Revue de Presse du 14 juin 2016

Le Conseil de sécurité proroge de six mois le mandat de la Mission de l’ONU en Libye
Le Conseil de sécurité de l’ONU a prorogé lundi jusqu’au 15 décembre 2016 le mandat de la Mission d’appui des Nations Unies en Libye (MANUL). Le Conseil, par la résolution 2291 (2016), adoptée à l’unanimité, charge la Mission en tant que mission politique spéciale intégrée d’appuyer, « dans le strict respect du principe de l’appropriation nationale », la mise en œuvre de l’Accord politique libyen, la formation du Gouvernement d’entente nationale, la mise en place du dispositif de sécurité et les étapes ultérieures de la transition libyenne. Constatant que, depuis le 30 mars 2016, la MANUL assure une présence constante en Libye pour appuyer le Conseil de la présidence et le Comité de sécurité temporaire, le Conseil invite la Mission à rétablir une présence permanente en Libye « par un retour échelonné ». ONU

L’ombre de la guerre entre l’Erythrée et l’Ethiopie
L’Erythrée accuse l’Ethiopie de l’avoir attaquée. Ce qui ravive le souvenir d’une guerre de plusieurs décennies. Si un conflit ouvert devait reprendre, il aurait une incidence sur les pays alliés des belligérants. Le calme est revenu à Tsorona, à la frontière entre l’Erythrée et l’Ethiopie après une journée mouvementée hier. L’Erythrée affirme que l’Ethiopie l’a attaquée, sur le front de Tsorona. Cette localité fait partie des zones que les deux pays se disputent. Ce nouveau regain de tension rappelle de mauvais souvenirs : les deux Etats se sont livré une guerre qui a fait des dizaines de milliers de morts, à la fin des années 1990. DW

Une grenade tue le militaire qui allait la lancer et deux civils au Burundi
Une grenade a tué mardi dans la ville de Ngozi, dans le nord du Burundi, un soldat qui allait la lancer sur la foule et deux civils, et blessé quatre personnes, a-t-on appris de sources administrative et hospitalière. Selon l’administrateur de Ngozi, Radjabu Songambere, un soldat du camp Ngozi s’est rendu mardi matin dans un endroit très fréquenté de la ville, avec deux grenades dans les mains. « Il a dégoupillé l’une des deux grenades, mais celle-ci lui a explosé dans les mains et l’a tué sur le champ, ainsi que le taxi-vélo qui le transportait, alors que cinq autres personnes ont été blessés », a annoncé à l’AFP le responsable administratif. … Ngozi, située à environ 130 km au nord de la capitale Bujumbura et dans la province natale du président Pierre Nkurunziza, est l’une des zones du Burundi n’ayant pas connu de contestation contre sa décision de briguer un troisième mandat. VOA

Vivre entre quartiers chauds de Bujumbura
A Bujumbura, la crise politique laisse sentir un impact sur la liberté de mouvement des habitants. En cause, le comportement adopté par les habitants des quartiers pour ou contre le Président Pierre Nkurunziza. Plus de deux décennies après la crise de 1993 qui a endeuillé le Burundi, la circulation d’un quartier à l’autre dans la capitale était plus que libre. Vingt deux ans plus tard, cet acquis est en recul, déplore Eric, habitant de Kamenge, suite à la situation sécuritaire précaire dans la capitale. Même les heures d’ambiance et de travail ont été réduites pour ce chauffeur, depuis une année. DW

Burundi: l’ONU juge illégale la détention de l’ex-policier Richard Hagabimana
Alors qu’au Burundi les experts de l’ONU poursuivent leur enquête sur les violations des droits de l’homme, le groupe de travail des Nations unies sur les détentions arbitraires a jugé illégales l’arrestation et la détention de Richard Hagabimana en juin 2015. A l’époque, le colonel de police avait contesté l’ordre d’ouvrir le feu sur les manifestants qui protestaient contre le troisième mandat du président Nkurunziza. Dans un document dont RFI a obtenu copie, le groupe de travail détaille les raisons de cet avis et souligne la «bravoure» de l’officier. L’avis du groupe de travail des Nations unies sur les détentions arbitraires souligne que la « bravoure » du colonel Hagabimana a « sauvé des vies humaines ». RFI

Le Burkina Faso serre la vis aux Koglweogo, les groupes d’autodéfense
Le gouvernement burkinabè hausse le ton face aux pratiques des milices d’autodéfense, appelées Koglweogo. Dans un message adressé aux membres de ces groupes, Simon Compaoré, le ministre de la Sécurité intérieure, interdit aux membres de ces groupes de porter des armes à feu sans autorisation, de détenir des individus appréhendés dans les prisons privées et de parcourir les villes avec leurs armes. Face à l’utilisation d’armes à feu par les groupes d’autodéfense pour traquer les voleurs ou autres bandits de grand chemin, le ministre de la Sécurité intérieure bande les muscles. Désormais, la détention et le port d’armes à feu doivent être conformes à la réglementation en vigueur au Burkina Faso, fait savoir le ministre d’Etat Simon Compaoré, dans un communiqué. RFI

Au Burkina Faso, dans un camp de réfugiés maliens
C’est un camp administré par le Haut Commissariat pour les réfugiés des Nations unies (HCR) comme il en existe pour 20 millions de personnes à travers le monde. Goudébou, aux portes du Sahel, possède ses tentes en bâches et ses bâtiments en dur, qui parsèment une vaste étendue désertique sur laquelle 10 000 Maliens – sur les 32 300 qui ont trouvé refuge au Burkina Faso – se sentent désormais en sécurité, à 150 kilomètres de la frontière de leur pays. Voilà quatre ans que Touaregs, Arabes, Peuls et Sonrhaï trouvent refuge ici. Ils ont fui Gossi, N’Tillit, Gao ou encore Tombouctou, autant de villes prises entre les feux croisés des indépendantistes, de l’armée malienne et des islamistes radicaux. Fadimata, une Touarègue veuve à la « peau blanche », est de ceux-là. Elle était une commerçante aisée de Gao. « À partir de 2012, des bandits se sont lancés dans la chasse à la peau blanche, considérée comme ennemie, dangereuse, à éliminer. L’amalgame était total », confie-t-elle. La Croix

Gambie – Yahya Jammeh : « Ban Ki-moon et Amnesty peuvent aller en enfer ! »
Conflit avec le Sénégal, cinquième mandat, répression des opposants, pauvreté… Sur tous les sujets, le président s’exprime sans complexes et balaie les critiques d’un revers de la main. Trois heures du matin à Farafenni, une petite ville située à trois heures de route de Banjul. Yahya Jammeh termine un Conseil des ministres convoqué quelques heures plus tôt – à minuit – pour faire le point sur les négociations en cours avec le Sénégal. Les ministres réveillent leurs chauffeurs, s’engouffrent dans des 4×4 noirs rutilants et disparaissent dans la nuit. Jeune Afrique

Nigeria : d’anciens rebelles appellent à la fin des violences dans le delta du Niger
Le Mouvement pour l’émancipation du delta du Niger (MEND), connu pour ses attaques contre des installations pétrolières dans les années 2000 dans cette région du sud du Nigeria, a appelé, dimanche 12 juin, le groupe des Vengeurs du delta du Niger (NDA) à cesser les violences et à s’asseoir à la table des négociations avec le gouvernement fédéral. « Le combat du delta du Niger va bien plus loin que des attaques contre des installations pétrolières », a affirmé le MEND dans un communiqué. Le NDA, qui a rejeté mercredi une proposition de dialogue de la part du gouvernement, a revendiqué ces dernières semaines des attaques contre des filiales de Shell, Eni, Chevron et la Compagnie nationale du pétrole (NNPC) dans le delta du Niger. Le Monde

Au Congo, l’opposant Mokoko se dit lâché par la France
Le général Jean-Marie Michel Mokoko, candidat malheureux à la présidentielle du 20 mars, est assigné à résidence pour avoir contesté l’annonce de la réélection du président sortant. Derrière les fenêtres de sa villa, située dans le centre de Brazzaville, la coquette capitale du Congo, Jean-Marie Michel Mokoko peut les apercevoir, «des hommes en tenue militaire ou en civil postés tout autour de [sa] maison et bien décidés à [l’]empêcher de sortir», explique-t-il, joint ce week-end au téléphone par Libération. Au ton de sa voix, on dirait presque que ça l’amuse. «Disons que depuis plus de deux mois de réclusion forcée, j’ai fini par m’habituer», soupire ce général de 59 ans qui a fait Saint-Cyr et qui, après avoir été chef d’état-major des armées dans son pays, a multiplié ces dernières années les missions de pacification au nom de l’Union africaine. Liberation

RDC: 7 morts dans des combats entre l’armée et des présumés rebelles ADF
Une accalmie s’observe lundi 13 juin après-midi au Sud d’Erengeti dans le secteur de Beni-Mbau, au Nord de Beni (Nord-Kivu), après les affrontements entre les Forces armées de la RDC (FARDC) et des présumés rebelles ougandais des ADF. Le bilan fait état de six rebelles et un militaire tués, selon l’armée. Les FARDC sont en train de consolider leurs positions dans la région du Sud d’Erengeti, selon le porte-parole des opérations Sokola 2, lieutenant Mak Azukay. Les présumés ADF se sont repliés dans la forêt, poursuit-il, d’où ils étaient venus. Le trafic routier, qui a été suspendu entre Oïcha et l’ex-Province Orientale à cause de la situation, a repris cet après-midi, d’après des sources locales. Les FARDC se sont affrontées lundi dans la matinée aux présumés rebelles ougandais des ADF dans cette région du Nord-Kivu. C’est vers 6 heures (locales) qu’une patrouille de l’armée serait tombée nez à nez avec des rebelles identifiés aux ADF entre Kokola et Parking. Il s’en est suivi un affrontement entre les deux groupes. Selon des sources locales, des détonations d’armes lourdes se faisaient encore entendre dans la région jusqu’à la mi-journée. Radio Okapi

Les systèmes d’information pour le développement en Afrique
Le développement en Afrique peut passer par les Systèmes d’Information pris au sens large, ce qui recouvre tout à la fois des technologies informatiques, des moyens d’échanges de données, et des données et usages. Les systèmes d’information, au sens large, ce sont tous les éléments qui font de la révolution numérique une réalité, i.e. des technologies informatiques (hard middle, soft), des moyens d’échanges de données (TIC), et des données et usages. Les pays africains sont entrés dans l’ère de la révolution numérique ; tous les canaux sont concernés, les chiffres en témoignent. L’Afrique est à la pointe de la croissance du nombre d’utilisateurs d’internet, avec une augmentation de plus de 3600% en moyenne entre 2000 et 2012, soit sept fois plus rapide que dans le reste du monde. Sans parler de la pénétration inédite de la téléphonie qui a atteint, en une décennie, des taux de pénétration (nombre de lignes par habitant) de plus de 100% dans certains pays du continent. Journal du Net

Singapour détruit 7,9 tonnes d’ivoire de contrebande venant d’Afrique
Quelque 7,9 tonnes d’ivoire de contrebande saisies ces deux dernières années par les autorités à Singapour ont été brûlées, lundi 13 juin, ont indiqué les autorités de l’archipel d’Asie du Sud-Est, espérant ainsi dissuader le commerce illégal de défenses d’éléphants. Plus de 2 700 défenses d’éléphants d’Afrique, dont la valeur marchande est estimée à environ 13 millions de dollars de Singapour (8,5 millions d’euros), ont ainsi été broyées dans un concasseur de roches avant d’être incinérées. En mai 2015, environ 2 000 défenses d’éléphants dissimulées dans des sacs de thé provenant du Kenya avaient été saisies à la douane, ont précisé les autorités. Le Monde



Photo: Adam Jones