Revue de Presse du 14 mars 2018

Présidentielle en Sierra Leone : l’opposition en tête, second tour le 27 mars
Julius Maada Bio, candidat de l’opposition, est arrivé légèrement en tête lors du premier tour de la présidentielle en Sierra Leone. Il sera opposé au second tour au candidat du parti au pouvoir, Samura Kamara, le 27 mars. Le candidat du principal parti de l’opposition en Sierra Leone, Julius Maada Bio, a légèrement devancé celui du parti au pouvoir, Samura Kamara, lors du premier tour de l’élection présidentielle du 7 mars et un second tour aura lieu le 27 mars, a annoncé mardi la Commission électorale nationale (NEC). France 24

Maurice: la présidente, impliquée dans un scandale financier, refuse de démissionner
La présidente mauricienne Ameenah Gurib-Fakim, contestant les faits qui lui sont reprochés en lien avec un scandale financier, a annoncé mercredi qu’elle refusait de démissionner, contrairement à ce qu’avait annoncé la semaine passée le Premier ministre Pravind Jugnauth. « N’ayant rien à se reprocher et pouvant apporter des preuves corroborantes, son Excellence Mme Ameenah Gurib-Fakim rejette toute perspective de démission », a annoncé dans un communiqué la présidence mauricienne. Mme Gurib-Fakim, seule femme chef d’État en Afrique, a également fait savoir qu’elle était « prête à intenter une action en justice pour se défendre contre les accusations calomnieuses qui la visent ». TV5

Le conflit pastoral fait 25 morts de plus dans le centre du Nigeria
Des éleveurs sont soupçonnés d’être à l’origine de la mort de 25 villageois dans le centre du Nigeria dans un nouvel épisode du conflit foncier les opposant à des cultivateurs locaux. Le massacre s’est produit lundi dans la zone de Bassa, dans l’Etat du Plateau, quelques jours après la mort de cinq personnes dans des circonstances similaires dans la même région. « Des gens rentraient (du village) de Dundun vers (le village de) Zirechi quand ils ont été attaqués par des hommes armés qui seraient des éleveurs peuls », a déclaré Undie Adie, commissaire de l’Etat. « Je peux confirmer que 25 villageois ont été tués et deux blessés. Des maisons ont aussi été brulées par les agresseurs », a-t-il expliqué à l’AFP. TV5

Niger : trois gendarmes tués dans une attaque « terroriste » à 40 km de Niamey
Trois gendarmes nigériens ont été tués « par des éléments terroristes » à Goubé, près de Nyamey. L’attaque s’est déroulée lundi soir dans cette zone proche du Mali. « Le lundi 12 mars 2918, aux environs de 21H40 (20H40 GMT), le poste de la gendarmerie nationale de Goubé a été attaqué par des éléments terroristes. Nous déplorons trois morts et un blessé dans nos rangs », a annoncé mardi un communiqué du ministère nigérien de la Défense. L’attaque s’est déroulée à une quarantaine de kilomètres au nord de Niamey, dans la région de Tillabéri. Le ministre de la Défense « appelle toutes les forces de défense et de sécurité (FDS) à plus de vigilance et les exhorte à persévérer dans cette lutte contre les bandes terroristes et criminelles ».  Jeune Afrique

L’armée éthiopienne tue 9 civils, 5 000 personnes fuient au Kenya
Près de 5 000 personnes se sont réfugiées du côté kényan de la ville frontalière de Moyale après avoir fui la partie éthiopienne, où neuf civils ont été tués pendant le week-end des 10 et 11 mars par des soldats éthiopiens dans des circonstances controversées, a annoncé mardi 13 mars la Croix-Rouge kényane. « Environ 5 000 réfugiés sont arrivés à Moyale, la majorité étant des femmes et des enfants », indique l’organisation dans un communiqué. Selon un habitant de la ville, qui a requis l’anonymat, l’armée éthiopienne recherche des membres du Front de libération oromo (OLF), un groupe rebelle. « Il y a une agression et un harcèlement continu qui suscite la peur et force les gens à fuir », a-t-il déclaré à l’AFP. Le Monde

Angola: le général Garcia Miala nommé chef du renseignement par le président Lourenço
En Angola, une nouvelle nomination fait couler beaucoup d’encre. Le général Fernando Garcia Miala a été désigné par le président João Lourenço nouveau chef des services de renseignements. Celui-ci, à l’époque chef des services de renseignements extérieurs, avait été condamné à quatre ans de prison en 2008 pour insubordination envers le chef de l’État. Le général Miala avait été accusé d’avoir comploté pour assassiner le président José Edouardo Dos Santos lors d’une cérémonie militaire en 2006. Tentative à laquelle il n’avait pas pris part. RFI

Le Soudan et la Russie signent un accord sur le nucléaire civil
Une délégation soudanaise dirigée par le ministre de l’Energie se trouve en ce moment à Moscou pour accélérer la coordination entre les deux pays dans le domaine du nucléaire. Ce lundi 12 mars, Khartoum a par ailleurs annoncé l’ouverture du secteur de l’uranium à l’investissement. Le Soudan possède déjà la troisième plus grande réserve d’uranium au monde. La Russie renforce ses liens stratégiques avec le Soudan. L’accord signé ce lundi 12 mars lors de la visite de la délégation soudanaise en Russie est le quatrième en moins de six mois. Il porte sur l’utilisation du nucléaire civil et définit un plan de route pour la transformation de la station flottante du port de Bachayer, sur le Nil. D’une petite capacité de 150 megawatts, celle-ci devrait utiliser l’énergie nucléaire. RFI

Présidentielle en RDC: l’UDPS ne soutiendra pas la candidature de Moïse Katumbi
En République démocratique du Congo (RDC), le parti d’opposition historique, l’Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS) a annoncé qu’il ne soutiendra pas la candidature de Moïse Katumbi à la présidentielle congolaise. L’opposant congolais en exil Moïse Katumbi a lancé son mouvement « Ensemble pour le changement » le 12 mars en Afrique du Sud. Pour le secrétaire général de l’Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS) et président par intérim Jean-Marc Kabund, le parti d’opposition historique congolais aura son propre candidat à la présidentielle. L’UDPS dit n’avoir rien contre l’idée d’un candidat unique pour l’opposition, mais pour Jean-Marc Kabund, il devra forcément être issu de ses rangs. RFI

RDC: massacres en Ituri, un député inquiet pour les élections
Un nouveau massacre a frappé l’Ituri mardi, faisant au moins 30 morts dans cette région du nord-est de la République démocratique du Congo où le porte-parole des députés prévient que ces violences ne doivent pas servir de prétexte à un nouveau report des élections. Civils massacrés, villages incendiés, populations déplacées: face aux tourmentes qui prévalent depuis décembre, des habitants s’interrogent sur le rôle des forces de sécurité alors que le ministre de l’Intérieur se trouvait dans la région lundi. Comme les deux précédentes (début et fin février), la nouvelle tuerie a visé des villages du territoire de Djugu, au nord du chef-lieu Bunia, dans cette province entourée par le Soudan du Sud, l’Ouganda, le lac Albert et le Nord-Kivu, à 2.000 km de la capitale Kinshasa. Slate

RDC : et pendant ce temps-là, le chaos avance
Les derniers soubresauts politiques (la loi électorale modifiée en faveur du parti présidentiel PPRD; l’opposition qui se recompose; les marches pacifiques de chrétiens réprimées dans le sang) et économiques (chute du franc congolais de plus de 30% en un an, adoption d’un code minier révisé) en République démocratique du Congo (RDC) ont occupé l’avant-plan de l’actualité, ces derniers mois. Relégués à l’arrière-plan, les soulèvements et crises humanitaires ne se sont pourtant pas effacés pour autant. Au contraire. La Libre

Au moins 25 morts dans des violences intercommunautaires au Mali
Au moins 25 personnes ont péri dans des violences entre les communautés peule et dogon dans le centre du Mali au cours de la semaine écoulée, a indiqué mardi un responsable de la principale association peule de ce pays. Les violences se multiplient depuis deux ans dans le centre du Mali entre Peuls, traditionnellement éleveurs, et les ethnies bambara et dogon, pratiquant majoritairement l’agriculture. « Au cours des huit derniers jours, 25 Peuls ont été tués par des chasseurs dogon qui ont des armes qu’on ne retrouve que dans le stock de l’armée régulière », a déclaré à l’AFP Abdoul Aziz Diallo, président de l’association Tabital Pulaaku, qui regroupe les communautés peuls du Mali. VOA

Fin de la grève des enseignants après un mois de conflit en Guinée
Le principal syndicat enseignant de Guinée a annoncé mercredi la fin de la grève qui paralysait les écoles du pays depuis un mois, après avoir obtenu du gouvernement un accord sur ses principales revendications. « La grève est suspendue », a déclaré devant la presse le leader des grévistes, le secrétaire général du Syndicat Libre des Enseignants et Chercheurs de Guinée (SLECG), Aboubacar Soumah, en se félicitant d’avoir eu gain de cause sur « quatre revendications » essentielles. Entré en dissidence du SLECG depuis des mois, M. Soumah a personnellement obtenu la « levée de la suspension » de son salaire et le paiement de ses arriérés, selon le texte de l’accord présenté dans la nuit de mardi à mercredi par l’Inspecteur général du travail Alya Camara. VOA

Affaire Karim Wade : nouveau revers pour l’État sénégalais devant la justice française
L’État du Sénégal ne pourra pas saisir les biens de Karim Wade et Bibo Bourgi se trouvant sur le sol français. La Cour d’appel de Paris a confirmé mercredi le jugement rendu en première instance en septembre 2016, qui rejetait la demande formulée par le parquet national financier français. En l’espace de quelques secondes, le magistrat de la Cour d’appel de Paris a douché mardi matin les espoirs de l’État sénégalais, en confirmant intégralement le jugement rendu le 26 septembre 2016 par le Tribunal de grande instance (TGI) de Paris. Celui-ci avait considéré que l’enrichissement illicite reproché à Karim Wade, pour lequel il a été définitivement condamné par la Cour suprême sénégalaise en 2015, n’avait pas d’équivalent dans le droit français. Un argument rendant impossible la confiscation de ses biens – et de ceux de Bibo Bourgi – dans l’Hexagone. Jeune Afrique

France: sortie de crise en vue après quatre semaines de mouvement social à Mayotte
Le mouvement social contre l’insécurité et l’immigration clandestine qui touche depuis quatre semaines l’archipel français de Mayotte, dans l’océan Indien, semblait s’acheminer vers une sortie de crise, avec une proposition de lever les barrages routiers. Fatihou Ibrahim, porte-parole du collectif des citoyens, a annoncé mardi soir, au bout de cinq heures de négociations avec la ministre des Outre-Mer Annick Girardin, qu’une levée des barrages routiers serait proposée mercredi à la population. Il faisait partie de la délégation du collectif des citoyens et de l’intersyndicale, à la tête du mouvement de contestation, ainsi que des élus reçus par la ministre, qui avait reçu un accueil très houleux à son arrivée lundi sur le petit département français, situé entre la côte orientale de l’Afrique et Madagascar. TV5

Affaire des faux médicaments au Bénin: 4 ans de prison pour les 5 patrons accusés
Au Bénin, la justice a eu la main lourde contre cinq dirigeants de sociétés pharmaceutiques. Le procès dit des «faux médicaments» jugé en flagrant délit le 6 mars dernier a livré son verdict ce mardi matin. Quatre ans de prison ferme pour chacun assortis de lourdes amendes. RFI

L’Afrique du Sud déclare l’état de catastrophe naturelle
La sécheresse frappe durement la ville du Cap depuis plusieurs mois. Cette décision des autorités sud-africaines va permettre l’accès à des fonds spéciaux. Un montant de 4, 7 milliards de dollars a été réservé dans le budget 2018/2019 afin d’aider les populations touchées. Le ministre de la Gouvernance Coopérative et des Affaires Traditionnelles, Zweli Mkhize, a souligné qu’un processus rigoureux sera suivi lors de l’allocation des fonds de secours. BBC



Photo: Adam Jones