Revue de Presse du 13 mars 2019

Algérie: les étudiants mobilisés dans la rue contre la « ruse » de Bouteflika
Des milliers d’étudiants ont manifesté mardi, sans incident, à Alger et dans d’autres villes du pays, pour dénoncer une « ruse » d’Abdelaziz Bouteflika pour se maintenir au pouvoir, au lendemain du retrait de sa candidature à un 5e mandat et du report sine die de la présidentielle. « Les étudiants résistent à la prolongation du 4e mandat! », ont scandé les manifestants –auxquels se sont joints des enseignants–, ont constaté des journalistes de l’AFP. Ils ont brandi de nombreux drapeaux et défilé joyeusement dans les artères près de la Grande-Poste. La place autour de ce bâtiment emblématique du coeur de la capitale algérienne, est restée de longues heures noire de monde, avant que la foule se disperse dans le calme en fin d’après-midi. TV5

Algérie: l’idée d’une conférence nationale laisse la classe politique sceptique
Le président algérien Abdelaziz Bouteflika a annoncé lundi qu’il renonçait à un cinquième mandat, mais il a aussi annulé l’élection présidentielle du 18 avril et promis une transition qui serait menée par une conférence nationale. Des réformes profondes, une nouvelle République. Dans son message à la nation, lundi, Abdelaziz Bouteflika promet une transition dont l’instrument principal sera une conférence nationale. Objectif : réunir des personnes représentatives de la société algérienne et de ses sensibilités, selon le texte. A la tête de cette conférence, le président a promis une personnalité indépendante, consensuelle et expérimentée. Cette commission sera chargée de travailler pour modifier la Constitution et préparer la prochaine élection présidentielle. RFI

Algérie : Washington soutient « les efforts pour tracer une nouvelle voie », la France critiquée
Suite à l’annonce du report des élections et du renoncement d’Abdelaziz Bouteflika à un cinquième mandat, les réactions diplomatiques se poursuivent. Après les déclarations du président français Emmanuel Macron – qui n’ont pas été du goût de nombreux Algériens – , les États-Unis ont affirmé qu’ils « soutenaient les efforts pour tracer une nouvelle voie ». Jeune Afrique

L’ONU soupçonne des « crimes contre l’humanité » en RDC
Selon une enquête de l’ONU, des violences commises dans l’ouest de la République démocratique du Congo en décembre dernier pourraient être considérées comme des « crimes contre l’humanité ». Un enfant de deux ans a été jeté dans une fosse septique. Des corps auraient également été jetés dans le fleuve Congo. Les massacres ont eu lieu dans la localité de Yumbi, située dans l’ouest de la RDC, affirment les enquêteurs de l’ONU. Selon eux, les violences survenues entre le 16 et le 18 décembre ont été « planifiées et exécutées avec l’appui de chefs coutumiers ». BBC

Pourquoi l’Ethiopie et le Kenya font des envieux
Le président Emmanuel Macron est en ce moment en visite chez les nouveaux lions africains, l’Ethiopie et le Kenya. Deux pays d’Afrique de l’Est qui connaissent tous les deux une croissance robuste et durable. Même si la route vers l’émergence sera encore longue et pentue, leur trajectoire a de quoi faire des envieux. Depuis dix ans la croissance de l’Ethiopie oscille entre 8 à 10%. Le PIB pèse maintenant plus lourd que celui du Kenya, mais ce pays deux fois moins peuplé demeure le plus avancé, avec un PIB par habitant autour de 1700 dollars, quasiment le double de celui de l’Ethiopie.  RFI

La Cour des comptes épingle les locations d’avions par Barkhane au Sahel
En France, la Cour des comptes a rendu public, mardi 12 mars, son rapport sur l’externalisation du soutien aux forces en opérations extérieures. Au Sahel, le tableau dressé par la Cour des comptes et présenté à la commission des finances de l’Assemblée nationale n’est pas brillant. En France, la Cour des comptes a communiqué son rapport sur l’externalisation du soutien aux forces en opérations extérieures. Entre 2014 et 2017, 861 millions d’euros ont ainsi été versés à des sociétés de service plus ou moins fiables pour couvrir l’ensemble des besoins de l’armée en matière de transport et de soutien lorsque les soldats français sont en mission à l’étranger. RFI

Un diplomate américain propose un « forum international » sur le Cameroun anglophone
Le sous-secrétaire d’état américain aux affaires africaines, Tibor Nagy, propose la tenue d’un « forum international » pour résoudre la crise anglophone au Cameroun. VOA

Macron signe un accord « inédit » de défense avec l’Ethiopie
La France et l’Ethiopie ont signé mardi un accord de coopération en matière de défense, ouvrant la voie à une relance de la marine éthiopienne. Cet accord intervient à l’occasion de la visite d’Emmanuel Macron dans cet Etat de la Corne de l’Afrique où Paris espère profiter de la récente ouverture politique et économique. “Cet accord inédit de coopération de défense offre le cadre d’une coopération renforcée et ouvre notamment la voie à un accompagnement spécifique de la France sur la mise en place d’une composante navale éthiopienne” abandonnée depuis la sécession de l’Erythrée en 1991, a déclaré le chef de l’Etat français à l’issue d’un entretien avec le Premier ministre Abiy Ahmed, à Addis Abeba.  VOA

Le Rwanda invite le président français Macron au 25e anniversaire du génocide
Le Rwanda a invité le président français Emmanuel Macron à assister le 7 avril à Kigali à la commémoration du 25e anniversaire du génocide, l’événement à l’origine d’un quart de siècle de tensions entre les deux pays dont les relations se réchauffent depuis quelques mois. « Le président Macron a en effet été invité à la 25e commémoration du génocide de 1994 contre les Tutsi », a déclaré à l’AFP le secrétaire d’État rwandais aux Affaires étrangères, Olivier Nduhungirehe. La Belgique, l’ancienne puissance coloniale, est le seul autre pays européen invité, a-t-il précisé. La présidence française a confirmé avoir reçu l’invitation, mais indiqué se donner encore le temps de la réflexion, alors que le chef de l’État est en visite cette semaine à Djibouti, en Ethiopie et au Kenya. TV5

Putsch raté au Burkina: l’ex-président Ouédraogo à la barre comme témoin
Le procès du coup d’Etat manqué de septembre 2015 se poursuit au Burkina Faso. Après les accusés, c’est au tour des témoins de donner leur version des faits devant le tribunal militaire de Ouagadougou. Depuis lundi, l’ex-président Jean-Baptiste Ouédraogo, considéré comme un témoin « privilégié » car il a participé à toutes les médiations durant les différentes crises sous la transition, comparaît. L’ex-président Jean-Baptiste Ouédraogo explique qu’à la suite de l’arrestation des autorités de transition toute la hiérarchie s’est refusée à assumer le coup d’Etat. « Au départ c’était juste une prise d’otage », relate-t-il. Le témoin du jour raconte que le comité des sages avait demandé la libération du président, du Premier ministre et des autres membres du gouvernement de la transition et la mise en place d’un organe de suivi des engagements. RFI

Soudan du Sud : « les criminels de guerre peuvent être poursuivis même dans d’autres pays » (ONU)
La Commission des droits de l’homme au Soudan du Sud a identifié 23 personnes l’an dernier pour lesquelles des poursuites pourraient être engagées en vertu du droit international, pour des crimes graves liés qui déchire le pays. Ses membres ont fait savoir, mardi, à Genève, que ces personnes, ainsi que les auteurs présumés pourraient être traduits en justice devant des tribunaux du monde entier, pas seulement du Soudan du Sud. ONU Info

Niger : 33 membres de Boko Haram tués au cours d’une offensive de l’armée
L’armée du Niger a tué « 33 terroristes » membres du groupe jihadiste nigérian Boko Haram lors d’une « vaste opération de ratissage » dans la zone du Lac Tchad, dans le sud-est du pays, a indiqué le ministère de la Défense. Alors que les attaques de l’État islamique en Afrique de l’Ouest (ISWA), faction de Boko Haram, se multiplient autour du Lac Tchad, le gouvernement nigérien a décidé d’intensifier ses offensives contre le groupe jihadiste dans le sud du pays. « Les actions offensives menées ce mardi 12 mars 2019 ont permis d’infliger de grosses pertes à l’ennemi », a annoncé le ministère de la Défense, faisant étant d’« aucune perte ni en vies humaines ni en matériel » du « côté ami », et de « 33 terroristes tués ».  Jeune Afrique

Timides espoirs de paix en Centrafrique
En Centrafrique, l’accord de paix signé en février entre gouvernement et groupes armés ne semble avoir rien changé au PK3, le plus grand camp de déplacés du pays. Situé à Bria, il abrite plus de 50 000 personnes, principalement des chrétiens et des animistes, qui risquent la mort s’ils s’aventurent hors du camp. France 24

Au Gabon, un « appel à agir » contre l' »imposture » Bongo fait réagir
« Sauver l’honneur » du Gabon pour les uns, un appel à la rébellion pour les autres: depuis deux semaines, un collectif défraie la chronique gabonaise après avoir lancé un ultimatum à Libreville pour reconnaître la vacance du pouvoir en l’absence du président Ali Bongo Ondimba, hors du pays depuis octobre. « Dimanche 31 mars, si rien n’est entrepris pour mettre un terme (…) nous devrons agir (…) pacifiquement pour exiger que soit mis fin à l’imposture en cours », ont écrit fin février neuf personnalités politiques, syndicales et de la société civile, rejointes dimanche par l’opposant Jean Ping. L' »imposture » qu’ils dénoncent est l’absence de son pays du président Bongo, en convalescence au Maroc après un AVC survenu à Ryad le 24 octobre: les signataires estiment qu’il est temps de reconnaitre une impossibilité d’Ali à présider. TV5

L’Afrique du Sud face aux ‘faux pasteurs’
En Afrique du Sud, un certain nombre de cas très médiatisés mettant en scène des pasteurs disgraciés ont eu lieu ces derniers mois. Des cas comme celui du pasteur Shepherd Bushiri, accusé de blanchiment d’argent et de fraude, et du pasteur Timothy Omotoso, accusé de viol, ont suscité des réactions de réprobation à travers le pays. Même le président Cyril Ramaphosa s’est impliqué, affirmant que les Sud-Africains devaient s’unir pour lutter contre les « faux pasteurs ». Et cet appel à la mobilisation est déjà entendu par ses concitoyens qui mènent déjà des actions sur le terrain.  BBC



Photo: Adam Jones