Revue de Presse du 13 octobre 2017

Somalie: le ministre de la Défense et le chef des armées démissionnent
Double démission surprise jeudi 12 octobre en Somalie, et pas des moindres : le ministre de la Défense Abdirashid Abdullahi Mohamed, et le chef des armées, le général Mohamed Ahmed Jimale. C’est ce qu’a annoncé le média public Radio Muqdisho. Deux des plus importants personnages de l’appareil sécuritaire somaliens quittent leurs fonctions mais les raisons sont pour l’instant mystérieuses. Aucune explication officielle n’a été donnée pour éclaircir cette spectaculaire double démission. En attendant, plusieurs théories sont avancées. Selon une source gouvernementale, le ministre de la Défense souhaitait protester, après ne pas avoir été consulté sur des points clés concernant ses prérogatives. RFI

Présidentielle au Libéria : des résultats partiels placent l’ancien footballeur George Weah en tête
Selon des résultats partiels annoncés jeudi, et qui évolueront toute la soirée, l’ancien footballeur George Weah est en tête du premier tour de l’élection présidentielle au Liberia dans onze des quinze régions du pays. L’ancien footballeur George Weah est en tête du premier tour de l’élection présidentielle au Liberia dans onze des quinze régions du pays, selon des résultats partiels annoncés jeudi 12 octobre par le président de la commission électorale, Jerome Korkoya. France 24

La crise en RDC préoccupe l’ONU
A New-York, les quinze ont examiné jeudi la crise politique en République démocratique du Congo. La représentante américaine aux Nations-Unies Nikki Haley et probablement son collègue de l’Egypte se rendront dans les prochains jours à Kinshasa pour certainement pour des négociations diplomatiques. La commission électorale nationale indépendante (CENI) a annoncé à Kinshasa le report du scrutin qui pourrait se tenir probablement en 2019. L’ONU n’est pas officiellement informée de ce report. Ensemble avec ses partenaires, elle insiste sur les conditions d’une bonne maitrise de la situation en République Démocratique du Congo. BBC

« Kabila et son serviteur Corneille Nangaa ont déclaré la guerre aux congolais », selon Félix Tshisekedi
Le leader de l’opposition en République démocratique du Congo a réagi à l’annonce de la possible tenue des élections en mai 2019 par la Commission électorale nationale indépendante (CENI). Félix Tshisekedi a affirmé que le président Joseph Kabila et le président de la Commission électorale avaient « déclaré la guerre au peuple congolais », en annonçant qu’il n’y aurait pas d’élection présidentielle avant 2019. « Devant cette énième forfaiture, Joseph Kabila et son serviteur Corneille Nangaa ont déclaré la guerre au peuple congolais et se sont de ce fait disqualifiés », a indiqué Félix Tshisekedi, à l’issue d’une réunion de l’opposition à Kinshasa. VOA

Kenya : pourquoi le retrait de Raïla Odinga ne règle rien
Deux jours après le retrait surprise de l’opposant historique Raïla Odinga à la présidentielle du 26 octobre prochain, après l’annulation du premier scrutin du 8 août, tout semble encore plus confus au Kenya. Car trois voix (Odinga, Kenyatta, et la loi, ndlr) se surperposent dans cette saga politique qui tient en haleine tout le pays. En annonçant qu’il ne participerait pas à la nouvelle élection, Raïla Odinga pensait que la Commission électorale lui donnerait raison et annoncerait une reprise de zéro du processus électoral. Sa stratégie n’a rien donné pour l’instant au contraire, elle a ajouté à la confusion ambiante. Le Point

Kenya: interdiction de manifester dans trois villes
Le gouvernement kényan a interdit les manifestation dans les trois principales villes du pays, Nairobi, Mombassa et Kisumu, qui est le fief de l’opposition. Le ministre de la Sécurité intérieur, Fred Matiang’i, estime que les organisateurs de manifestation seront tenus pour responsables de tout dommage. Le pays fait face à des tensions depuis que la Cour suprême a annulé les résultats des élections présidentielle du 8 août dernier. Le principal leader de l’opposition, Raila Odinga, a annoncé son retrait de la nouvelle présidentielle prévu en octobre. BBC

Seychelles : les premiers cas de la peste signalés
Dans l’océan indien l’inquiétude se ressent dans populations aux Seychelles. Trois personnes ont été placées sous surveillance. Il s’agit d’un seychellois, âge de 34 ans, son épouse et son enfant de 5 an. Cette famille est revenue de Madagascar vendredi dernier. Quelques temps après, la famille a commencé à développer les symptômes de la peste et les tests effectués se sont révélés positifs. Les proches et les personnes rencontrées par ces malades à leur retour de Madagascar reçoivent actuellement un traitement préventif et sont isolées à l’hôpital des Seychelles. BBC

Nouveau massacre dans le sud-est de la Centrafrique
Dans le village de Kembe, au moins une vingtaine de musulmans auraient péri après l’attaque de groupes d’autodéfense venus de Bangassou. L’assaut a eu lieu mardi matin 10 octobre dans cette petite ville située pile entre Alindao, contrôlée par l’UPC d’Ali Darass, et Bangassou, aux mains depuis le mois de mai de milices d’autodéfense. Ces milices se sont introduites dans la ville et ont commencé à attaquer les civils musulmans qui sont partis se réfugier dans la mosquée. Durant les combats, un officier de l’UPC, le général Sorongo, a été tué, a indiqué Souleymane Daouda, le porte-parole du groupe armé. RFI

Burkina Faso: Bassolé reçoit ses premières visites depuis sa sortie de prison
Au Burkina Faso, le général Djibrill Bassolé, assigné à résidence, reçoit les premières visites depuis sa sortie de prison. La nouvelle résidence de l’ex-patron de la diplomatie burkinabè est sous haute sécurité, même si des travaux d’aménagements sont toujours en cours. Les parents, amis et connaissances se pressent pour prendre de ses nouvelles. Alors que les aménagements sont en cours à la nouvelle résidence du général Djibrill Bassolé, c’est Rosalie, son épouse, qui accueille et installe les premiers visiteurs. L’ambiance est bon enfant. Il y a même des éclats de rire. RFI

Au moins 5 morts dans un attentat suicide attribué à Boko Haram au Nigeria
Au moins cinq personnes, quatre miliciens et un civil, ont été tuées jeudi dans un attentat suicide perpétré par le groupe jihadiste Boko Haram dans le nord-est du Nigeria, indique une milice pro-gouvernementale. Un groupe d’hommes armés appartenant à Boko Haram a attaqué dans la matinée le village de Belbelu, dans le district de Konduga de l’Etat du Borno, a déclaré à l’AFP Ibrahim Liman, membre de la milice pro-gouvernementale CJTF (Civilian Joint Task Force). L’un d’entre eux s’est approché d’un groupe de combattants du CJTF, qui ont ouvert le feu en vain. « Quand il est arrivé plus près, il a fait détonné les explosifs qu’il portait, tuant quatre membres du CJTF et en blessant deux autres. Une femme qui se trouvait non loin est aussi décédée », a expliqué Ibrahim Liman. VOA

Sahel: la France attend du Canada sa participation au maintien de la paix
La France engagée militairement au Sahel espère que le Canada décidera tout prochainement de participer à des opérations de maintien de la paix, notamment au Mali, a indiqué mercredi Kareen Rispal, ambassadrice de France au Canada. « Je comprends que le Premier ministre canadien aura sur sa table d’ici quelques jours un certain nombre d’options pour intervenir en appui de certaines opérations de maintien de la paix. Est-ce que le Mali sera une option? On le souhaite », a indiqué Mme Rispal. Il y a un peu plus d’un an, le Premier ministre Justin Trudeau avait annoncé la mise à disposition d’un contingent de 600 soldats canadiens pour des opérations de maintien de la paix des Nations unies. Slate

Khalifa Sall traine l’Etat devant la Cour de justice de la CEDEAO
En conférence de presse hier, mercredi 11 octobre, les avocats du maire de Dakar ont annoncé l’internationalisation de leur combat pour la libération de Khalifa Sall, avec la saisine dans les jours à venir de la cour de justice de la (Cedeao) et d’autres juridictions internationales. Face aux journalistes, Me Demba Sira Bathily et compagnie soulignent que l’objectif est de faire condamner l’Etat du Sénégal pour avoir violé les droits de ses citoyens d’une part et d’autre part pour n’avoir pas respecté ses engagements internationaux. Seneplus

Crise du Golfe : OPA diplomatique et économique sur l’Afrique
Depuis quatre mois, le continent africain se retrouve au centre du conflit entre le Qatar, d’un côté, et le Quartet antiterroriste, composé de l’Arabie saoudite, des Émirats arabes unis, du Bahreïn et de l’Égypte, de l’autre. Entre promesses et pressions, la monarchie saoudienne et son allié émirati y ont lancé un véritable rouleau compresseur diplomatique… Enquête. Jeune Afrique

Le Maroc à la Cédéao, une adhésion loin de faire l’unanimité
Les milieux d’affaires ouest-africains redoutent que la présence de Rabat au sein de l’institution n’ouvre une brèche sur leur marché aux produits européens. 1er octobre 2017, à Yamoussoukro, la capitale ivoirienne. Le Groupe initiative Afrique (GIA), un cercle de réflexion présidé par l’ancien premier ministre ivoirien Charles Konan Banny, conclut sa quatrième conférence internationale sur le thème de « l’intégration régionale en Afrique ». Un sujet s’est progressivement imposé lors des échanges débutés quarante-huit heures plus tôt : la future adhésion du Maroc à la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (Cédéao). Une entrée pour laquelle le royaume chérifien a obtenu « un accord de principe » lors du 51e sommet de la Cédéao à Monrovia (Liberia) le 4 juin et qui, même si elle avait créé la surprise sur le coup, était ensuite presque tombée dans l’oubli. Une décision simple, acceptée de tous, au Maroc comme dans les pays ouest-africains, et qui passerait presque comme une lettre à la poste. Le Monde



Photo: Adam Jones