Revue de Presse du 13 novembre 2017

RDC : USA et UE accordent un sursis à Kabila
Les Nations unies, les Etats-Unis et l’Union européenne ont relâché leurs pressions sur la République démocratique du Congo. Ils se sont ralliés, sous conditions, au calendrier électoral annoncé par les autorités congolaises. Ce calendrier renvoie au 23 décembre 2018 la présidentielle pour désigner le successeur du président Joseph Kabila. Il prolonge ainsi de plus d’un an mandat du président Joseph Kabila. BBC

Gambie : le ministre de l’intérieur limogé
Mai Ahmad Fatty, ministre de l’Intérieur de la Gambie a été démis de ses fonctions vendredi. C’est le premier limogeage d’un ministre sous l’ère du président gambien Adama Barrow. Il est pourtant l’architecte de la réforme en cours dans le secteur de la sécurité et orchestre la traque des présumés tortionnaires du régime de Yahya Jammeh. Le président Barrow n’a donné aucune explication sur le limogeage de Mai Ahmad Fatty, l’un de ses proches collaborateurs. BBC

Six otages libérés au Nigeria
Les ex-otages étaient entre les mains de leur ravisseur depuis le 21 octobre, selon leur employeur. « Ils ont été libérés et sont maintenant en sécurité », a annoncé la direction de la société Demeter, Peter Döhle, un communiqué relayé par l’AFP. Le groupe ne précise pas quand ni dans quelles circonstances la libération des otages a eu lieu. Les autorités nigérianes n’ont pas réagi immédiatement à l’annonce de cette libération. Le cargo Demeter avait été attaqué par un groupe armé au large du port d’Onne, dans le sud-est du Nigeria. BBC

Des soutiens aux rebelles tchadiens arrêtés au Niger demandent l’intervention de Paris
Des soutiens aux trois rebelles tchadiens arrêtés en octobre au Niger vont demander l’intervention de la France face aux risques d’une extradition vers le Tchad, où ces opposants risquent selon eux la mort, ont-ils annoncé samedi à Paris. Une lettre officielle sera envoyée « dans les prochains jours » au ministère français des Affaires étrangères afin qu’il « accorde une protection diplomatique » à ces rebelles, a indiqué à l’AFP Bernard Schmid, avocat spécialisé dans le droit d’asile qui tenait une conférence de presse en présence de militants des Patriotes de la Diaspora Tchadienne de France, opposants au régime tchadien. VOA

Madagascar: inquiétude sur la réforme des lois électorales
A Madagascar, la société civile se dit inquiète après les propos du président Hery Rajoanarimampianina sur sa chaîne YouTube. Dans une vidéo publiée, vendredi 10 novembre, le président malgache s’est exprimé sur la réforme des lois électorales pour préparer la présidentielle de fin 2018. La société civile est favorable aux réformes, mais ce qui l’inquiète c’est la cadence à laquelle le président veut les mener. RFI

Au Mali, Macron exhorte le G5 Sahel à prouver son efficacité face aux djihadistes
« Les résultats doivent être au rendez-vous pour convaincre nos partenaires », a lancé le président français ce dimanche, devant les dirigeants de cinq pays du Sahel. C’est une promesse. Emmanuel Macron a assuré dimanche à Bamako que la France allait aider les pays du G5 Sahel (Mali, Niger, Burkina Faso, Mauritanie, Tchad) à obtenir des financements pour leur force conjointe. Mais surtout, il les a exhortés à en démontrer l’efficacité face aux djihadistes.  « Ce sera à vous et à vos armées de convaincre que le G5 peut être efficace, dans le respect des conventions humanitaires. Les résultats doivent être au rendez-vous pour convaincre nos partenaires », a déclaré Emmanuel Macron à l’ouverture du sommet du G5 Sahel dans la capitale malienne. L’Express

Mali: la Minusma manque d’hélicoptères
Au Mali, la mission de l’ONU manque cruellement d’hélicoptères. La Minusma va prochainement être renforcée par des militaires belges qui arrivent avec leurs moyens aériens, mais c’est loin d’être suffisant. Faute de moyens aériens, l’action de la Minusma «  est compromise  » sur l’ensemble du Mali. Le constat est tiré du dernier rapport du secrétaire général de l’ONU au Conseil de sécurité. La mission des Nations unies dans le pays n’arrive pas à faire le plein d’hélicoptères. Pour ne donner que quelques chiffres, alors qu’il faudrait neuf hélicoptères armés, il n’y en a que six de disponibles. Côté transport, c’est encore pire, 14 sont requis pour la mission, seulement 4 sont opérationnels. RFI

Au Maroc, la révolte du Rif n’est pas terminée
Au Mali, la mission de l’ONU manque cruellement d’hélicoptères. La Minusma va prochainement être renforcée par des militaires belges qui arrivent avec leurs moyens aériens, mais c’est loin d’être suffisant. Faute de moyens aériens, l’action de la Minusma «  est compromise  » sur l’ensemble du Mali. Le constat est tiré du dernier rapport du secrétaire général de l’ONU au Conseil de sécurité. La mission des Nations unies dans le pays n’arrive pas à faire le plein d’hélicoptères. Pour ne donner que quelques chiffres, alors qu’il faudrait neuf hélicoptères armés, il n’y en a que six de disponibles. Côté transport, c’est encore pire, 14 sont requis pour la mission, seulement 4 sont opérationnels. Courrier International

Burundi : les présidents ougandais et tanzanien s’opposent à l’enquête de la CPI
Les présidents tanzanien John Magufuli et ougandais Yoweri Museveni ont vivement critiqué la décision des juges de la Cour pénale internationale (CPI) qui autorise l’ouverture d’une enquête sur des crimes contre l’humanité présumés au Burundi. « Le président Magufuli a déclaré que cette décision compromet les efforts déployés par la Communauté d’Afrique de l’Est (EAC), qui a mis en place un comité chargé d’aider à la résolution du conflit burundais, sous la direction du président Yoweri Museveni et de l’ancien président tanzanien Benjamin Mkapa », indique samedi un communiqué de la présidence tanzanienne, au terme d’une rencontre dans l’ouest de l’Ouganda entre les deux chefs d’Etat. Jeune Afrique

Togo : forte mobilisation à Lomé contre le président Faure Gnassingbé
Pour la troisième journée consécutive, des milliers de manifestants ont défilé, jeudi, dans les rues de la capitale togolaise à l’appel de l’opposition. Ils réclament depuis deux mois le départ du président Faure Gnassingbé. La contestation ne faiblit pas au Togo. Jeudi 9 novembre, pour la troisième journée consécutive, des milliers de manifestants sont descendus dans les rues de la capitale Lomé pour réclamer le départ du président Faure Gnassingbé, héritier d’une famille au pouvoir depuis plus de 50 ans. « La mobilisation (a été) record », a constaté la correspondante de France 24, Emmanuelle Sodji. France 24

La République autoproclamée du Somaliland élit un nouveau président
La République autoproclamée du Somaliland, dans le nord de la Somalie, élit lundi un nouveau président, le sortant ne se représentant pas, et espère poursuivre une transition démocratique qui tranche avec l’instabilité de l’Etat somalien voisin. Le sortant Ahmed Mohamud Silaanyo a décidé de ne pas se représenter à la fin de son unique mandat. Trois hommes sont en lice dans cette petite « République » semi-désertique de près de 4 millions d’habitants: Muse Bihi, du parti au pouvoir Kulmiye et les candidats d’opposition Abdirahman Iro et Feysal Ali Warabe, candidat malheureux à la précédente présidentielle de 2010. TV5

Centrafrique: sept morts et plus de vingt blessés dans des violences à Bangui
Quatre personnes sont mortes et une vingtaine blessées samedi soir dans une attaque à la grenade contre un café de Bangui, un incident suivi par des représailles qui ont fait trois morts, premières violences significatives dans la capitale centrafricaine depuis début 2017. L’attaque par des hommes non identifiés contre ce café où jouait un célèbre chanteur local, s’est produite au PK5, un quartier qui a longtemps été l’épicentre des violences communautaires qui ont secoué Bangui ces dernières années. Le café visé, « Au carrefour de la paix », se situe à la limite des 3ème et 5ème arrondissement, dans le quartier musulman, poumon commercial de la ville. TV5

Juba: retrait des soldats qui encerclaient la résidence de l’ex-chef de l’armée
Les soldats sud-soudanais qui encerclaient depuis une semaine la résidence de l’ancien chef de l’armée Paul Malong dans la capitale Juba se sont retirés, a annoncé dimanche l’armée, qui affirme avoir trouvé un accord avec cette personnalité très influente. Dans un communiqué intitulé « Malentendu réglé », le porte-parole de l’armée Lul Ruai Koang a affirmé qu’une solution pacifique avait été trouvée quant au différend sur le nombre de gardes du corps au service de Paul Malong. Démis de son poste de chef d’état-major en mai et assigné à résidence, l’influent Paul Malong avait reçu l’ordre début novembre de démobiliser 27 de ses 30 gardes du corps. Mais il n’avait pas obéi, entraînant le déploiement le 3 novembre d’environ cent soldats autour de sa résidence à Juba. Des négociations avaient été entamées le 5 novembre pour tenter de résoudre cette situation qui avait provoqué des tensions dans la capitale. TV5

Les Etats-Unis en Afrique : le prisme croissant du contre-terrorisme
L’administration Obama a mis en avant, dans son bilan sur l’Afrique, ses initiatives phares dans les domaines de l’éducation, de l’énergie et des échanges commerciaux. Cette présentation omet toutefois une autre caractéristique de ce bilan : la militarisation croissante de la politique américaine, une tendance qui risque de s’accentuer avec son successeur Donald Trump. La lutte contre le terrorisme pourrait même devenir le prisme dominant de l’approche américaine du continent. Cette évolution découle de l’estimation de la menace à Washington, du poids croissant du Pentagone dans la mise en œuvre de la politique étrangère américaine en général, et en Afrique en particulier. Précisons d’emblée qu’elle est soutenue par le Congrès. Le Monde

Raila Odinga vainqueur de la crise au Kenya à défaut des urnes
Où donc va Raila Odinga ? Le chef de l’opposition kényane a débuté, jeudi 9 novembre, une visite inattendue de cinq jours aux Etats-Unis. Au programme sont prévus un discours académique devant un cercle de réflexion et une poignée de vagues « rencontres importantes » entre New York et Washington. But affiché du séjour : chercher des soutiens à l’étranger pour résoudre le « problème » kényan. Mais l’agenda officiel de « Raila » peut sembler bien flou, dérisoire ou décalé, alors que se joue, à 10 000 km de là, un épisode crucial de la crise politique de son pays. A Nairobi, la Cour suprême examine en effet une série de recours visant à invalider la présidentielle du 26 octobre, remportée par le chef de l’Etat, Uhuru Kenyatta. Et l’escapade outre-Atlantique du leader de l’opposition intrigue donc les observateurs et déroute jusqu’à ses supporters. Le Monde

Accident de train en RDC: de huit à 33 morts, selon un responsable et une radio
Un accident de train de marchandises, transportant des matières inflammables, a tué huit à 33 passagers clandestins dimanche dans le sud-est de la République démocratique du Congo, selon une source officielle et la radio des Nations unies Okapi. « Jusque là il y a huit morts et plusieurs blessés. Le bilan pourrait être beaucoup plus important », a déclaré à l’AFP Jean-Marie Tshizainga, ministre des Mines et de l’émergence de la classe moyenne de la province de Lualaba, dont le chef-lieu est Kolvezi. Sur son site internet, Okapi parle de 33 tués, plusieurs blessés et brûlés dans l’accident de ce train qui allait de Lubumbashi à Luena dans la région minière du Katanga. TV5



Photo: Adam Jones