 3ème mandat de M. Nkurunziza. BBC

Migrants : Tunis rejette les accusations de Berlin
Le Premier ministre tunisien, Youssef Chahed, a nié les allégations des autorités allemandes selon lesquelles la Tunisie traîne le pas pour le rapatriement des ressortissants à qui l’Europe a refusé l’asile. La chancelière allemande, Angela Merkel, devrait aborder la question mardi dans ces échanges avec le chef du gouvernement tunisien en visite à Berlin, la capitale de l’Allemagne. Les demandeurs d’asiles tunisiens sont au cœur des débats depuis l’attentat meurtrier contre un marché de Noël à Berlin, perpétrée par le djihadiste tunisien Annis Amri. BBC

Antiterrorisme : Amnesty s’inquiète du retour de « méthodes brutales » en Tunisie
Dans un rapport publié lundi, Amnesty International exprime des inquiétudes sur les méthodes brutales utilisées en Tunisie dans le cadre de la lutte antiterroriste. Des menaces pour « les avancées obtenues » depuis la révolution de 2011, selon l’ONG. L’ONG Amnesty International expose, dans un rapport publié lundi 13 février, ses craintes au sujet d’une recrudescence « importante » de « méthodes brutales du passé » en Tunisie dans le cadre de la lutte antiterroriste. France 24

Migrants: Merkel insiste sur les expulsions de sans-papiers
Angela Merkel a insisté mardi devant son homologue tunisien, très récalcitrant, sur le fait que les expulsions de demandeurs d’asile déboutés en Allemagne puissent être accélérées, un sujet hautement sensible depuis l’attentat de Berlin commis par un migrant tunisien radicalisé. « L’an dernier, selon mes données, 116 ressortissants tunisiens ont quitté l’Allemagne » après avoir été déboutés de leur demande d’asile, a indiqué la chancelière lors d’une conférence de presse commune à Berlin. « Ce n’est pas encore assez rapide et nous discutons de comment on peut améliorer ce processus et comment le faire sans difficulté », a-t-elle ajouté. Mais avant même sa rencontre avec Angela Merkel, le Premier ministre tunisien Youssef Chahed avait rejeté en bloc les demandes de l’Allemagne qui reproche à Tunis de freiner ces expulsions –1.000 à 1.500 dossiers– en particulier s’agissant de personnes liées à la mouvance salafiste. Berlin adresse le même type de reproches à l’Algérie et au Maroc. TV5

Libération des six journalistes à Abidjan
Six journalistes ont été inculpés avant d’être remis en liberté à Abidjan selon leur syndicat. Ils avaient été interpellés et incarcérés depuis dimanche dans la capitale ivoirienne. Le chef de leur inculpation : « divulgations de fausses nouvelles ». Vamara Coulibaly, Yacouba Gbané et Franck Bamba Mamadou, respectivement directeurs des quotidiens ivoiriens l’Inter et Soir Info (indépendants), du Temps (opposition) et de Notre Voie (opposition), ont été inculpés « d’atteintes à la sureté de l’Etat, à l’incitation des militaires à l’insoumission et à la rébellion » a déclaré à l’AFP le responsable du Syndicat de la presse privée de Côte d’Ivoire, Guillaume Gbato. Ces inculpations concernent également les collaborateurs de ces patrons, Hamadou Ziao (rédacteur en chef de l’Inter), Jean Bédel Gnago (Soir info) et Ferdinand Bailly (Le temps), arrêtés au même moment. VOA

La grogne des étudiants tchadiens continue
Les étudiants du campus universitaire de Toukra situé à une dizaine de km à la sortie Sud de N’Djamena regroupés ce mardi matin devant l’entrée principale du campus. D’autres sur les cendres de leur restaurant brûlés par la police. (Voir légendes). Après un mois des cours. Ces étudiants manifestent leur colère sur l’ensemble du territoire national contre la mauvaise volonté du gouvernement qui refusent selon eux de payer les 6 mois d’arriérés de leur bourse et de revoir leur condition d’études. VOA

Les Nigérians réclament plus de transparence sur la santé du président Buhari
Muhammadu Buhari est absent depuis le 29 janvier. La présidence assure qu’il subit des examens médicaux à Londres mais les Nigérians, craignant que sa mort entraîne un regain de tensions ethniques, réclament plus de transparence. Cette fois-ci l’hypothèse de l’arrivée du président Muhammadu Buhari semblait tellement probable que le personnel de l’aéroport d’Abuja, au centre du Nigeria, avait déroulé un tapis rouge sur la piste où devait se poser l’avion présidentiel. France 24

Nigeria : mais qu’en est-il du président Buhari ?
Les interrogations sont de plus en plus fortes au Nigeria où le souvenir du flou ayant entouré la maladie puis la mort en 2010 du président Umaru Yar’Adua est encore vivace. Pour rappel, l’ex-chef de l’État nigérian est décédé de problèmes rénaux, or ceux-ci avaient longtemps été cachés au grand public. De fait, depuis le début de la semaine dernière, les Nigérians s’interrogent sur l’état de santé du président Muhammadu Buhari qui a repoussé son retour de vacances au Royaume-Uni pour raisons médicales. Le Point

La guerre au Soudan du Sud atteint des « proportions catastrophiques »
Un rapport confidentiel de l’ONU avertit que la guerre au Soudan du Sud a atteint des « proportions catastrophiques pour les civils » et que l’emprise des milices risque de devenir incontrôlable et d’alimenter les combats pour de nombreuses années. Le secrétaire général de l’ONU Antonio Guterres écrit dans ce rapport, obtenu mardi par l’AFP, que les civils fuient villes et villages « en nombre record » et que le risque d’atrocités de masse « est réel ». « La situation sécuritaire continue de se détériorer dans certaines régions du pays et l’impact de ce conflit et des violences atteint des proportions catastrophiques pour les civils », s’inquiète le chef de l’ONU. TV5

En Egypte, même les médias du pouvoir sont ciblés par la censure
« Vous êtes avec nous dans le combat pour l’Egypte. » En s’adressant de la sorte aux médias de son pays, le 9 février au Caire, à l’occasion d’une conférence sur le terrorisme, le président égyptien Abdelfattah Al-Sissi a explicité la vaste entreprise de contrôle de la presse qu’il a lancée depuis sa prise de pouvoir, en juillet 2013. Le 4 janvier déjà, les autorités avaient prolongé la détention du journaliste Mahmoud Hussein, d’Al-Jazira, arrêté à son arrivée au Caire fin 20 décembre 2016 – la chaîne qatarie affiche régulièrement son hostilité au régime. On attend aussi, le 25 février, le jugement en appel des trois principales figures du Syndicat des journalistes, dont son président Yehia Qalash, condamnés à deux ans de prison en première instance pour avoir hébergé deux journalistes révolutionnaires recherchés par la police en mai 2016. Le Monde



Photo: Adam Jones