Revue de Presse du 14 août 2018

Les élections sont « derrière nous », affirme le président au Zimbabwe
Il faut dépasser la période électorale et « embrasser l’avenir », a affirmé lundi le président zimbabwéen Emmerson Mnangagwa, dont l’élection est contestée par l’opposition qui a saisi la Cour constitutionnelle. « Il est temps de mettre la période électorale derrière nous et d’embrasser l’avenir », a affirmé M. Mnangagwa, qui avait revêtu le collier, la médaille et l’écharpe protocolaires pour un discours à l’occasion de la « journée des héros » de l’indépendance. Au même moment, un leader de l’opposition, Jeff Chaitezvi, était arrêté à l’aéroport de Harare, selon l’organisation des Avocats zimbabwéens pour les droits de l’Homme (ZLHR). VOA

Retrait de Kabila en RDC: l’opposition maintient la pression
L’opposition et les ex-rebelles du M23 ont maintenu lundi la pression pour des élections « crédibles » en République démocratique du Congo après le retrait du président Joseph Kabila qui ne s’est pas représenté conformément à la Constitution. Tous les leaders de l’opposition ont exigé lundi soir « le retour de Moïse Katumbi dans son pays pour qu’il participe à l’élection présidentielle du 23 décembre 2018 » dans leur première déclaration commune depuis la clôture des candidatures le 8 août. Ex-allié de M. Kabila, M. Katumbi affirme avoir été empêché de rentrer en RDC pour déposer sa candidature à l’élection présidentielle. Les opposants ont mis en garde la commission électorale et la cour constitutionnelle de ne pas « invalider des candidatures des opposants notamment le sénateur Jean-Pierre Bemba ». TV5

RDC : vers une contre-offensive de Katumbi ?
Des partisans de Moïse Katumbi entendent multiplier des actions pour obtenir non seulement le retour de leur leader, mais aussi la mise en place des conditions d‘élections « crédibles » en RDC. L’appel à la mobilisation a été lancé ce lundi 13 août par Delly Sesanga Hipungu Dja Kaseng Kapitu, secrétaire général de la plateforme « Ensemble pour le changement » fondé et dirigé par Moïse Katumbi. « Appel à la mobilisation générale : manifestations dans toutes les provinces pour des élections. Il n’y a pas d’élection crédible sans inclusivité, sans le retour de Moïse Katumbi. Il ne revient pas au Front commun pour le changement (FCC, mis en place par le président Kabila) de choisir les candidats de l’opposition », peut-on lire dans un tweet de Delly Sesanga. Africa News

Cameroun: un rapport pointe l’affaiblissement du groupe Boko Haram
Au Cameroun, l’International Crisis Group (ICG), estime dans un nouveau rapport intitulé « Extrême-Nord du Cameroun : nouveau chapitre dans la lutte contre Boko Haram », rendu public ce mardi 14 août, que même si ce mouvement jihadiste constitue encore une menace, le groupe est affaibli. En deux ans, le nombre de victimes – civils et militaires – de ce mouvement a baissé de 40%. l’ICG estime que le gouvernement camerounais doit aujourd’hui relever deux défis majeurs pour asseoir définitivement la paix et éviter l’enlisement de l’armée dans l’Extrême-Nord du pays : celui du devenir des anciens membres du mouvement jihadiste et celui des comités de vigilance. RFI

Tchad – Élections législatives cherchent financements
Le chef de l’Etat tchadien optimiste quant à la tenue des élections législatives dans son pays, après plusieurs reports. Il dit avoir obtenu l’accord des partenaires financiers pour l’organisation de ce scrutin. Le président Idriss Déby Itno n’a cessé de le répéter depuis des mois : le Tchad manque de fonds pour organiser ses élections législatives. Lors d’un entretien dans le cadre des commémorations de l’indépendance, il l’a réitéré, appelant à l’aide les partenaires du Tchad. “Si aujourd’hui, je vous dis que nous pouvons organiser les élections législatives, je ne vous aurais pas dit la vérité”, a-t-il lancé. Africa News

Cissé rejette à l’avance les résultats au Mali et appelle la population à se « lever »
Le candidat de l’opposition au Mali, Soumaïla Cissé, a rejeté lundi à l’avance les résultats du second tour de la présidentielle, entachés selon lui de fraudes, et appelé la population à « se lever ». « D’ores et déjà, nous rejetons les résultats », a déclaré au QG de son parti M. Cissé, opposé dimanche au président sortant, Ibrahim Boubacar Keïta. « J’en appelle à tous les Maliens à se lever (…) Nous n’accepterons pas la dictature de la fraude », a-t-il ajouté. « J’en appelle à tous les Maliens à se lever (…) Nous n’accepterons pas la dictature de la fraude », a lancé à ses partisans l’ancien ministre des Finances âgé 68 ans, depuis le balcon de son siège de campagne. VOA

Présidentielle Mali: 490 bureaux de vote n’ont pas pu ouvrir
Le Mali attend les résultats du second tour de l’élection présidentielle qui s’est tenu dimanche 12 août. Des résultats vivement rejetés à l’avance par Soumaïla Cissé, le candidat de l’opposition opposé au président sortant Ibrahim Boubacar Keïta. Comme au premier tour, cette élection a été émaillée par des incidents sécuritaires. D’après un premier bilan, donné ce lundi matin par le ministère de la Sécurité intérieure, 490 bureaux de vote n’ont pas pu organiser le scrutin dimanche. Comme au premier tour, ce sont le nord, notamment la région de Tombouctou, et le centre du pays qui sont concernés. RFI

Ethiopie: la rébellion de l’Ogaden annonce un cessez-le-feu unilatéral
En Ethiopie, le Front national de libération de l’Ogaden (ONLF) déclare un cessez-le-feu unilatéral. L’ONLF en a fait l’annonce le 12 août alors qu’une délégation de trois de ses dirigeants arrivait à Addis-Abeba, la capitale. Cette rébellion armée lutte depuis les années 1980 pour l’indépendance de l’Ogaden, région somali historique d’Ethiopie. Des pourparlers de paix avaient déjà eu lieu mais pourraient aboutir cette fois-ci grâce à l’atmosphère d’ouverture actuelle. RFI

Algérie: reddition du chef terroriste malien Sultan Ould Badi à Tamanrasset
En Algérie, le ministère de la Défense a annoncé, ce week-end, qu’un important terroriste malien s’était rendu à Tamanrasset. Ancien membre d’Aqmi (al-Qaida au Maghreb islamique), suspecté d’être responsable de l’enlèvement d’étrangers, lié au trafic de drogue dans la région, Sultan Ould Badi était le chef de la katiba Salaheddine, une katiba du groupe de l’Etat islamique dans le Grand Sahara. C’est cette katiba qui est suspectée d’être responsable de l’assassinat de civils dans la région de Ménaka. Depuis le début de l’année, un nombre record de terroristes s’est rendu à l’armée algérienne. RFI

Algérie – Adib Bencherif : « Les jihadistes gardent une forte capacité de nuisance »
Le 31 juillet, sept soldats algériens étaient abattus et une quinzaine blessés après une embuscade de jihadistes à Azzaba, dans le nord-est. Assiste-t-on à une recrudescence jihadiste dans le nord algérien ? Explications avec Adib Bencherif, chercheur associé à la Chaire Raoul-Dandurand en études stratégiques et diplomatiques à l’université du Québec (Montréal). Jeune Afrique

Une ville de l’extrême-nord du Tchad attaquée par des rebelles
Preès de la frontière entre le Tchad et la Libye, la ville de Kouri Bougri a été attaquée samedi 11 août par des rebelles. Les autorités affirment maîtriser la situation. L’état-major des armées n’a en revanche pas fourni de bilan de cette opération. C’est la première fois depuis 2009 que le pays fait face à l’attaque d’une rébellion sur son sol. Face caméra, un rebelle en tenue civile lit un communiqué du groupe armé Conseil de commandement militaire pour le salut de la République (CCMSR) : « vers 2h23 du matin, nos forces ont attaqué Kouri Bougri et mis en déroute l’armée. […] Cette ville martyre est la première ville libérée », souligne Kingabé Ogouzeïmi de Tapol, le secrétaire général de ce groupe rebelle créé en 2016 et établi en Libye. RFI

En Tunisie, un projet de loi pionnier pour l’égalité homme-femme dans l’héritage
Le président tunisien Béji Caïd Essebsi a annoncé lundi son soutien à un projet de loi inédit dans le monde arabe pour rendre hommes et femmes égaux en matière d’héritage, un texte qui divise car il déroge à un principe inspiré du Coran. La loi tunisienne actuelle, qui s’appuie sur le droit islamique, prévoit qu’en règle générale, un homme hérite le double d’une femme du même degré de parenté. Le dépôt d’un projet de loi établissant l’égalité est une « avancée majeure, inédite » a salué la présidente de l’Association tunisienne des femmes démocrates, Yosra Frawes. « Nous donnons de l’espoir à toutes les femmes dans le monde arabe », s’est réjoui de son côté Bochra Belhaj Hmida, la présidente de la Commission des libertés individuelles et de l’égalité (Colibe), mise en place par le président. La Colibe a fait de cette égalité une de ses propositions phares pour moderniser la société tunisienne. TV5

Egypte: «pas de justice» pour des centaines de manifestants tués en 2013, selon HRW
Human Rights Watch (HRW) a exhorté lundi l’Egypte à rendre «justice» aux victimes d’un assaut meurtrier contre une manifestation qui a fait des centaines de morts en 2013 et dont les responsables, membres des forces de sécurité, n’ont toujours pas été poursuivis. Il y a cinq ans, le 14 août 2013, les forces de l’ordre avaient lancé un assaut sur les places Rabaa al-Adawiya et Nahda au Caire, où des milliers de personnes campaient avec femmes et enfants depuis six semaines pour réclamer le retour de l’islamiste Mohamed Morsi, premier président élu démocratiquement en Egypte (en 2012) et destitué en juillet 2013 par l’armée alors dirigée par Abdel Fattah al-Sissi. Au moins 817 manifestants sont morts dans les heures ayant suivi l’assaut, selon l’ONG pour les droits de l’Homme, qui parle de la «tuerie de masse la plus importante de l’histoire moderne égyptienne». Libération

Afrique-France : DSK fait cavalier seul pour décrocher des contrats de conseil
Ibrahim Boubacar Keïta au Mali, Denis Sassou Nguesso au Congo, Faure Gnassingbé au Togo… Dominique Strauss-Kahn multiplie désormais les contrats de conseil en son nom propre avec les chefs d’État. Début août, Dominique Strauss-Kahn (DSK) s’est entretenu par téléphone avec Faure Gnassingbé, comme c’est régulièrement le cas depuis quelques mois. Après avoir intercédé en vain en faveur de la société suisse Sicpa auprès du chef de l’État togolais, l’ex-patron du FMI a finalement décroché un contrat de conseil portant sur la mise en œuvre de la convention « modernisation de la gestion des finances publiques » UE-FMI. Et ce pour le compte de sa société Parnasse International, sise à Casablanca. Jeune Afrique



Photo: Adam Jones